Village perché de Saorge (06). © Fotolia.com.

 

 

Provence 7

Liste des Villages Perchés de Provence


 

 

 

 

 

 

  • Avec ses villages perchés, la Provence ne possède pas seulement un atout touristique.
    1. Les villages perchés esquissent de nouveaux styles de vie qui pourraient bien être d’une incroyable « modernité ».
    2. Hier pauvres et abandonnés, ces villages connaissent souvent un renouveau, un rajeunissement et un attrait pour des populations parfois très aisées.
  • Liste limitée aux Alpes-Maritimes (06), Bouches-du-Rhône (13), Var (83) et du Vaucluse (84).
  • Les Alpes-de-Haute-Provence (04) et les Hautes-Alpes (05) présentent de ce point de vue une situation particulière puisque la plupart des villages sont perchés.

 

 

A à Z des Villages Perchés de Provence


 

 

A à K des Villages Perchés en Provence

 

 

 

 

L à R des Villages Perchés de Provence

 

 

S à Z des Villages Perchés de Provence

 

  • Saint-Auban (06).
    1. Un des paradis de la randonnée.
  • Saint-Cézaire (06).
  • Saint-Jeannet (06).
    1. Au pied d’un Baou mythique.
  • Saint-Marcellin-lès-Vaison (84).
    1. Magnifique vue sur le  village de Crestet.
  • Saint-Paul-de-Vence (06).
    1. Village exceptionnel par la beauté  et la vitalité.
  • Saint-Romain-en-Viennois (84).
  • Sainte-Agnès (06).
    1. Charmant village. point de vue exceptionnel.
  • Saorge (06).
    1. Village perché exceptionnel. Petit monastère franciscain, églises…
  • Sault (84)
  • Saumane (84).
  • Séguret (84).
    1. Classé parmi les plus Beaux Villages de France.
  • Seillans (83).
  • Sigale (06).
  • Simiane-la-Rotonde (04).
  • Solliès-Ville (83).
    1. Point-de-Vue superbe.
  • Speracedes (06).
  • Suzette (84).
    1. Au coeur des Dentelles de Montmirail.

 

 

Taillades © P. Verlinden.

 

 

 

 

Villages perchés : un modèle typique en Provence


 

 

  • Le modèle du « village perché » existe dans de nombreuses parties de la France mais il a des aspects très spécifiques en Provence.
    1. Le village perché se présente sur une « acropole rocheuse » avec le plus souvent un aspect médiéval donné par la construction de ses maisons autour d’un château et d’une église, des rues étroites, sinueuses, des enceintes ou des vestiges d’enceintes.
    2. Dans la vallée se trouvent les voies de communication terrestres et parfois fluviales.

 

 

Pourquoi les villages provençaux sont-ils perchés ?


 

 

  • Souvent, pour des raisons de sécurité, les populations se sont réfugiées sur les hauteurs.
  • L’histoire commence dans l’Antiquité avec les oppida-celtes et celto-ligures,
  • L’histoire se poursuit avec les raids des grandes invasions conduisant à la chute de l’Empire Romain.
  • L’anarchie qui suit avec les raids meurtriers notamment de Hongrois, de Pirates  et de Vikings renforce le phénomène qui prend son effet maximum lors des invasions musulmanes suivies de l’occupation sarrasine.
  • Les guerres italiennes des 15e et 16e s. engagées par les rois de France.
    1. Après avoir rallié la Provence à la couronne de France (1481), les rois de France se lancent dans des guerres désastreuses en Italie.
    2. Cette volonté d’expansion belliqueuse se poursuit jusqu’à la Révolution française et sous  l’Empire de Napoléon 1er.
    3. Ces guerres ont beaucoup coûté à la Provence.
    4. Dans le même temps, les souverains espagnols et portugais regardaient vers le large et naviguaient vers les Amériques et l’Asie…
    5. Les guerres de religion.
    6. Les grandes épidémies, notamment de Peste.
    7. La Révolution française.
    8. Les guerres mondiales
  • La concentration très forte des villages perchés en Provence a plusieurs autres causes :
    1. Le modèle du village perché n’est pas seulement « Provençal », il est Méditerranéen et s’observe notamment en Corse,  en Italie, en Grèce et au bord de l’Adriatique, en Crête, au Maroc, en Espagne
    2. La géographie (climat, reliefs), l’économie et l’histoire de la Méditerranée ont forgé ce modèle qui a été présent tout au long de l’histoire avec son extension maximale au Moyen-Âge.
    3. Cette architecture ne doit pas nous faire oublier que le Moyen-Âge a été pour l’essentiel un âge heureux en Occident.
      1. La propagande révolutionnaire a beaucoup manipulé les faits en la matière.

 

 

La période contemporaine


 

 

  • Les anciens nids d’aigle sont souvent devenus des villages restaurés de caractère.
  • Les villages perch vivent dans une nouvelle économie fondée sur l’artisanat, les sports et les loisirs de nature, l’agriculture et l’élevage de qualité, le tourisme (restauration, chambres d’hôtes…)…
  • Leur cadre de vie a évolué avec l’habitat rénové, l’écologie et l’environnement.
  • Les relations humaines ont changé avec les professions de services (assistance aux personnes âgées, santé, sécurité…).
  • La religion et la spiritualité retrouvent une place et une vitalité.
  • Internet les les télécommunications modernes les relient plus facilement aux sources d’information et d’échanges.
  • Hier les villages perchés semblaient repliés sur eux-mêmes et mis à l’écart d’une société arrogante dans sa confiance dans le Progrès et  la Ville.
  • Aujourd’hui et demain, ne pourraient-ils ils pas représenter à bien des égards la partie la plus avancée du Monde humain en devenir ?
  • Et si Jean Giono et Frédéric Mistral, dans la ligne de pensée de Virgile, avaient eu « raison » ?

 

Maisons des villages perchés en Provence


 

 

  • Ecrivant sur les maisons des villages perchés, Fernand Benoit, historien médiéviste réputé, écrivait « son originalité consiste à placer les bêtes en bas, les hommes au-dessus ». Le petit élevage familial permettait en effet de fonctionner avec un rez-de-chaussée étable, un ou deux étages d’habitation et des combles.
  • Les maisons ont gardé les traces de cette époque avec leur conception toute verticale.
  • Les terrasses existaient dans pratiquement toutes les maisons.
    1. Elles avaient pour fonction d’exposer au soleil pour séchage, les fruits et les légumes.
    2. Les terrasses dotées d’une treille étaient nommées tribard, on les appelait galarié ou soulerié lorsqu’elles formaient une loggia avec un auvent recouvert de tuiles et soutenu par des petites colonnes.

 

 

 

 

Mots Clés : , , , ,
.