Gigondas. Côteaux et église. © gmoulart – Fotolia.com.

 

 

Accueil Provence 7

Gigondas à visiter (84)


 

 

 

  • Gigondas est un village perché du département de Vaucluse (84).
  • Gigondas est un haut-lieu de la Provence et de la France.
    1. 1.200 ha de vignoble classé parmi les meilleurs crus.
    2. Les Dentelles de Montmirail couronnent le village (légèrement à l’extérieur de la commune).
    3. Magnifiques sites d’escalade et de randonnée.
  • Code postal. 84190.
  • Habitants. Gigondassiens, Gigondassiennes.
  • Superficie. 27,14 km2.
  • Altitude. Moyenne 400 m. Minimum 87 m. Maximum 698 m.
  • Population. 534 habitants (2014).
  • Coordonnées et CarteN  44° 09′ 53″  E   5° 00′ 19″. Cliquer sur le lien pour afficher la carte de la commune de Gigondas.

 

 

Situation de Gigondas (84)


 

 

 

 

Communes limitrophes ou proches de Gigondas

 

 

Accès à Gigondas

 

  • Gigondas est une commune calme à l’écart des grands axes routiers.
  • RD 7. Vers Sablet, au nord et vers Vacqueyras, au sud.
  • RD 8. vers Cairanne, au nord-ouest.
  • Autoroute A7, sortie n°21 « Orange Centre ».

Distances de Gigondas

 

 

 

La Nature à Gigondas


 

 

Relief

 

 

  • Dentelles de Montmirail.
    1. Massif d’environ huit kilomètres de long.
    2. Limite occidentale du massif des Baronnies.
    3. Il est mondialement réputé pour ses parois d’escalade.
    4. Point culminant est la crête de Saint-Amand, haute de 730 mètres.

 

Eau

 

  • La commune est arrosée par le Trignon
    1. Le Trignon prend prenant sa source dans le Vaucluse (84), à Prébayon.
    2. Le Trignon arrose les villes de Gigondas et de Sablet avant de se jeter dans l’Ouvèze.

 

Productions agricoles

 

 

Gigondas-Vignes-Fotolia_636

Vignes sous les Dentelles de Montmirail © PHB.cz – Fotolia.com.

 

 

  • Le vignoble produit le Gigondas, phare de l’agriculture locale.
    1. Le vignoble profite ici d’un climat extrêmement ensoleillé et sec.
    2. Les Romains avaient déjà pris conscience de l’intérêt de ce terroir et Pline signalait le vignoble de Gigondas.
    3. Les moines et les évêques d’Orange apportent par la suite du soin à l’élaboration de ce vin.
    4. Les cépages sont nombreux mais le grenache domine suivi du bourboulenc, de la clairette, du cinsault, du mourvèdre et du picpoul.
    5. Le Gigondas est l’une des six appellations locales (ou cru) des Côtes-du-Rhône méridionales.
    6. En 1924, la commercialisation des vins atteignait 4 784 hl, elle est aux environs de  40.000 hl de nos jours.
    7. Le vignoble de Gigondas produit toute la gamme des vins du blanc, au rosé, en passant par le rouge.

 

 

Grenache-Fotolia_47027288

Grappe de raisin Grenache © Oleksiy Drachenko – Fotolia.com.

 

 

  • Les oliviers (coopératives oléicoles) et d’autres arbres fruitiers, cerisiers notamment, complètent les productions du territoire de Gigondas.
  • Pépinières.

 

Activités sportives

 

 

Gigondas-Randonneurs-Fotoli

Randonneurs dans le vignoble © delkoo – Fotolia.com.

 

  • Randonnée pédestre et course à pieds avec plus de 40 km balisés.
    1. A voir plus particulièrement : « Cheminement de Sculptures contemporaines » et « Sentier botanique et archéologique ».
  • Equitation.

 

 

 

Montmirail-escalade-Fotolia

Escalade. Dentelles de Montmirail © delkoo – Fotolia.com.

 

 

  • Escalade. Plus de 650 voies, donc une grande partie équipée.
  • VTT. 3 circuits sont proposés.

 

 

Histoire de Gigondas


 

 

Préhistoire

 

  • Vestiges préhistoriques : haches polies, mobilier de l’âge du Bronze.

 

Antiquité

 

  • Traces de la présence romaine aux Routes et à proximité du village.
    1. Urnes, tuiles, monnaies….
    2. 1866. Une tête de Bacchus est mise à jour par Eugène Raspail, neveu de François-Vincent Raspail, sur les terres de son Château Raspail.
    3. Pline cite le vignoble.

 

Du Moyen-Âge à la Révolution française

 

  • 951. Jocundatis est citée.
  • v. 1120, Rostang III, évêque de Vaison, donne à son église cathédrale, un manse qui comprend une vigne sise à Gigondas.
  • Le vignoble est un  fief des Princes d’Orange.
  • 1341. Juillet. Raymond V des Baux, qui conserve  les droits de haute et basse justice, accorde aux Gigondassiens certaines libertés contre un droit sur le vin du terroir.
  • 1376. Les registres notariaux font mention d’un « vinea culta » au lieu-dit « Les Bosquets ».
  • 1380. Un acte de notaires d’Oussan, fait mention de vignes qui couvrent un territoire descendant de la chapelle Notre-Dame des Pallières jusqu’à l’Ouvèze.
  • 1563. Gigondas, la catholique, est assiégée et prise par le cruel baron des Adrets qui détruit ses remparts.
  • 1591. 14 novembre. L’article 45 des statuts d’une communauté portant l’ intitulé « De ceux qui vendent du vin en gros qu’ils en vendent aux autres habitans » donne avec précision les conditions du négoce du vin.
  • 1592. La même communauté reprend l’article écrit un an avant pour l’adapter au négoce du vin blanc.
  • 18e s. La culture de  la vigne est un peu délaissée au profit de la la culture de l’olivier et de celle du mûrier.
  • 1793 . Le 12 août. Création du département de Vaucluse.

Epoque contemporaine

 

  • 19e s. La famille Raspail, notamment Eugène Raspail, relance la culture du vin.
    1. Eugène prend sa retraite politique à Gigondas.
    2. Eugène Raspail relance alors la viticulture.
    3. 1861. Eugène Raspail achète le domaine des Bosquets auquel il apporte de profonds changements : extension, revalorisation…
    4. Par héritage paternel, il reçoit le domaine du Colombier qu’il transforme en Château Raspail.
    5. Les résultats s’enchaînent en termes de qualité de production, de quantité produite, d’exportation, d’innovation (mise en bouteille)…
  • Début des années 1870. Le phylloxéra réduit à rien  tous les efforts d’Eugène Raspail
  • 20e s. La situation se rétablit et le Gigondas connaît un développement rapide de sa notoriété et de ses ventes.
  • 1946. 700 habitants.
  • Années 1971. Le Gigondas obtient son Appellation d’Origine Contrôlée (AOC).
  • 2013. 533 habitants.

 

 

Village, monuments et bâtiments remarquables de Gigondas


 

 

Gigondas-Clocher-Verlinden

Bel ensemble villageois © Verlinden.

 

 

  • Château Raspail.
  • Restes de fortifications.
  • Ancien établissement thermal de Montmirail.
    1. 18591939. 80 ans de fonctionnement. Le site accueille des personnalités telles que Frédéric Mistral ou l’actrice Sarah Bernhardt.
    2. La station est située, au bas du piémont des Dentelles de Montmirail, sur le territoire de la commune de Gigondas.
      1. Accessible seulement par la route partant de Vacqueyras.
    3. La source de Montmirail est surnommée Source Verte. Elle produit une eau sulfureuse.

 

 

Monuments chrétiens de Gigondas


 

 

Gigondas-Dentelles-Montmira

Clocher sous les Dentelles de Montmirail © Verlinden.

 

 

 

Gigondas-Eglise-Verlinden

Eglise Sainte-Catherine d’Alexandrie © Verlinden.

 

 

  • Église paroissiale Sainte Catherine d’Alexandrie aussi connue comme Saint-Damien.
    1. 11e s. Style roman.
    2. 17e s. Reconstruction.
    3. Elégante façade.
    4. 18e s. Beffroi avec campanile.
    5. 2 bustes-reliquaires exceptionnels des saints Damien et Cosme.
  • Chapelle Notre-Dame-du-Bon-Secours.
    1. Au quartier de la Beaumette.
    2. 18e s. Remaniée.
  • Chapelle Saint-Cosme et Saint-Damien.
    1. 0,5 km au nord du village sur la route qui mène au col du Cayron.
    2. 11e s. et 12e s. Style Roman.
    3. 16e s. Destruction.
    4. 17e s. Reconstruction et transformation.
    5. Trois absidioles latérales.
    6. 17e s. Clocher arcade.
    7. Ex-voto.
  • Ancienne chartreuse (femmes) Saint-André-de-Ramières.
    1. 3 km au nord-ouest.
    2. 13e s.
  • Ruines du monastère de Pré-bayon.
    1. 6 km au nord-est.
  • Oratoire Saint-Jean.
    1. 19e s.

 

 

Manifestations à Gigondas 


 

 

  • Festival d’Opéras.

 

 

Jumelage de Gigondas


 

 

  • Anderlues (Belgique).

 

 

 

 

 

Mots Clés : , , , ,
.