Timbres de France (Création d’Olivier Laurent Girardet de Monaco.

 

 

 

Accueil Provence 7

Jean Giono en Provence


 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • .
    1. Jean Giono ne quitte guère sa ville de Manosque sa vie durant.
    2. Ses ouvrages ont presque tous pour cadre La Provence.
    3. Ecrivain (essai, nouvelle, roman, théâtre…) et cinéaste.

 

 

 

Parcours de vie de Jean Giono


 

 

Manosque-Fotolia_87324498_

Colline de Manosque © choupi 33 – Fotolia.com.

 

 

  • Jean Giono est le fils unique de Jean-Antoine Giono (Saint-Chamas, 1845 – 1920) qui est un cordonnier anarchiste d’origine piémontaise.
    1. Jean Giono évoque son enfance dans Jean le Bleu.
    2. Son père aurait accueilli nombre de proscrits et d’exilés.
  • Sa mère est Pauline Pourcin (Boulogne-sur-Seine, 1857 – 1946).
    1. Pauline Pourcin est d’ascendance picarde par sa mère et provençale par son père, lequel dirige un atelier de repassage.

 

La jeunesse de Jean Giono

 

  • 1911. Les problèmes de santé de son père et les faibles ressources de sa famille obligent Jean Giono à interrompre ses études.
    1. Il travaille dans une banque, le Comptoir National d’Escompte.
    2. Il se forme en autodidacte.
  • 1915. Jean Giono subit la terrible épreuve de la Première guerre mondiale.
    1. Il perd son meilleur ami et de nombreux camarades.
    2. Il est « légèrement » gazé.
    3. Frappé par les horreurs qu’il a vues et vécues, il devient un pacifiste convaincu.

 

Premiers succès de Jean Giono

 

  • Années 1920.
    1. Le succès de ses trois premiers romans lui permet d’acquérir sa maison, Le Paraïs, à Manosque.
    2. 1929. La liquidation de la banque qui l’employait l’incite à cesser toute activité « professionnelle » afin de se consacrer à l’écriture.
  • 1929. Prix américain Brentano pour Colline.
  • 1930. Prix Northcliffe pour son roman Regain.
  • 1932. Chevalier de la Légion d’honneur.
  • Années 1930. Jean Giono décide de s’engager politiquement en adhérant à l’Association des écrivains et artistes révolutionnaires qui se situe dans la mouvance communiste.
    1. Cet engagement n’est que de courte durée.
    2. Giono et des amis créent les Rencontres de Contadour, à la suite d’un accident qui les a bloqué dans le hameau.

 

Seconde Guerre Mondiale

 

  • Jean Giono se rend au centre de mobilisation de Digne.
  • 1939. 14 septembre. Arrêté pour son pacifisme affiché, Jean Giono est relâché pour non-lieu et libéré de ses obligations militaires.
  • Deux fermes achetées en 1939 et les succès de ses publications lui assurent de bons revenus.
  • Jusqu’en 1947, commence une longue période de mise à l’écart et de mépris populaire avec des accusations et des sarcasmes.
    1. Pour continuer à publier, Jean Giono doit faire face à la censure de l’occupant qui l’amène à avoir des contacts avec les autorités allemandes.
    2. Des reproches de collaboration avec Vichy lui sont faits au nom de valorisations du retour à la terre et de l’artisanat.
    3. 1943. 11 au 12 janvier. Une bombe éclate devant son domicile.
    4. 1944. Septembre. Jean Giono est emprisonné notamment pour sa publication de Deux cavaliers de l’orage dans La Gerbe, journal collaborationniste, et un reportage photo dans Signal, sorte un magazine populaire national-socialiste.
    5. Le Comité National des écrivains, issu de la Résistance, l’inscrit sur sa liste noire, ce qui a pour effet de lui interdire toute publication de son œuvre en France.
    6. Les résistants ne lui pardonnent pas sa phrase « Je préfère être un Allemand vivant qu’un Français mort« .
    7. Une grande confusion et une grande agitation l’entourent en dépit de preuves de bonne foi qu’il multiplie.
    8. Dans le même temps, Jean Giono doit soigner sa fille atteinte par la tuberculose…

 

 Renaissance

 

  • 1953.  Le Prix littéraire du Prince-Pierre-de-Monaco lui est décerné pour l’ensemble de son œuvre.
  • 1954. Jean Giono est élu au sein de l’Académie Goncourt.
  • 1960. Son film Crésus sort.
  • 1961. Jean Giono préside le jury du Festival de Cannes.
  • Lors de la guerre d’Algérie, Jean Giono s’engage dans la défense du droit à l’objection de conscience.
    1. Il parraine notamment le comité créé par Louis Lecoin, aux côtés d’André Breton, Albert Camus, Jean Cocteau et l’abbé Pierre.
    2. Ce comité obtient un statut, restreint en décembre 1963 pour les objecteurs.

Fin de vie de Jean Giono

 

  • 1970. 9 octobre. Jean Giono est emporté par une crise cardiaque dans sa maison, il est enterré à Manosque.

 

 

L’un des plus grands écrivains de la Provence


 

 

  • Giono est considéré comme l’un des plus importants auteurs de la littérature française.
  • Giono est un amoureux de la Provence (ou plus précisément des Provence) dont il connaît intimement les collines, les hauts plateaux et l’histoire.
  • Giono peint admirablement des habitants de la Provence autant que ses paysages et ses atmosphères.
  • Giono est un amoureux de la vie, de cette « joie terrible d’exister« . Son écriture est un hymne à la vie, à la sensualité contre les pulsions de mort et de corruption.
  • Ses sources littéraires sont la Bible comme les auteurs grecs et latins d’Homère à Virgile, Eschyle, Sophocle, Horace…
  • Lecteur assidu de Cervantès, Nostradamus, Shakespeare, Stendhal…
  • La littérature américaine, notamment Walt Whitman, William Faulkner… ainsi que les auteurs de la Série Noire Chester Himes, Raymond Chandler
  • Il brosse le tableau d’une apologie de la civilisation rurale, enracinée et pacifiée.

 

 

 

 

Nostradamus dont Giono possédait 7 éditions de l’œuvre.

 

 

Œuvres de Jean Giono


 

 

 

          L'homme-qui-plantait-des-ar

 

 

  • 1923. Accompagné de la flûte. Les Cahiers de l’Artisan. Poèmes.
  • 1929. Colline. Grasset.
  • 1929. Un de Baumugnes. Grasset.
  • 1930. Regain. Grasset.
  • 1930. Naissance de l’Odyssée. Éditions Kra.
  • 1930. Présentation de Pan. Grasset. Essai.
  • 1931. Le Grand Troupeau. Gallimard.
  • 1931. Manosque-des-plateaux. Emile-Paul Frères.
  • 1932. Jean le Bleu. Grasset.
  • 1932. Solitude de la pitié. Gallimard.
  • 1933. Le Serpent d’Etoiles. Grasset.
  • 1934. Le Chant du Monde. Gallimard.
  • 1936. Que ma joie demeure. Grasset.
  • 1936. Les Vraies Richesses. Grasset.
  • 1937. Refus d’obéissance. Gallimard.
  • 1937. Batailles dans la montagne. Gallimard.
  • 1938. Le Poids du ciel. Gallimard.
  • 1938. Lettre aux paysans sur la pauvreté et la paix. Grasset.
  • 1939. Précisions. Grasset.
  • 1939. Recherche de la pureté. Gallimard.
  • 1939. Moby Dick (traduction du roman d’Herman Melville). Avec Lucien Jacques et Joan Smith. Les Cahiers du Contadour.
  • 1941. Pour saluer Melville. Gallimard.
  • 1941. Triomphe de la vie. Ides et Calendes.
  • 1943. Le bout de la RouteLanceur de GrainesLa Femme du boulanger. Gallimard. Théâtre.
  • 1943. L’eau vive. Gallimard.
  • 1947. Un roi sans divertissement. Gallimard  (extraits).
  • 1947. Regain, illustré par Paul Lemagny. Les Cent Bibliophiles.
  • 1947. Noé. Éditions la Table ronde.
  • 1947. Le Voyage en calèche. Éditions du Rocher. Théâtre.
    1. La pièce avait été interdite par l’occupant pendant la seconde guerre mondiale.
  • 1948. Fragments d’un paradis. Déchalotte.
  • 1948. Un Roi Sans Divertissement. Illustré par Albert Decaris. L’Édition Française Illustrée.
  • 1949. Mort d’un personnage. Grasset.
  • 1949. Les Âmes fortes. Gallimard.
  • 1951. Les Grands Chemins. Gallimard.
  • 1951. Le Hussard sur le toit. Gallimard.
  • 1952. Le Moulin de Pologne.
  • 1953. L’Homme qui plantait des arbres. Reader’s Digest.
  • 1953. Voyage en Italie.  Gallimard.
  • 1954. Manosque-des-plateaux. Vignettes d’Elie Grekoff, Émile-Paul.
  • 1955. L’expédition d’Humphry Clinker (traduction du roman de Tobias G. Smollet). Avec Catherine d’Ivernois.  Gallimard.
  • 1955. Notes sur l’affaire Dominici suivi de Essai sur le caractère des personnages. Gallimard.
  • 1957. Le Bonheur fou. Gallimard.
  • 1958. Angelo. Gallimard.
  • 1958. Hortense ou l’Eau vive.  Avec Jean Allioux. Éditions France-Empire.
  • 1959. Manosque-des-plateaux.  Illustré de plusieurs eaux-fortes par Aymar de Lézardière. Les Bibliophiles de France.
  • 1959. Domitien, suivi de Joseph à Dothan. Gallimard. Théâtre.
  • 1960. CrésusRico. Scénario.
  • 1963. Le Désastre de Pavie. Gallimard.
  • 1965. Deux cavaliers de l’orage. Gallimard.
  • 1966. Le Déserteur. René Creux Editeur.
  • 1968. Ennemonde et Autres Caractères. Gallimard.
  • 1969. La Chute des Anges, Fragment d’un Déluge. Le Cœur-Cerf – Rico. Poèmes.
  • 1970. L’Iris de Suse. Gallimard.

 

Publications Post Mortem

 

  • 1972. Les Récits de la demi-brigade. Gallimard.
  • 1973. Le Déserteur et autres récits. Gallimard.
  • 1973. Rondeur des Jours et l’Oiseau bagué.
  • 1974. Le Cheval fou. Gallimard. Théâtre.
  • 1976. Les Terrasses de l’Ile d’Elbe. Gallimard.
  • 1977. Faust au village. Gallimard.
  • 1980. Angélique. Gallimard. Roman inachevé.
  • 1982. Cœur, Passions, Caractères. Gallimard. Roman inachevé.
  • 1982. Dragoon suivi d’Olympe. Gallimard. Roman inachevé.
  • 1984. Les Trois Arbres de Palzem. Gallimard.
  • 1986. De Homère à Machiavel. Gallimard.
  • 1987. Images d’un jour de pluie et autres récits de jeunesse. Éditions Philippe Auzou.
  • 1988. La Chasse au Bonheur. Gallimard.
  • 1991. Le Bestiaire. Ramsay.

 

 

Provence de Jean Giono Editions Gallimard / folio

 

 

  • 1993. Provence. Gallimard.
  • 1995. Les Héraclides. Quatuor.
  • 1998. De Montluc à la « Série Noire ». Gallimard.
  •  ? Le Printemps en Haute-Provence. Illustré par Jacqueline Ricard. Les Bibliophiles de France.

 

Correspondances

 

  • 1975. Avec Jean Guéhenno. Seghers.
  • 1981 et 1983. Avec Lucien Jacques. Gallimard. 2 volumes.
  • 1983. Avec André Gide. Université de Lyon.
  • 2000. Avec Jean Paulhan. Gallimard.

 

Entretiens

 

  • 1985. Avec Jean Carrière. La Manufacture.
  • 1990. Avec Jean et Taos Amrouche. Gallimard.

 

 

Articles liés à Jean Giono en Provence


 

 

  • Cliquer sur l’image-lien pour afficher l’article correspondant.

 

 

       

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mots Clés : , , , ,
.