Peillon village perché des Alpes-Maritimes (06). © Verlinden.

 

 

 

Accueil Provence 7

Peillon à visiter (06)


 

 

 

 

 

 

 

  • Peillon est l’un des plus beaux villages perchés de l’arrière-pays de Nice et de Monaco.
    1. Le village est perché sur un éperon rocheux qui est entouré par un ravin abrupt.
    2. L’habitat est resserré en nid d’aigle.
    3. Les rues du village sont, pour l’essentiel, composées d’escaliers avec des arcades qui les enjambent.
    4. Le développement démographique récent s’est surtout fait autour du hameau de Saint-Thède, plus facilement accessible depuis la vallée.
    5. Le vieux village a su garder son authenticité.
  • Code postal. 06440.
  • Habitants. Peillonnais, Peillonnaises.
  • Superficie. 8,7 km2.
  • Altitude. 115 m – 720 m.
  • Population. 1 492 habitants (2013).
  • Coordonnées et Carte. Cliquer sur le lien pour afficher la carte de la commune de Peille.

 

 

Situation de Peillon (06)


 

 

 

Peillon.-Village.-Patrick-V

Peillon, village perché © Verlinden.

 

 

Communes limitrophes de Peillon

 

 

 

Accès à Peillon

 

  • RD 21 qui longe le Paillon entre NiceCantaron – La Grave de Peille.
  • RD 121. Depuis la RD.21 pour accéder au village.
  • Chemin de fer.

 

 

Distances de Peillon

 

 

 

La Nature à Peillon


 

 

Cours d’eau

 

  • Le Paillon. Fleuve côtier.
  • Le Riou Galambert.
  • L’alimentation en eau de la partie villageoise perchée de Peillon a été une question majeure.
    1. Jusqu’à la Révolution. L’eau est captée à partir de 3 sources.
      1. Deux petites sources situées au quartier de la Vigne, au-dessus du hameau.
      2. Une troisième source La Fouont d’Argent, au-dessous du hameau.
      3. Les villageois vont chercher l’eau directement à l’une des trois sources.
    2. 1789. Une fontaine est construite sur la Place du Portal.
      1. Le Géomètre Royal Guiotti en dessine les plans.
      2. Le captage des eaux des sources, pour la somme de 1437 francs 50 centimes se fait par des canalisations jusqu’à la place.
    3. 1800. 6 juillet. Inauguration de la fontaine.
    4. Le manque d’eau, reste posé, surtout en plein hiver.
    5. 1923. De nouvelles canalisations et l’ajout de la source Passeron, au-dessus de la vigne, reséolvent le problème.
    6. 1927. La petite source Le Couosta est vendue par la commune.
    7. 1946. Nouvelles canalisations.
    8. L’alimentation en eau reste un problème : l’eau de la fontaine de la place n’est distribuée qu’à certaines heures et sous surveillance.
    9. 1951. L’eau de Sainte Thècle est envoyée au village pendant les mois d’été.
    10. 1954. 8 août. Un feu d’artifice et une grande fête saluent l’arrivée de l’eau en abondance après des très importants travaux.

 

 

Peillon-Mont-Agel.-Patrick-

Station du mont Agel qui surplombe Peillon © Verlinden.

 

 

 

Hameaux de Peillon


 

 

  • Peillon est composée de 6 hameaux.
    1.  Borghéas.
    2. Châteauvieux.
    3. Sainte-Thècle.
      1. chef lieu administratif avec la poste et la gare ferroviaire.
    4. Le Moulin.
    5. Les Novaines.
    6. Peillon-village.

 

 

Histoire de Peillon


 

 

  • Le nom du village pourrait avoir pour une double origine :
    1. Le mot bas-latin « pel » qui serait une variante du mot latin « bal » désignant un rocher ou une hauteur.
    2. Le suffixe provençal « on » ou « oun » ou le  diminutif occitan « lon » ou « loun »
  • L’Homme du Rastel, conservé au Musée Anthropologique de Monaco, indique un peuplement très  ancien.
  •  Enceintes néolithiques sur les collines proches.
  • 8e s. – 9e s. Sous le règne de Charlemagne, Peillon dépend du comté-évêché de Nice.
  • 890. Le territoire dépend du roi de France.
  • 1033. La Provence passe de l’autorité du roi de Bourgogne à celle du Saint-Empire germanique.
  • 1075. Le site est restitué à l’Abbaye de Saint-Pons, à Nice.
  • 1150. 1ère citation du village de Peillon.
    1. La paroisse de Peillon dépend de l’abbaye niçoise de Saint-Pons.
    2. 1154. Sur l’initiative du pape, la paroisse passe sous l’autorité des chanoines de Saint-Ruff de Valence.
  • 1208. Le comte de Provence confie le territoire aux comtes de Vintimille.
  • Avant 1235. Peille et Peillon forment une seule entité .
    1. Bien que séparées physiquement et du point de vue religieux, Peille et Peillon conservent la même administration consulaire.
  • 13e s. Bérenger Cays est coseigneur du Peillon et du Touët.
  • 1388. Peillon passe sous l’autorité de la Savoie.
  • Jusqu’à la Révolution française, Peillon  dépend de plusieurs familles : les Caïs, les Tonduti, les Borriglione, les Barralis, les Roux.
  • 1792. Le village est occupé par les révolutionnaires. Il est rattaché à la France.
  • 18141860. Peillon redevient  sarde.
  • 1946. 537 habitants.
  • 1948. Le hameau de Sainte-Thècle devient le siège de l’administration du village.
  • 2013. 1 492 habitants.

 

 

Village, monuments et bâtiments remarquables de Peillon


 

 

 

Peillon-Fontaine-Patrick-Ve

Fontaine de Peillon. Place du Portal. L’eau a une riche histoire à Peillon ! © Verlinden.

 

 

  •  Fontaine
    1. Place du Portal.
    2. 1800. Inscrite aux Monuments Historiques.
    3. La fontaine capte les eaux de plusieurs sources parmi lesquelles la « Fuontvieilla« .
  • Fontaine de Saint-Thècle.
    1. Calcaire et grès.
    2. Le captage de la source permet de résoudre un problème d’eau, important sur la commune.
  • Moulin à grain.
    1. Quartier Les Moulins.
    2. 19e s. Pierre, bois et fer.
    3. Ensemble attenant au moulin à huile.
    4. 2 meules habillées de bois.

 

 

Monuments chrétiens de Peillon


 

 

Pénitents en Provence © Verlinden

 

 

Peillon-Eglise-Vue-Patrick-

Peillon-Eglise.-patrick-Ver

 

Peillon-Clocher-Patrick-Ver

 

Chapelle de la Transfiguration © Verlinden.

 

 

  • Chapelle de la Transfiguration ou Saint-Sauveur.
    1. Au sommet du hameau villageois.
    2. 18e s. L’édifice intègre une chapelle du 12e s.
    3. Ancienne paroissiale bâtie sur l’emplacement d’un donjon du château détruit.
    4. La chapelle est dominée par un clocher à haute lanterne octogonale.
    5. La façade est un fronton triangulaire classique.

 

 

Peillon-Chapelle-Patrick-Ve

Chapelle des Pénitents-Blancs © Verlinden.

 

 

  • Chapelle des Pénitents-Blancs. Aussi connue comme Notre-Dame-des-Sept-Douleurs.
    1. Dans le hameau perché.
    2. 15e s. Remaniée aux 16e s. et 17e s.
    3. Inscrite aux Monuments Historiques.
    4. Petit clocher couvert de tuiles vernissées.
    5. A l’intérieur, un beau retable en bois sculpté (17e s.).
    6. Une Pietà naïve polychrome.
    7. Des peintures murales attribuées à Canavesio (15e s.). Ces peintures à la détrempe rappellent celles de Notre-Dame-des-Fontaines, à la Brigue (06) qui sont également attribuées à Giovanni Canavesio, peintre piémontais très actif dans la région au 15e s.. Le thème principal est la Passion du Christ avec quelques représentations de saints.
    8. A noter, un rare Mort de saint Joseph de 1771.
    9. La nef, certainement charpentée à l’origine, est maintenant couverte d’un berceau à lunettes.
    10. Voir article Pénitents en Provence.
  • Eglise paroissiale Saint-Thècle.
    1. Ancienne chapelle agrandie en 1967.
    2. 975 980. Date de création correspondant à la Libération de la Provence bien que les premiers documents datent de 1075.
    3. Saint Thècle de Maurienne vit au 11e s. Son culte se développe immédiatement.
  • Petite chapelle Saint-Roch.
    1. Au village.
    2. 2004. Restauration.
  • Chapelle Saint-Augustin.
    1. A Peillon-Borghéas.
  • Oratoire de la Merla
    1. v. 19e s. avec travaux moitié 20e s.
    2. L’oratoire se dresse en haut d’une côte.

 

 

Articles liés à Peillon à visiter


 

 

  • Cliquer sur une image-lien pour afficher l’article correspondant.

 

 

   

 

 

 

 

 

 

 

Mots Clés : , , ,
.