Biographie de F. Mistral. Frédéric Mistral par Auguste Clément (1885).

 

 

Provence 7

Frédéric Mistral en Provence


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ecrivain provençal de langue occitane. Lexicographe.

 

  • Prix Nobel de Littérature.
  • Frédéric Mistral réhabilite la langue d’Oc au plus haut niveau.

 

 

Parcours de Frédéric Mistral

 

 

  • 1830. Naissance dans une famille aisée apparentée aux plus anciennes familles de Provence.
    1. Son père est François Mistral.
    2. Sa mère est Adélaïde Poulinet.
    3. Ses parents le relient aux familles Cruvelier, Expilly, Roux, Ruffo di Calabria
    4. Mistral tient son prénom Frédéric « d’un pauvre petit gars qui, au temps où mon père et ma mère se parlaient avait fait gentiment leurs commissions d’amour, et qui, peu de temps après, était mort d’une insolation ».
  • A 7 ans, Mistral est à l’école de Maillane où il pratique l’école buissonnière.
  • 1839. Pensionnat de Saint-Michel-de-Frigolet. Il n’y reste deux ans, l’établissement étant fermé.
  • 1841. Pensionnat Millet d’Avignon.
  • 1845, Pensionnat Dupuy. Mistral y fait la connaissance de Joseph Roumanille.
  • Collège royal d’Avignon.
  • 1847. Mistral passe son baccalauréat à Nîmes.
  • 1848. Frédéric Mistral se passionne pour la Révolution et admire Lamartine.
  • 1848/51. Licence en Droit de la Faculté d’Aix-en-Provence.
    1. C’est lors de ses études, à la faveur de cours d’histoire que Mistral prend conscience du besoin d’indépendance de la Provence.
  • 1854. Mistral et 6 poètes provençaux fondent le Félibrige à Châteauneuf-de-Gadagne (Vaucluse).
    1. Le mouvement est placé sous le patronage de sainte Estelle.
    2. Les 7 fondateurs (primadié) sont : Théodore Aubanel, Jean Brunet, Paul Giéra, Anselme Mathieu, Frédéric Mistral, Joseph Roumanille et Alphone Tavan.
  • 1904. Frédéric Mistral reçoit (en même temps que José Echegaray) le Prix Nobel de Littérature.
    1. Mistral investit le montant du Prix dans la création du Museon Arlaten, à Arles.
  • 1914. Alors qu’un terrible conflit embrase l’Europe, Frédéric Mistral meurt, sans enfant, à Maillane, le village qui l’avait vu naître 83 ans plus tôt.

 

 

Œuvres de Frédéric Mistral

 

 

  • 1848. Frédéric Mistral écrit son poème Li Maissoun (Les Moissons) très inspiré par le poète latin Virgile.
  • 1859. Mirèio. Mireille est son titre le plus connu.
  • 1867. Calendau.
  • 1867. Coupo Santo.
  • 1875. Lis Isclo d’or.
  • 1879. Lou Trésor dou Félibrige ou Dictionnaire de provençal-français.
    1. Œuvre colossale. Mistral crée ce dictionnaire en deux tomes.
  •  1884. Nerto, nouvelle.
  • 1890. La Rèino Jano. Drame.
  • 1897. Lou Pouèmo dóu Rose.
  • 1906. Moun espelido, Memòri e Raconte. Mes mémoires
  • 1906. Discours e dicho.
  • 1910. La Genèsi, traducho en prouvençau.
  • 1912. Lis óulivado.
  • 1926/27/30. Proso d’Armana (posthume).

 

 

Statue de Frédéric Mistral sur la place du forum d’Arles

 

 

  • Années 1880. Madame Jeanne de Flandreysy réussit à convaincre Frédéric Mistral de se faire statufier.
    1. Jules Charles-Roux, ancien député, mécène et grand admirateur de Mistral propose de faire don de la statue monumentale et de la faire ériger à Arles.
    2. Avec l’accord de Mistral lui-même, l’extrémité sud de la place du Forum est retenue.
    3. Le sculpteur Claude Férigoule se joint à Théodore Rivière pour orner le socle du monument d’un profil de Mireille.
  • 1909. 28, 29, 30 mai. La fête annuelle du Félibrige, le jour de la Sainte Estelle, est l’occasion d’inaugurer à la fois le Museon Arlaten dans son nouvel emplacement, de fêter le cinquantenaire de la parution de Mireille et le jubilé du poète.
  • 1942. 21 mars. Pendant la seconde guerre mondiale,  la statue est déboulonnée pour être fondue à la demande du ministère de la production industrielle.
    1. La tête est découpée et sauvée par Mugnani, ferrailleur marseillais.

 

 

 

 

Mots Clés : , , ,
.