Borne kilométrique sur la Nationale 7. © Frédéric Prochasson – Fotolia.com.

 

 

Accueil Provence 7

Nationale 7 en Provence


 

 

 

  • La Nationale 7 est aussi connue comme La Route Bleue.

 

 

La Route Nationale 7 RN 7


 

 

  • Plusieurs appellations officielles et non officielles sont données à la route :
    1. Route Nationale 7.
    2. RN 7 ou N 7.
    3. La Route Bleue.
  • La grande route de liaison entre La Provence et Paris, la capitale de la France centralisée, porte le chiffre mythique 7 qui est resté ancré dans les esprits.
  • La RN 7 était la plus longue des routes nationales de France avec 996 km de Paris à Menton.

 

 

Histoire de la Route Nationale 7


 

 

Voies Romaines © Verlinden.

 

 

Une route pensée par le Romain Agrippa

 

  • 20 av. J.-C.  Marcus Vipsanius Agrippa meilleur ami, meilleur général, meilleur conseiller et gendre du premier empereur Auguste, imagine le réseau routier des Gaules.
    1. Le système est conçu à partir de Lugdunum (Lyon), considérée comme point d’éclatement du réseau des Gaules. Le réseau est connu sous le nom d’Etoile d’Agrippa.
    2. Le premier axe de cette étoile est la route Marseille – AixArles – Lyon qui devient la Via Agrippa. Elle comprend une importante bifurcation vers Rome par Arausio / Orange et Nice. Cette voie qui borde la Méditerranée ou Via Aurelia suit à peu près le parcours de la Nationale 7.
    3. Le second rayon part de Lugdunum vers Lutèce (Paris). La route suit à peu près le trajet de la Nationale 6.
  • 15e s. Louis XI crée la poste royale.
    1. 1481. La Provence est ralliée au Royaume de France.
    2. Un réseau cohérent de routes de postes est mis en place.
    3. Les chemins de Paris à Lyon passent par Moulins (route du Bourbonnais) ou Dijon (route de Bourgogne).
  • 16e s. Apparition des premiers transports réguliers de voyageurs.
  • 16e s. Plantation des ormes le long des voies afin de les ombrager et de les délimiter.
    1. Les futures N6 et N7 sont traitées en priorité.
  • 1552. Edition du  Guide des chemins de France, de Charles Estienne,  ancêtre des guides  routiers modernes.
  • 1811. 16 décembre. Acte de naissance de la route moderne.
    1. Napoléon 1er fait adopter par décret une numérotation à toutes les routes de l’Empire français.
    2. L’itinéraire de Paris à Nice est désigné comme la Route impériale n°8.
  • 1824. 10 juillet. La Route impériale n°8  devient la « Route royale de première classe n°7« .
    1. Le 7 apparaît en rouge, perpendiculairement à la direction.
    2. La route relie Paris à Antibes car Nice n’est pas encore sur le territoire français.
  • 1870. La Route  royale  n°7 devient la Route Nationale 7 dès la proclamation de la République.

 

 

  • 1900. Première apparition du Guide Michelin.
  • 1925. Fernand Point et son épouse Mado fondent le restaurant  « La Pyramide » à Vienne sur la RN 7.
  • 1936. André Pic fonde  le restaurant « La Maison Pic » à Valence sur la RN 7.
    1. Il est repris par son fils Jacques Pic puis par ses petits enfants Alain puis Anne-Sophie.
  • 1955. Charles Trenet chante Nationale 7.

De toutes les routes de France, d’Europe Celle que j´ préfère est celle qui conduit En auto ou en auto-stop Vers les rivages du Midi Nationale Sept

Il faut la prendre, qu´on aille à Rome, à Sète Que l´on soit deux, trois, quatre, cinq, six ou sept C´est une route qui fait recette 

Route des vacances Qui traverse la Bourgogne et la Provence Qui fait d´ Paris un p´tit faubourg d´ Valence Et la banlieue d´ Saint-Paul de Vence

Le ciel d´été Remplit nos cœurs de sa lucidité Chasse les aigreurs et les acidités Qui font l´ malheur des grandes cités

Tout excités, on chante, on fête Les oliviers sont bleus, ma p´tite Lisette, L´amour joyeux est là qui fait risette On est heureux Nationale 7

 

  • 1954. La Nationale 7 qui fait près de 1000 km de longueur inspire le Jeu des 1000 Bornes à Edmond Dujardin, un éditeur de matériel pour auto-écoles.

 

Jeu-de-1000-bornes

Jeu des 1000 Bornes © Dujardin.

 

    1. Le jeu s’inspire de Touring, un jeu de cartes américain créé en 1906.
    2. Le jeu est illustré par Joseph Le Callennec, graphiste.
    3. Le jeu appartient actuellement à TF1 Games.
  • 1962. Paul Bocuse fonde son restaurant « Paul Bocuse » à Collonges-au-Mont-d’Or près de Lyon le long de la RN 7.
  • 1971. L’ouverture du tunnel sous-Fourvière achève officiellement l’autoroute Paris-Lyon (A6).
  • 1981. Le dernier tronçon de la liaison autoroute Aix-Nice est livré (A8).
  • 1988. Livre Nationale 7 du Photographe Christian Louis et de l’écrivain Pierre Drachline.
  • 1990. Alain Ducasse prend la direction de la cuisine du « Louis XV » de L’Hôtel de Paris de Monte-Carlo à Monaco.
  • 2000. Jean-Pierre Sinapi réalise le film Nationale 7 avec Nadia Kaci et Olivier Gourmet.
  • 2003. Ouverture d’un Musée de Nationale 7 à Piolenc dans le Vaucluse (84), à 5 km au nord d’Orange.
    1. Fermé en 2006, il rouvre le 1er juin 2009.
  • 2005. 5 décembre. Le décret ne prévoit le maintien dans le réseau routier national que moins de la moitié de la longueur de la RN 7.
  • 2006. Le Décret du 6 novembre condamne définitivement la RN7. en redéfinissant les compétences des collectivités.
  • 2010. Thierry Dubois écrit le livre C’était la Nationale 7. Editions Drivers.

 

 

Villes étapes de la Nationale 7 en Provence


 

 

La Nationale 7 entre en Provence entre Montélimar (km 615) et Avignon (km 697)

 

  • Au sud de Montélimar, le petit massif calcaire de Tricastin barre la vallée du Rhône.
  • Le Rhône est coincé dans le passage obligeant la route à s’éloigner…
  • C’est aussi ici que se trouve une frontière naturelle de la Provence.

 

  • Lapalud (84).
    1. Une occupation romaine est attestée.
    2. Les Templiers établissent une Commanderie et une église.
    3. La culture du tabac et de la garance ainsi que l’élevage des vers à soie font la prospérité des habitants.
    4. La culture du sorgho remplace la garance. Sa paille est idéale pour la fabrique des balais dont Lapalud devient capitale jusqu’aux années 60.
    5. L’ancienne « capitale du balais » a perdu son titre face à la mondialisation.
    6. La RN7 emprunte un joli mail ombragé.
  • Mondragon.
    1. A voir : un château du 14e s., les ruines du château des Dragonnets et l’hôtel de Suze.
    2. Avant Mondragon, des ouvrages de maçonnerie protègent la Nationale 7 des chutes de pierres.
  • Mornas.
    1. A voir. La citadelle qui domine le voyageur depuis des siècles, l’église romane du Val-Romigier et les remparts.
  • Piolenc.
    1. La « capitale de l’ail » est maintenant connue pour son Musée de la Nationale 7, entrée nord du village.
    2. A voir. L’église du 11e s. et les châteaux de Crochans et de Beauchêne.
  • Orange (km 670).
    1. L’Arc de Triomphe Romain d’Orange est certainement l’un des symboles les plus forts de la Route Bleue.
    2. L’ancienne capitale de la principauté d’Orange possède une histoire et des monuments remarquables.
  • Courthézon.
    1. Sur le plateau de Courthezon, la Nationale 7 et l’Autoroute A 7 font bon ménage.
    2. Le castrum romain servant d’avant-poste à Orange est devenu un château au 12e s. qui est réputé pour ses cours d’amour.
    3. Les 15 fontaines, la Tour de l’Horloge, l’hospice de 1703, les 6 chapelles, les 5 châteaux…méritent une étape prolongée.
    4. François Blanc, le fondateur du casino Monte-Carlo et grand promoteur de la Principauté (Rallye, courses…) est originaire de Courthezon.
  • Bédarrides.
    1. Les nostalgiques regrettent le célèbre Motel 7 victime de l’autoroute…
  • Sorgues.
    1. Le temps de l’usine d’explosifs La Poudrerie, le long de la route, semble loin.
    2. Qui se souvient que c’est ici qu’Albert Roche « l’homme le plus décoré de la guerre de 1914-18 perdit la vie écrasé par une auto…. ?
  • Le Pontet.
    1. Sa « bretelle » permettait de contourner Avignon.
  • Avignon (km 697).
    1. Le Palais de Papes et le célèbre Pont d’Avignon.
  • Noves (13).
    1. L’entrée dans les Bouches-du-Rhône et le parcours jusqu’à Aix-en-Provence étaient réputés pour les platanes le long des routes.
  • Saint-Andiol.
    1. Les motards connaissaient bien le garage Nougier de Jean Nougier, le « Sorcier de Saint-Andiol », un préparateur exceptionnel…
  • Plan-d’Orgon.
    1. Avec le croisement de la route de Cavaillon, le village était réputé pour ses épouvantables bouchons…
    2. C’est là que fut tourné une scène du film « Heureux qui comme Ulysse » avec Fernandel
  • Orgon. (km 728).
    1. Le Musée Automobile de Provence mérite un bon arrêt.
  • Sénas.
    1. Son marché de primeurs en gros était réputé. C’est ici que part la Route de Marseille.
  • Lambesc.  
    1. Le « Versailles Aixois » avait souffert du tremblement de terre de 1909. Son centre ville mérite la visite.

 

 

St-Cannat-Fotolia_8939552

Saint-Cannat (13) © Marc Cecchetti – Fotolia.com.

 

 

  • Saint-Cannat.  
    1. La route traverse le village natal du grand marin Pierre-André de Suffren

 

 

Nationale-7-Aix

Entrée d’Aix-en-Provence © Verlinden

 

 

 

 

Chateauneuf-le-Rouge.-Natio

Châteauneuf-le-Rouge (13). Rare plaque encore reliée à la RN 7. © Verlinden

 

 

  • Châteauneuf-le-Rouge.
    1. La Nationale 7 longe la Montagne Sainte-Victoire, elle traverse la plaine où le général romain Marius a vaincu les Teutons.
  • Rousset. La Silicone Valley provençale.
  • Pourcieux (83).
    1. Entrée dans le département du Var.
    2. Après la grande plaine, la Nationale 7 s’engage dans un de ses villages les plus réputés pour leurs embouteillages.
    3. Pourcieux sera contourné en 1966.
  • Saint-Maximin-la-Sainte-Baume. (km 813).
    1. Avec la Nationale 7, il fut un temps où Saint-Maximin était plus connue pour ses embouteillages annoncés à la radio que pour sa basilique et le souvenir de Marie-Madeleine, sainte patronne de la Provence !
  • Tourves.
    1. Avec sa grande rue de 4 mètres de large, le beau village devenait un cauchemar lorsque des poids lourds devaient se croiser….
    2. Le lundi 2 août 1965 le record est battu avec le passage de 28 000 véhicules et une file d’attente de plus de 6 kilomètres…
  • La Celle.
    1. La Nationale 7 tangente le nord du territoire de La Celle.
  • Brignoles.
    1. Le Château Tivoli y a longtemps été une table réputée.
  • Flassans-sur-Issole.
    1. La section de route dite des « Bosses de Flassans » avait mauvaise réputation avec son microclimat favorisant le verglas en hiver.
    2. La traversée du village, avant sa déviation dans les années 1960, était du même calibre que celle de Pourcieux, St-Maximin
  • Le Luc. (Km 855).
    1. L’arrivée sur Le Luc était précédée d’une des montées les plus raides de la Nationale 7 avant une pente régulière jusqu’au centre ville.
  • Le Cannet-des-Maures.
    1. Au temps de la Nationale 7, c’est au Cannet-des-Maures que bifurquait la route vers Saint-Tropez avec ses célèbres virages de la Garde-Freinet
  • Vidauban.
    1. Du haut de ses 183 m, la chapelle Sainte-Brigitte dominait la Nationale 7.
    2. La chapelle est maintenant plus connue des usagers de l’autoroute, surtout la nuit où elle jouit d’un magnifique éclairage.
  • Le Muy. (Km 879).
    1. Dans la vallée de l’Argens, le Muy est une cité carrefour vers Draguignan et Sainte-Maxime ce qui impliquait, bien sûr, de gros bouchons…
  • Puget-sur-Argens.
    1. C’est ici que commençait l’autoroute vers Cannes ouverte en 1960.
  • Fréjus. (Km 895).
    1. Fréjus, ville romaine par excellence.
    2. Fréjus victime de la catastrophe du barrage de Malpasset, le 2 décembre 1959.
    3. Fréjus la croisée des chemins vers Cannes : Nationale 7 ou Corniche d’Or.
    4. La Nationale 7 passe devant la pagode bouddhique créée en 191418 pour les troupes indochinoises et la Nécropole des troupes de Marine.
  • Saint-Raphaël.
  • Les Adrets-de-l’Estérel (83). (Km 912).
    1. 183 virages dans l’Estérel, des cols (Auriasque 201 m, Testanier 312 m).
    2. La route se mérite et les passagers n’ont toujours pas vu un bout de mer.
    3. A partir de l’auberge des Adrets, rendue célèbre par le souvenir de Gaspard de Bresse, trousseur de voyageurs (une tradition locale bien antérieure à l’arrivée des romains), la descente vers Mandelieu et Cannes s’amorce et … miracle au détour d’un virage la première image de mer apparaîtra.
  • Théoule-sur-Mer (06).

    1. Entrée dans les Alpes-Maritimes (06) avec une superbe vue sur la mer.
  • Mandelieu-la-Napoule. (Km 924).
  • Cannes. (Km 932).
    1. La Nationale 7 empruntait alors la rue d’Antibes…
  • Vallauris – Golfe Juan.
    1. Une pensée pour Napoléon 1er de retour de l’île d’Elbe et l’envie de rejoindre les plages de sable fin…
  • Juan-les-Pins.
    1. Le Jazz, les plages, les boutiques…
    2. C’est les vacances. Les épreuves de la Nationale 7 sont vaincues pour cela…
  • Antibes.
    1. De nombreux campings, des plages plus grandes et plus variées qu’ailleurs…
  • Villeneuve-Loubet.
    1. La Bonne Auberge et ses trois Etoiles au Michelin, son portail, son cyprès et son mât portant un drapeau français est alors associée à Villeneuve-Loubet devenue dans les années 1970 la ville de Marina Baie des Anges...
    2. Fort heureusement Villeneuve-Loubet possède un musée de l’Art Culinaire qui honore Auguste Escoffier (1846 – 1935) « Roi des Cuisiniers et Cuisinier des Rois« .
  • Cagnes-sur-Mer.
    1. La N7 passe derrière l’hippodrome.
    2. Sur la gauche et sur les hauteurs, le château Grimaldi.
  • Saint-Laurent-du-Var.
    1. Pas encore de Centre Commercial Cap 3000 mais l’aéroport de Nice attire de plus en plus l’attention par ses extensions.
  • Nice. (Km 960).
    1. La Promenade des Anglais est un haut lieu pour les amoureux de la N7 mais les puristes se rappellent qu’elle empruntait alors la rue de France
  • Villefranche-sur-Mer.
    1. Grande-Corniche ou Moyenne-Corniche ?,
    2. la première a été classée Nationale 7 jusqu’en 1978
  • Èze.
    1. Point culminant (542 m) au lieu dit « Bellevue », après le col d’Eze.
  • La Turbie. (Km 972).
    1. La puissance historique de ce lieu est considérable : Hercule, César, Auguste, Constantin… sont passés par là…
    2. C’est l’interface entre l’Italie et les Gaules…
    3. Le Trophée d’Auguste s’y dresse fièrement.
  • Passage à proximité de la Principauté de Monaco par la Moyenne Corniche.
    1. A environ 5 km de la Principauté, bien des voyageurs font le détour mais l’accès routier de la Principauté a longtemps été difficile.
  • Beausoleil.
    1. La commune qui jouxte la Principauté.
  • Roquebrune-Cap-Martin. (Km 981).

 

 

Menton-Fotolia_47957545

Menton © Jean-Jacques Cordier – Fotolia.com.

 

 

  • Menton (06) et en direction de Vintimille en Italie. (Km 996).
    1. L’ancienne douane de Menton, à l’entrée du pont Saint-Louis, signe la fin du voyage sur la N7.
    2. Près de 1000 km de paysages (996 km dont 76,629 dans les Alpes-Maritimes), d’histoire et de rencontres.
    3. Le site a été rendu célèbre par la scène du film « Le Corniaud » avec Bourvil et De Funès.

 

 

Nouvelles dénominations de Nationale 7


 

 

  • Vaucluse (84), notamment entre Sorgues et Orange, RD 907.
  • Bouches-du-Rhône (13), D 7N.
  • Var (83), D N7.
  • Alpes-Maritimes (06), D 6007 jusqu’à la frontière italienne où son parcours se termine. Sur le territoire de la Métropole Nice Côte d’Azur M6007

 

 

L’Autoroute A 7 (Autoroute du Soleil)


 

 

  • Lyon-Marseille (312 km) dans le prolongement de l’A6 (Paris-Lyon).
  • 1951-1969.  Travaux de construction.

 

 

Symboles de la RN7


 

 

 

 

 

Nougat_Fotolia_17306647

Nougat. Un symbole de la Nationale 7 © Simone van den Berg – Fotolia.com

 

 

Arc-de-Triomphe-d'Orange-Ve

Arc de Triomphe d’Orange © Verlinden. Se faire photographier devant l’arc est une tradition pour les amateurs de la Nationale 7.

 

 

Pour ceux qui veulent aller encore plus loin…


 

 

Madagascar-RN7-Fotolia_2725

Route Nationale 7 à Madagascar © machiavel007 – Fotolia.com.

 

 

  • A Madagascar, il existe une RN7 qui part de Tananarive (Antananarivo) vers Ambalavao et Fianara.
    1. C’est l’une des belles routes du pays.

 

 

Livres liés à Nationale 7


 

 

Dans Le Tour de Gaule d’Astérix (page 28, case 2) de René Goscinny.

  1. Les deux héros sont en route vers Nicae (Nice). Ils empruntent la VR VII, c’est-à-dire la RN 7.

 

 

Nationale-7-en-Autorama

2014. La Nationale 7 en autorama. Thierry Dubois. Editions Paquet.

 

 

Histoire-de-la-Nationale-7

2014. Histoire de la Nationale 7 : De l’Antiquité à la route des vacances. Thierry Nélias. Editions  Pygmalion.

 

 

C'etait-la-Nationale-7

2012. C’était la Nationale 7. Thierry Dubois. Editions Paquet.

 

 

Etrenelle-Nationale-7

2010. Eternelle Nationale 7 : Au coeur de la France . Marie-Sophie Chabres. Jean-Paul Naddeo. Editions Gründ.

 

 

 

Voitures symboles de la Nationale 7


 

 

Cliquer sur l’image pour voir l’article sur le modèle automobile.

 

       

 

 

Pour en savoir plus sur le 7


 

 

Cliquer sur le lien visuel pour accéder à l’article correspondant.

 

 

        

 

 

 

 

Mots Clés : , , ,
.