Jules César. Musée d’Arles Antique. © Verlinden.

 

 

 

Accueil Provence 7

Siège de Marseille : Jules César prend Marseille


 

 

 

 

 

 

  • Deux guerres mettent en scène Jules César en Provence.
    1. La Guerre des Gaules qui aboutit à la défaite d’Alésia par les Gaulois commandés par Vercingétorix.
    2. La Guerre Civile qui oppose notamment César à Pompée pour la suprématie suprême à Rome.
  • C’est dans le contexte de la Guerre Civile que se situent le siège et de la prise de Marseille par Jules César.
    1. Les opérations de siège de Marseille s’étendent du Printemps au 25 octobre 49 av. J.-C.

 

 

Marseille en 49 av. J.-C.


 

 

  • Au moment où le siège commence, Marseille est l’une des plus puissantes cités de la Méditerranée, reconnue comme le principal allié historique de Rome.
    1. Marseille est une puissance maritime et commerciale.
    2. Marseille est réputée pour la qualité de ses enseignants (Rhétorique, droit, médecine…).
    3. Marseille jouit de privilèges et d’une certaine autonomie.

 

 

La Guerre Civile


 

 

Le vainqueur des Gaules

 

  • Jules César vient de remporter la Guerre des Gaules (58 à 51/50 av. J.-C.).

Le triumvirat

 

  • 60 av. J.-C. Trois hommes ambitieux concluent un accord secret pour une durée de cinq ans.
    1. Pompée (-106 , – 48) est le plus puissant des trois.
      1. Général et amiral de la flotte il se couvre de gloire notamment contre Sertorius en Hispanie, contre les pirates en Méditerranée et contre  Mithridate VI en Afrique
      2. Crassus (– 115, – 53), probablement l’homme le plus riche de Rome.
        1. Crassus a constitué sa richesse dans l’immobilier.
        2. Il est auréolé de sa victoire contre les esclaves de Spartacus en 71 av. J.-C.
      3. Jules César (– 102 ou – 100, – 44) est un brillant avocat qui a osé attaquer en justice un consul à sa sortie d’exercice.
        1. Depuis 63, il est élu Pontifex maximus (grand prêtre du collège des Pontifes).
  • 56 av. J.-C.  Le triumvirat est renouvelé à Lucques, en Gaule cisalpine.
  • 53 av. J.-C. Fin du triumvirat.
    1. Crassus est battu et tué par les Parthes.
    2. Julia, fille de César et femme de Pompée, meurt, ce qui rompt un lien puissant unissant César et Pompée qui se disputent alors le pouvoir.
  • 50 av. J.-C. César, en fin de son proconsulat, refuse de libérer ses légions comme l’exige Pompée.

 

L’offensive de César

 

  • César se pose en victime.
    1. Jules César se dit victime de l’acharnement des Conservateurs (Optimates) qui le tiennent à l’écart.
  • César se place en défenseur des tribuns de la plèbe.
    1. La jeunesse de César a été marquée par la sanglante guerre civile qui oppose Caius Marius (parti des Populares) à Sylla (parti des Optimates).
    2. Les Populares veulent répondre aux revendications sociales et aux tribus du peuple. Ils souhaitent donner davantage de pouvoir aux Italiens et aux provinciaux.
    3. Les Optimates ou conservateurs s’appuient sur l’aristocratie et le sénat romain.
    4. Jules César est lié aux Populares par des liens familiaux :
      1. Sa tante Julia a été l’épouse du consul Caius Marius.
      2. Par ailleurs, Jules César épouse, en 84 av. J.-C. et jusqu’en 68 av. J.-C.  Cornelie Cinna, la fille de Cinna, successeur de Marius et ennemi malheureux de Sylla.
    5. Jusqu’en 49 av. J.-C., Jules César se montre plutôt modéré en évitant la lutte frontale avec le tout puissant et terriblement craint Sylla.
  • 49 av. J.-C. Janvier. Alea Jacta est (Le sort en est jeté) : Jules César franchit le Rubicon avec ses armées.
    1. Le Rubicon est un petit fleuve côtier du nord-est de l’Italie qui marque la frontière entre la province de la Gaule Cisalpine, où Jules César est autorisé à manœuvrer avec ses armée et l’Italie.
    2. Franchir le Rubicon est parfaitement illégal puisque Jules César à reçu ses forces militaires pour agir dans un temps donné et dans un espace bien défini.
    3. Personne à Rome ne peut imaginer qu’il aurait l’audace d’agir ainsi contre la loi.
    4. Aucune préparation militaire n’est organisée en prévision d’un improbable mouvement armé vers la grande Cité latine.
    5. César renverse le sens de l’illégalité et il affronte le destin. Pour lui, il n’y a plus que deux options : mourir dans le déshonneur ou vaincre et perdre le pouvoir ou remporter la victoire et prendre le pouvoir.
      1. Aujourd’hui on dirait qu’il engage une action disruptive (faible probabilité – fort impact).
    6. Jules César compte sur les atouts qui lui ont permis de remporter la Guerre des Gaules :   l’audace, la rapidité des déplacements de ses troupes, l’expérience et la fidélité de ses légions.
  • La victoire est rapide et presque totale.
    1. César ne rencontre pratiquement aucune résistance pour entrer dans Rome.
    2. Il s’adjoint même trois légions levées par Pompée son adversaire direct.
    3. Pompée, les consuls et des sénateurs modéré tels que Cicéron prennent la fuite.
    4. Jules César s’assure le soutien de Rome et de l’Italie. Le peuple le fait nommer dictateur.
    5. C’est alors que Jules César décide de se rendre en Espagne afin de combattre le gros des troupes restées fidèles à Pompée.
    6. Le chemin passe par Marseille.

 

 

Siège de Marseille par Jules César


 

 

Marseille choisit le partie de Pompée

 

  • Fin diplomates et excellents commerçants, les Grecs de Marseille cherchent à tout prix à éviter de choisir entre César et Pompée.
  • César s’impatiente et exige que les Marseillais lui ouvrent leur ville.
  • Les Marseillais hésitent mais ils sont pris entre le marteau et l’enclume.
    1. D’un côté César a conquis les Gaules et vient de prendre le pouvoir en Italie.
    2. De l’autre, Les Marseillais veulent respecter le pouvoir légitime incarné par Pompée.
    3. Les partisans de Pompée ne manquent pas de souligner tout ce que le commerce marseillais doit à Pompée qui vient de débarrasser totalement la mer de ses pirates qui infestaient la Méditerranée depuis longtemps.
    4. Par ailleurs, Lucius Domitius Ahenobarbus, proche de Pompée et apprécié des Marseillais arrive à Marseille avec une flotte de combat.
  • Selon l’historien Velleius Paterculus, les Marseillais proposent de jouer le rôle d’arbitre dans la guerre civile.
  • Jules César s’impatiente puisqu’il doit gagner l’Espagne pour combattre les pompéiens dans leur sanctuaire. Il décide de mettre le siège de Marseille et d’organiser un double blocus terrestre et naval.
  • César, lui-même, décrit l’action dans sou ouvrage Guerres Civiles.
    1. « César, se sentant profondément outragé, conduisit sous Marseille trois légions ; il ordonne la construction de tours et abris pour l’assaut de la cité et de 12 navires de guerre à Arles. Après trente jours quand ces navires furent terminés, armés et amenés à Marseille, il en donna le commandement à Decimus Junius Brutus et confia le siège de la cité au légat Gaius Trebonius ».

 

 

Batailles navales autour de Marseille


 

 

  • Afin d’assurer le blocus maritime, César doit se rendre maître de la mer. La question est particulièrement complexe.

 

Pompée et ses lieutenants incarnent la puissance navale.

 

  • La victoire de Pompée sur les pirates en Méditerranée fait des partisans de Pompée les maîtres de la mer Méditerranée.
  • Le camp de Pompée dispose de moyens maritimes importants.
  • Les lieutenants de Pompée sont d’excellent stratèges sur mer et ils ont des hommes expérimentés pour manœuvrer leurs navires.
  • Le soutien des Marseillais est colossal puisqu’ils jouissent de la meilleure réputation sur la mer Méditerranée.

 

Jules César dispose de peu de moyens et ses hommes sont peu expérimentés, à l’exception de Brutus

 

  • Jules César ne dispose pas de navires.
  • Ses hommes ont peu d’expérience sur mer qu’il s’agisse des officiers ou des rameurs.
  • Jules César fait construire en toute hâte des navires par ses amis et alliés d’Arles. Ces navires sont acheminés en toute hâte en partie par voie terrestre !
    1. Les 12 navires commandés qui sont construits en hâte n’ont pas eu le temps d’être « rodés ».
  • Pour commander sa force navale, Jules César nomme Decimus Junius Brutus.
    1. 56 av. J.-C. Lors de la Guerre des Gaules, à la bataille du Morbihan, Brutus apporte avec ses bateaux la victoire sur la flotte des Vénètes.
    2. 52 av. J.-C. La contribution de Brutus à la victoire sur Vercingétorix est décisive.
    3. 51 av. J.-C. Brutus est nommé questeur puis légat.
    4. 48 – 46 av. J.-C. César nomme Brutus  propréteur  de la Gaule Transalpine et de la Gaule cisalpine et la voie du consulat lui est ouverte…
    5. 44 av. J.-C. Decimus Junius Brutus fait partie des conjurés qui exécutent César alors même que ce dernier l’avait inscrit dans son testament.
      1. Il ne doit cependant pas être confondu avec Marcus Brutus, fils adoptif de César et auteur du complot qu’il a rejoint après le complot.
  • L’improbable se produit : par deux fois les hommes de César l’emportent sur la mer.
    1. Les Marseillais et leurs alliés pompéiens tentent par deux fois en vain de forcer le siège naval.
  • La flotte de César remporte la bataille de Marseille.
    1. 49. av. J.-C.  27 juin. Brutus remporte la bataille dans la rade de Marseille.
  • La flotte de César remporte la bataille de Taurœntum.
    1. 49 av. J.-C. 31 juillet. Brutus remporte la bataille entre Toulon et Marseille.

 

 

Siège terrestre de Marseille


 

 

  • Comme il l’a démontré à Alésia, Jules César est un formidable boa constricteur : il étouffe l’adversaire dans des batailles longues et il excelle dans la science des sièges de villes.
  • Les Romains nomment poliorcétique (mot issu du grec poliorketikos) la technique du siège, aussi bien défensive qu’offensive.
    1. De telles opérations comprennent souvent un blocus, afin d’affaiblir la place en la coupant de tout soutien.
    2. Des ingénieurs et des armements spéciaux sont dédiés à ces opérations militaires.
    3. 3 types d’actions sont conduites : la coupure des lignes d’approvisionnement de la ville, la mise en place de machines de siège (pour faciliter l’assaut, et pour « bombarder » la ville) et des opérations de sape des remparts.
    4. Jules César est entouré des meilleurs spécialistes.
  • Le légat Gaius Trebonius est chargé des opérations terrestres.
    1. Pendant la Guerre des Gaules et l’expédition en Grande-Bretagne, Trebonius est le légat de César. Trebonius est notamment responsable des sièges de Vellaunodunum et d’Alésia.
    2. 48 av. J.-C. Après la victoire de Marseille, Trebonius est  élu préteur urbain. Trebonius fait face à la tentative de sédition organisée à Rome par son collège Marcus Caelius Rufus.
    3. 47 av. J.-C. Trebonius est nommé propréteur d’Hispanie ultérieure qu’il doit fuir suite à une mutinerie des troupes ayant épousé le parti de Pompée.
    4. 44 av. J.-C. Mars. Gaius Trebonius trahit César en prenant part à son assassinat. Lors du complot, Trebonius occupe Marc Antoine afin de l’empêcher d’accompagner César dans la curie.
    5. 43 av. J.-C.  Trébonius est proconsul pour l’Asie. Il est capturé et exécuté à Smyrne par Publius Cornelius Dolabella que Marc Antoine a mis à la tête de la province de Syrie.

 

Un siège long et pénible pou tous.

 

  • Battus sur mer contre toute attente, les Marseillais livrent une résistance terrestre exceptionnelle aux forces romaines.
  • César témoigne de leur résistance et des derniers moments du siège dans son livre Guerre Civile.
    1. « Les Marseillais, épuisés par toutes sortes de maux, réduits à l’extrême famine, battus deux fois sur mer, déroutés dans plusieurs sorties, … décidèrent de se rendre, cette fois loyalement. Mais quelques jours avant Lucius Domitius Ahenobarbus, connaissant les intentions des Marseillais, se procura trois navires, parmi lesquels deux appartenant à des amis intimes, s’était embarqué lui-même sur le troisième et, profitant d’une violente tempête était parti. Les poursuivirent les navires qui, par ordre de Brutus, montaient quotidiennement la garde au port : levèrent l’ancre et les prirent en chasse. Mais des bateaux poursuivis, un, justement celui de Domitius, accéléra, persista dans la fuite et, à la faveur de la tempête, disparut à l’horizon ; les deux autres, terrifiés par les attaques convergentes de nos navires, retournèrent au port. Les Marseillais, exécutant les ordres, portent hors de la place-forte armes et machines de guerre, font sortir du port et des chantiers les navires, consignant l’argent du trésor public »

 

 

Conséquences de la victoire de César


 

 

Jules_Cesar-Buste-Arles-ver

Jules César – Musée d’Arles Antique © Verlinden.

 

 

  • Vainqueur de Marseille et surtout vainqueur de l’Espagne, César peut en découdre avec Pompée pour devenir le maître unique de Rome.
    1. A Rome, le triomphe est parfois proche de la fin et Jules César est exécuté par ceux qui ne veulent pas qu’il se prenne pour un roi…

 

 

Conséquences de la défaite pour Marseille


 

 

Marseille payera lourd le poids de sa défaite.

 

  • César lui reproche sa résistance. Il veut aussi lui faire payer le prix de son engagement pour le parti politique conservateur.
  • Se rajoute, une vengeance toute particulière à l’égard de Grecs que la génération de César, surtout ceux du parti populaire, tiennent pour des aristocrates, des artistes et des intellectuels…
  • Marseille perd son leadership à tous les niveaux.
    1. Lyon devient la capitale des Gaules.
    2. Narbonne est la capitale de la  province qui porte son nom.
    3. Arles profite de la reconnaissance pour son soutien déterminant.
    4. Autour de Marseille un réseau de puissantes cités est mis en place :
      1. Fréjus, port de guerre et port commercial.
      2. Aix-en-Provence, Orange, Nîmes... et jusqu’à Nice-Cimiez.
  • Auguste sera à peine plus clément que César.
    1. Il faudra attendre Néron, Marc Aurèle et surtout Hadrien pour voir Marseille revenir en odeur de sainteté à Rome…

 

 

Livres liés à Jules César prend Marseille


 

 

 

Jules-César-Livre

2008. Jules César. Robert Etienne. Editions Fayard.

 

 

Véritable-Histoire-de-Jules

2007. La véritable histoire de Jules César. Jean Malye. Editions Belles Lettres.

 

 

César - la Guerre civile

2013. La Guerre CivileJules César. Editions la Bibliothèque Digitale.

 

 

Cesar-La-Guerre-des-Gaules

1993. La Guerre des GaulesJules César. Flammarion.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mots Clés : , ,
.