Chasseurs Alpins : histoire, missions et organisation


© NATO North Atlantic Treaty Organization – FlickR.com

 

Accueil Provence 7

Chasseurs Alpins : histoire, missions et organisation


 

© hliguy / Lexie 972 – FlickR.com

 

  • Fantassins de l’Armée de Terre.
    1. Spécialisés dans le combat en milieu montagneux.
    2. Les Chasseurs Alpins appartiennent à la fois au corps des chasseurs à pied et aux troupes de montagne.
    3. Les traditions et les modes d’actions des Chasseurs-Alpins sont donc issus de ces deux corps.

 

Histoire des Chasseurs Alpins


 

© Mountain Morte – FlickR.com

 

  • Milieu 19e s. Evolution des techniques de guerre.
    1. Nouvelles armes.
      1. La carabine Delvigne-Pontcharra (du nom des deux généraux l’ayant créée et perfectionnée) attire l’attention de l’armée.
      2. Le roi de France Louis-Philippe Ier charge son fils, le duc d’Orléans Ferdinand-Philippe, de créer une troupe spéciale chargée d’expérimenter cette carabine.
      3. 1837. Une troupe d’élite nommée Compagnie de Chasseurs d’essai est créée.
        1. Matériel allégé et plus fonctionnel que celui de l’infanterie classique.
        2. Tenue sombre et simple qui est adaptée pour des missions furtives et rapides.
        3. Leur succès est immédiat.
      4. 1838. Le Roi renforce la troupe qui devient le Bataillon Provisoire de Chasseurs à pied.
        1. Le bataillon est envoyé en Algérie et s’illustre dans les guerres coloniales.
        2. Plusieurs généraux réclament des bataillons de ce type.
      5. Le roi Louis-Philippe fait alors voter une loi portant création de 10 bataillons de chasseurs à pied.
        1. 1840. 28 septembre. Les 10 bataillons naissent au camp d’Helfaut, près de Saint-Omer dans le Pas-de-Calais.
        2. Le bataillon provisoire de chasseurs à pied devient le 1er bataillon de chasseurs à pied.
      6. 1853. Le nombre de bataillons passe à 20.
      7. 1859. Garibaldi et Cavour font évoluer l‘Italie vers un Etat solide et unifié.
        1. Désormais, la frontière alpine devient une menace.
        2. Les Italiens sont les premiers à doter leur armée de troupes spécialement formées à la guerre en montagne.
      8. 1871. Le nombre de bataillons passe à 31.

 

© Mountain Morte – FlickR.com

 

  • 1888. 24 décembre. Les troupes de montagne sont créées par une loi afin de prévenir une possible invasion des Italiens.
    1. 12 Bataillons des 31 bataillons des Chasseurs à pied sont choisis pour former ces troupe.
    2. Ils prennent le nom de Bataillons Alpins de Chasseurs à Pied.
    3. Ces 12 bataillons sont rattachés aux 2 corps d’armée de Lyon et de Nice qui défendent les Alpes.
      1. 14e corps d’armée de Lyon.
        • 12e BCA (Grenoble). 13e BCA (Chambéry). 14e BCA (Embrun), 22e BCA (Albertville), 27e BCA (Annecy) 28e BCA (Grenoble), 30e BCA (Grenoble)
      2. Le 15e corps d’armée de Nice :
        • 6e BCA (Nice), 7e BCA (Antibes puis Draguignan), 11e BCA (Barcelonnette), 23e BCA (Grasse), 24e BCA (Villefranche-sur-Mer).
  • 1916. Changement de nom qui devient Bataillons de Chasseurs Alpins (BCA), formés de 6 compagnies de 154 hommes chacun.

 

Première Guerre Mondiale

  • 1914. Chaque bataillon de chasseurs crée un bataillon de réserve constitué d’hommes âgés de 23 – 35 ans.
    1. Le numéro du bataillon de réserve est obtenu en ajoutant le nombre 40 au numéro du bataillon d’active correspondant ; par exemple : le 46e BCA est le bataillon de réserve du 6e BCA.
    2. Il existe donc 12 BCA de réserve :
      1. 46e BCA ; 47eBCA ; 51e BCA ; 52e BCA ; 53e BCA ;54e BCA ;62e BCA ;63e BCA ; 64e BCA ;67e BCA ;68e BCA ; 70e BCA.
    3. À ces bataillons s’ajoutent les bataillons de chasseurs alpins de l’armée territoriale constitués d’hommes âgés de 35-45 ans. Il s’agit de 7 bataillons : du 1er au 7e BCAT.
    4. Une 44e division d’infanterie alpine (général Soyer) regroupe, les 97e RIA, 157e RIA, 159e RIA et 163e RI (tous à quatre bataillons du fait de leur mission de défense des frontières).
  • 1915. 9 bataillons de marche de chasseurs (BCA et BCP) sont créés : 32e BCA Chambéry – 102e BCP – 106e BCP Paris – 107e BCA Bagneux – 114e BCA à Pérouges115e BCA près de Nîmes  – 116e BCA  La Boisse – 120e BCP Sennecey-le-Grand –  121e BCP Langres.
    1. Le 27e BCA s’illustre lors des combats du Hartmannswillerkopf, de janvier à .

   

 

Entre 2 guerres

  • 1918. Disparition des bataillons de marche, des bataillons territoriaux et des bataillons de réserve.
  • 19201922. Les 25e et 15e BCP deviennent des BCA.
  • 1927.  Les 9e18e et 20e BCP sont alpinisés.
  • 1929. Disparition des 12e14e23e28e et 30e BCA.
  • 1939. 11 garnisons des bataillons de chasseurs alpins.
    1. 6e BCA Grenoble7e BCA Albertville9e BCA Antibes  – 11e BCA Gap13e BCA Chambéry 
    2. 15e BCA Barcelonnette18e BCA Grasse20e BCA Antibes22e BCA Nice24e BCA Villefranche-sur-mer25e BCA  Menton.

 

© Desert-Fox Customs – FlickR.com

 

Deuxième Guerre Mondiale

  • 1940. Les BCA sont organisés en demi-brigades de chasseurs alpins (DBCA) au sein des divisions d’infanterie alpines (DIA).
  • 27e DIA du général Doyen, (7e CA, 8e armée) :
    1. 7e DBCA (11e15e et 28e BCA).
  • 28e DIA du général Lestien (réserve du GQG)
    1. 5e DBCAb (13e53e et 67e BCA).
    2. 25e DBCA (7e27e et 47e BCA).
  • 29e DIA du général Gérodias (sl) (réserve du GQG)
    1. 6e DBCA (24e25e et 65e BCA).
  • 30e DIA du général Duron (43e CA, 5e armée)
    1. 22e DBCA (18e23e et 60e BCA).
  • 64e DIA du général de Saint-Vincent (14e CA, Armée des Alpes)
    1. 7e DBCA (11e15e et 28e BCA).
  • 65e DIA du général de Saint-Julien (15e CA, Armée des Alpes)
    1. 46e DBCA, (102e104e et 105e BCA).
  • D’autres bataillons de chasseurs alpins sont intégrés dans des secteurs fortifiés.

 

Traditions des Chasseurs Alpins


 

  • Les chasseurs alpins sont des chasseurs à pied spécialisés dans le combat en montagne.
  • Leurs traditions sont à la fois issues du corps des chasseurs à pied mais également des troupes de montagne.

 

La tarte © Fotolia.com

 

Tenue de tradition

  • Appelée tenue Solférino.
    1. La  tarte avec son insigne d’arme.
      1. 1891. Adoption du béret de chasseur alpin.
      2. Origine béarnaise.
      3. Surnommé la tarte.
      4. Devient le signe distinctif.
      5. Sa taille permet  de se protéger du froid lors des longues marches et gardes en montagne.
      6. Protection contre le Soleil.
      7. Le béret est ensuite adopté par d’autres troupes avec des couleurs propres :
        1. Béret rouge des parachutistes.
        2. Béret vert des Légionnaires et les Commandos Marine.
        3. Béret bleu ciel pour l’Aviation Légère de l’Armée de Terre (ALAT).
    2. Les knickers bleus à passe-poil jonquille.
    3. La chemisette ou le blouson bleu selon la saison, orné des insignes régimentaire, divisionnaire, des décorations, des fourreaux de galons ainsi que de la fourragère.
    4. Les bas blancs.
    5. Les chaussures de montagne.
    6. Le foulard (plastron) jonquille est porté lors de prises d’armes ou de cérémonies.

 

Vocabulaire

  • L’usage du mot rouge est interdit et remplacé par bleu cerise…  sauf pour désigner la couleur des lèvres de la femme aimée, la Légion d’honneur, la fourragère de la Légion d’honneur dite  la rouge  et le drapeau.
    1. L’origine de cette tradition vient  de la volonté du gouvernement d’imposer le port de pantalon rouge garance..
  • On ne dit pas jaune mais jonquille.
  • On ne dit pas l’uniforme mais la tenue.
  • On ne dit pas la musique mais la fanfare.
    1. Cette fanfare ne joue pas, elle sonne.
    2. Un refrain n’est pas chanté mais il est sonné.
    3. On ne dit pas le tambour mais la caisse claire.
  • On ne dit pas la caserne mais le quartier.
  • Le chasseur a le sang vert. Tradition partant d’un jeu de mot avec le vers « le sang versé pour la France » du chant La Protestation.
  • Les chasseurs alpins sont surnommés les Diables Bleus  ou les Vitriers.  Ils sont également appelés chass’bit ou chasseur de lapin.
  • Le  chasseur se met au garde-à-vous
    1. Quand il entend le refrain de son bataillon ou celui des bataillons où il a servi.
    2. Quand il entend La Protestation, créée en 1873 au camp de Châlons au moment où la loi des cadres mit en cause l’existence des bataillons de chasseurs.
    3. Quand les Allobroges sont sonnés
  • Le chasseur salue quand sonne la Sidi Brahim.

 

Drapeau

  • Il n’y a qu’un seul drapeau pour tous les bataillons et groupes de chasseurs à pied ou alpins,.
  • La garde en est confiée, à tour de rôle et dans l’ordre croissant des numéros, à chaque bataillon pour un an.
  • La passation se fait au Château de Vincennes, berceau des chasseurs, lors de la cérémonie des journées bleu-jonquille.
  • Le  fait qu’il ne subsiste plus que 4 bataillons et l’École militaire de Haute Montagne facilite ces passations. 

Galons

  • Traditionnellement, les galons en chevrons des chasseurs alpins, sont portés à l’envers des autres armées.

 

Brevets militaires de compétence en montagne

  • Les brevets « montagne » sanctionnent la réussite d’une formation en été et en hiver.
  • Brevet d’alpiniste et de skieur militaire (BASM). Il permet au soldat de montagne d’être autonome au sein d’un détachement été comme hiver. Il se compose du :
    1. Brevet de Skieur Militaire (BSM), formation d’une durée de 4 semaines,
    2. Brevet d’Alpiniste Militaire (BAM), formation d’une durée de 3 semaines ;
  • Brevet de Chef d’Equipe Haute Montagne (BCEHM).  Ouvert après 1 an de détention du BASM. Le brevet permet au chef d’équipe de conduire une cordée en montagne sous les ordres d’un chef de détachement. Il se compose des brevets de :
    1. Chef d’Equipe Haute montagne été (CEHM été). Formation d’une durée de 3 semaines,
    2. Chef d’Equipe Haute Montagne hiver (CEHM hiver). Formation d’une durée de 3 semaines.
  • Brevet de Qualification des Troupes de Montagne (BQTM).  Uniquement réservé aux cadres. Ce brevet sanctionne une formation poussée de chef de cordée dispensée à l’École Militaire de Haute Montagne (EMHM).
    1. Ce brevet permet à ses titulaires de s’entrainer au sein d’une équipe qualifiée en l’absence de chef de détachement, on distingue :
      1. La qualification été, stage d’une durée de 4 semaines,
      2. La qualification hiver, stage d’une durée de 4 semaines ;
  • Brevets de Chef de Détachement Haute Montagne (BCDHM, pour les sous-officiers) ou de Chef d’Unité de Haute Montagne (BCUHM, pour les officiers).
    1. Ces brevets correspondent à la même formation. Ils permettent à leurs titulaires de conduire des détachements de leur niveau (un groupe pour un sergent, une compagnie pour un capitaine) de façon totalement autonome? Ces brevets nécessitent :
      1. Un stage estival de 6 semaines à l’EMHM,
      2. Un stage hivernal de 6 semaines à l’EMHM.
  • Brevet Moniteur Guide Militaire (MGM) pour les experts montagne de la brigade.
    1. Le brevet nécessite :
      1. Un stage estival de 3 semaines à l’EMHM,
      2. Un stage hivernal de 3 semaines à l’EMHM.
  • Brevet Supérieur de Technicien de l’Armée de Terre (BSTAT) Option montagne.
  • Brevet de Guide de Haute Montagne obtenu auprès de l’organisme civil agréé : l‘Ecole Nationale de Ski et d’Alpinisme (ENSA) de Chamonix.
  • Il existe également d’autres brevets et qualifications qui, sans être spécifiques aux troupes de montagne, ont été créés et développés au sein de l’École Militaire de Haute Montagne (EMHM).
    1. Brevets de pilotage de parapente aux nombre de trois (brevets A, B ou C) qui sanctionnent une progression du niveau de qualification.
      1. Le brevet C correspond aux vols solos toutes météos, tous sites ainsi que le vol de nuit.

 

4 Unités de Chasseurs Alpins actuelles


 

© Model Miniature – FlickR.com

 

  • 6e bataillon de chasseurs alpins. Gap.
    1. Devise. Serrer les dents.
    2. 1840. Création du 6e bataillon de chasseurs à pied (6e BCP),
    3. 1842.  Devient 6e bataillon de chasseurs d’Orléans,
    4. 1844. Redevient 6e bataillon de chasseurs à pied (6e BCP),
    5. 1888. Devient le 6e bataillon alpin de chasseurs à pied (6e BACP),
    6. 1914. , il met sur pied le 46e bataillon de chasseurs alpins.
    7. 1916. Devient le 6e bataillon de chasseurs alpins (6e BCA),
    8. 1942. Dissolution du bataillon,
    9. 1944. Nouvelle formation du bataillon,
    10. 1994. Dissolution du bataillon,
    11. 2019, Le Bataillon devient le Centre de Formation Initiale des Militaires du rang de la 27e brigade d’infanterie de montagne – 6e bataillon de chasseurs alpins (CFIM de la 27e BIM – 6e BCA)..
    12. Engagements. Indochine. Guerre d’Algérie. FINUL, au Liban (1984).
  • 7e bataillon de chasseurs alpins. Varces, périphérie de Grenoble depuis juillet 2012.
    1. Devise « De Fer et d’Acier« .
    2. 5 compagnies de combat.
    3. 1 compagnie d’intervention de réserve.
    4. 1 compagnie d’appui ( CA ), au sein de laquelle est intégrée une section du Groupement de commandos de montagne).
      1. Le Capitaine Robert-Peters commande au 1er février 2021 la CA.
    5. 1 compagnie de commandement et de logistique.
  • 13e bataillon de chasseurs alpins. Barby, périphérie de Chambéry.
    1. 13e BCA est un corps d’infanterie motorisée de la 27e brigade d’infanterie de montagne depuis le  au sein de la Force Terrestre
    2. Environ 1 100 militaires et civils entraînés pour accomplir les missions suivantes :
      1. Intervention dans le cadre d’un conflit régional ou majeur,
      2. Actions humanitaires ou d’interposition dans le Monde,
      3. Aides et secours à la population,
      4. Défense militaire terrestre.
  • 27e bataillon de chasseurs alpins. Annecy.
    1. 1200 hommes et Femmes.
    2. Fusils HK 416. Véhicules de l’avant blindé. Véhicules à haute mobilité.
    3. 9 Domaines d’activité.
    4. 2020. OPEX. Opération Barkhane (Mali).

 

© Gozilah52 – Archive FlickR.com

 

Célébrités ayant fait partie des Chasseurs Alpins


 

  • Béthouart (Antoine). Général vainqueur à Narvik.
  • Blasco (Maxime)dit Max, Caporal-Chef. GCM au 7e BCA. 2021. Mort pour la France, au Mali,
  • Bulle. Commandant. Chef du maquis du Beaufortain. Mort pour la France en négociant la reddition d’Albertville lors de la libération de la Tarentaise.
  • Coche (Raymond). Officier, alpiniste et explorateur.
  • Costa de Beauregard (Roland). Général.
  • Darnand (Joseph).
    1. Nommé « premier soldat de France » pour son comportement héroïque pendant la Première Guerre mondiale.
    2. 1939. Fait Officier de la Légion d’honneur pour être allé chercher aux mains de l’ennemi le corps de son chef et ami le capitaine Agnely lors du combat de Forbach.
    3. Chef de la Milice française.
  • Faure (Jacques). Général de division,.
    1. 7 fois Champion de France de ski.
    2. 1932. Commande l’équipe de ski militaire.
    3. 1936. Porte-drapeau aux Jeux Olympiques de Garmisch-Partenkirchen.
    4. 1940. Participe à la bataille de Narvik.
    5. 1958. Commande notamment la 27e division alpine lors de la guerre d’Algérie.
  • Goybet (Victor). Général d’armée, combattant de la Première Guerre mondiale et alpiniste.
  • Mairet (Louis). Lieutenant-Colonel. Officier SAS du 2e RCP. Participe à la bataille de Narvik avec le 6e BCA. Compagnon de la Libération. S’est illustré en Algérie avec le 22e BCA.
  • Morel (Théodose) dit Tom Morel.   – 
    1. Lieutenant. Premier chef militaire du maquis des Glières, Saint-Cyrien. Ancien du 27e BCA. Héros de la Résistance. Compagnon de la Libération. Mort pour la France.
  • Poitau (Etienne). Dit capitaine Stéphane . Chef de la célèbre compagnie Stéphane des FFI, pionnier de la guérilla.
  • Putz (Gabriel). Colonel commandant de la 1re demi-brigade de chasseurs alpins (12e14e et 25e BCA). Tué au combat à Laverdure en Kabylie, le , pendant la Guerre d’Algérie.
  • Le Ray (Alain). Général. 1er chef militaire du maquis du Vercors. Chef des FFI de l’Isère. Commandant de la division alpine.
  • Seguin de Reyniès (Albert de). Commandant. Chef de bataillon. Tué par les Allemands en 1944.
  • Soutiras (Paul). 18931940. Commandant le 7e BCA, tué au combat lors de la bataille de France en 1940.
  • Tanant (Pierre). Lieutenant-Colonel. Chef d’Etat-major du Vercors en 1944. Auteur d’un ouvrage qui a fait référence sur le maquis du Vercors, délégué général du Souvenir français, chef du 6e BCA de 1947 à 1956.

 

Articles liés à Chasseurs Alpins


 

  • Cliquer sur une image-lien pour afficher l’article correspondant.

 

                             

Translate »