Ancienne cathédrale de Sospel © Verlinden.

 

 

 

Accueil Provence 7

Guide de tout le Baroque en Provence


 

 

 

 

 

 

Fondements du Baroque


 

 

Le mouvement artistique et spirituel

 

  • mi 16e s. Un sens nouveau de la fête et du théâtre se développe.
  • La volonté de persuasion passe par la séduction des sens.
  • La continuité d’un espace réel et imaginaire continu est établi.
  • L’accentuation des volumes fournit des effets dynamiques avec des impressions d’avancée et de recul.
  • Les courbes et contre-courbes sont préférées et les lignes droites deviennent rares.
    1. Des obliques (ex.Croix) s’imposent avec exubérance.
  • Une grande part est donnée à la fantaisie.
  • La richesse de ce mouvement permet de parler de styles baroques au pluriel.
  • Le Baroque est une forme d’art global qui s’applique à tous les arts.
  • Le Classicisme est souvent assimilé ou rapproché du Baroque.
    1. La différence majeure vient du fait que le Classicisme recherche systématiquement le grandiose et les lignes droites en s’adressant plus largement à la raison.
  • Le Rococo.
    1. Evolution du Baroque au 18e s. avec des calcaires, des concrétions calcaires et une forme de coquetterie.

 

 

Le mot Baroque

 

  • A l’origine, le mot portugais barroco qui désigne des perles orientales de formes irrégulières.
  • Le Château de Barbentane (13) en est un exemple.

 

 

Histoire du Baroque en Provence


 

 

Dates repères du Baroque en Provence

 

 

 

  • 1518. Eglise Notre-Dame-de-l’Assomption à Tende.
  • 15741580. Palais Communal de Nice. Bâtisse massive composée de deux corps formant un L retourné.
  • 1614. Chapelle des Pénitents-Blancs à Vence.
  • 1620. Basilique Saint-Michel-Archange à Menton.
  • 16271636. Eglise Saint-Pierre-ès-Liens de l’Escarène.

 

 

Les Chartreux La Vieille Charité (Marseille) © Verlinden

 

 

  • 16331648. Eglise Saint-Théodore « Les Récollets ». de Marseille.
  • 16331661. Couvent des Franciscains Observantins Réformés de Saorge.
  • 1639. La Vieille Charité de Marseille. Signée de Pierre Puget.
  • 1641. Ancienne Cathédrale Saint-Michel à Sospel.
  • 1646. Chapelle de la Miséricorde à Monaco.

 

 

 

Palais LascarisCathédrale de Nice © Verlinden

 

 

 

 

 

Chapelle de la Visitation et Chapelle de la Miséricorde (Monaco) © Verlinden

 

 

  • 17e s. Chapelle de la Visitation à Monaco.
  • 17e s. Chapelle du Saint-Suaire à Nice.
  • 17e s. et 18e s. Eglise Sancta-Maria-in-Alba à Breil-sur-Roya.
  • 17e s. et 18e s. Chapelle de l’Assomption (des Pénitents-Blancs d’En-Bas). La Brigue.
  • 17e s.18e s. Eglise Sainte-Marie-Madeleine. Marseille Les Chartreux.
  • 17e s. et 18e s. Eglise paroissiale Saint-Sauveur à Saorge.
  • 17061716. Eglise du Saint-Esprit à Aix-en-Provence.

 

 

Abbaye St-Pons © Verlinden

 

 

  • 1724. Abbaye Saint-Pons de Nice.
  • 1744. Eglise Saint-François-de-Paule à Toulon.
  • 1763. Chapelle des Pénitents-Blancs à Aubagne.

 

 

 

Eglise Saint-Michel (La Turbie) © Verlinden.

 

 

  • 1777. Eglise Saint-Michel de La Turbie.
  • 17821792. Place Garibaldi à Nice, une place baroque atypique.
  • 18e s. Chapelle de l’Annonciade (Pénitents Blancs d’En-Haut). La Brigue.
  • 18e s. Eglise Paroissiale de La Visitation. Fontan.
  • 18e s. Eglise Notre-Dame-de-l’Assomption ou De-La-Rose-Saint-Michel. à Lambesc.
  • 18e s. sur bases 15e s. Eglise Saint-Michel à Villefranche-sur-Mer.
  • 18e s. Eglise paroissiale Saint-Martin à Lorgues.
  • 19e s. Eglise Saint-Pierre d’Auriol.
  • 1882. Eglise Saint-Martin-Sainte-Anne à Vallauris.

Cette liste n’est pas exhaustive, elle ne comprend notamment pas les édifices remaniés et les très nombreux édifices dont le mobilier est Baroque.

 

 

Les Langages du Baroque


 

 

Spécificités des représentations du baroque

 

 

  • Couleurs. Pastels, contrastes et transitions douces.
    1. Argent – Blanc – Or – Rouge sur-représentés.
  • Matières.
    1. Bois.
    2. Marbres.
  • Sujets représentés.
    1. Anges.
    2. Atlantes, géants…
    3. Cartouches avec des dédicaces ou des citations en latin…
    4. Ciels et nuages cotonneux.
    5. Colonnes.
    6. Coquilles.
    7. Dauphins stylisés.
    8. Ornementations : guirlandes, pommes de pins
    9. Rubans.
    10. Saints, saintes.
    11. Soleils.
    12. Tissus.
    13. Triangles.
    14. Végétaux. Fleurs, arbres…
    15. Têtes barbues.

 

 

Architecture baroque

 

 

  • Balcons pouvant être purement décoratifs (peu ou pas fonctionnels).

 

Colonnes torses dans la cathédrale de Nice © Verlinden.

 

  • Colonnes torses. Elles rompent la rigidité des structures portantes.
  • Corniches.
  • Courbes. Notamment présentent sur les frontons, les plafonds, les domes…
  • Escaliers intérieurs et extérieurs permettent des effets théâtraux.
    1. En architecture, comme en sculpture et en peinture, ces escaliers ne sont pas nécessairement fonctionnels.
    2. Les escaliers du Baroque peuvent aboutir nulle part, ils sont un élément d’écriture visuelle théâtralisée.
  • Ferronnerie. Balcons. Escaliers.
  • Fontaines. Leur rôle pratique disparaît presque au profit de leur aspect grandiose.
    1. L’arrivée ou la présence de l’eau au cœur de la Cité, des parcs et des hôtels particuliers est traitée comme une œuvre de Propagande et/ou d’exubérance, de joie, de splendeur.
  • Ornementation. Concept clé à la base de toutes les créations.
  • Plafonds fortement illustrés et colorés.
  • Places. A l’extérieur des bâtiments pour préparer les entrées ou poursuivre les sorties, les places ont un rôle majeur dans l’écriture architecturale baroque.
    1. Les Places sont souvent traitées comme des décors de théâtre.
  • Salons. Fonctionnels ou simples décors.
  • Trompe-l’œil afin de concrétiser la frontière ténue entre le réel et l’imaginaire.

 

Costumes

 

  • Brocards.
  • Cotonnades. Soies…
  • Indiennes.
  • Rubans.
  • Tenues de fêtes.
  • Uniformes civils et religieux.
  • Vêtement folkloriques.

 

Danse et Musique baroques

 

  • Dans la musique et l’opéra, le Baroque couvre la longue période qui commence au début du 1Es s. pour se terminer au milieu du 18e s.
  • Les « figures » musicales baroques sont soutenues par une basse continue très stable.
  • 1951. En France, le mot Baroque n’est employé en musique qu’avec la création de L’Ensemble Baroque de Paris par le claveciniste français Robert Veyron-Lacroix.
  • La danse baroque désigne l’art chorégraphique des 17e s. et 18e s.
    1. Pour l’essentiel, la dans baroque s’applique à la danse de cour et de théâtre.
      1. Ballet de cour; tragédie, opéra-ballet.
      2. Souvent appelée Belle Danse.
    2. La typologie des danses baroques est assez large :
      1. Danses d’entrée de ballet.
      2. Chaconne.
      3. Contredanses.
      4. Folia.
      5. Gaillarde.
      6. Gavottes.
      7. Menuet.
      8. Sarabande.
  • La musique baroque est bornée par quelques grandes musiciens.
    1. La création de la musique est marquée par l’opéra de Claudio Monteverdi (1567-1643), L’Orfeo (1607).
    2. Les derniers temps de la musique baroque sont associés aux contemporains de Jean-Sébastien Bach, Georg Friedrich HaendelJean-Philippe Rameau (1683-1764) et Georg Philipp Telemann (1681-1767),

 

 

Jardins baroques

 

 

Jardin d’hiver d’inspiration baroque © jutta24 – Pixabay.com

 

  • Les jardins baroques sont développés en Allemagne et en Italie.
  • Des jardins d’hiver sont souvent baroques.

 

 

Littérature et Théâtre baroques

 

  • Belles lettres. Polices ornementées.
  • Jeux d’esprit.
  • L’illusion occupe une large part.

 

Mobilier, décoration et arts de la table baroques

 

  • Art total ou global, le Baroque se décline sur toutes formes d’objets.
    1. Arts de la table.
    2. Bancs.
    3. Bustes romanisés.
    4. Cadres de tableaux.
    5. Lampadaires.
    6. Miroirs nombreux jouant les uns avec les autres.
    7. Mobilier. Candélabres.
    8. Porcelaines orientales.
    9. Tables demi-lune.
    10. Tiroirs nombreux réels ou faisant illusion.

 

Peinture baroque

 

  • La narration des épisodes religieux se fait désormais comme pour des événements contemporains vécus par des gens du peuple avec beaucoup de réalisme.
  • Les effets de clair-obscur donnent un éclairage plus brutal avec un goût du drame; de la majesté, de la gravité et des phénomènes d’illusion et de trompe-l’œil omniprésents.

 

Sculpture baroque

 

  • Le marbre est privilégié.
  • Les effets de tension et le caractère voluptueux des sujets sont développés.
  • L’extase est recherchée.
  • Bernin est le grand maître mondial.
  • Le marseillais Pierre Puget est au sommet de l’art baroque en France.

 

Urbanisme

 

  • Le monde est un théâtre. La rue se met en scène, s’orne de décors.
    1. Alignements de façades.
    2. Promenades.

 

Baroque Civil

 

  • Hôtels de ville, édifices publics (tribunaux, hôpitaux, écoles…).
  • Hôtels particuliers.
  • Opéras et Théâtres.

 

Baroque Religieux

 

  • Cathédrales, églises, chapelles, sanctuaires, couvents…
  • La Contre-Réforme met largement en scène des formes du Baroque.
    1. Au moment ou les Protestants demandent de montrer moins de richesse et de rechercher le dénuement dans la Réforme, l’Eglise choisit le style Baroque, le flamboyant et les expression de la Gloire et du Triomphe.
    2. Les orientations sont données par le Concile de Trente (1542-1563).
    3. Charles Borromée, évêque – cardinal et saint (1538-1584), est le grand artisan des applications du Concile dans son diocèse de Milan.
    4. Rome joue un rôle majeur dans le développement du Baroque avec de très grands artistes : le Bernin, Borromini...
  • Le plan des églises est modifié afin de rendre le chœur plus accessible et plus visibles par les fidèles.
    1. La nef des églises gagne ainsi en dimension.
  • Autels.
  • Bénitiers. Formes de coquillages.
  • Buffets d’orgues.
  • Chaires réelles ou décoratives avec leur escalier.
  • Colonnes torses.
  • Dômes.
  • Escaliers.
  • Façades ondulantes.
  • Niches.
  • Plafonds peints.
  • Retables spectaculaires, plafonds peints,
  • Stalles.
  • Statues.

 

 

 

Le Baroque en Provence


 

 

Pénitents en Provence © Verlinden

 

 

  • L’art baroque est particulièrement développé en Provence pour plusieurs raisons.
    1. La proximité de l’Italie, foyer initial du Baroque.
    2. L’importante du Catholicisme en Provence et son lien avec la Contre-Réforme qui a développé le Baroque.
    3. Le rôle de Pierre Puget (Marseille 16 octobre 1620 – Marseille 2 décembre 1694), architecte, dessinateur et sculpteur.
    4. La prospérité de la Provence au moment de l’essor du Baroque (17e s.).
    5. Le développement des ordres tels que les Jésuites.
    6. La vitalité des Confréries de Pénitents.

 

Hauts-Lieux du Baroque sur la Côte d’Azur (Alpes-Maritimes)

 

 

 

Cathédrale Ste-RéparateChapelle de La Miséricorde

 

 

Eglise du Gesù © Verlinden

 

 

 

 

Menton © Verlinden

 

Breil-sur-Roya © Verlinden

 

Tende © Verlinden

 

 

Fontan © Verlinden

 

 

 

 

Hauts-lieux du Baroque dans les Bouches-du-Rhône

 

 

© Verlinden

 

 

Martigues © Verlinden

 

 

 

 

Hauts-lieux du Baroque dans le Var

 

 

 

Hauts-lieux du Baroque dans le Vaucluse

 

 

 

Isle-sur-La Sorghe © Verlinden 

 

 

 

 

 

Avignon © Verlinden

 

 

Hauts-lieux du Baroque dans les Alpes (Alpes de Haute-Provence et Hautes-Alpes)

 

 

 

Néo-Baroque en Provence


 

 

  •  Courant artistique du 19e s.
  • Particulièrement développé dans l’architecture et la sculpture.
  • Origines liées au Second Empire.
  • En France, le Néo-Baroque a été appelé « Troisième République flamboyant« .

 

 

Grands artistes baroques en Provence


 

 

 

  • Puget (Pierre). Architecte. Peintre. Sculpteur.

 

 

Articles liés au Baroque en Provence


 

 

  • Cliquer sur une image-lien pour afficher l’article correspondant.

 

 

                 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mots Clés : , ,
.