Provence 7

Hermès et Mercure en Provence


 

 

 

 

 

  • Le dieu Hermès a connu une grande ferveur en Gaule, en Provence en particulier.
  • Plusieurs facteurs peuvent l’expliquer :
    1. Le passé grec de la Provence et le lien particulièrement fort qui unissait Marseille à Hermès.
    2. La symbolique d’Hermès qui le relie aux voyages, thème majeur en Provence à toutes les époques.
    3. Le thème du visage regardant dans deux directions opposées (généralement attribué à Janus) qui correspond à la position géographique de la Provence antique entre l’Espagne et l’Italie, entre le monde grec et le monde romain, entre le Nord Celte et le Sud Latin
    4. Le thème d’opposition –  passé et futur – a toujours été très fort en Provence.
    5. En Provence, les Chrétiens ont donné une part importante aux anges et aux archanges qui sont souvent considérés comme proches d’Hermès dans leurs fonctions de messagers.
      1. Comme Hermès, les anges et les archanges sont dotés d’ailes.
    6. Le rapprochement des Panthéons grecs, romains et celtes.

 

 

Hermès dans le Panthéon grec

 

 

La vie d’Hermès

 

  • Fils de Zeus et de Maïa, petit fils d’Atlas.
  • Demi-frère d’Apollon auquel les Marseillais sont particulièrement reliés (Trésor de Delphes).
  • Père d’Hermaphrodite.
  • Hermès fabrique une lyre, symbole de La Ciotat et Ceyreste, et il invente la flûte de Pan.

La symbolique d’Hermès

 

  • Messager des dieux.
  • Gardien des routes et des carrefours.
  • Gardien des voyageurs et des voleurs.
  • Symbole de la chance.
  • Inventeur des poids et mesures.
  • Hermès guide les héros et conduit leurs âmes aux Enfers.
  • En échange de la lyre, son demi-frère Apollon lui offre une baguette d’or qui deviendra le caducée.
  • Hermès est aussi associé au sommeil, à la sieste dont l’importance en Provence est établie.

 

 

Mercure dans le Panthéon romain

 

 

  • 4 e s. av. J.-C. Le rapprochement du dieu grec Hermès et du dieu romain Mercure aurait commencé avec la divinité étrusque du contrat.
  • 2e s. av. J.-C. Fortes similarités entre Hermès et Mercure. les symboles visibles en sont les chaussures (Talaria) , le casque ailé et le caducée.

 

 

Mercure dans la Provence romaine

 

 

  • Jules César nous donne la clef de l’importance d’Hermès/Mercure dans la Provence Romaine dans son livre  « De bello Gallico » (La Guerre des Gaules).
  • Jules CésarGrand Prêtre / Pontifex Maximus – est, en effet,  le premier à faire une assimilation entre les dieux de la Gaule et les dieux romains :
    1. «Ils honorent Mercure comme le plus grand dieu.
    2. Ce sont ses statues qui sont les plus nombreuses.
    3. Ils le considèrent comme l’inventeur de tous les arts, le guide sur les routes et dans les voyages.
    4. Ils pensent qu’il a le plus grand pouvoir pour tout ce qui concerne l’argent et le commerce.
    5. Après lui viennent Apollon, Mars, Jupiter et Minerve« .
  • Soucieux de respecter les dieux des autres, les Romains rapprocheront leur Mercure du dieu des Celtes.
  • Ce point sur le rapprochement des « Panthéon » n’est pas qu’opportuniste et superficiel. Il est important d’en comprendre la nature car il favorisera la diffusion du Christianisme et expliquera les formes que le Christianisme prendra en Provence.
    1. Jules César est convaincu, comme ses contemporains, de l’unité du divin sous la diversité des appellations.
    2. Cette idée d’une parenté réelle et profonde entre les diverses religions païennes locales semblerait avoir été familière aux anciens dès l’époque antérieure à la conquête.
    3. Cette conception remonterait au savant grec Pythagore.
    4. Cette pensée a beaucoup contribué à la formation du syncrétisme religieux, même avant l’Empire romain.
    5. Il est légitime de penser que cette idée a  favorisé ce que l’on a appelé l’interpretatio romana .
    6. Autrement dit, en ce qui concerne la Gaule, elle aurait facilité la transposition gréco-romaine des dieux et des mythes gaulois.
  • Il reste qu’en honorant Mercure, les Gaulois devait honorer leur dieu Lug (celui qui a donné son nom à Lyon / Lugdunum) qui avait les mêmes attributs que Mercure / Hermès.
    1. Les Gaulois mettent davantage l’accent sur la fonction de divinité de l’artisanat et du commerce.
    2. Parmi les animaux favoris de Mercure (bouc, aigle, tortue, cerf), les gaulois attacheront plus d’importance au coq et au serpent.

 

Hermès dans la culture provençale

 

 

Fréjus (83)

 

  • 1970. Lors de fouilles archéologiques, à l’emplacement d’une maison romaine, est exhumé un hermès bicéphale de marbre blanc.
    1. La statue pourrait dater du milieu du 1er siècle ap. J.-C.
    2. La pièce d’art figure depuis dans la collection du Musée Archéologique.
    3. Le buste, symbole de la Ville, a inspiré l’artiste qui a réalisé la fontaine monumentale ornant la Porte d’Hermès.
  •  Fréjus doit son lien fort à Hermès à sa position majeure sur les axes de transports
    1. Ville étape sur la Voie Aurélienne, axe routier majeur Italie-Espagne de l’empire romain.
    2. Second port commercial après Ostie.
    3. Important port militaire, surtout au 1er s.

Hermès dans les arts et dans la communication

 

  • En France, en général, et en Provence, l’image d’Hermès a été  fortement véhiculée dans les arts et les médias  à toutes les époques.
    1. Au Moyen-Age et à la Renaissance. Les alchimistes y font souvent référence.
    2. 17e s.- 18e s. La culture classique et romantique le représente dans la peinture, la sculpture, notamment dans les jardins…
      1. Le Mercure de France ou Mercure Galant est un des premiers grands journaux.
    3. 19e – 20e s. L’importance des transports, des échanges, de la culture et de la communication est à l’origine d’une multiplication des représentations.
      1. Le courant du Parnasse en fait largement référence.
      2. Il donne son nom à l‘herméneutique qui s’oppose souvent au Christianisme.
      3. Des marques commerciales utilisent son nom Hermès, marque de luxe, avions Mercure et hôtels Mercure

 

 

 

 

 

 

 

 

Mots Clés : ,
.