SPQR « Senatus Populusque Romanum » (Le Sénat et le Peuple de Rome). Devise de la République Romaine. © Fotolia.com

 

 

Provence 7

République Romaine


 

 

 

 

 

  • Les liens qui unissent Rome et la République Romaine à la Provence sont considérables.
    1. On connaît le rôle et l’influence que Rome a eu sur sa Province.
    2. Le rôle vital de Marseille et des ses alliés « provençaux » dans la création de la puissance romaine est bien moins connu.
  • De même, lors du siège de Marseille par les Romains de César beaucoup a été dit et écrit avec de grandes imprécisions.
    1. Il est ainsi commun de railler le choix de Marseille pour César au profit de Pompée alors que :
      1. César représentait le pouvoir illégitime, il était l’usurpateur. Il était  porteur d’un anti-hellénisme certain.
      2. Pompée représentait le pouvoir légitime de la République Romaine, l’allié de Marseille.
      3. Pompée avait la meilleure réputation militaire et ses talents d’amiral éliminant les pirates en Méditerranée lui valaient la reconnaissance et l’estime des Marseillais, marins réputés et commerçants avisés.
  • Les conséquences n’ont pas été mieux analysées. Elles sont pourtant majeures.
    1. La victoire sera pour César.
    2. Marseille grecque et ses alliés (Monaco, Nice-Nikaia, Antibes, Agde…) en payent le prix lourd, notamment au profit d‘Aix, Nice-Cemelenum (Cimiez), Fréjus, Toulon, Nîmes, Arles et Narbonne.
    3. Désormais, la notion de Provence sera pour les Romains plus importante que celle de Marseille.
    4. A partir de la prise de Marseille, la route terrestre prendra une importance majeure, partiellement aux dépends de la route maritime.
    5. La Provence intérieure connaîtra alors un essor sans précédent  (Digne, Riez, Carpentras, Cavaillon, Orange, Avignon, Vence, Sisteron, Gap, Embrun, Apt, Vaison, St-Rémy…).

 

 

Marseille « Soeur » de Rome » et La Provence « fille » de la République Romaine

 

 

La République Romaine  s’étend de – 509 à – 27

 

  • Ces années sont celles d’un rapprochement constant entre la Provence tirée par Marseille, ville grecque, et Rome.
    1. Jusqu’aux années – 145, Marseille apporte un soutien considérable à Rome.
    2. De – 125 à – 49 (prise de Marseille par César), Rome apporte son soutien à la Provence avant de l’occuper ou plus exactement de la façonner.
  • Plus tard sous l’Empire, il y aura deux nouveaux grands temps.
    1. De -27 à 313. Rome s’affirme comme leader incontesté de cette partie du Monde.
    2. De 313 (Constantin) à 456 (chute de Rome), la Provence reprend le dessus.
      1. Arles devient alors la capitale de l’Empire romain.
      2. La Provence – terre pacifiée et chrétienne – devient une oasis de Paix dans un monde en crise.
      3. Les pôles chrétiens de Lérins (Cannes) et de St-Victor (Marseille) rayonnent sur l’Occident.

 

 

-509 – 145. Rome fait appel à Marseille, son plus puissant et plus loyal allié

 

  • Rome grandit mais elle est encore fragile, dans des conflits majeurs, dans des temps majeurs de son développement, elle rencontre des difficultés et doit faire appel à Marseille.
  • Marseille, ville grecque est une puissance navale, militaire et commerciale, de premier rang.
    1. Marseille tisse des liens avec l’Europe du Nordl’Espagne, le Proche-Orient, l’Afrique du Nord et surtout la Grècel’Egypte et Alexandrie.

 

Marseille aide Rome à plusieurs reprises :

 

  • En -397.  Les Gaulois incendient Rome qui doit payer un lourd tribu.
    1. Marseille apporte à Rome un soutien financier et diplomatique .
    2. Connue par l’épisode des oies de Capitole, cette lourde défaite aurait pu éliminer Rome si les Marseillais n’avaient pas payé à dette..
  • De – 264 à – 146. Les guerres puniques passent par une série de cuisantes défaites des légions romaines face aux troupes celtes d’Hannibal.
    1. Miraculeusement, Rome résiste et remporte les victoires finales.
    2. Dans ces conflits, le rôle de Marseille a été déterminant sur les plans militaires, logistiques et diplomatiques.
      1. Marseille a apporté des troupes, des marchandises, elle a ouvert son port, elle a fourni des renseignements, elle a obligé Hannibal à faire le terrible détour par les cols des Alpes qui ont tant coûté à ses armées, elle présente une menace sur ces flancs, elle agit auprès des tribus celtes pour modifier ou retarder leurs alliances.

 

– 145 – 27. Marseille fait appel à Rome son meilleur allié

 

  • 125 av. J.-C. Première étape de la romanisation de la Gaule. la colonie grecque de Marseille demande l’aide de Rome pour lutter contre les Celto-Ligures qui la menacent.
    1. L’intervention massive des Romains conduit à la création de la Provincia qui a donné son nom à la Provence.
  • 123 av. J.-C. Fondation d’Aquae Sextiae (Aix-en-Provence) par les soldats romains.
  • 118 av. J.-C. Création de la Narbonnaise, province romaine entre les Alpes Maritimes et les Pyrénées. Construction de la Voie Domitienne.
  • 102 av. J.-C. Le général romain Marius écrase les Teutons sous la Montagne Sainte-Victoire à proximité d’Aquae Sextiae.
  • 76 av. J.-C. Troubles graves en Gaule. Pompée, de retour d’Espagne, y met bon ordre notamment auprès des Voconces, tribu de la Provence.
  • 58-51 av. J.-C. Guerre des Gaules qui se termine par la reddition de Vercingétorix à César, à Alésia.
  • 49 av. J.-C. Après un siège héroïque, Marseille (13) qui « avait choisi le parti de Pompée » se rend à César.

 

 

SPQR « Senatus Populusque Romanum » (Le Sénat et le Peuple de Rome).

Devise de la République Romaine

 

 

  • Cette devise symbolise le lien entre le Sénat romain constitué par les descendants des compagnons de Romulus, le fondateur de la Ville, et du peuple romain, constitué de citoyens.
    1. La devise rappelle que la République Romaine a à cœur de rassembler dans un même ensemble le peuple des citoyens et ses représentants.
  • Cette notion est à rapprocher de cette de « filia » des Grecs que l’on pourrait traduire par « sens de bien commun » mais qui va en fait bien plus loin en se proclamant tous « fils d’un même père » et donc « frères« , notion fondatrice du Christianisme.
  • Cette notion apportée en Provence par les Romains a, pour le meilleur, fusionné avec les principes de la République marseillaise fondée sur des valeurs grecques.
  • Le résultat fut si positif qu’il fit de la Provence un haut lieu du monde antique alors qu’au départ elle n’était considérée que comme un lieu de passage vers l’Espagne, l’Angleterre et l’Europe du Nord.
  • De cette fusion sont sortis cinq remarquables siècles de la Provence (Siècles 1-5) et plus de vingt siècles pendant lesquels la Provence ne cessera de s’élever chaque fois qu’elle se rapprochera de son socle grec, romain et chrétien porteur de si hautes valeurs.

 

 

 

 

Mots Clés : , ,
.