Forteresse de l’île Saint-Honorat. © Verlinden

 

 

Provence 7

Ile Saint-Honorat à visiter


 

 

 

 

 

Nom de l’île Saint-Honorat

 

 

  •  L’île porte le nom de saint Honorat d’Arles fondateur de l’abbaye au 5 e s.

 

 

Site de l’île Saint-Honorat

 

 

  • Archipel. Iles de Lérins.Elle est au sud de lîle Sainte-Marguerite qui est plus grande.
  • Entre les deux grandes îles de Lérins, s’étend le Plateau du Milieu qui est peuplé de très nombreux navires de plaisance l’été.
  • Commune. Cannes (06).
  • Surface. 370 ha.
  • Dimensions. 1,5 km x 400 m.
  • Longueur de côtes. 3 km de côtes.
  • Très peu de relief.

 

 

Points remarquables de l’île Saint-Honorat

 

 

  • L’abbaye, classée MH 1840, domine l’île
    1. Seuls les fragments lapidaires romains et chrétiens,  le vieux cloître qui date en partie du 7e s. et les voûtes en berceau du 10e s.  attestent du passé brillant de l’abbaye.
    2. Les constructions datent du 19e s.
    3. Eglise consacrée en 1928.
    4. Cellules des moines.
    5. Hôtellerie.
    6. Jardins et vignobles.
    7. Salle capitulaire voûtée d’ogives.
    8. Réfectoire des moines avec une Cène signée Pita de 1900.
  • La forteresse
    1. Accès par une porte à 4 m de hauteur. L’accès par une échelle est remplacé par un escalier de pierre.
    2. Cellier voûté en berceau.
    3. Cloître de travail au 1er étage. Une borne milliaire de Constantin y figure en réemploi.
    4. Cloître de la prière au 2ème étage. Belles colonnettes de marbre blanc reçues en pardon des génois après une attaque de la place.
    5. Chapelle Sainte-Croix également connue comme le Saint des Saints car elle possédait un très grand nombre de prestigieuses reliques. On notera l’entrée de la chapelle avec une porte à linteau bas qui exprime la pénitence du moine se préparant à la prière tandis que la porte de sortie, plus vaste, signifie la Grâce et la Rédemption.
    6. Le niveau le plus élevé est celui des créneaux et des mâchicoulis. Le clocheton a été rajouté par Viollet-le-Duc, lors de la restauration du 19e s. Il offre une vue panoramique remarquable.
  • Les 7 chapelles
    1. Les chapelles sont placées sur des points très différents de l’île, elles servaient notamment lors du pèlerinage de la Pentecôte.
    2. Chapelle de la Trinité. Au sud-est de l’ile. Probablement construite au 6e s. ou au 7e s. et détruite par les Sarrasins au 8e s. Elle fait partie des plus anciens édifices chrétiens de France. Son plan tréflé, symbole du Mystère de l’unité dans la Trinité, sa courte nef et sa coupole originale l’intègrent à la fois au style byzantin et à l’environnement naturel de pins parasols.
    3. Chapelle Saint-Sauveur. Au nord-ouest de l’île, à mi-distance entre le débarcadère et la pointe ouest. Bâtie au 11e s. Restaurée par les Monuments Historiques en 1977, classée.
    4. Chapelle St-Caprais. Au sud-ouest de l’île, à proximité des fours à rougir les boulets.
      1. Détruite par les Espagnols au 17e s.et par la Révolution. Elle a été reconstruite.
      2. La Chapelle nous rappelle que saint Caprais fut l’un des moines de la première génération (mort en 434).
    5. Chapelle St-Pierre. Située à une centaine de mètres de l’entrée de l’Abbaye, en bord de mer. Rasée au 19e s., elle est entièrement reconstruite en 1939.
    6. Chapelle Saint-Cyprien-et-Sainte-Justine. Au nord de l’île. Détruite par les Espagnols (17e s.). Un nouvel édifice (1934) avec nef unique et abside en hémicycle a été bâti.
    7. Chapelle Saint-Porcaire. Au sud-est de l’abbatiale. Construite au Moyen-Age, détruite et reconstruite en 1775. Elle abrite les relique de martyrs.
    8. Chapelle saint-Michel. A environ 200 m à l’est du débarcadère, au nord de l’île.
      1. Les Espagnols l’ont détruite au 17e s. et il ne reste que quelques rares vestiges à proximité d’un cimetière.
  • Fours à boulets
    1. 1794. Bonaparte fait construire deux fours à rougir les boulets aux deux extrémités est et ouest de l’île.
    2. Deux fours similaires furent placés aux extrémités de l’île Sainte-Marguerite plaçant les intrus sous la menace de tirs croisés.
    3. En une dizaine de minutes, les fours chauffent des boulets de canon à plus de 1000 degrés Celsius afin de provoquer des incendies sur les navires touchés.

 

 

Flore de l’île Saint-Honorat

 

 

  • Pins maritimes.
  • Pins parasols.
  • Vignoble
    1. L’importance du Christianisme dans la diffusion du vin n’est plus à démontrer.
    2. Ici, elle s’accompagne de la création d’une distillerie au 19e s.
    3. Fermée en 1903, la distillerie est dotée d’un remarquable alambic en 1948.
    4. Aujourd’hui, le monastère produit des liqueurs réputées : lerina verte, lerina jaune, lérincello, marc de Lérins.

 

 

Histoire de l’île Saint-Honorat

 

 

  • Site occupé à la préhistoire.
  • Fin 4e s. Honorat d’Arles, de retour d’un grand périple au Moyen-Orient, se fixe sur l’île pour y chercher la solitude, le « désert ».
    1. Très vite, sa réputation attire de nombreux disciples  qui constitueront le fleuron du christianisme occidental du moment.
  • v. 410. Honorat fonde le monastère.
  • 660. Saint Aygulf  applique la règle bénédictine.
  • Nombreuses attaques des Pirates notamment sarrasins et génois.
  • 1047. Capture de nombreux moines emmenés en Espagne et rachetés par saint Yzarn.
  • 1073. La forteresse est édifiée par Adel’Dert, abbé de lérins, afin de protéger les moines des Sarrasins.
  • 14e s. Création d’un système de signalisation reliant la tour fortifiée de l’abbaye  à la tour du Suquet, à Cannes.
  • 1400. Un nouveau pillage de l’île entraîne la présence permanente de soldats sur le site.
  • 16351637. Les Espagnols envahissent l’île qu’ils fortifient et qu’ils équipent de canons.
  • 1788. Après un long déclin, il reste 4 religieux dans le couvent qui ferme.
  • A la Révolution française, le site est confisqué et vendu.
  • Mlle Sainval, actrice de la Comédie Française et créatrice du rôle de la Comtesse dans le Mariage de Figaro (Beaumarchais), achète le site où elle vit une vingtaine d’années.
  • 1840. Le site est classé Monument Historique (MH).
  • 1859. Le site redevient un lieu de culte.
  • 1869. Les moines cisterciens de la congrégation de Sénanque (proche de Gordes, 84) se portent acquéreurs de l’île.
  • 1886. L’île Saint-Honorat reste dépendante de l’évêché de Fréjus alors que les paroisses de l’arrondissement de Grasse sont transférées à Nice.
  • 1928. La nouvelle église est consacrée.
  • 2010. Création du Festival du Silence.

 

 

Activités de l’île Saint-Honorat

 

 

En dehors de la fabrication de liqueurs, la communauté de Lérins est très active.

 

  • Club des Amis du Vignoble de Saint-Honorat.
  • Hôtellerie : environ 11.000 nuitées par an.
  • Gestion de la compagnie maritime Planaria qui assure la liaison maritime avec Cannes.
  • Conférences, boutiques…
  • Festival du Silence qui se tient  au moment du Festival de Cannes. Créé en 2010 sur une idée originale du réalisateur et documentariste Yvon Bertorello : « Vivre une expérience profonde et inédite à dix minutes de la Croisette de Cannes dans la plus ancienne communauté monastique d’Europe encore en activité « .

 

 

Accès à l’île Saint-Honorat

 

 

  • Ligne maritime depuis Cannes.

 

Liste des abbés de Lérins depuis 1869

 

 

  • 1869. Bernard Léon Barnouin.
  • 1888. Paul Guillaume.
  • 1895. Colomban Legros.
  • v. 1914. Patrice Léron.
  • v. 1930. André Drilhon.
  • v. 1950. Bernard Chalagiraud.
  • 1969. Bernard de Terris.
  • 1989. Bernard Nicolas Aubertin. Archevêque de Tours depuis 2005.
  • 1992. Vladimir Gaudrat.

 

 

 

 

 

 

Mots Clés : , , , ,
.