Sous-Marins en Guerre : 1939-1945


© vp-31

 

Accueil Provence 7

Sous-Marins en Guerre : 1939-1945


 

  • L’importance prise par les sous-marins dans la Seconde Guerre Mondiale est considérable.

 

Forces en présence


 

Mystérieux sous-marin de la Seconde Guerre © Ludovic R – FlickR.com

 

Flottes sous-marines au début de la guerre (septembre 1939)

  • URSS. 150.
  • Italie. 107.
  • Etats-Unis. 100.
  • France. 77.
  • Grande-Bretagne. 69.
  • Allemagne. 65.
  • Japon. 65.
  • Pays-Bas. 25.
  • Suède. 12.
  • Danemark. 11.
  • Chili. 9.
  • Norvège. 9.
  • Turquie. 7.
  • Espagne. 6.
  • Grèce. 6.
  • Pologne. 5.
  • Finlande. 5.
  • Brésil, Pérou, Siam, Yougoslavie. 4.
  • Argentine, Portugal. 3.
  • Estonie, Lettonie. 2.
  • Roumanie. 1.

 

Stratégies et missions des sous-marins dans les armées


 

U-Boat Type VII © Frigate RN – FlickR.com

 

Evolution des flottes de sous-marins

  • L’Allemagne développe une flotte considérable.
    1. 20 classes de torpilleurs submersibles parmi lesquelles :
      1. U-boote côtiers types IIA, IIB, IIC, II D. Inférieurs à 400 tonnes en plongée.
      2. U-boote à grande autonomie types IA, IX, IXB, IXC, IXC/40, AXD. Supérieurs à 1100 tonnes en plongée.
      3. U-boote pour l’Atlantique. types VIIA, VIIB, VIIC,, VII C /41, VII C / 42? Supérieurs à 800 tonnes en plongée.
      4. Mouilleurs de mines.  VIID, XB.
      5. Pièges antiaériens.  Type VIIC modifié.
      6. Ravitailleurs de torpilles. Type VIIF.
      7. Ravitailleurs « vache à lait ». Type XIV.
  • L’Allemagne a considérablement fait évoluer les stratégies et les tactiques.
    1. Les techniques de navires solitaires et celle de la chasse en meutes.
  • Les Etats-Unis ont enrichi leur savoir au contact des allemands.

 

Principaux champs de bataille


 

U-Boat © Phil de Fer – Flickr.com

 

Bataille de l’Atlantique

  • Sur le front ouest, cette bataille a été décisive dans la victoire finale.
  • L’historien allemand Jürgen Rohwer distingue 8 phases.
    1. 19391940. Les U-Boote agissent seuls contre des navires marchands isolés.
    2. 1940. Juillet-1941. Juin. Les sous-marins allemands agissent en meute contre les convois à l’arrivée ou au départ de la Grande-Bretagne.
    3. 1941. Juin-Décembre. Les Anglais décodent les communications allemandes et détournent les convois afin d’éviter les U-Boote.
    4. 1942. Janvier-Juin. La navigation commerciale américaine est ravagée par les U-Boote et une nouvelle machine à coder, Titan, aveugle l’Amirauté sur les plans allemands.
    5. 1942. Juin – 1943. Juin. Chaque convoi allié subit en moyenne une quinzaine d’attaques des U-Boote.
      1. Des moyens considérables sont mobilisés pour protéger les convois.
      2. 1943. Le 17 avril est considéré comme le tournant de la Bataille de l’Atlantique.
        1. Les jours rallongent ce qui facilité la recherche des sous-marins.
        2. Le Trou Noir est réduit par l’emploi de porte-avions d’escorte.
        3. 22 avril-6 mai. Convoi ONS-5. 40 navires sont attaqués par 30 U-Boote.
          1. 21 navires marchands sont torpillés.
          2. 7 sous-marins allemands sont détruits.
        4. Mai. L’Allemagne perd 41 U-Boote.
          1. 14 coulés par des forces d’escorte.
          2. 11 par l’aviation.
          3. 16 pendant le transit.
        5. L’Amiral Doenitz ordonne le repli temporaire vers d’autres théâtres.
    6. 1943. Juin-Août. Les alliés connaissent les intentions allemandes.
    7. 1943. Septembre- 1944. Juin. Dernières attaques désespérées lancées contre les Alliés par les U-Boote qui tentent de les bloquer au prix de lourdes pertes.
    8. 1944. Juillet – 1945. Mai. Equipés de Schnorchel, les U-Boote agissent isolément.
      1. Les Alliés sont informés de la prochaine introduction d’Elektroboote chargés de menacer les télécommunications et de remorquer des barges chargées de missiles balistiques.
  • Les moyens mis en œuvre par les Alliés sont considérables, variés et innovants.
    1. Nouvelles techniques : radar, sonar, goniométrie…
    2. Considérables constructions navales civiles et militaires.
    3. Application du système de convois.
      1. Une cinquantaine de navires sont généralement disposés en rectangle sur une dizaine de ligne.
      2. Des Escorteurs se tiennent à l’avant afin de détecter et de combattre les attaquants.
      3. Les formations sont particulièrement appliquées à proximité des côtes.
      4. Les premiers jours de navigation sont consacrées à l’entraînement avec diverses techniques :
        1. Communication. Evolutions. Zigzags…
      5. Les forces aériennes basées à terre et des unités navales côtières renforcent les protections.
      6. Des appareils basés aux Açores, à Terre-Neuve, dans les Caraïbes, en Islande… renforcent la couverture aérienne.
      7. Le radar Huff Duff installé sur les avions permet la localisation des sous-marins la nuit.
      8. Reste le « Trou Noir » hors de portée des avions.
      9. Les attaques se font souvent la nuit.
      10. Des Corvettes chassent les sous-marins.
      11. Des Porte-avions d’escorte américains entrent en scène.
        1. Ces porte-avions poursuivent les sous-marins jusqu’à leur destruction.
      12. Le rayon d’action des bombardiers est accru.
      13. Des hydravions plus nombreux sont utilisés.
    4. Déchiffrement des machines à coder Enigma.

 

Théâtre méditerranéen

  • 1940. Au début des combats, en juin, les forces sont les suivantes :
    1. Soixantaine de sous-marins italiens.
    2. 46 sous-marins français.
    3. 12 sous-marins anglais venus du Pacifique. Anciens et mal entraînés.
  • 10 jours après… 45 sous-marins français cessent le combat.
    1. Seul le Narval, commandé par le lieutenant de vaisseau Drogou poursuit le combat sous les couleurs FNFL.
    2. 1941. 10 sous-marins anglais des classes U et T remplacent le demi-douzaine d’unités coulées par les mines des forces de surface italiennes.
    3. 1941. Fin juin. 25 sous-marins anglais sont opérationnels.
      1. Les Allemands doivent retirer leurs bombardiers pour les envoyer sur le front russe.
      2. Les sous-marins anglais affichent 44% des pertes de l’Axe en Méditerranée mais ils perdent 6 sous-marins.
        1. Des croiseurs italiens endommagés.
    4. La réaction d’Hitler, contre l’avis de Raeder, est vigoureuse.
      1. 20 U-Boote allemands arrivent en Méditerranée.
      2. Le porte-avions anglais Ark Royal est coulé.
      3. Le cuirassé Barnham et le croiseur Galatea sont coulés
    5. Les torpilles humaines italiennes mettent hors de combat les cuirassés Valiant et Queen Elizabeth.
    6. 23 U-Boote s’attaquent aux convois de  ravitaillement de la 8ème Armée Britannique en Afrique.
      1. 2 croiseurs sont coulés.
      2. Les sous-marins anglais doivent quitter Malte et se replier sur Alexandrie, Haïfa puis Beyrouth.
        1. 2 sous-marins anglais sont perdus dans les champs de mines.
      3. Le porte-avions Eagle est coulé par l‘U73.
    7. 1942. Novembre. 31 sous-marins anglais tentent vainement de s’opposer au débarquement des forces allemandes en Tunisie.
    8. 1942. 27 novembre. Sabordage de la flotte française à Toulon.
      1. 12 sous-marins détruits.

 

 

Sabordage de la flotte © Jean Brun. Sous-marin Casabianca © Commons Wikipedia – Reconstitution historique © Fotolia.com

 

  • 1943 marque, comme sur l’Atlantique, le tournant de la guerre.
    1. 34 sous-marins (24 anglais, 8 français, 1 néerlandais, 1 grec) sont engagés autour de la Sicile.
    2. La conquête de la Sicile, verrou de la Méditerranée Centrale est majeure.
    3. La quasi disparition des forces sous-marines allemandes et italiennes marque un changement dans les activités sous-marines des alliés.
      1. Les 62 U-Boote qui ont rallié le théâtre méditerranéen sont détruits.
      2. Le transport d’agents vers des territoires occupés et la recherche de Renseignement deviennent majeures.
      3. Dans ce contexte, le sous-marin français Casabianca, placé aux ordres du commandant l’Herminier est à souligner.
        1. Le Casabianca participe activement au déploiement des services spéciaux américains et britanniques.
        2. Les débarquements, notamment celui de Provence, ne subiront pas la menace sous-marine des U-Boote.
  • Au total, le nombre de sous-marins alliés envoyés sur le théâtre méditerranéen s’élève à 100 sous-marins anglais et 24 alliés (10 français, 8 grecs, 4 néerlandais, 2 polonais).
    1. Ils ont coulé un million de tonnes de transports allemands (50% des unités détruites).

 

Théâtres périphériques

  • Les soviétiques mettent une pression constante sur les sous-marins allemands en Baltique, dans l’Arctique et en Mer Noire (Siège de Sébastopol; notamment).
  • Les résultats restent toutefois assez limités.
    1. Les sous-marins soviétiques sont crédités de 270 000 tonnes coulées, dont 44 000 par des mines posées par des sous-marins.
  • A noter l’exploit de la destruction du Wilhhelm Gustloff en 1945.

 

Memorial de Pearl Harbor © Clarencealford – Pixabay.com

  • Il ne reste plus que 15 sous-marins américains de la Seconde Guerre mondiale.
  • Le plus connu d’entre eux – l’USS Bowfin (SS 287), se trouve exposé à Pearl Harbor.
  •  Connu sous le surnom de Avenger of Pearl Harbor» l’USS Bowfin a été construit dans le Maine.
  • Le sous-marin part pour sa mission exactement un an après le bombardement japonais de Pearl Harbor.
  • 44 navires ennemis  finiront par succomber à ses armes.
  • En neuf tours de service, un seul membre d’équipage est mort des suites de blessures au combat.

 

Théâtre Pacifique

  • 1941. Décembre. Au moment de Pearl Harbour le poids des sous-marins est le suivant :
    1. Japon. 63 sous-marins.
      1. 42 unités transocéaniques inspirées des sous-marins allemands et anglais de la 1ère Guerre Mondiale.
      2. Echec des 27 sous-marins engagés à Pearl Harbour.
      3. A Midway, les 12 sous-marins japonais engagés ne réussissent pas à intercepter les forces américaines.
    2. Etats-Unis. 45 sous-marins entre les Philippines et Pearl Harbor.
      1. Bataille de Midway. 7 sous-marins protègent Pearl Harbor et 12 entourent Midway.
        1. Le Nautilus achève le porte-avions Soryu et le Tambor provoque la collision de 2 croiseurs japonnais.
    3. Pays-Bas. 15 sous-marins à Surabaya.
    4. Grande-Bretagne. Ses 20 sous-marins ont été replacés en Méditerranée.
  • Guadalcanal.
    1. Le sous-marin japonais I-19 coule le porte-avions Wasp.
    2. Le I-15 manque le porte-avions Hornet mais il atteint le cuirassé North Carolina.
    3. Le 1-26 coule le croiseur Juneau.
    4. Les  Japonais utilisent des sous-marins pour secourir leur garnison de Guadalcanal.
  • 19421945. Le rouleau compresseur américain est en marche.
    1. 1943. Le radar et le sonar permettent de couler 23 sous-marins japonais surpris la nuit en surface.
    2. Le torpillage du porte-avions d’escorte Liscombe Bay est la seule victoire significative des sous-marins japonais sur cette période.
    3. 1944. Le bilan des sous-marins américains est très impressionnant.
      1. La moitié des bâtiments de combat japonais détruits : 7 porte-avions, 1 cuirassé, 11 croiseurs, 30 destroyers…
      2. Sur la fin de la guerre, faute de cibles, les sous-marins américains se concentrent sur de nouvelles missions :
        1. Soutien aux opération amphibies.
        2. Sauvetage des pilotes abattus.
          1. Le futur Président américain George Bush fut ainsi sauvé.
        3. Reconnaissances photographiques.
        4. Comptes-rendus météorologiques.
    4. La centaine de sous-marins japonais coulés est remplacée par 97 constructions neuves qui sont vite détectées et détruites.
    5. Les torpilles pilotées, kamikazes de la mer, sont l’ultime recours. Mise à part la perte du croiseur Indianapolis, le bilan fut médiocre.
  • Le bilan est très impressionnant.
    1. Le sous-marin a été dans le Pacifique l’arme décisive de la guerre totale.
      1. Les GATO/BALAO de 2 500 tonnes en plongée ont vaincu le Japon.
    2. Les américains ont perdu 52 sous-marins (3 500 hommes) dont 45 au combat.
    3. 1/3 de la destruction de la flotte de guerre japonaise :
      1. 201 navires de combat détruits.
    4. Plus de 1000 bâtiments marchands coulés. 4,6 millions de tonnes….
      1. La marine marchande japonaise qui affichait 6 millions de tonnes au début de la guerre ne comptait plus que 1,8 million de tonnes en 1945…
      2. Le Japon a été privé des matières premières nécessaires à la guerre.
      3. Le pétrole a manqué pour tous les transports.
    5. Les clés de leur victoire :
      1. La vitesse. 20 nœuds en surface.
      2. Les moyens de détection sonar et radar.
      3. La technique des meutes.

 

Articles liés à Sous-Marins en Guerre 1939-1945


 

  • Cliquer sur une image-lien pour afficher l’article correspondant.

 

                                  

 

Translate »