Torpilles : formes, histoire, évolution et applications


© Lost in Britanny –  WikiImages – Flickr.com

 

Accueil Provence 7

Torpilles : formes, histoire et évolutions, applications


 

  • Les torpilles ont profondément marqué l’histoire des sous-marins.
  • L’usage des torpilles affirme la dimensions de chasseurs sous-marins par rapport à celle de croiseurs submersibles.

 

Description et définition des torpilles


 

  • Une torpille est un engin automoteur qui se déplace dans l’eau afin de détruire des navires de surface ou des sous-marins.
  • Les torpilles peuvent être portées par différents moyens :
    1. Des sous-marins.
    2. Des navires ou des vedettes.
    3. Les avions ou des hélicoptères.
      1. Le bombardier-torpilleur spécialisé disparaît après la Seconde Guerre Mondiale.
    4. Des missiles portés par des navires de surface engagés notamment dans la lutte anti-sous-marins.

 

Histoire et évolution des torpilles


 

© VP-13 d’après G Massias d’après Fulton — Revue La Nature, Domaine public, commons.wikimedia.org.

 

© vp-13 d’après domaine Public.

 

  • 13e s. V. 1290. Hasan-al-Rammah, chimiste arabe originaire de Syrie, invente l’ancêtre des torpilles.
    1. La « torpille » auto-propulsée à poudre, ayant la forme d’une poire ou d’un œuf, est bourré de poudre.
    2. L’engin vole et flotte sur l’eau en utilisant l’effet de sol vers le navire cible.
    3. L’impact, juste au-dessus de la ligne de flottaison, provoquait un incendie.
    4. L’objet est connu par la publication de l’anglais Richard Windley (Les inventions venues d’Orient2009).
  • 1776. David Bushnnell invente la torpille moderne.
    1. L’inventeur de Turtle, l’un des tous premiers sous-marins, utilise une torpille pendant la Guerre d’Indépendance des Etats-Unis.
    2. L’objectif est de couler le HMS Eagle, navire anglais de 64 canons, mouillés dans la baie de New York.
    3. Bushnell échoue dans le vissage de la charge sur la coque mais il poursuit ses recherches.
  • 1812. 14-15 octobre. Robert Fulton réussit à approcher d’un navire des chaloupes portant des charges explosives maintenues entre deux eaux.
    1. Les charges de 180 livres sont glissées sous le bâtiment et mises à feu avec succès par une minuterie.
  • 1825. Mises au pint de nombreuses armes sous-marines.
  • 19e s. Le mot torpille désigne 2 types d’armes :
    1. Les mines dormantes (ou vigilantes) placées ou ancrées sur des hauts-fonds.
    2. Les mines plaquées contre la coque de navires.
  • 19e s. Seconde partie. Les torpilles sont nommées torpilles à hampe (spar torpedo, en anglais).
    1. La charge explosive est constituée d’une charge explosive d’une douzaine de kilos de Fulmicoton.
    2. Un déclencheur électrique est installé au bout d’un tangon monté à l’avant d’une chaloupe à vapeur.
    3. La chaloupe peut être protégée par un léger blindage efficace contre les tirs de mousqueterie.
    4. Parfois, un sous-marin tel que le CSS H.L. Hunley est utilisé.
    5. L’attaque nécessite d’aller au contact du navire ennemi.
    6. La charge explosive est mise au contact du navire cible sous la ligne de flottaison.
    7. Cette contrainte impose de limiter les attaques aux navires immobiles, à quai ou ancrés.
  • 1860. Le capitaine de Frégate autrichien Giovanni Biagio Luppis est considéré comme l’inventeur des torpilles automobiles.
    1. Devant l’empereur François-Joseph, le savant fait une démonstration de son salvacoste.
    2. L’engin de 6 m de long est propulsé par un ressort et dirigé depuis la terre par des câbles.
    3. 1864. Luppis passe un accord avec l’ingénieur anglais Robert Whitehead afin de développer son Salvacoste.
      1. Whitehead est persuadé que l’engin ne doit pas viser une action en surface.
      2. L’anglais conçoit une torpille dotée d’un guidage automatique en profondeur et direction.
      3. L’engin navigue en immersion. Le prototype est propulsé par un moteur à air comprimé.
    4. 1866. 21 décembre. La première torpille automobile est officiellement présentée aux autorités austro-hongroises pour une évaluation.
      1. Diamètre. 355 mm. Longueur. 3,35 m. Poids 146 kg dont 8 kg d’explosif.
    5. 1867. 6 mars. Première commande du gouvernement autrichien.
    6. 1869. Essais devant la Royal Navy.
    7. 1872. Un important contrat est signé avec la Royal Navy avec fabrication en Angleterre sous licence.
  • 18611865. Les utilisations de torpilles se multiplient avec la Guerre de Sécession des Etats-Unis.
    1. 1864. Le sous-marin confédéré CSS H.L. Hunley coule le USS Housatonic.
    2. 1864. 26 octobre. Une chaloupe nordiste coule le cuirassé sudiste CSS Albemarle sur la rivière Roanoke. La chaloupe est entraînée dans le naufrage.
  • 18771878. Guerre russo-turque. Les chaloupes russes Czarewitch et Xenia, armées d’une torpille fixe fixée à leur proue, coulent le monitor turc Hivzi-Rahman sur le fleuve Danube.
  • 1884. 23 août. Bataille de Fuzhou, ou bataille de Foochow ou encore bataille navale de la Pagode lors de la guerre franco-chinoise.
    1.  L’Escadre d’Extrême-Orient commandée par l’amiral Courbet réduisit pratiquement à néant la flotte du Fujian, l’une des quatre flottes régionales chinoises.
    2. L’utilisation des chaloupes porte-torpilles du Lieutenant de Vaisseau Douzans ont un rôle décisif dans la victoire.
  • 1885. 2 torpilleurs français coulent 2 bâtiments chinois avec des torpilles portées.
  • 1891. L’amiral américain Howell perfectionne la torpille de Whitehead.
    1. La propulsion par air comprimé est remplacée par l’énergie accumulée dans un volant d’inertie lancé à 10 000 tours par minute avant l’envoi de la torpille.
    2. L’engin gagne en discrétion et en trajectoire rigoureusement rectiligne.
    3. Des mesures comparatives affichent un taux de 95% de tirs au but pour l’engin d‘Howell contre 37% pour celui de Whitehead.
    4. L’emploi de gyroscopes afin de maintenir la trajectoire rectiligne améliore encore les performances des torpilles.
  • 19141918. La Première Guerre Mondiale montre la redoutable efficacité des torpilles lancées par les U-Boot allemands.
  • 19401945. La Seconde Guerre Mondiale confirme l’efficacité des torpilles lancées par des sous-marins, notamment par les flottes allemandes et américaines.
  • 19441945.  Les Japonais utilisent des torpilles humaines Kaiten /refait le Monde.
    1. Dérivées de la torpille Type 93.
    2. Le Type 2 de la 93 est produit à 400 exemplaires. 100 sont utilisées dans des missions suicides contre la flotte des Etats-Unis.
  • Après guerre. Le développement des torpilles guidées permet d’attaquer les sous-marins.
    1. Ces torpilles guidées sont généralement portées par des avions ou par des hélicoptères.
  • 1962. 1er octobre. Des torpilles à charge nucléaire pourraient avoir été utilisées pour l’Opération Kama.
    1.  Opération militaire soviétique lancée sur ordre de Nikita Khrouchtchev, dans le cadre de l’opération Anadyr dont l’objectif est de positionner 7 sous-marins lanceurs de missiles de la marine soviétique dans le port de Mariel (Cuba).
  • 2016. La torpille lourde F21 et la torpille légère MU90 Impact sont des armées de pointe.

 

Formes et types de torpilles


 

Torpille du sous-marin Le Redoutable © éric-Flickr.com

 

  • Les torpilles ont une forme allongée et cylindrique.
  • Les dimensions actuelles sont d’environ 6 m de long et 30-70 cm de diamètre.
  • La partie avant de la torpille contient plusieurs centaines de kilos d’explosifs.
    1. Pour l’exercice, l’explosif est remplacé par un poids équivalent.
  • Un système pyrotechnique inclue un détonateur.
  • Partie arrière de la torpille.
    1. Système de guidage : gouvernails.
    2. Moteur. Turbine à vapeur ou moteur électrique.
    3. Hélices ou propulseur caréné.
  • Des pièces de plomb sont placées sur le corps de la torpille afin de l’équilibrer.

 

2 grands modes opératoires des torpilles

  • Par contact ou proximité.
  • Par dislocation.

 

Système de propulsion des torpilles

  • Les données sont très fortement cachées.
  • 2 paramètres sont majeurs :
    1. La vitesse dans le système aquatique qui limite considérablement les grandes vitesses.
    2. La signature sonore des torpilles.
  • Système de propulsion le plus souvent à hélices.
    1. 2 hélices tournant en sens contraire afin d’éviter des dérives.
    2. Propulsion à réaction / Fusées à poudre.
    3. Propulsion magnétohydrodynamique visant à contrôler l’écoulement, à réduire la pression en tête et la dépression en queue.

 

Systèmes et modes de guidages des torpilles

  • Modèle de guidage primitif.
    1. Un système de stabilisation gyroscopique permet à la torpille de rester en ligne droite à profondeur et à vitesse constantes.
    2. Les conditions météo défavorables ont été progressivement prises en compte.
  • Guidage autonome.
    1. L’autonomie de la torpille est obtenue par un sonar actif  et/ou passif.
    2. La torpille  se dirige elle-même vers la cible qui lui a été désignée.
  • Guidage par filoguidage.
    1. La torpille déroule derrière elle un câble permettant à l’équipage du sous-marin de la piloter.
    2. Cette solution présente les avantages de la souplesse et de la fiabilité.
    3. En cas de rupture du câble, la torpille devient autonome pour se diriger vers sa cible.

 

Comparaison torpilles / missiles

  • Les torpilles sont généralement considérées comme les armes marines les plus efficaces.
  • Les missiles possèdent toutefois 3 atouts.
    1. Portée plus grande.
    2. Moindre niveau sonore.
    3. Vitesse plus élevée.

 

Malafon sur le navire Maillé Brézé © Jean-Christophe Bostoen- FlickR.com.

 

Variété des torpilles

  • Torpilles anti-torpilles. Ex. Sea Spider d’Atlas Elektronik.
  • Torpilles portées par des missiles. Le système le plus connu est le Malafon.
  • Torpilles utilisées comme des robots sous-marins. Pour des missions de reconnaissance. Ex. DM2A4 d’Atlas Elektronik.

 

Torpilles d’exercice

  • Les torpilles utilisées pour des exercices remplacent la charge explosive par une bonbonne d’air ce qui leur permet de flotter et d’être récupérées par un navire repêcheur.

 

Bâtiment de Toulon © Only Tradition – Flickr.com

 

Torpilles lancées depuis la terre ferme

  • Le tube lance-torpille positionné sur un espace terrestre répond à des circonstances très précises :
    1. Iles et détroits.
    2. Tests – Essais.

 

Torpilles utilisées par la Marine nationale en France


 

  • 1924. 24 G. Surface. Air comprimé/alcool. 550 mm de diamètre. 7,12 m de long. 1 720 kg. 35 nœuds. Portée 15000 m. Immersion ?. Vecteur navires.
  • 1956. K2. ASM. Turbine à gaz. 550 mm de diamètre. 4,40 m de long. 1 104 kg. 50 nœuds. Portée 1500 m. Immersion 300 m. Vecteur navires.
  • 1961. L3. ASM/Surface. Moteur électrique. 550 mm de diamètre. 4,40 m de long. 910 kg. 25 nœuds. Portée 5000 m. Immersion 300 m. Vecteur navires.
  • 1967. F17. ASM. Monergol. 324 mm de diamètre. 2,59 m de long. 232 kg. 45 nœuds. Portée 11 000 m. Immersion 400 m. Sous-marins.
  • av. 1976. L4. ASM/Surface. Moteur électrique. 533 mm de diamètre. 3,13 m de long. 540 kg. 30 nœuds. Portée 5000 m. Immersion 300 m. Aéronefs.
  • av. 1976. L5. ASM/Surface. Moteur électrique. 533 mm de diamètre. 4,40 m de long. 1000 kg. 35 nœuds. Portée ?. Immersion ? Sous-marins.
  • av. 1976. L5. ASM/Surface. Moteur électrique. 533 mm de diamètre. 4,40 m de long. 1300 kg. 35 nœuds. Portée 9500 m. Immersion 550 m Sous-marins.
  • 1976. L5. ASM. Moteur électrique. 533 mm de diamètre. 4,40 m de long. 936 kg. 35 nœuds. Portée 7000 m. Immersion 500 m. Sous-marins.
  • 1988. F17. ASM. Moteur électrique. 533 mm de diamètre. 5,38 m de long. 1 300 kg. 35 nœuds. Portée ?. Immersion ?. Sous-marins.
  • 1988. F17 mod.2. ASM/surface. Moteur électrique. 533 mm de diamètre. 5,38 m de long. 1 410 kg. 55 nœuds. Portée 20 000 m. Immersion 600 m. Sous-marins.
  • 2008. MU 90. ASM/Surface. Moteur électrique. 324 mm de diamètre. 2,96 m de long. 304 kg. 45 nœuds. Portée 14 000 m. Immersion + 1000 m. Navires. Aéronefs.
  • 2017. F21. ASM/Surface. Moteur électrique. 533 mm de diamètre. +/-600 m de long. 1 500 kg. + 50 nœuds. Portée + 50 000 m. Immersion + 500 m. SNLE-SNA.

 

Articles liés à Torpilles


 

  • Cliquer sur une image-lien pour afficher l’article correspondant.

 

                              

Translate »