Bacchus, dieu du Vin © morane – Fotolia.com

 

 

Provence 7

Histoire du Vin en Provence


 

 

 

 

 

 

« A consommer avec modération. L’abus d’alcool est dangereux pour la santé »

 

 

 

Les premières productions de vin de l’Humanité

 

 

  • Le mystère du vin prend naissance en Asie avant de se répandre en Occident : Thrace, Grèce, Egypte, Italie.
    1. La mythologie désigne des fondateurs du vin.
      1. Ammon / Lybie.
      2. Bacchus / Latins.
      3. Dyonisos / Monde hellénique..
      4. Moloch / Syriens.
      5. Noé / Bible.
      6. Oratal / Arabe.
      7. Osiris / Egypte.
      8. Sabazios / Thraces et Phrygiens.
      9. Sôma / Védique.
      10. Spendaramet / Arménie.
  • 5 000 av. J.-C. 6 fioles découvertes à Hajji Firuz Tepe, en Iran, contiennent des résidus de trois ingrédients caractéristiques du vin.
  • 2 780 av. J.-C. Des jarres de vin sont déposées dans des tombes royales, en Egypte.
    1. Leurs bouchons de terre crue portent un sceau cylindrique attestant la production des vignes du pharaon.
  • 2 281 av. J.-C. Au retour de Sodome, Abraham aurait reçu du pain et du vin de Melchissédech.
  • 2 160 av. J.-C. 5 sortes de vins différents sont représentés sur les fresques de chapelles funéraires.
    1. Ce fait atteste l’existence d’une culture œnologique.
  • 2 000 av. J.-C. La Crète, où des pressoirs existent, serait l’un des berceaux du vin grec.
    1. A cette époque, les Grecs définissent le vin comme une boisson civilisée par opposition à la bière qu’ils nomment vin d’orge.
    2. Les Celtes voient pour leur part la bière comme une boisson sacrée reliée à Cérès, déesse des moissons, et à Sucellus, dieu de la Cervoise.

 

 

Un vignoble vieux de 26 siècles

« La Provence demeure le tout premier vignoble de France. »

 

  • Lorsque l’on savoure un vin de Provence, c’est une longue histoire que l’on déguste.
  • Cette histoire débute  il y a 2.600 ans, quand les Phocéens fondent Marseille.
    1. Navigateurs exceptionnels, spécialistes de commerce du sel, le Phocéens introduisent pour la première fois en France, une fabuleuse plante : la vigne.
  • Depuis, l’art de sa culture et la tradition viticole ont fait du chemin en France et en Europe. Toutefois, historiquement, la Provence demeure le tout premier vignoble de France.

 

Les origines de la vigne en Provence

 

  • 600 av. J.-C. Les Phocéens, fondateurs de Massilia / Marseille, introduisent les vignes en Gaule où elle existe à l’état sauvage.
    1. Les Phocéens élaborent les premières cultures viticoles reconnues en France.
  • 500 av. J.-C. Les îles grecques exportent du vin qui est récolté avec des techniques élaborées.
  • 500 av. J.-C. Les riches Gaulois de différentes contrées boivent du vin qu’ils font venir de Marseille, selon l’historien Armand Lebault.
    1. Le Trésor de Vix (Côte d’Or) serait une oinochoé, cruche à vin, de très grande dimension associée à des coupes et vaisselles vinaires.
  • 320 av. J.-C. L’épopée du navigateur massaliote Pythéas pourrait associer recherche scientifique et intérêts de placiers en vin.
  • v. 200 av. J.-C. Les Romains commencent à s’installer dans les Gaules, des terres ligures à la Narbonnaise.
    1. Les Romains introduisent de nouveaux cépages depuis la Provence.
    2. La plupart des villæ romaines ont un vignoble propre.
    3. Les druides considèrent le vin comme un breuvage sacré.
    4. Les Gaulois remplacent les amphores et les outres par des tonneaux.
  • 154 av. J.-C. Les Romains interdisent la culture de la vigne au-delà des Alpes.
  • 120 av. J.-C. Les Romains ré-implantent la vigne dans le midi des Gaules.
    1. C’est l’époque de la fondation du port militaire de Fréjus – Forum Julii et de la ville d’Aix-en-ProvenceAquae Sextiae .
  • Plus tard, Rome étend son empire et la vigne se glisse dans les pas des conquérants.
    1. C’est ainsi que le vignoble se fixe progressivement dans d’autres régions gauloises : Vallée du Rhône, Beaujolais, Bourgogne, Gascogne et Bordelais.
  • 77. Une crise viticole entraîne le décret de 92 qui commande l’arrachage de la vigne en Gaule.
  • 276. Le grand empereur Probus rétablit par un édit la liberté de plantation viticole, de faire et vendre son vin.
  • L’Eglise utilise le vin lors des communions.
    1. Chaque évêque plante sa vigne.

 

 

L’influence des moines et des nobles

 

  • Après la chute de l’Empire Romain, il faut attendre le Haut Moyen Age pour voir la vigne se développer à nouveau en Provence, sous l’influence cette fois des grands ordres monastiques.
  • 6e s. Le terme « Vins de France » apparaît en remplacement du terme Vins Romains à l’époque mérovingienne.
  • Du 5e s.  au 12e s., les abbayes de Saint-Victor à Marseille, Saint-Honorat sur les Iles de Lérins, au large de Cannes, Saint-Pons à Nice et du Thoronet produisent du vin qui n’est pas uniquement destiné à la consommation des moines ou à l’élaboration de vin de messe.
    1. Soigneusement commercialisé, le vin contribue notablement aux revenus des établissements monastiques.
  • A partir du 14e s., les grandes familles nobles, les notables du royaume puis les grands officiers de l’armée royale vont acquérir et gérer de nombreux vignobles provençaux et construire les fondations de la Provence viticole moderne.
  • 15e s. Le roi René est un grand amateur de vins.

 

La crise du phylloxera

 

 

  • 1880 – 1890. Bien que touchée plus tardivement que les autres vignobles français, la Provence est atteinte, à partir de 1880, par le phylloxera vastatrix.
    1. Cet insecte, originaire de l’est des Etats-Unis, parasite des racines de la vigne, détruisant la presque totalité du vignoble provençal.
    2. Seuls les vignobles plantés dans le sable échappent au Phylloxera.
  • Le greffage des plants français sur des plants américains résistants au phylloxera apporte la solution technique à la crise et permet de reconstruire le vignoble.
    1. Au prix de gros efforts techniques et financiers, le monde viticole provençal se rétablit peu à peu.

 

Les bases de la viticulture moderne

 

 

  • Tout début du 20 e s. De nouvelles difficultés, liées à la surproduction, apparaissent.
    1. C’est à cette époque que de nombreux viticulteurs sentent la nécessité de se grouper pour mieux faire face aux difficultés. Le mouvement coopératif est ainsi né.
    2. 1905. Création d’une loi et d’un service de répression des fraudes sur le vin.
      1. Première reconnaissance administrative des appellations, futures AOC.
      2. Pour préserver et renforcer l’identité de leurs vins, les viticulteurs provençaux, forts de leurs 2 600 ans d’histoire, commencent alors la longue marche vers l’Appellation d’Origine Contrôlée (AOC).
    3. 1907. Importante concurrence des vins d’Algérie.
    4. 1919. Apparition d’une législation en faveur de la viticulture de qualité.
    5. 1935. L’Institut National des Appellations d’Origine (INAO) est créé.
      1. Il reçoit pour mission la définition et la fixation par décret du terroir et des conditions de production de chaque appellation d’origine.
  • 1936. A Marseille, Pierre Pourchet crée l’Ambassadeur, apéritif à base de vin.
  • 1945. Création de l’appellation Vins Délimités Qualité Supérieure (VDQS, puis AOVDQS), antichambre des AOC.
  • 1946. Création de l’INRA, Institut National de la Recherche Agronomique.
  • 1973. Création  de l’appellation Vins de Pays.
  • 1980. La Loi d’Orientation Agricole crée l’Agriculture Biologique (label AB).
  • 1984. Premières mesures réglementaires de la CEE sur le vin.

 

 

Liens avec l’Histoire du Vin en Provence

 

 

  • Cliquer sur l’image ou sur le texte-lien pour afficher l’article.

 

 

                   

© Fotolia.com – Verlinden

 

 

Vins RougesVins RosésVins BlancsVins Bio

 

Vins du VarVins des Bouches-du-RhôneCôtes de ProvencePays ViticolesVins et Vignobles de CassisCôtes de Provence – Ste-Victoire

 

Production de Vins Cépages en ProvenceCépages Noirs

 

Bars à VinsBar à Vins Marseille – ŒnologuesCaves à VinsFormations Vins Vins et TourismeLivres Vins.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mots Clés : , ,
.