Provence 7

Cépages en Provence

A consommer avec modération. L’abus d’alcool est dangereux pour la santé.


 

 

 

 

 

 

 

 

  • Liste des principaux cépages utilisés en Provence.

 

 

Une palette de cépages variés

 

 

  • En Provence, à la variété du relief et du climat correspond une large palette de cépages.
    1. Plus d’une douzaine entrent régulièrement dans l’élaboration des vins d’appellations d’origine de la Provence.
    2. Certains de ces cépages  constituent une base que l’on retrouve dans la majorité des vignobles de la région, alors que d’autres sont plus spécifiques à certaines appellations.

Cépages pour vins rouges et rosés

 

  • La Syrah.
    1. Origine grecque.
    2. Grappes de taille moyenne.
    3. Ses petites baies noires aux reflets bleutés donnent des vins solides et colorés, rudes les premières années car riches en tanins, mais particulièrement aptes à un vieillissement prolongé.
    4. Avec les années, son évolution apporte au vin des notes caractéristiques de vanille, de havane et de fruits rouges confits.
    5. La Syrah permet l’élaboration de rouges charpentés.
    6. Le cépage est en progression dans le vignoble de Provence.
  • Le Grenache
    1. Originaire d’Espagne.
    2. Grappes assez grandes.
    3. Grains à la pulpe fondante.
    4. Bien adapté aux coteaux caillouteux et secs.
    5. Le Grenache résiste bien aux vents violents.
    6. Donne aux vins jeunes des arômes élégants de petits fruits rouges, puis, avec l’âge, il évolue vers des notes plus épicées et animales.
    7. En vieillissant, il apporte alors au vin du gras, de l’ampleur et de la puissance.
    8. Le Grenache participe à des rosés et à des rouges jeunes au bouquet de fruits rouges.
    9. Très employé dans les Coteaux d’Aix-en-Provence.
  • Le Cinsault
    1. Originaire de Provence.
    2. Grosses grappes. Chair juteuse.
    3. Bien adapté aux sols schisteux, pauvres et secs.
    4. Goûteux et d’un bel aspect, ce cépage a longtemps été utilisé comme raisin de table.
    5. Largement utilisé en Provence pour l’élaboration des vins rosés de couleur pâle. Il donne des rouges aux parfums de fruits rouges, moelleux et fins.
    6. Le Cinsault apporte au vin fraîcheur, finesse et fruité, nuançant la puissance d’autres cépages.
  • Le Tibouren
    1. Bien adapté aux zones à forte influence maritime.
    2. Baies moyennes.
    3. Cet authentique provençal, délicat et élégant, offre aux rosés la finesse de ses arômes et la richesse de son bouquet.
    4. Vins saumon pâle aux notes de fruits à chair blanche.
    5. Il est le partenaire privilégié des autres cépages provençaux.
  • Le Mourvèdre
    1. Originaire de la province de Valence, en Espagne.
    2. Grappes moyennes, coniques, étroites.
    3. Ses petits grains serrés bleutés préfèrent les terroirs chauds et calcaires.
    4. Ce cépage à maturation lente – qui aime regarder la mer pour mûrir convenablement – donne des vins charpentés aux tanins fins et bien affirmés exprimant dans leur jeunesse des arômes de violette et de mûre.
    5. Son velouté et sa souplesse, accompagnés de notes caractéristiques d’épices, de poivre et de cannelle, se révèlent après plusieurs années de vieillissement en cave.
  • Le Carignan
    1. Très prolifique.
    2. Adapté aux sols pauvres, ce cépage fort répandu en Provence par le passé tend à se faire plus discret.
    3. Cultivé en coteaux avec de faibles rendements, il donne des vins charpentés, généreux et colorés qui constituent une excellente base d’assemblage.
  • Le Cabernet Sauvignon
    1. Implanté en Provence à la fin du 19e s.
    2. Bien adapté aux terrains graveleux, acides et drainés.
    3. Petites grappes à petits grains.
    4. Couleur ardoise.
    5. Peu répandu en Provence, il apporte au vin une charpente tannique, puissante et douce à la fois, qui facilite le vieillissement : son nez caractéristique de poivron vert et de cassis le distingue des autres cépages.
    6. Utilisé en assemblage, il donne des rosés aux notes végétales et florales.
  • La Folle Noire.
    1. Cépage niçois fortement associé au vin de Bellet.
    2. Parfaitement adapté au poudingue des collines de Nice.
    3. Couleur encre au reflet bleuté.
    4. Peau résistante.
    5. La Folle Noire participe aux vins rouges auxquels il apporte structure et finesse.
  • Le Braquet.
    1. Baies roses. Peau épaisse et translucide.
    2. Le Braquet donne au vin rosé de Bellet un caractère épicé et sauvage.

 

 

Cépages pour vins blancs

 

 

  • Le Rolle (ou Vermentino, variété très proche).
    1. Cépage d’origine ligure, cultivé depuis toujours en Provence.
    2. Bien adapté aux terroirs secs et peu fertiles.
    3. Grappes à grosses baies.
    4. Le Rolle est à la fois robuste et d’une très grande qualité gustative.
    5. Il donne des vins aux parfums d’aubépines, d’agrumes et de poire, gras et équilibrés, d’une grande finesse de corps et d’arômes.
    6. Le Rolle donne au vin blanc une robe jaune-clair aux reflets verts.
  • L’Ugni blanc.
    1. Cépage d’origine toscane, aux baies rondes et juteuses.
    2. Cépage le plus répandu.
    3. Grappes allongées aux baies bien rondes et assez petites.
    4. Quasi-incontournable des vins blancs de Provence.
    5. Il permet d’obtenir un vin clair et fruité, d’une grande finesse.
  • La Clairette.
    1. Très ancien cépage originaire de Provence.
    2. Grappes assez grosses.
    3. Grains ellipsoïdes de bonne taille.
    4. La Clairette produit peu mais ses grains oblongs offrent des vins aromatiques et bouquetés aux notes de fruits à chair blanche.
    5. Très répandu en Provence.
    6. Donne aux vins blancs une robe d’un jaune franc.
  • Le Sémillon.
    1. Bien adapté aux sols graveleux et argilo-calcaires.
    2. Grappes de taille moyenne à gros grains arrondis.
    3. Cépage vigoureux, productif, mais craignant la pourriture.
    4. Utilisé en faible proportion, il apporte au vin de la puissance aromatique, du gras, de la rondeur et une belle élégance avec des nuances de fleurs blanches et de miel.
  • Le Bourboulenc blanc ou Doillon.
    1. Ce cépage tardif, très rustique et robuste, reste discret en Provence.
    2. Il apporte aux vins une touche de finesse et de rondeur.
  • Le Grenache Blanc.
    1. Mêmes particularités que le Grenache noir.
    2. Généreux en alcool.
    3. Particulièrement utilisé dans l’ouest de la Provence.
  • La Marsanne.
    1. Originaire de la région de Montélimar.
    2. Très utilisé à Cassis.
    3. Arômes d’abricot séché, cire d’abeille, coing, épices, litchis, fruits secs (amande, coco, noisette…).

 

 

 

 

 

 

.