Baou de Saint-Chamas. Falaise de calcaire et habitat troglodytique au-dessus des maisons © Sylvie Peruzzi. Fotolia.com.

 

 

 

Accueil Provence 7

Saint-Chamas à visiter (13)


 

 

 

 

  • Commune des bords de l’étang de Berre qui a échappé aux effets d’une industrialisation très dure pour l’environnement naturel.
  • Code postal. 13250.
  • Habitants. Saint-Chamasséens – Saint-Chamasséennes
  • Surface. 26,71 km2.
  • Altitude. Moyenne 37 m. Mini 0 m. Maxi 121 m.
  • Population. 8.302 habitants (2015).
  • Coordonnées et Carte. N  43° 33′ 02″  E  5° 02′ 05″. Cliquer sur le lien texte pour afficher la carte de la commune de Saint-Chamas.
  • Identité. Nom. Armoiries.

 

Blason_de_Saint_Chanas

Blason de Saint-Chamas. Source Wikipedia.

 

 

 

Situation de Saint-Chamas (13)


 

 

Saint-Chamas.-Vue.-Patrick-

 

Saint-Chamas sur l’Etang de Berre© Verlinden.

 

 

  • L’accès au centre du village se fait en passant sous un petit aqueduc.
  • La commune est située au bord de l’étang de Berre. On y pratique la pêche professionnelle (muges, anguilles…) .
  • La colline du Baou partage en deux le territoire communal.
    1. D’un côté, le Delà.
    2. De l’autre, le Pertuis et le Port.

 

Communes limitrophes de Saint-Chamas

 

 

Accès à Saint-Chamas

 

 

Distances depuis Saint-Chamas

 

 

 

La Nature à Saint-Chamas


 

 

  • Station Climatique.

 

Deux sites naturels sont propriété du Conservatoire du littoral

 

  • Les Palous.
    1. Zone humide formée de roselières, prairies inondables et ripisylve à l’embouchure de La Touloubre.
  • La Poudrerie.
    1. Ripisylve entre falaises, marais et étang.

 

Reliefs, sols

 

 

Rivières, eau

 

 

Touloubre et Pont Flavien. © Verlinden

 

 

 

Forêts, arbres

 

 

Activités agricoles, gastronomie

 

  •  Vignobles, vins.
  • Cave coopérative vinicole.

 

Activités dans la nature

 

  • Plages.
  • Nautisme sur l’Etang-de-Berre.
  • Chasse.
    1. Albarans, colverts
  • Promenades pédestres.
  • Promenades équestres.
  • Camping.

 

 

Histoire de Saint-Chamas


 

 

  • Saint-Chamas a longtemps été connue comme étant le siège de l’une des poudreries les plus importantes de France.

 

Préhistoire

 

  • Occupation préhistorique sur la colline du Baou.
  • Epoque paléolithique. Les fouilles effectuées dans l’abri sous roche du Collet du Verdon fournissent les preuves d’une occupation humaine.
    1. Les vestiges  sont conservés au musée communal.

 

Antiquité

 

  • Age du Fer. Site exploité par les Ligures, qui y construisent un oppidum.
    1. Colline du Baou.
  • Occupation ensuite par des Celtes ou des Celto-ligures.
  • 1er s. av. J.-C.  Sous l’Empereur Auguste, construction du Pont-Flavien.
    1.  Le pont a pour but de relier Arles à Marseille.
    2. Edifié sur la Touloubre, le pont franchit la rivière avec une seule arche.
    3. Le pont devrait son nom au fait d’avoir été financé par Flavius, un riche citoyen romain.
  •  Evangélisation précoce du territoire comme l’atteste un document du 10e s. faisant état d’une chapelle du 7e s., sur la colline du Baou.

 

Du Moyen-Age à la Révolution française

 

  • 10e s. Après la sombre période des invasions et de l’occupation sarrasine, la Provence se libère.
    1. Sanctus Amantius est cité.
    2. On trouve alors une trace écrite de la vie de saint Chamas, cité sous le nom de Sanctus Amantius, nom qui évoque celui de Saint-Amans, premier évêque de Rodez.
  • Edification du  village initial sur le Baou, la colline calcaire qui domine l’étang de Berre.
    1. La colline est facile à défendre et représente un excellent poste de surveillance.
  • 969. Boson, comte de Provence cède à Ithier, archevêque d’Arles, le castrum en ruine de Sanctus Amantius.
  • 12e s. Seigneurie de la Maison des Baux, Saint-Chamas passe aux comtes de Provence à la fin du siècle.
  • Saint-Chamas est placée sous l’autorité des archevêques d’Arles jusqu’à la Révolution française.
  • 1347. Peste noire, entrée en Provence par Marseille.
  • 1564.  Le château accueille la régente Catherine de Médicis et le roi de France Charles IX âgé de 14 ans.
  • 1650. Saint-Chamas doit son essor à la dérivation des eaux de La Touloubre puis, à l’utilisation de la surverse du canal qui est vendue au roi Louis XIV en 1690 pour y faire tourner les martinets à poudre précédemment placés à Aubagne, sur l’Huveaune.
  • 17e s.  Construction de la ville moderne.
    1. Abandon de l’ancienne colline du Baou.
    2. Construction notamment des nouveaux quartiers du Perthuis.
    3. Edification d’un hôtel de ville. Il deviendra un musée en 1959.
    4. Aménagement du port.
    5. 1660 – 1668. Construction de l’église Saint-Léger.
    6. 1690. Début de la construction de la Poudrerie qui ne cesse de s’étendre au fil des ans et couvrira 138 ha à son apogée.
      1. Colbert est à l’origine de cette installation.
    7. 1740. Mise en service du clocher, construit sur pilotis à côté de l’église.

 

Révolution française

 

  • 1788. Mauvaise récolte.
  • 1788-89. Hiver glacial.
  • 1789. La Provence s’embrase.
  • Pendant la période révolutionnaire, le village est renommé Port-Chamas.
  • 1793. Nomination du Comité de Surveillance.
  • 1793. 2 759 habitants.

 

Période contemporaine

 

  •  Réunion des deux parties du village qui se sont développées autour de la Mairie et autour du port. Un tunnel nommé La Goule assure la jonction.
  • 1847. Passage de la voie de chemin de fer.
  • 1863. Effondrement du tunnel.
    1. La décision est prise de construire l’aqueduc du Plan mieux connu sous le nom de Pont de l’Horloge.
  • 1896. 2 237 habitants.
  • 1901. Premier cas de  grippe aviaire sévère.
  • 1936. Une explosion de la Poudrerie provoque cinquante-trois morts et plus de deux cents blessés.
  • 1946. 3 441 habitants.
  • 1962. 4 634 habitants.
  • 1966. Installation d’une centrale hydroélectrique d’EDF placée sur l’eau douce dérivée de la Durance qui est versée dans l’Etang-de-Berre.
  • 1968. 5 083 habitants.
  • 1974. La Poudrerie, qui est restée longtemps la principale entreprise de la commune, cesse son activité. Le site devient propriété du Conservatoire.
    1. 1977. La Poudrerie est totalement détruite.
  • 1996. Un théâtre de verdure est édifié sur les 4,6 hectares rachetés au Ministère de la Défense.
  • 1999.  6 595 habitants.
  • 2013. 8.069 habitants.
  • 2015. 8.302 habitants. ↑.

 

 

Village, monuments et bâtiments remarquables de Saint-Chamas


 

 

Saint-Chamas-Pont-Flavien-F

Saint-Chamas. Pont Flavien. 1er s© Verlinden.

 

 

  • Antique pont Flavien.
    1. 1er s. av. J.-C. Construit sous le règne de l’empereur Auguste, peu avant le début de notre ère.
    2. Le pont permet à la route d’Arles à Marseille de traverser La Touloubre.
    3. Les travaux de construction auraient été financés par Flavius, un riche citoyen romain
    4. Le pont enjambe La Touloubre d’une seule arche.
    5. A chacune des extrémités, un portique supportant chacun 2 lions (un seul est Romain, les trois autres sont du 18e s.).
  • Maisons troglodytes. Le Baou est fait de calcaire et de safre et abrite plusieurs logements de particuliers.
  • Port de pêche divisé en deux parties par la colline du Baou.
    1. Le Delà.
    2. Le Pertuis.
  • Vestiges des remparts.
  • Porte du Four.
    1. 15e s.
  • Musée du Vieux Saint-Chamas
    1. 17e s.
    2. Ancienne mairie.
    3. Collections d’archéologie.

 

Inhabituel lavoir des Ragues sur la plage destiné aux lépreux © Rémi Brugiere – Fotolia.com. 

 

 

  • Lavoir ancien des Ragues.
    1. 18e s.
    2. Le lavoir était réservé aux lépreux.
  • Moulin à huile.

 

 

Aqueduc.-St-Chamas.-Fotolia

Aqueduc du Plan © Rémi Brugiere – Fotolia.com

 

 

  • Aqueduc du Plan.
    1. 3 arches.
    2. L’aqueduc fait le lien entre deux quartiers.
  • Usine Hydro-électrique.

 

 

Saint-Chamas-Clocher

Saint-Chamas. Tour. © Verlinden.

 

 

Monuments chrétiens de Saint-Chamas


 

 

Saint-Chamas-Eglise

Eglise paroissiale Saint-Léger © Verlinden.

 

 

Saint-Chamas-Tour-clocher

Eglise Saint-Léger. Clocher-Tour © Verlinden.

 

 

  • Eglise paroissiale Saint-Léger.
    1. Rue Voltaire.
    2. Inscrite aux Monuments Historiques.
    3. 1658-1668. Construction. Imposante façade baroque très travaillée.
    4. 1730-1740. Construction de la tour clocher sur pilotis.
    5. L’église abrite le retable Sainte-Anne datant de 1519, en bois et peint par le Marseillais Étienne Peson.
    6. 16e s. Retable en bois Mariage de la Vierge.
  • Chapelle Notre-Dame-de-la-Miséricorde.
    1. Sur la colline du Baou.
    2. Beau panorama sur l’Etang-de-Berre.
    3. Son isolement et son style dépouillé et sobre conviennent au recueillement.
    4. Elle a conservé ses mâchicoulis.
  • Ruines de la chapelle des Pénitents Blancs du 17e s.
  • Chapelle abandonnée Saint-Pierre.
    1. Au Pertuis.
    2. La chapelle abrite ensuite un club de sport.
  • Chapelle des Bourrasssons ou des Pénitents Gris.
  • Chapelle néoromane Saint-Léger.
    1. Accès par la RD 70, en direction de Salon-de-Provence.
    2. Reconstruite au nord du viaduc ferroviaire de La Touloubre.
    3. Intéressant regroupement de ses arcades par trois sur la façade.

 

 

Fêtes, manifestations, marché


 

 

  • Marché hebdomadaire. Samedi.
  • Juin. Joutes et fêtes du Port.
  • Septembre. 1er dimanche. Fête de St-Léger.

 

 

 

Livres liés à Saint-Chamas à visiter


 

 

Livre-Saint-Chamas

1980. Le Folklore de Saint-Chamas en ProvencePaul Lafran. Maurice Berle. Editions Les Amis du Vieux Saint-Chamas.

 

 

Saint-Chamas-Histoire

1955. Saint-Chamas. Des origines à 1851Paul Lafran. Gustave Plantier. Simone Millet. Maurice Berle. Vincent Monte. Editions Les Amis du Vieux Saint-Chamas.

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Mots Clés : , , , ,
.