Château de l’Empéri. Salon-de-Provence. © Verlinden.

 

 

Provence 7

Histoire de Salon-de-Provence (13)

 

 

 

 

 

 

 

Antiquité à Salon-de-Provence

 

 

  • Le territoire salonais est occupé par des Salyens, qui occupent les hauteurs de la région où ils pratiquent l’élevage du mouton et le commerce du sel.
  • Oppidum ligure de Sainte-Croix.
  • v. 125 av. J-C. Les Romains assèchent les marécages autour de la Touloubre. Ils établissent un castrum sur le rocher du Puech qui devient une étape fortifiée sur la voie aurélienne.
  • Le site romain se développe à partir du commerce généré par la Voie Aurélienne / Via Aurelia.
  • A Saint-Jean-de-Bernasse, vestiges d’un monument romain dit « les Antiquités » (Inscrit Monuments Historiques).
  • L’assèchement des marais des environs de La Touloubre profite au site.

 

 

Moyen-Âge et Renaissance à Salon-de-Provence

 

 

  • 9e s. « Villa salone » mentionnée.
  • 9e s. Le château de l’Empéri (Monument Historique) est un château fort construit sur le rocher du Puech qui domine l’immense plaine de la Crau.
  • Fin 10e s. Salon est une seigneurie relevant des archevêques d’Arles qui est intégrée au Saint-Empire Romain Germanique.
  • 12 e s. Abbaye de Sainte-Croix. Au Val de Cuech. Transformée en hôtel au cœur de 20 hectares de pinède et de garrigue avec une splendide vue.
  • 12e s. Porte Bourg-Neuf.
  • 12e s. Chapelle de Saint-Jean-de-Bernasse. Située sur la Via Aurelia et une route reliant Marseille à Avignon par Lançon. Elle fait maintenant partie d’une ferme. Survivance de l’antique cité disparue de Pissavis. Propriété privée.
  • 13e s. Eglise Saint-Michel. Style Romano-Gothique. Rare clocher arcade à 5 baies.
  • Le château est la résidence des archevêques d’Arles ainsi que des empereurs germaniques. Il doit son nom à ce lien avec les empereurs germaniques, l‘Emperi signifiant empereur en Occitan.
  • 1481. Comme le reste de la Provence, Salon intègre le Royaume de France.
  • 14e s. – 15e s. Collégiale Saint-Laurent. Un des plus purs sanctuaires gothiques méridionaux.
  • 1404. Salon obtient  la reconnaissance officielle d’une organisation municipale (bulles des papes Grégoire XI et Benoît XIII).
  • 15e s. Embellie économique sous le règne du roi René.
  • 16e s. Adam de Craponne (1527-1576), natif de Salon-de-Provence est à l’origine de l’âge d’or de la cité.
    1. 1559. Il achève la construction d’un canal qui permet d’irriguer et de fertiliser la région.
  • 16e s. Maison d’Adam de Craponne.
  • De nombreux hôtels particuliers, maisons bourgeoises, fontaines… sont construits.
    1. Fontaine de Craponne.
    2. 16e s. La Fontaine Moussue ou Grande Fontaine existe déjà. Place Crousillat. Ce n’est qu’après la guerre de 1939-45  que les concrétions calcaires, auxquelles se joint la mousse, vont souder les deux vasques, lui donnant sa forme de champignon si caractéristique qui l’a rendue unique au monde.
    3. Tour de l’Horloge.
    4. Entrée de la vieille ville.
  • 1545. Nostradamus s’installe à Salon.
  • 16e s. Ancienne Maison de Nostradamus, restaurée. 35 rue du Moulin d’Isnard.
  • 1566. Mort de Nostradamus qui est enterré dans la Collégiale Saint-Laurent.
  • 1564. Charles IX traverse Salon-de-Provence lors de son tour de France royal (1564-1566).
    1. Le Roi est accompagné de la Cour et de plusieurs  Grands du royaume : son frère le duc d’Anjou, Henri de Navarre, les cardinaux de Bourbon et de Lorraine.
    2. Le roi de France accorde à la ville de nouvelles armoiries « un léopard de sable rampant en champ d’or, tenant au milieu de ses pattes sans toutefois toucher, un écusson d’azur dedans lequel il y aura une fleur de lys d’or« . Ces armoiries sont restées le symbole de la ville.
  • 1630. Tour de l’Horloge.
  • 1664. Le troisième étage de la Tour de l’Horloge est réalisé.
    1. Le campanile, un des plus beaux de la région, est réalisé par un serrurier de Salon, Joseph Rolland.
    2. L’horlogerie est confiée aux frères Quintrand de Lambesc qui prévoient aussi un mouvement indiquant les phases de la lune. Charles Couchon peint les cadrans et les lunes.
    3. Les trois cloches, d’un poids total de 2563 kg sont l’oeuvre des fondeurs Daignac et Souchet.
  • 17e s. Les Ursulines s’installent à Salon.
  • 17e s. Milieu. Construction de l’Hôtel de Ville.
  • 1690. Les Capucins possèdent un couvent avec Chapelle.
  • Les Confréries de Pénitents Blancs et Bleus sont présents à Salon.
  • 17e s. – 18e s. Château de Richebois. Au Nord.
  • 17e s. – 18e s. Château de Bruy. Au Sud.

 

Révolution et Empire à Salon-de-Provence

 

 

  •  1790. Salon-de-Provence devient chef-lieu de district.

 

 

Période contemporaine à Salon-de-Provence

 

 

  • Première révolution industrielle. Salon est connue pour ses manufactures de soie.
  • Salon devient le centre le plus important de la Provence pour le commerce de l’huile et de ses produits dérivés.
  • Les savonneries deviennent le débouché naturel de la production d’huile d’olive. Il existe une dizaine de savonneries il y a un siècle.
  •  1909. 11 juin. Un séisme de magnitude 6, dont l’épicentre est situé dans l’ancien volcan de Beaulieu près de Rognes (13), cause d’importants dégâts.
    1. Le château de l’Empéri est partiellement endommagé.
  • 1937. L’exiguïté des installations de Versailles conduit l’Ecole de l’Air à s’installer à Salon-de-Provence .
  • 1939-45. La défaite de 1940 et l’Occupation qui lui fait suite obligent l ‘Ecole de l’Air  à quitter Salon-de-Provence pour passer d’un lieu à l’autre : Bordeaux, Collioure, Marrakech…
  • Mémorial Jean Moulin.
    1. Il est situé sur la route Nationale 538 qui relie Salon-de-Provence à Sénas tout près du lieu où le résistant fut parachuté.
    2. Il est l’œuvre du sculpteur Marcel Courbier. C’est son troisième monument dédié à Jean Moulin.
  • 1946. L’Ecole de l’Air prend possession de ses locaux de Salon-de-Provence sur la Base Aérienne 701.
  • 1964. Salon-de-Provence accueille la Patrouille de France.

 

 

 

Mots Clés : , ,
.