Tétrapyle romain sculpté. © Verlinden.

 

 

Accueil Provence 7

Cavaillon à visiter (84)


 

 

 

 

 

 

  • Cavaillon est une importante ville du département de Vaucluse (84).
  • Code postal. 84300.
  • Habitants. Cavaillonais -Cavaillonaises.
  • Superficie. 45,96 km2.
  • Altitude. 49 m – 200 m.
  • Population. 26 201 habitants (2014).
  • Coordonnées et Carte. N  A3° 50′ 15″   E   5° 02′ 17″. Cliquer sur le lien pour voir la carte de la commune de Cavaillon.

 

 

Situation de Cavaillon (84)


 

 

Cavaillon depuis le mont Saint-Jacques © Verlinden

 

 

Communes limitrophes de Cavaillon

 

 

Accès à Cavaillon

 

 

Distances de Cavaillon

 

 

 

La Nature à Cavaillon


 

 

 

Reliefs, sols

 

  • Territoire de large plaine alluvionnaire de la Durance.
    1. Cette plaine est considérée comme la plus riche de France pour l’agriculture.
  • Le seul relief est le mont Saint-Jacques qui domine la ville et offre de magnifiques points de vue.
    1. Massif rocheux de calcaire urgonien.
    2. 180 mètres de hauteur pour environ 300 hectares de surface.
  • Exploitation du calcaire ; chaux.

 

Rivières, eau

 

 

Cavaillon côté Durance et Alpilles © Verlinden.

 

  •  La Durance.
    1. Puissant affluent du Rhône.
    2. Rivière provençale par excellence.
    3. Depuis des temps très anciens, Cavaillon est réputée comme point de franchissement de La Durance par un bac.
  • Le Coulon, affluent de La Durance.
  • Le canal Saint-Julien traverse Cavaillon.

 

Forêts, arbres

 

  • Bois du mont Saint-Jacques, en bordure du Coulon.

 

Activités agricoles, gastronomie

 

Cavaillon est le 1er marché fruitier et maraîcher de France.

 

 

 

Melon de Cavaillon. © Fotolia.com.

 

 

  •  Cultures maraîchères et fruitières.
    1. Cavaillon est réputée Capitale du Melon.
  • Vigne.
  • Olives.
  • Fruits confits.

 

Activités dans la nature

 

 

Histoire de Cavaillon


 

 

Préhistoire

 

  • Néolithique. Territoire occupé.

 

Antiquité

 

  • 5e s.2e s. av. J.-C. La tribu celto-ligure des Cavares s’installe sur la collines Saint-Jacques.
    1. Puits, silos et fosses sépulcrales trouvés au nord du mont Saint-Jacques.
  • La période gallo-romaine est faste.
    1. Cabellio est un centre important.
    2. La grande voie romaine Via Domitia / Voie Domitienne entre le col du montgenèvre et l’Espagne traverse Cabellio qui est une étape importante.
    3. Un tétrapyle sculpté témoigne du faste de cette période.
    4. 304 deniers d’argent des 1er et 2e s. , d’une valeur de 150 000 €,  trouvés en 2010 par un habitant de Cavaillon qui déracine un acacia dans son jardin
    5. 4e s. Cabellio est le siège d’un des premiers évêchés français.

 

Du Moyen-Âge à la Révolution française

 

  • Cabellio vit sous l’autorité du Royaume Burgonde.
  • v. 991. La première cathédrale est incendiée.
  • 1023. Une seconde cathédrale est construite.
  • Les comtes de Provence et les comtes de Toulouse sont les seigneurs.
  • 12e s. Le réseau  d’irrigation du canal Saint-Julien est mis en place.
  • 1251. Consécration par le pape Innocent IV de la troisième cathédrale Notre-Dame-et-Saint-Véran.
  • 1274. La cité passe sous domination papale.
  • L’installation des papes en Avignon profite à Cavaillon :
    1. Développement religieux avec la mutiplication des couvents et des confréries.
    2. Développement de l’agriculture.
    3. Arrivée de noblesse italienne avec un rayonnement intellectuel certain.
  • Fin du 14e s. De nouvelles plantes comme le melon cantaloup sont introduites.
  • Début 16e s. Le réseau de canal Saint-Julien est complété par celui du canal de Cabadan-Vieux.
  • 1526. Les Dominicains s’installent à Cavaillon.
  • 1562. le baron des Adrets fait le siège de la ville et incendie la cathédrale.
  • 1629 et 1632. Cavaillon est ravagée par la Grande Peste.
  • Deuxième moitié du 17e s. Formation d’une académie de lettrés.
  • 18e s. Développement de l’élevage du ver à soie. Multiplication des moulins à blé et à paroir (bâtiment où l’on bat le drap dans de l’argile smectique pour l’assouplir et l’humidifier).
  • 1791. Cavaillon est rattachée à la France avec le Comtat Venaissin.
  • 1793. Création du département de Vaucluse.

Epoque contemporaine

 

  • 19e s. Le système d’irrigation est considérablement perfectionné (usines hydrauliques) et les cultures de haut rapport se développent : la garance, les maraîchages, melon en tête…
  • 1830. Construction d’un pont suspendu sur La Durance.
  • 1865. L’arrivée du chemin de fer fait de Cavaillon une ville économique et commerciale de premier plan.
  • 1887. 14 novembre. Cavaillon enregistre un fort tremblement de terre.
  • 1966. Création du M.I.N. Marché d’Intérêt National.
  • Une plate-forme entre l’autoroute et le TGV Sud-Est doublée d’un centre de tri postal illustrent l’essor des fonctions logistiques qui profitent de la plaine, des transports multiples et de la situation géographique vers Lyon, l’Espagne et l’Italie.
  • Saint-Gobain implante à Cavaillon son centre d’études et de recherches dans le domaine des céramiques industrielles.
  • 2017. Le centre ville voit se terminer d’importants travaux qui le valorisent considérablement pour la population, les commerces et les touristes.

 

 

Monuments et bâtiments remarquables de Cavaillon


 

 

Tétrapyle de Cavaillon. © Verlinden.

 

  • Tétrapyle romain sculpté.
    1. 1er s. Vestiges des anciens thermes romains.
    2. 19e s. Les vestiges sont déplacés et remontés sur la place principale de la ville.
  • Musée de l’Hôtel-Dieu.
    1. Porte d’Avignon.
    2. Musée archéologique dont la façade est de style baroque avec fronton triangulaire et oculus à rosace.
  • Synagogue.
    1. 15e s. Construction.
    2. 18e s. Reconstruction.
  • Hôtel d’Agar.
    1. Place Cabassole.
    2. 12e s. Bases de l’hôtel  actuel.
    3. Tour gothique octogonale avec un escalier à vis et des gargouilles.
    4. 16e s. et 17e s. Plafonds peints. Cheminées à décors de gypses.
    5. Petite façade Louis XI.
    6. Très beau jardin dont les bases ont 2000 ans.

 

 

Monuments chrétiens de Cavaillon


 

 

 

Ancienne cathédrale N-D-et-Saint-Véran © Verlinden.

 

 

L’ancienne cathédrale à visiter : Trésor de richesses cultuelles et artistiques © Verlinden.

 

 

  • L’implantation précoce du Christianisme au 4e s. (Constantin) est à l’origine de vestiges exceptionnels.
  • L’influence des papes s’est notamment traduite par la multiplication des communautés et des confréries avec de très nombreux édifices chrétiens.
  • Ancienne cathédrale Notre-Dame-et-Saint-Véran.
    1. 1251. Consécration par le pape Innocent IV. C’est la troisième cathédrale construite à Cavaillon après la cathédrale primitive (4e s. ?) et celle de 1023.
    2. 1562. L’édifice roman subit de graves dommages lors de l’occupation de la ville par les Protestants du terrible Baron des Adrets. Elle doit être réaménagée.
    3. 1649. L’abside avec son cul-de-four à 5 pans est rebâtie.
    4. Sa complexité architecturale et l’abondance de son décor nécessitent une visite attentive.
    5. Le clocher-tour est composé de plusieurs éléments (coupoles, escaliers) qui lui donnent un air tourmenté.
    6. A l’intérieur, l’ancienne chapelle en étage des évêques donne sur la nef par une balustrade en pierre.
    7. Le mobilier est d’une grande beauté avec des chapelles latérales qui comptent de multiples richesses.
      1. 16e s. Stalles.
      2. Peintures des plus grandes signatures : Jean Daret, Pierre et Nicolas Mignard, Louis Parrocel, J.-B. Peru, Van Loo…
      3. Sculptures de Jacques Bernus.
      4. Autels en marbre.
      5. Bois doré.
      6. 1654. Orgues du Namurois C. Royer.
      7. Entre deux chapelles figure le Cénotaphe de J.-B. de Sade, évêque de Cavaillon.
      8. 12e s. Le petit cloître est formé de quatre galeries ajourées d’arcatures en plein cintre. On y trouve les tombes de l’évêque Rostaing Dilinger et du chanoine Hughes de Cavaillon. A l’est, le cloître s’ouvre sur la salle capitulaire.

 

 

Chapelle Saint-Jacques © Verlinden.

 

 

  • Chapelle Saint Jacques.
    1. La chapelle est située sur le mont Saint-Jacques en surplomb de la ville de Cavaillon. On y accède à pied par la Place de Clos, derrière le tetrapyle romain et en voiture par la Route d’Avignon.
    2. 11e s. Construction.
    3. 16e s. Modifiée et accompagnée d’un hermitage.
    4. Classée aux Monuments Historiques.
    5. La chapelle a été occupée par César de Bus (15441607).
    6. La chapelle constitue un lieu de pèlerinage mais aussi de promenade en raison d’un panorama magnifique sur la ville, la  vallée de la Durance, les Alpilles et jusqu’au mont Ventoux.
    7. La protection du site (colline et chapelle) doit beaucoup à la famille Jouve qui a acquis une partie des lieux afin d’en maintenir l’environnement naturel.
  • Chapelle Saint-Benoît.
    1. Sur la Grand’Rue.
    2. 17e s. Construction.
    3. Inscrite aux Monuments Historiques.
    4. La chapelle était liée au Couvent Saint-Benoît (17e s.) morcelé après la Révolution française.
    5. 1967. La chapelle est transformée en Bibliothèque municipale.
    6. L’ensemble est massif et haut. Il présente une façade plutôt étirée qui s’élève symétriquement sur deux niveaux.
    7. Quatre pilastres toscans rythment le premier niveau au centre duquel la porte possède une boiserie sculptée.
    8. Un fronton triangulaire termine le second niveau.
    9. Le clocher mur surmonte un oculus.
    10. La coupole, ornée d’une fausse balustrade et de huit fenêtres, comporte des motifs végétaux.
  • Chapelle de l’ancien hôpital.
    1. 18e s. Construction.
    2. Classée aux Monuments Historiques.
  • Chapelle Saint-Roch.
    1. Cours Carnot.
    2. 1631. Construction avec une architecture classique.
    3. D’abord appelée Saint-Didier, la chapelle est ensuite rattachée au pensionnat Saint-Roch qui devient une école.
  • Chapelle Notre-Dame-des-Vignères.
    1. Au sud du hameau des Vignères.
    2. 11e s. et 12e s. Construction.
    3. Classée aux Monuments Historiques.
    4. 13e s. La chapelle voisine un refuge pour voyageurs appartenant aux Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem.
    5. 14e s. Le pape Jean XXII décide de la réunir à la Chartreuse du Bonpas.
    6. Intéressant porche. A noter, à gauche de la porte, une pierre gravée avec le Chrisme.
    7. L’intérieur abrite des représentations de feuilles d’acanthes, de denticules et une figure de monstre félin tenant un visage féminin entre les pattes.
  • Chapelle Sainte-Bernadette.
    1. Traverse des Capucines.
    2. Edifice moderne.
  • Ancienne chapelle Saint-Etienne.
    1. Place Joseph Guis. Transformée en garage.
    2. La chapelle pourrait avoir occupé l’espace d’une Chapelle des Pénitents-Noirs (1539).
  • Ancien couvent des Capucins.
    1. 1592. Arrivée des Capucins à Cavaillon.
    2. 1596. Les Capucins qui ont reçu l’ancienne église Saint-Michel et son cimetière construisent leur couvent.
    3. 1632. Construction du cloître qui est rebâti en 1757.
    4. L’ensemble se trouvait en bordure du Cours Gambetta.
  • Logis abbatial.
    1. Rue Dupuy-Montbrun.
    2. Transformé en maison de retraite.
  • Eglise Réformée.
    1. 184 route de Pertuis.

 

 

Célébrités liées à Cavaillon


 

 

  • Agar de Cavaillon (Paul Antoine). 15761631. Poète provençal.
  • Blaze (Elzéar). 17861848. Ancien officier de la Grande Armée.
  • Cabassolle (Philippe de). 13051372. Religieux.
    1. Protecteur de Pétrarque.
    2. Evêque de Cavaillon, de Marseille… Cardinal.
  • Castil-Blaze (François-Henri). Cavaillon, 1er décembre 1784Paris, 11 décembre 1857.  Critique musical. Compositeur.
  • César-de-Bus. 15441607. Religieux.
    1. Fondateur des Pères de la Doctrine Chrétienne.
    2. Baptisé et ordonné prêtre dans la cathédrale de Cavaillon.
    3. Les prêtres de sa congrégation poursuivent encore, de nos jours, sa mission dans le Pays de Cavaillon.
  • Chabran (Joseph). Cavaillon, 21 juin 1763  – Avignon 28 janvier 1843. Général d’Empire.
  • Comte Monnier (Jean-Charles). Cavaillon, 22 mars 1758  – Paris, 30 janvier 1816. Général d’Empire.
  • Dumas (Alexandre).18021870. Romancier.
    1. 1864. Alexandre Dumas fait don  à la bibliothèque de la Cavaillon de la totalité de son œuvre publiée, en échange d’une rente viagère de douze melons par an.
    2. La rente est servie au romancier jusqu’à sa mort en 1870.
  • Ferri (Jordan). Cavaillon, 12 mars 1992. Joueur de Football.
  • Luminet (Jean-Pierre). Cavaillon, 3 juin 1951. Astrophysicien. Conférencier. Ecrivain. Poète.
  • Ortigue (Joseph d’). Cavaillon, 22 mai 1802 –  Paris, 20 novembre 1866. Critique musical. Historien de la musique.
  • Rocchi (Romain). Cavaillon, 2 octobre 1981. Joueur de Football.
  • Saint Véran. ? – 590. Religieux.
    1. Saint Véran de Cavaillon ne doit pas être confondu avec saint Véran, évêque de Vence et fils de saint Eucher.
    2. Il occupe le siège épiscopal de Cavaillon pendant 30 ans.
    3. Saint Véran participe à plusieurs conciles et accomplit plusieurs miracles dont le plus connu est la délivrance de la population d’un dragon qui la décime.
    4. Son sarcophage est conservé dans l’église de Fontaine-de-Vaucluse.
  •  Rachel. Cavaillon,  ?. Chanteuse.
    1. 1964. 4e du Concours de l’Eurovision avec Le Chant de Mallory.
  • Salinger (Pierre).  San Francisco, 14 juin 1925Cavaillon, 2004. Journaliste américain. Conseil en communication politique. Conseiller de John Kennedy.
    1. Pierre Salinger vit ses dernières années dans la Bastide Rose, au Thor (84).

 

 

Films liés à Cavaillon


 

 

  •  2010. La Fille du Puisatier. Daniel Auteuil. Kad Merad. Astrid Berges-Frisbey. Sabine Azéma. Nicolas Duvauchelle. Scènes tournées à Cavaillon.
  • 2006. Les Vacances de Mr. Bean. Steve Bendelack. Rowan Atkinson. Max Baldry. Emma de Caunes. Willem Dafoe. Jean Rochefort.
  • 1995. Gazon Maudit. Josiane Balasko. Alain Chabat. Victoria Abril. Josiane Balasko.
  • 1983. L’Été meurtrierJean Becker. Isabelle Adjani. Alain Souchon.
  • 1984. Minisérie L’Amour en héritage (Mistral’s Daughter). Kevin Connor et Douglas Hickox. Stefanie Powers. Lee Remick. Stacy Keach. Robert Urich.
  • 1970. Heureux qui comme Ulysse. Henri Colpi. Fernandel.

 

 

Liens internationaux et jumelages de Cavaillon


 

 

  • 2005. Weinheim (Allemagne – Bade-Wurtemberg).
  • 2009. Langhirano (Italie – Province de Parme).

 

 

 

 

 

 

 

 

Mots Clés : , , , , ,
.