© Ovidiu Iordachi – Fotolia.com

 

 

Provence 7

Miel de Provence

 

 

 

 

Cliquer sur les visuels liens pour afficher l’article correspondant.

 

 

 

 

Miel et Sucre

 

 

  • On ne connaît que 5 sources de sucre.
    1. Le miel.
    2. Les fruits.
    3. Le sucre de canne.
    4. Le sucre de betterave.
    5. Les succédanés chimiques.

 

 

Label Miel de Provence

 

 

  • Le miel de Provence est protégé par un label rouge associé à une indication géographique.
  • Cette protection s’applique au miel de toutes fleurs, lavande et lavandin inclus.
  • ’IGP Miel de Provence est enregistrée dans le répertoire européen des IGP et AOP.
  • 2009. L’arrêté du concerne l’attribution du label rouge associé à une indication géographique protégée pour le miel de Provence.
    1. Il a été publié au Journal officiel no 0195 du .

 

 

Histoire du Miel en Provence

 

 

  • Néolitihique. Il est établi que des paysans ont l’idée de capturer des essaims logés dans des troncs creux.
    1. Ils les enfument afin d’endormir les abeilles avant de découper les bois de part et d’autre de l’entrée de l’essaim en gardant une distance convenable.
    2. Ils emportent ensuite le bloc afin de prendre possession durablement de la production des abeilles.
  • Avant l’arrivée des Celtes, les Ligures qui occupent la majeure partie de la Provence réalisent les premières ruches artificielles en écorce de liège.
    1. Les Ligures imitent ainsi  les troncs d’origine.
    2. Le mot « ruche » est d’ailleurs dérivé de « rusca » qui veut dire « écorce » chez les Ligures.
  • 14e s. Edification du rucher de la Chartreuse de Bompas, à Caumont-sur-Durance, au sud d’Avignon.
    1. Souvent désigné murs d’abeilles car il consiste en une succession de ruches dans un même mur.
    2. Ces murs d’abeilles ont été imaginés pour les protéger du Mistral fort.
    3. Le mur est encore visible. Il en existe d’autres notamment à Salon-de-Provence et à Vernègues dans les Bouches-du-Rhône (13).
  • 15e s. Avec la présence des papes en Avignon, la demande des marchands italiens favorise le développement rapide de la production de miel.
    1. Le miel de Provence est alors considéré comme le meilleur des bons miels.
  • Les siècles suivants, l’arrivée massive de sucre de canne en Europe n’entame pas la consommation du miel de Provence tant sa réputation est établie.
  • 20e s. Plusieurs régions gagnent une solide renommée pour la fabrication de leur miel : les Alpes provençales, Barcelonnette, Brignoles, Grasse, la Montagne de Lure, le Mont Ventoux
  • Années 1920. La mise en culture de la lavande et du lavandin sauvages apporte des changements au miel de Provence.
  • Années 1930. Des ruches à cadres remplacent les bruscs traditionnels.
  • La transhumance des ruchers dans les champs de lavande devient l’une des caractéristiques de l’apiculture provençale.

 

 

Le Miel dans la nature provençale

 

 

La Provence présente des conditions très favorables à la production de miel.

 

 

De la nature à la culture

 

  • Les abeilles n’ont pas attendu l’homme pour produite leur miel.
  • Dans la nature, les abeilles ont occupé 4 types de sites qui ont toujours été nombreux en Provence.
    1. Des abris souterrains ou terriers.
    2. Des troncs d’arbres.
    3. Des anfractuosités minérales naturelles ; fissures, rochers…
    4. Des abris occasionnels qui peuvent être des constructions humaines.
  • L’apiculture a des sources dans la Préhistoire.
  • L’apiculture a profité de savoir-faire et d’innovations qui se situent tous les niveaux.
    1. Types de ruches.
    2. Extraction du miel.
    3. Elevage des reines.
    4. Compréhension des abeilles : vie sociale, spécialisations, prédateurs, climat… et des fleurs.

 

Les chênes qui servent d’abri aux essaims

 

 

 

Plantes méllifères

 

  • Toutes les plantes à fleur sont mellifères.
  • Certaines ont des atouts pour produire du miel en quantité et en qualité.
    1. La quantité de pollen produite est décisive.
    2. La facilité avec laquelle les abeilles peuvent butiner les fleurs.
      1. Distances à parcourir.
      2. Formes des corolles.
    3. Il est intéressant de noter que les abeilles butinent très rarement les oliviers et les vignes.
    4. Les arbres fruitiers sont appréciés, notamment l’amandier en début de saison.
    5. Parmi les plantes les plus mellifères :
      1. Bruyère, chardon, colza, eucalyptus, lavande, lavandin, 
      2. Mélilot, oranger, romarin,  sainfoin, sarrasin, sauge
      3. Thym, tilleul, tournesol, trèfle…

 

 

Les fleurs butinées par les abeille en Provence

 

Plusieurs fleurs de Provence sont réputées pour la qualité du miel qu’elles génèrent :

 

  • La Lavande et le Lavandin. Elles produisent un miel pâle et épais.
  • Le Thym. Son miel est très foncé et très fort.
    1. Le miel grec de l’Hymette était considéré par les Grecs anciens comme la nourriture d’élection des dieux.
    2. Parmi les hommes, ce miel était réservé aux très grandes circonstances.
    3. Lors de la cérémonie de rencontre entre Protis (le Phocéen) et Gyptis (la Ligure ou Celto-ligure locale) vers 600 av. J.-C. il y a fort à parier que la boisson devait être à base de miel (le vin étant consécutif à l’arrivée des Grecs).
  • Le Romarin. Il donne un miel ivoirin avec des effluves enchanteresses.
    1. Il est particulièrement apprécié des Romains conquérants de la Provence.
    2. Ses propriétés médicales, notamment digestives, tout autant que ses saveurs, le rendent très apprécié au Moyen-Âge.
  • Le Tilleul. C’est une spécialité de la Montagne de Lure (04).

 

 

Apiculteurs en Provence

 

 

  • Le nombre d’apiculteurs en Provence est estimé à  4 500.
    1. 700 apiculteurs de Provence posséderaient entre 70 et 150 ruches.
    2. Plus de 300 apiculteurs posséderaient plus de 150 ruches.
  • La production régionale est estimée à 2 000 T/an soit 8 % de la production nationale de miel.

 

 

Produits dérivés du Miel en Provence

 

 

Produits alimentaires dérivés du miel

 

  • Le Nougat.
    1. Nougat Noir.
    2. Nougat Blanc.
  • Le Touron.
  • Le pain d’épices.
  • Les bonbons au miel.
  • L’hydromel.

 

Produits non alimentaires dérivés du miel

 

  • Usages thérapeutiques.
    1. Onguents, pommades, sirops, suppositoires…
    2. Dentisterie : ébauches de prothèses.
    3. Gelée royale.
    4. Pollen.
    5. Propolis.
  • Usages cosmétiques : cires à épiler…
  • Ingrédients dans des produits d’entretien.
  • Cires.
    1. La cire d’abeille a longtemps été très recherchée.
  • Bougies.
    1. Avant les lampes à pétrole, les bougies étaient le principal (et souvent unique) moyen d’éclairage.
    2. Un évêque ne doit pas servir un office avec moins de 6 cierges en cire pure.
    3. A Marseille, l’entreprise L. Felix Fournier & Cie était un leader international de la production de bougies.
  • Peinture et photographie.
  • Reliure.
  • Sculpture, moulages
    1. Tirages en bronze à la cire perdue. Technique des plus grands : Barye, Bugatti, Rodin...
    2. Masques mortuaires.
    3. Personnages du Musée Grévin
  • La cire a longtemps été utilisée pour le paiement en nature, notamment pour les impôts en nature.

 

 

Le miel et la gastronomie provençale

 

 

  •  Le miel entre dans un nombre élevé de recettes provençales et il en naît des nouvelles toutes les semaines ce qui ne permet pas de recensement.
  • En cuisine le miel est apprécié pour ses trois grandes qualités :
    1. Le pouvoir sucrant du miel, l’une des 5 sources de sucre, et, avec les fruits, la plus naturelle faisant dire du miel « le plus sain produit de la Nature« .
    2. La finesse et la variété de ses goûts et textures.
    3. Sa propension à caraméliser sous l’effet de la chaleur.
      1. Il est notamment plus aisé de badigeonner de miel que de saupoudrer de sucre avec régularité.
  • Quelques recettes classiques peuvent toutefois être citées.
    1. Infusion aux fleurs de sureau
    2. Kéfir à la fraise
    3. Kéfir de pissenlit
    4. Magrets de canard au miel
    5. Magrets de canard aux figues et au thé
    6. Pavé de dinde au brie, au miel et à la moutarde
    7. Rôti de porc laqué au romarin
    8. Sauce au miel pour grillade
    9. Vinaigrette au miel à l’ancienne
    10. Sauté de canard à l’orange et au miel de Provence.
    11. Faisselle de chèvre, éclats de noisette au miel de Provence.
    12. Tarte au miel de lavande et amandes de Provence

 

 

Les types de Miel en Provence

 

 

Tous les pays de Provence produisent du miel mais on peut distinguer quelques tendances :

 

  • Miel de Lavandin.
    1. Souvent considéré comme la référence des miels de Provence.
    2. Couleur claire.
    3. Légèrement acidulé, arôme d’amande douce.
  • Miel de Lavande fine
    1. D’Annot, Digne, Gap, Montélimar, Peyruis, Sisteron, Valensole...
    2. Couleur plus jaune.
    3. Arômes fruités et floraux plus intenses.
    4. Relativement rare.
  • Miel de Thym, d’Arbousier, de sariette.
    1. Du Luberon et du Ventoux.
    2. Plus rare.
  • Miel de Romarin.
    1. L’un des plus anciens, connu dès l’antiquité.
    2. Couleur claire.
    3. Odeur subtile.
    4. Saveurs délicates.
  • Miels de Bruyère.
    1. Dans le maquis.
    2. Bruyère blanche de Printemps.
    3. Bruyère rose d’automne.
  • Miels d’Arbousier.
    1. Dans le maquis..
  • Miels d’Acacia.
    1. Miels de grande transhumance.
    2. Miel blond et liquide.
  • Miels de Sapin.
    1. Miels de grande transhumance.
    2. Couleur sombre avec des reflets verdâtres.
    3. Il reste longtemps liquide.
    4. Arômes de boisés, maltés ou de fruits secs.
  • Miels de Châtaigniers.
    1. Miels de grande transhumance.
    2. Miel fort de couleur tirant sur le brun.
    3. Odeur boisée avec des notes de caramel, de fruits cuits.
  • Miels de Tilleuls.
    1. Miels de grande transhumance.
    2. Couleur jaune clair.
    3. Odeur forte et fraîche.
    4. Arôme mentholé qui rappelle l’infusion de tilleul.

 

 

A noter

 

 

 

 

 

 

 

Mots Clés : ,
.