Les Camoins : quartier-village de Marseille.© Patrick Verlinden.

 

 

Provence 7

Les Camoins quartier-village à visiter

Marseille 11ème

 

 

 

 

 

 Les Camoins, quartier-village

 

 

 

Les Camoins dans le 11ème Arrondissement de Marseille

 

 

  • Code postal. 13011
  • Superficie.
  • Population. 4.085 habitants (2006). 4.459 habitants (2012).
  • Altitude. Moyenne de 112 m.

 

 

Situation des Camoins

Marseille 11ème

 

 

Quartiers limitrophes ou proches des Camoins

 

 

 

Communes limitrophes ou proches des Camoins (Marseille 11ème)

 

 

 

Distances

 

  • Marseille mairie. 12,8 km.

 

 

Accès aux Camoins

Marseille 13011

 

 

  • Autoroute A 50 depuis Marseille-Centre ou depuis Aubagne.
  • Route des Trois-Lucs depuis Marseille-Centre.
  • Petite Route d’Aubagne (D2) depuis Les Caillols.
  • Route nationale Marseille-Aubagne avec l’embranchement de la Barasse.
  • Bus RTM par les lignes 4 (Métro la Rose – Centre Commercial La Valentine), 12 – 12b – 12s (depuis La Timone – Saint-Pierre), 15s (deouis Métro Sainte-Marguerite – Dromel), 50 (place Castellane, autoroute, centres commerciaux), 240 (Métro La Fourragère – Gare routière d’Aubagne)..

 

 

La Nature aux Camoins

 

 

  • Les Camoins sont à la périphérie de Marseille au contact des vastes espaces de collines qui commencent avec le Garlaban, le Ruissatel la Tête Ronde

 

 

La Source

 

  • La source sort d’un terrain d’eau douce composé de dépôts de craie et de gypse formant les derniers revêtements de ramifications issus de la chaîne de Garlaban.
  • Son acidité s’explique par la combinaison du soufre avec l’hydrogène et par la décomposition du sulfate de chaux par des matières organiques lignites.
  • L’eau passe également par la colline Ruissatel et les roches de Passe-Temps.
  • La température moyenne est de 14° – 16 ° centigrades.

 

 

Jardin public

 

 

Histoire des Camoins

Marseille 11ème

 

 

  • Antiquité. Le site est connu pour ses sources. Il n’existe pas de preuve de sa visite par les Romains qui établissent des forts et des vigies à la Penne.
    1. Il faut dire que la plaine de Camp-major est alors submergée.
  • 8e s. Le territoire dépend du Monastère des Religieuses de Saint-Sauveur fondé par saint Cassien.
    1. Il aurait été désigné par la Vallée Occacine, nom pour lequel nous ne connaissons pas d’explication (lien avec Cassien ?).
  • Jusqu’au 13e s. Les Accates et le quartier des Porporières (les Bains) sont réunis. On parle alors des Tasquas de Porporeas  (taxes et terre de rendement de fief).
    1. Le mot Porporières s’étend au Vallat, un ruisseau limpide  de 3.500 m de long qui vient se joindre à l’Huveaune.
  • 1359. Bertrand de Bouc est propriétaire de la ferme de Pied Forcat. Béranger de Jérusalem lui aurait succédé.
  • 1447. 30 octobre. Jean Camoin qui serait un moine Dominicain défroqué loue par bail une ferme aux frères Prêcheurs.
    1. Il s’installe sur le site avec son épouse Jeanne Cortier.
    2. Ensemble, ils reconstruisent des bâtiments tombés en ruines.
  • 1452. Le mot Porporières s’est transformé en Corporières.
  • 1453Jean Camoin devient propriétaire.
  • 1461. Le bon roi René devient baron d’Aubagne et seigneur de Saint-Marcel.
    1. Il a aussi sous sa juridiction les seigneuries de Cassis, Castellet, Cuges, Julhians et Roquefort.
  • 1471. Les descendants de Jean Camoin et Jeanne Cortier se partagent un territoire relativement vaste qui s’étend d’Allauch vers Aubagne.
    1. Leurs nombreux héritiers  comptent 5 enfants mâles vivants et une vingtaine de petits-enfants connus.
    2. 1471. Les héritiers se partagent des terres sur un territoire allant d’Allauch, du côté de Garlaban avec des extensions vers La Penne-sur-Huveaune et  la Valentine.
  • 1513. Les Dominicains possèdent une grande partie du territoire des Camoins.
  • 1530. Construction de la première église.
  • 1647. Le 29 mai. Etienne de Puget, évêque de Marseille, vend la seigneurie de Saint-Marcel à la commune de Marseille dans le but de financer la construction de son Palais épiscopal.
  • 1662. Le nom de Camoins apparaît dans un acte du 19 août « Corporières, siè (ou) les Camoins ».
  • 17e s. Le hameau des Camoins devient un village de 5-600 personnes.
  • 1720. Le village des Camoins perd une soixantaine de personnes qui sont victimes de la peste.
  • 1734. Reconstruction de l’église.
  • 1793. L’église est reconvertie en Temple de la Raison après avoir été souillée et fermée.
  • v. 1811. On trouve une mention de « Camoins-les-Bains« .
    1. Création d’un pavillon des boues.
    2. La même année, le roi d’Espagne Charles IV, détrôné par Napoléon 1er et en exil à Marseille, vient prendre les eaux de Camoins pour soigner sa goutte et ses rhumatismes.
  • 19e s. Le docteur Maxime Durand-Fardel (1815-1899) définit l’eau des Camoins comme sulfureuse calcique.
    1. Les autorités du département des Bouches-du-Rhône font boire l’eau des Camoins dans les hôpitaux de Marseille aux personnes atteintes de maladie de peau.
    2. L’eau est  vendue en pharmacie conditionnée en pots d’une contenance d’un demi-litre.
    3. Le prix de vente est de quatre sous mais elle est gratuite pour les plus pauvres.
    4. L’eau est également gratuite pour ceux qui viennent la boire sur place.
    5. L’eau des Camoins est vendue sous la marque  « Aqua Cambresiana » du nom du marquis de Cambrai, propriétaire des terres, qui a pour héritier son neveu Monsieur d’Heureux.
  • 1818. Le village compte 551 habitants.
  • 1839. Le chevalier Alphonse Louis Joseph d’Heureux, commissaire de la Marine, est le nouveau propriétaire de la station thermale.
    1. Il y crée une maison de santé avec pour enseigne: « Les Bains impériaux des Camoins » dans laquelle il ouvre un pavillon des boues.
    2. Le vieux château est transformé en hôtel restaurant à l’enseigne de « Hôtel de Cambrai« . Il est  entouré d’un grand parc arboré et de plans d’eau avec canards et cygnes.
    3. La chapelle est rendue au culte par Monseigneur Eugène de Mazenod, évêque de Marseille.
  • 1843. L’église des Camoins est reconnue paroissiale.
  • 1847. Lamartine et son épouse viennent à Camoins-les-Bains pour prendre les eaux.
  • 1860. Napoléon III fait un séjour à Marseille pour poser la première pierre du Palais de la Bourse.
    1. L’empereur nomme une commission chargée d’analyser les eaux de Camoins.
    2. Les résultats étant positifs, Napoléon III signe le décret du 17 novembre 1862, reconnaissant la source de Camoins-les-Bains d’utilité publique.
  • 1875. La station thermale marseillaise de Le Roucas Blanc ouverte sur le site d’une source minérale salée fait concurrence aux Camoins.
  • La station des Camoins est reliée par à la gare Saint-Charles par un omnibus.
  • La station thermale devient la propriété d’un parent du peintre Félix Ziem.
  • Un autre membre de la famille de la famille de Félix ZiemArmand Duplessis, hérite de la station qu’il développe à la fois sur les plans matériels, scientifiques et esthétiques.
  • 1888 et 1894. Travaux de salubrité, ouverture de fenêtres, restauration des façades de l’église et du clocher.
  • 19e s. Une première station thermale avec baignoires est installée.
  • Fin 19e s. Le canal de Marseille est à l’origine du développement de l’agriculture : plantations d’arbres fruitiers (cerisiers, poiriers, pommier…), vignes et céréales.
  • 1907. Le 13 octobre. Le tramway arrive aux Camoins.
  • 1914 – 1918. L’établissement thermal est réquisitionné et transformé en hôpital militaire.
  • 1926. M. Duplessis revend l’établissement thermal à la famille de William Colgate,
  • 1932. Le nom du village  devient officiellement Camoins-les-Bains.
  • Marcel Pagnol loge dans l’hôtel de Camoins-les-Bains  ses équipes  de tournage afin de filmer ses chères collines.  Le film « La fille du puisatier » montre  des vues du parc de la station thermale.
  • 1939 – 1945. L’établissement thermal devient un  hôpital militaire, avant que les Allemands n’y installent un quartier général de la Wehrmacht.
    1. A la Libération,  les Américains y installent leur unité de soutien logistique
  • 1947 M. Masse et son gendre relancent la station thermale en y réalisant d’importants investissements.
  • 1978.  La famille Aubert, au travers d’une société, fait  l’acquisition de la station thermale.
  • La station thermale devient ensuite la propriété de la Société SOCOMA.

 

 

Monuments et bâtiment remarquables des Camoins

Marseille 11ème

 

 

  •  Église Sainte-Agathe des Camoins.
    1. 1530. Construction.
    2. 1734. Reconstruction.
    3. 18881894. Travaux.
    4. Panneaux de bois sculpté, statues de la Vierge Marie, de sainte Agathe et buste de saint Roch.
  • Portail de l’entrée de la Chapelle des Pénitents Blancs.
    1. Début 18e s. Construction de la chapelle des Pénitents Blancs.
    2. Bâtie en pierre jaune de la Couronne.
    3. Mélange de styles roman et Renaissance.
    4. 1817-1878.  La Confrérie des Pénitents Blancs des Camoins est réputée pour sa chorale qui se produit dans les offices, les fêtes locales et jusque dans le grandes processions de Marseille. Ils sont ainsi présent à la Consécration du Sanctuaire de Notre-Dame de la Garde en 1864.
    5. La chapelle sert d’entrepôt de charbon. Elle tombe ensuite en ruine.
    6. 1979. Démolie, la chapelle des Pénitents Blancs donne son nom à la Traverse de la Chapelle où elle s’élevait (entrée du village, face à l’école).
    7. 1987. Le portail de la chapelle est réédifié sur la Place de l’église suite à la demande du CIQ et d’un groupe d’habitants à la Ville de Marseille .Les chapiteaux romans sont assez bien conservés. Le  fronton (17e s.)  sculpté  figure une colombe entourée de rayons représentant le Saint-Esprit avec, à genoux, deux frères prosternés.
  • Croix de Mission..
    1. Située à la Boucle, face au Monument aux Morts.
    2. 1863. Edifiée après une mission exécutée pendant le rectorat du Père Gajean (1862-1875).
    3. 2007. Restauration.
  • Chapelle des Pénitents (détruite).
    1. 1661. Construction juste derrière l’église.
    2. 1735. Interdite au culte pour cause d’insécurité.
    3. 1745. Elle sert à l’extension de l’église.

 

 

Thermes de Camoins-les-Bains

 

 

50 route de la Treille.

 

Eau de Camoins-les-Bains

 

  1. L’eau jaillit en abondance d’un repli de terrain.
  2. La source ne tarit jamais. Son débit est d’environ 350 mètres cubes d’eau par jour.
  3. L’eau est surnommée « l’aïgou doòu Buèn Diou‘ (l’eau du Bon Dieu).
  4. Le centre thermal offre des formes variées de soins : bains, douches au jet, gargarismes, inhalations, massages.
  5. La station thermale appartient  la Société SOCOMA.
  6. La gestion est confiée à la Société Nouvelle des Thermes de Camoins-les-Bains.
  7. 2008. La ville de Marseille adhère à l‘Association des Villes thermales.
  8. 2008. La station affiche 61.000 journées de curistes.
  9. La station est ouverte du 1er mars au 4 décembre.
  10. Le suivi de la qualité sanitaire de l’eau et le contrôle de la désinfection de l’établissement est fait en partenariat avec la Société des Eaux de Marseille (SEM).

 

 

Affections traitées

 

  • L’eau calcique relativement froide a une action antiseptique, anti allergique, cicatrisante sur les muqueuses des voies respiratoires dont elle renforce les défenses immunitaires.
  • L’eau des Camoins est également antalgique et anti-inflammatoire.
  • Rhumathologie: arthrose, rhumatismes inflammatoires et abarticulaires, traumatismes et suites d’interventions chirurgicales orthopédiques.
  • ORL: allergies, asthme, bronchites, emphysème, laryngites, otites, rhinites, rhino-pharingites, sinusites.
  • Chaque année, l’établissement participe à la Journée Mondiale de l’asthme et des allergies en partenariat avec l’association Asthme et Allergie 13 dans la première semaine de mai.

 

 

Célébrités liées aux Camoins

Marseille 11ème

 

 

  • Bernhard (Sarah). Paris, Paris, . Actrice française. Directrice de théâtre. Dramaturge. Peintre. Sculptrice.
    1. 1882. Curiste à Camoins-les-Bains.
  • Cambrai (Henry de). Neveu de Pierre de Porry, à la mort de son oncle en 1720, il hérite du château.
  • Camoin (Jean).
    1. 1447. Ancien moine Dominicain d’origine portugaise qui s’installe sur le site où il fonde une famille.
  • Charles IV. Roi d’Espagne.
    1. 1811. Cure à Camoins-les-Bains.
  • Colgate (William). Hollingbourne (Kent, Angleterre), 25 janvier 1783New York, 25 mars 1857.
    1. Industriel anglais qui fonde en 1806 la compagnie de dentifrices Colgate.
    2. 1926. Sa famille rachète l’établissement thermal de Camoins-les-Bains.
  • Compian (François). Seigneur v 1650.
  • Dumas (Alexandre). 18021870. Romancier.
    1. Curiste à Camoins-les-Bains.
  • Heureux (Alphonse Louis Joseph d’). Chevalier. Commissaire de la Marine.
    1. 1835. Fondateur de l’exploitation commerciale des bains de boue de Camoins.
  • Huc (Pierre). Seigneur des Camoins v. 1575.
  • Hugo (Victor). Besançon 26 février 1802Paris 22 mai 1885. Poète. Dramaturge. Prosateur romantique.
    1. Curiste à Camoins-les-Bains. Les sources ont besoin d’être précisées sur ce point.
    2. C’est à la fin de l’été 1839 en compagnie de sa maîtresse Juliette Drouet et de son fils, que Victor Hugo se rend en Provence.
    3. Victor Hugo visite Marseille, Aix, Toulon, Draguignan, Fréjus, Antibes, Cannes, Nice. Aix, Avignon, d’où un bateau à vapeur le mène  jusqu’à Lyon.
  • Lamartine (Alphonse de). Mâcon, Paris,
    1. 1847. Séjour à Camoins-les-Bains avec son épouse Mariane Elisa Birch.
  • Napoléon III.
  • Pagnol (Marcel).
  • Porry (Pierre de). Propriétaire du Château de Cambrai. Capitaine des Mousquetaires. Inhumé dans la chapelle du château des Camoins en 1720.
  • Talleyrand (Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord). Paris 2 février 1754Paris 17 mai 1838. Diplomate.
    1. Curiste à Camoins-les-Bains.
    2. 1825. 28 octobre. Arrivée à Marseille, où Talleyrand s’installe pour deux mois et demi dans le quartier de Sainte-Marguerite.
    3. 1826. 15 janvier. Talleyrand quitte Marseille pour Hyères.

 

 

Bonnes adresses aux Camoins

Marseille 13011

 

 

 

 

 

 

Loisirs aux Camoins

 

 

  • Tennis.

 

 

Vie pratique aux Camoins

Marseille 11ème

 

 

  • Mairie 11&12e. Tél. 04 91 14 62 40.
  • Allo Mairie. 0810 813 813
  • Samu. 15
  • Pompiers. 18
  • SOS Médecins. 04 91 52 91 52.
  • Commissariat du 11e. 04 91 18 22 50.
  • Office National des Forêts. 04 42 82 18 85
  • RTM Info. 04 91 91 92 10
  • Sécurité Gaz. 04 91 08 08 08
  • Sécurité Eau. 04 91 83 16 15
  • Fourrière animaux. 0 820 82 08 96.

 

 

Education aux Camoins

 

 

  • Ecoles.
    1. Ecole maternelle les Camoins.
    2. Ecole primaire les Camoins.
    3. Ecole primaire la Treille.
    4. Ecole primaire Eoures.

 

 

 

 

 

Mots Clés : , , , ,
.