Château des Albertas. Hôtel de ville de Gémenos. © Verlinden.

 

 

Provence 7

Gémenos à visiter (13)

 

 

 

 

 

  • Code postal. 13420.
  • Habitants. Gémenosiens – Gémenosiennes.
  • Superficie. 32,75 km2.
  • Altitude. 104 m – 1041 m.
  • Population. 6 179 habitants (2014).
  • Coordonnées et Carte. N  43° 29′ 16″   E   5° 63′ 61″. Cliquer sur le lien pour afficher la carte de la commune.

 

 

 

 

Situation de Gémenos (13)

 

 

  • Le territoire de Gémenos occupe une position très favorable aux activités humaines et à l’art de vivre
    1. La commune est au cœur du triangle Aix-en-Provence MarseilleToulon ce qui favorise les déplacements, les activités de logistique et de distribution.
    2. Gémenos est au début d’une vaste plaine formée par l‘Huveaune, cette zone facile à aménager a connu un passé agricole brillant avant de se transformer en Zone Industrielle et Zone Commerciale réputées en France et au-delà.
    3. Adossée au pied du massif de la Sainte-Baume, au débouché du vallon de Saint-Pons, arrosé par le Fauge, le village profite d’une exposition maximale au Soleil.
      1. Gémenos bénéficie, été comme hiver, d’un microclimat.
    4. Les possibilités de loisirs liés à la nature : escalade, randonnées pédestres et cyclistes… sont nombreuses et variées.

 

 

Communes limitrophes de Gémenos

 

 

Accès à Gémenos

 

 

Distances depuis Gémenos

 

 

 

La Nature à Gémenos

 

 

Massif de la Sainte-Baume

 

 

 Parc de Saint-Pons

 

 

Histoire de Gémenos

 

 

Préhistoire

 

  • Vestiges néolithiques : grottes de Saussette, de St-Clair, de la Grande-Baume.

 

Antiquité

 

  • Gémenos a un riche passé romain.
  • Vestiges d’occupation gallo-romaine à St-Jean-de-Garguier : villa, thermes, sépultures, nécropole, céramique, médailles.
  • 1er 5e s. Plusieurs villae gallo-romaines ont une brillante activité agricole.
  • 5es. Gémenos devient pendant une période brève un évêché avec Gargarius (Saint-Jean-de-Garguier).

 

Du Moyen-Âge à la Révolution française

 

  • 984. 9 février. Wilhem, comte de Marseille, possède un titre de propriété concernant un castrum appelé Geminas, à l’entrée du vallon de St-Pons.
  • 1205. Rainier, évêque de Marseille, fonde labbaye cistercienne de Saint-Pons à Gémenos.
    1. L’abbaye de femmes est dirigée par  Garsende ou Gersende.
    2. Ce lieu sera un centre de développement spirituel et économique important.
  • Guigonet Jarente (av.1360ap.1402) est seigneur de Gémenos et de Montclar.
    1. Notaire originaire de Selonnet (Baillie de Barcelonnette).
    2. 1374. Il est élu conseiller du sénéchal et ambassadeur auprès du pape.
    3. 1379. Familier de la reine Jeanne, il reçoit de la souveraine les fours de Seyne et l’albergue de cette ville l’année suivante.
  • v. 15e s. Le site de Geminas est déserté.
  • 1563. Les marquis d’Albertas, Nicolas et son frère Gaspard, d’origine italienne, font l’acquisition de la seigneurie de Gémenos.
  • 17e s. La famille d’Albertas est à l’origine du développement de Gémenos où les marquis construisent l’actuel Hôtel de Ville.

 

 

Epoque contemporaine

 

  • 19271958. Une ligne de trolleybus, parmi les premières en France, assure la liaison entre Gémenos et Aubagne.
  •  1944. Libération de la Provence. L’Etat-Major s’installe dans l’actuel Relais de la Madeleine.
  • 1990. La société Gemplus, leader mondial de la carte à puce,  s’implante à Gémenos sur la zone des Paluds.

 

 

Monuments et bâtiments remarquables de Gémenos

 

 

  • Château des Albertas devenu Hôtel de Ville.
    1. 17e s18e s.  Construction du château sur des bases médiévales.
  • Porte avec bas-relief représentant Bacchus dans la cour des Granges. Inscrite aux Monuments Historiques.
  • 18e s. Château à St-Jean-de-Garguier.
  • Château de Jouques.

 

 

Monuments chrétiens de Gémenos

 

 

  • Abbaye cistercienne de Saint-Pons.
    1. Une abbaye de femmes est créée dans l’écrin de verdure de la forêt de Saint-Pons.
    2. 1205. Dame Garsende prend l’initiative de créer l’abbaye de Saint-Pons.
    3. L’abbaye est placée sous l’autorité de l’évêque de Marseille et de l’abbaye du Thoronet.
    4. Plusieurs seigneurs, parmi lesquels ceux des Baux, dotent l’abbaye de biens. L’abbaye connaît une prospérité spirituelle et humaine.
    5. Trois prieurés (l’Almanarre, Mollèges et Notre-Dame-du-Mont-Sion à Marseille) dépendent de Saint-Pons.
    6. 1427. De graves difficultés obligent les moniales à quitter les lieux pour le prieuré de l’Almanarre (proche d’Hyères) qu’elles avaient fondé au 13e s.
    7. L’abbaye cistercienne se dévoile au bout d’un chemin qui longe la rivière le Fauge. Sa haute façade crénelée se dissimule au milieu des cèdres, des platanes, des érables…
    8. L’abbaye est rénovée par le conseil général. Elle conserve une partie de l’église, les pièces bordant les galeries du cloître et le collatéral sud.
    9. Son attrait tient davantage à son architecture et à son écrin végétal qu’à la visite des lieux qui ne contiennent pas de mobilier, d’œuvre d’art, ni de culte.
    10. Ensemble architectural roman (nef, tour crénelée, ordonnancement des fenêtres…) avec une pointe de touche gothique dans les voûtes sur les croisées d’ogives.
    11. Les locaux actuels servent à des conférences et à des expositions.
  • Chapelle Saint-Martin.
    1. L’agréable promenade à pied dans le Parc de Saint-Pons permet de découvrir l’ancienne chapelle paroissiale Saint-Martin-le-Vieux.
    2. 11e s. Style roman primitif. La construction est antérieure au village de Gémenos et à l’abbaye.
    3. A proximité, ruines d’anciens moulins (papeterie, moulins à farine et à huile, scieries…) implantés le long du Fauge. Ils nous rappellent à quel point le Christianisme a été décisif dans le développement des industries du papier et de l’imprimerie.
  • Eglise Saint-Martin.
    1. 15e s. Modifiée 18e s. Reconstruite 19e s.
    2. Beaux vitraux. Reproductions des 13e s. et 14e s. retracent la vie de saint Martin.
  • Chapelle et ancien prieuré rural de Saint-Jean-de-Garguier.
    1. Saint-Jean-de-Garguier (Gargarius) est, pendant une très courte période, le siège d’un évêché.
    2. Le site, occupé par l’homme depuis très longtemps, joue un rôle important à l’époque de la conquête romaine comme l’attestent des fouilles.
    3. Il y a probablement eu une ferme, une villa, qui a pu être fortifiée en ouvrage militaire sous l’empire romain.
    4. v. 417. Avec le Christianisme, le lieu serait devenu un centre religieux d’un rayonnement tel que l’évêque de Marseille Proculus décide d’en faire un évêché.
      1. L’évêque d’Arles Patrocle en conflit de pouvoir temporel avec Marseille, s’inquiète auprès du pape Zosime de cette décision qui concerne également Céreste, à côté de La Ciotat.
      2. La décision est annulée par le pape et Saint-Jean cesse d’être un évêché.
    5. Saint-Jean conserve toutefois un rôle de premier plan et l’actuel prieuré comprend une chapelle datant de 1646. Elle présente une clef de voûte ornée d’une corde à cinq nœuds.
    6. Les lieux sont placés sous la protection de Saint-Jean-Baptiste dont une statue figure à l’entrée de la chapelle principale.
    7. Il existait sur le site une organisation charitable hospitalière pour recevoir et loger les malades et les infirmes qui venaient implorer leur guérison de saint Jean-Baptiste.
    8. Lieu de pèlerinage, la chapelle affiche plus de 200 ex-voto.
  • Ruines de la chapelle Saint-Clair.
    1. Sur la colline qui domine le vallon du même nom.
    2. On y accède par un sentier dont le point de départ est à proximité du prieuré de Saint-Jean-de-Garguier.
    3. Elle se présente comme un simple auvent sur un site qui aurait été fortifié.
    4. La chapelle pourrait bien avoir été construite à la base d’une tour carrée.

 

 

Célébrités liées à Gémenos

 

 

  • Dame Garsende. Fondatrice de l’abbaye de Saint-Pons de Gémenos.
  • Latil (Jean-Baptiste de ). Ile Sainte-Marguerite à Cannes, 6 mars 1761Gémenos, 1er décembre 1839. Cardinal.
  • Leverne (Gustave). Dijon, 19 décembre 1861Gémenos, 27 novembre 1940. Ingénieur. Ancien élève de l’Ecole Centrale de Paris.
    1. Il travaille aux chantiers navals de La Seyne et de Marseille.
  • Piazza (Dominique). Marseille, 18601941. Inventeur de la carte postale photographique
    1. 1920. Il contribue à créer le théâtre de verdure de Gémenos.

 

 

Liens internationaux, jumelages

 

 

  • Bagnolo In Piano (Italie).
  • 1971. Heuchelheim (Allemagne)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mots Clés : , , , , ,
.