Massif de la Sainte-Baume.

 

 

 

Accueil Provence 7

Massif de la Sainte-Baume (13, 83)


 

 

 

 

 

 

 

 

Caractéristique physiques du massif de la Sainte-Baume


 

 

  • Chaîne pyrénéo-provençale.
  • Le plus étendu et le plus élevé des chaînons provençaux.
  • Sommets. Points culminants. Joug de l’Aigle et Signal des Béguines 1.148 m.
    1. Le Pic de Bertagne 1.042 m est le point culminant du département des Bouches-du-Rhône.
    2. Dents de la Roque Forcade. Crête de la Lare. La Targette.
  • Longueur 35 km. Largeur 15 km. Surface 450 km2.
  • Versant sud peu incliné. Versant nord abrupt.
  • Les points de vue et la promenade sur la ligne de crête sont époustouflants.

 

 

Forêt exceptionnelle de la Sainte-Baume


 

 

  • La forêt de la Sainte-Baume est protégée depuis des siècles.
  • La forêt présente un éblouissant contraste entre l’adret et l’ubac avec une rupture brutale sur la ligne de crête.
  • La forêt possède une flore mêlant la forêt méditerranéenne et la forêt alpine de moyenne altitude.
    1. Chênaie.
    2. Hêtraie.
    3. Pinède.
    4. Une fleur très protégée : la sabline de Provence ou herbe à Gouffé (Gouffeia Arenariodes).

 

 

Faune inattendue dans la Sainte-Baume


 

 

  • Parmi toutes les espèces présentes on note 2 espèces de mammifères particuliers.
    1. Les chamois réintroduits en 2005 et dont la population a bien augmenté.
    2. Le signalement d’un loup entre 2007 et 2009.

 

 

Glacières de Provence


 

 

  • Antiquité. L’usage de glace à rafraîchir est très ancien.
  • 1642. 2 marchands obtiennent du roi de France Louis XIII le privilège exclusif de construire des glacières dont ils vendent la glace à Marseille.
  • Environ une vingtaine de glacières construites sur la Sainte-Baume et les environs (Signes, notamment) sont identifiées.
  • La plus grande de ces glacières (hauteur 23 m. Diamètre 19 m. Contenance 3.600m3 de glace) se visite dans le cadre du Musée de la Glace à Mazaugues (83).

 

 

Communes du massif de la Sainte-Baume


 

 

 

 

Visites et loisirs autour du massif de la Sainte-Baume


 

 

 

Saint-Pilon-Fotolia_1684394

Chapelle du Saint-Pilon © Eyal – Fotolia.com.

 

 

Sainte-Baume.-Massif.-P.-Ve

Chapelle du Saint Pilon © Verlinden.

 

 

 

Sainte-Baume.-Sanctuaire.-P

Sanctuaire et entrée de la grotte de Marie-Madeleine © Verlinden.

 

 

Sainte-Baume.-Sanctuaire-2.

Sanctuaire de la grotte de Marie-Madeleine © Verlinden.

 

 

  • Sainte grotte de Marie-Madeleine. Elle donne son nom au massif puisque Baume signifie grotte.
    1. Forêt relique de 100 ha.
    2. Falaise nord de 300 m de haut.
    3. 1 h environ.
  • Autres randonnées .
    1. Pic de Bertagne.
      1. Montée par la Glacière et le Col du Fauge.
      2. Descente par le Col de Bertagne.
    2. Jouc de l’Aigle et Signal des Béguines.
      1. Par le Col du Saint-Pilon. depuis le croisement D80 – D95 sur le versant nord du massif.

 

 

Plan-d'Aups-Hospice

Hostellerie de la Sainte-Baume © Verlinden.

 

 

 

Histoire du massif de la Sainte Baume


 

 

Marie-Madeleine © Verlinden

 

 

  • 130.000 ans. On trouve des traces d’Homo Erectus dans la grotte des Cèdres au Plan d’Aups.
    1. Les cavernes et les grottes pourraient avoir été utilisées par des chasseurs.
  • Antiquité gréco-romaine. La Montagne sacrée des Grecs Marseillais est considérée comme un haut lieu du culte des fécondités.
    1. Le culte d’Artémis d’Ephèse y serait pratiqué.
  • Antiquité celte. Les druides pourraient s’être rassemblés dans la forêt de la Sainte-Baume.
  • Le poète latin Lucain (39-65) évoque un bois sacré proche de Marseille. Il pourrait s’agir de la Forêt de la Sainte-Baume ou des Aygalades.
  • 1er s. On estime que Marie-Madeleine, compagne du Christ, a pu s’installer sur le massif de la Sainte-Baume.
    1. Aucune preuve absolue mais de nombreux faits convergent vers cette conclusion.
  • v. 415. Saint Jean Cassien y fonde un prieuré à son retour d’Egypte.
  • 5e s. La présence sur la Sainte-Baume de moines de l’abbaye marseillaise de Saint-Victor est attestée.
  • 816. Le pape Etienne VI se rend en pèlerinage à la Sainte-Baume.
  • 828. Le pape Jean VIII vient à son tour en pèlerinage à la Sainte-Baume.
  • 1254. Le 22 juillet, pour la fête de la sainte, le roi de France Louis IX (Saint Louis) se rend à la Sainte Baume à son retour de Croisade. La Provence n’est alors pas une terre française.
  • 1279. Charles II d’Anjou, roi de Sicile, comte de Provence, frère de Louis IX, réalise des fouilles qui aboutissent, à Saint-Maximim, à la découverte de reliques attribuées à Marie-Madeleine.
    1. Les motifs et la nature de ces fouilles, les analyses les plus scientifiques faites depuis sur ces reliques n’ont jamais pu démentir leur origine, au contraire.
    2. Avec beaucoup moins de preuves, bien des faits dits historiques sont affirmés et enseignés…
  • 1288. Une basilique est construite à Saint-Maximin pour abriter les reliques.
  • 1295. 21 juin. Avec l’appui du pape Boniface VII, Charles II d’Anjou obtient que les moines dominicains dont l’ordre vient d’être créé s’installent à la Sainte-Baume et à Saint-Maximin.
  • 1332. Plusieurs souverains (Philippe VI de Valois, roi de France, Alphonse IV d’Aragon, Hughes de Chypre et Jean de Luxembourg, roi de Bohème) se recueillent ensemble dans la grotte de la Sainte.
  • 1440. Incendie et destruction affectent la grotte et les bâtiments.
  • 1456. Louis XI, roi de France, dote largement la grotte.
  • 1516. 1er janvier. François 1er, sa mère Louise de Savoie et son épouse Claude de France rendent grâce après la victoire de Marignan.
  • 1533. François 1er revient à la grotte à l’occasion du mariage de son fils, Henri d’Orléans, avec Catherine de Médicis, à Marseille.
  • 1564. Catherine de Médicis revient prier avec Charles IX, roi de France et son frère, futur Henri III.
  • 1586 et 1592. Pillages de la grotte.
  • 1630. Construction de la chapelle dite « des parisiens ».
  • 1649. La statue de la Sainte Vierge sculptée par le génois Orsolino est offerte par Mgr. De Marinis.
  • 1660. 5 février. Grand pèlerinage de Louis XIV, sa mère Anne d’Autriche et le cardinal Mazarin.
  • 1791. Les biens des Dominicains vendus comme biens nationaux sont rachetés par le marquis d’Albertas.
  • 1793. Graves destructions du site rebaptisé « Les Thermopyles » par les Révolutionnaires.
  • 1814. Nouvelles destructions par le maréchal Brune.
  • 1822. Restauration du culte catholique à l’initiative du préfet de Toulon, Chevalier.
  • 1824. Une communauté de Trappistes s’installe à proximité de l’hostellerie actuelle.
  • 1833. Des Capucins succèdent pour 2 ans aux Trappistes.
  • 1848. Le père Henri-Dominique Lacordaire, restaurateur de l’ordre Dominicain, visite la grotte.
  • 1859. Lacordaire installe les Dominicains à Saint-Maximin et à la Sainte-Baume.
  • 1865. Fondation de la Congrégation des Dominicaines de Béthanie, à l’initiative de frère dominicain Marie-Joseph Lataste.
    1. La Fondation accueille les femmes marseillaises sorties de prison.
  • 1914. Restauration des marches d’accès à la grotte et inauguration du calvaire par le père Vayssière.
  • 2002. Rétablissement d’une communauté de quatre frères dominicains pour assurer l’accueil des pèlerins à la grotte.

 

 

 

 

Livres liés à la Ste-Baume


 

 

 

Lacordaire.-Marie-Madeleine

2005. Sainte Marie-MadeleineHenri-Dominique Lacordaire. Editions du Cerf.

 

 

 

⇒ Voir article Massifs et reliefs de Provence.

 

 

 

Mots Clés : , , , ,
.