Village de Roquevaire. © Verlinden.

 

 

Provence 7

Roquevaire à visiter (13)


 

 

 

 

  • Code postal. 13360.
  • Habitants. Roquevairois – Roquevairoises.
  • Superficie. 23,83 km2.
  • Altitude. 134 m – 732 m.
  • Population. 8.857 habitants (2014).
  • Coordonnées et Carte. N  43° 34′ 00″  E  5° 80′ 18″. Cliquer sur le lien pour afficher la carte de la commune.

 

 

 

Situation de Roquevaire (13)


 

 

  • Entre Marseille et Aix-en-Provence,  en amont d’Aubagne sur le cours de  l’Huveaune,
  • Roquevaire occupe une position privilégiée qui en fait un lieu de résidence recherché.
  • La qualité de son micro-climat rajoute à l’art de vivre à Roquevaire.

 

Communes limitrophes de Roquevaire

 

 

Accès à Roquevaire

 

 

Distances de Roquevaire

 

 

 

La Nature à Roquevaire (13)


 

 

Reliefs

 

Roquevaire est cernée de collines qui lui apportent de nombreux bienfaits

 

  • Un ensoleillement maximal.
  • Une protection contre tous les vents, nombreux et puissants en Provence.
  • Des sites naturels offrant des possibilités de loisirs et de sports nombreuses et variées.
  • Massif de la Sainte-Baume, à l’Est
  • Le Garlaban, à l’Ouest
  • La Colombière, au Nord- Ouest, et Bassan au Nord-Est.
    1. L’Huveaune s’engage dans le défilé de Saint-Vincent formé entre ces 2 massifs.
  • Sur le territoire communal de Roquevaire, les sommets saillants sont :
    1. 235 m au rocher du château.
    2. 240 m à Lascours.
    3. 342 m au sommet de la Rouveirolle.
    4. 628 m au Mont des Marseillais.
    5. 732 m au Plan de l’Aigle.

 

Sous-sol de Roquevaire

 

  • Le sous-sol de Roquevaire contient du gypse.
    1. 18001963. Le gypse est exploité au lieu dit les Plâtrières, entre le centre de la commune et l’autoroute A52.
    2. 3 exploitants successifs (Rancurel, Pontet, Plâtrières du Vaucluse) exploitent le gypse pour fabriquer du plâtre.
    3. Le gypse de Roquevaire était exploité selon la technique des « chambres et piliers »  avec des chambres d’extraction superposées sur plusieurs niveaux de 3 à 7 mètres de hauteur.
    4. Jusqu’en 1905, des puits de 2 m de diamètre sont creusés pour remonter le gypse avant que des plans inclinés soient mis en place comme dans un gigantesque parking souterrain.
  • 19571995. Certaines chambres, plus proches de la surface, ont été affectées à la culture de champignons.
    1. Le site est réputé particulièrement dangereux (éboulis et effondrements de pans entiers).
    2. Un Plan de Prévention des Risques naturels (PPR) a été écrit par la DDE.

 

Cours d’eau de Roquevaire

 

  •  Huveaune.
    1. Fleuve côtier qui prend sa source dans le massif de la Sainte-Baume pour rejoindre la mer Méditerranée à Marseille à la hauteur des Plages du David, au bas du second Prado.
    2. Longueur totale 45,650 km.
    3. 1740. Le nom Huveaune apparaît dans le dictionnaire géographique signé Achard. Il succède à : Ubelka (la dévastatrice des Celtes), Fluvium Vuelne (965), Hivelna, Velna, Udellna, Ivelna, Ibelina, Ebelina, Ubelnea, Huveaulne, Veaune
    4. Les poissons. La partie supérieure de l’Huveaune, jusqu’à Pont-de-l’Etoile, jouit d’une bonne réputation parmi les pêcheurs  (classement en 1ère catégorie) avec ses ablettes, barbeaux, brèmes, brochets, chevesnes, gardons, goujons, sandres, spirlins, tanches, truites et vaudoises.

 

Faune de Roquevaire

 

  • Oiseaux.
    1. Héron cendré. Le bel oiseau « emmanché d’un long cou » apprécie les berges de l’Huveaune.
    2. Colverts. Ils fréquentent les parties calmes du cours de l’Huveaune. Pluviers argentés, gravelots, bécasses… sont aussi présents.
    3. Choucas.Voisins de la corneille à plumage noir. Ils se distinguent par la nuque grise. Corbeaux, corneilles, martinets, pics… les accompagnent.
    4. Aigle de Bonelli. Le seigneur des cieux a fait son retour sur les falaises de Bassan. Les coupe-feux sont pour eux d’excellents terrains de chasse. Balbuzards, buses, chouettes, crécelles, éperviers, faucons… se retrouvent parfois sur les mêmes territoires.
    5. En forêt. Alouettes, coucous, fauvettes, geais, grives, mésanges, pics-noirs… sont bien présents.
  • Reptiles.
    1. Pas de vipère mais des Couleuvres de Montpellier qui peuvent déployer jusqu’à 2,50 m de longueur.
      1. Elle fuit l’homme mais peut à l’occasion se dresser à la manière d’un cobra.
      2. Son attaque, rare, peut se conclure par une morsure qui n’est pas dangereuse mais il faut savoir que la couleuvre de Montpellier est une exception dans on espèce puisqu’elle dispose de crochets venimeux heureusement disposés à l’arrière de sa mâchoire.
    2. Couleuvres, orvets, tritons, grenouilles, crapauds, lézards, tarentes fréquentent les points d’eau et les murailles de pierre sèche.
  • Papillons et insectes.

 

Activités agricoles de Roquevaire

 

Roquevaire s’est illustrée pendant des siècles pour la qualité de ses productions agricoles qui ont fortement régressé depuis 25 ans.

 

  • 3e s. La ferme gallo-romaine de Lasa dans le vallon de Saint-Vincent illustre l’ancienneté des activités agricoles qui avaient connu un premier essor avec l’arrivée des Grecs à Marseille v. 600 av. J.-C.
  • Jardin potager et verger.
    1. La Renaissance voit se développer la spécialisation fruitière du fait de l’influence italienne.
  • Chanvre et lin.
    1. Le chanvre à longtemps été localisé au quartier de Rivière ou de Ribière après avoir donné son nom à un autre quartier au Moyen-Âge, les Canebières.
  • Blé , vigne et fruits secs
    1. Avant le 18e s. Roquevaire produit blé, avoine, foin et paille.
    2. Roquevaire s’était bâti une réputation internationale pour la production de panses (raisin sec)  à partir de plants d’un beau muscat rapporté de Sicile par le roi René. La variété s’était bien acclimatée à Roquevaire.
    3. Roquevaire était également réputée pour la production de fruits de carême : figues, prunes, noisettes, amandes et même pistaches.
  • Oignons et légumes.

 

Roquevaire Capitale mondiale des câpres

 

  • 18e s. La culture de câpres se développe à Roquevaire.
  • 19e s. Roquevaire est le leader mondial de la production de câpres.

 

 

Histoire de Roquevaire (13)


 

 

Préhistoire

 

  • Entre 10.000 et 20.000 av. J.-C. Grotte de Saucette.
  • Entre 3.000 et 8.000 av. J.-C. Oppidum de Lascours.
  • v. 1000 av. J.-C. Habitants de la tribu des Comanis.

 

Antiquité

 

  • v. 600 av. J.-C. Début du commerce avec les Massaliotes grecs installés à Marseille.
  • v. 400 av. J.-C. Arrivée des Celtes.
  • 125 av. J.-C. Conquête romaine.
  • 46. Rattachement de la vallée de l’Huveaune à la section arlésienne.
  • v. 250. Villas gallo-romaines dans le vallon Saint-Vincent.
  • 5e et 6e s. Grandes invasions.

 

Du Moyen-Âge à la Révolution française

 

  • 739. Incursions sarrasines.
  • 840. Installation sarrasine.
  • 861. Raid Normand.
  • 983. Guillaume le Libérateur écrase les Maures.
  • 1056. Construction de la 1ère église saint-Vincent.
  • v. 1155. Construction du Château.
  • 1247. Prise du château par les comtes de Provence lors de la Croisade des Albigeois (expansion des Capétiens) dans les provinces méridionales.
  • 1365. Roquevaire est vendue au Pape Urbain V.
  • 1382. Assassinat de la Reine Jeanne. Guerre de succession.
  • 1386. Prise du château par le duc d’Anjou Louis II.
  • 1480. Mort du Roi René.
  • 1481. Mort de Charles III d’Anjou. La Provence devient française.
  • 1524. Roquevaire est pillée par le Connétable de Bourbon.
  • 1536. Siège de Roquevaire par les troupes de Charles Quint en guerre contre François 1er.
  • 1578. Prise du village par les Huguenots.
  • 1590. Roquevaire prend part à la Ligue Catholique contre le roi de France Henri IV.
  • 1593. Le duc d’Epernon prend le château et saccage la ville.
  • 1595. Destruction du château.
  • 1622. Passage de Louis XIII.
  • 1660. Passage du roi de France Louis XIV.
  • 17071738. Construction de l’église moderne.
  • 1790. 1ère élection municipale.

 

Epoque contemporaine

 

  • 1798. Passage de Bonaparte.
  • 1801. Roquevaire devient chef-lieu de Canton.
  • 1815. Invasion autrichienne.
  • 1832, 1835, 1836. Passages du Prince de Joinville.
  • 1844. Eclairage des rues au pétrole.
  • 1845. Construction du nouveau pont sur L’Huveaune et déviation de la route.
  • 18561858. Importantes inondations.
  • 1867. Construction du chemin de fer et de la gare.
  • 1888. Eclairage électrique.
  • 19141918. 1ère Guerre mondiale.
  • 1943. Occupation allemande.
  • 1944. Libération de Roquevaire.
  • 1971. Léon David, Maire de Roquevaire.
  • 1978. Création de la Chorale St-Vincent par Jacques Garnier.
  • 1989. Henri Gantou, Maire de Roquevaire.
  • 1997. Création du Festival International d’Orgue de Roquevaire par Jean-Robert Cain.
  • 2001. André Niel, Maire de Roquevaire.
  • 2008. Yves Mesnard. Maire de Roquevaire.

 

Quartiers et rues de Roquevaire


 

 

Roquevaire est composée de 4 groupes d’habitations

 

  • Le village principal : Roquevaire Centre ou Roquevaire Villlage.
  • Trois hameaux :
    1. Lascours, niché au pied du Garlaban.
    2. Pont-de-l’Étoile (Au sud) .
    3. Pont-de-Joux (au Nord).

 

 Principales rues et places de la commune

 

  • Rue Brégançon.
    1. Elle part de la Place du Calvaire, dans la vieille ville.
    2. 13e s. La plus ancienne rue de Roquevaire.
    3. La rue doit son nom à la branche aînée de la famille de Flotte.
    4. Le seuil des maisons est en pierre de Cassis.
  • Avenue des Alliés.
    1. 1847. Construction.
    2. L’avenue modifie considérablement la circulation qui se faisait sur les actuelles rue Maréchal Foch et rue Longue.
  • Cours Négrel-Féraud.
    1. Lieu de vie par excellence avec commerces, cafés, lieux de promenades, marchés…
    2. Le Cours porte le nom du maire (17621823) qui le fit construire.
  • Avenue Clémenceau prolongée par le Boulevard Piot.
    1. Entre l’ancienne gare et le nouvel Hôtel de Ville.
    2. L’avenue était bordée d’hôtels particuliers.
  • Rue du Vieux Four.
    1. La rue correspond à l’ancien chemin de garde du château.

 

 

Monuments et bâtiments remarquables de Roquevaire


 

 

  • Clocher du Sarret ou Tour de l’horloge.
    1. Sur le promontoire qui domine le village, a proximité d’un Crucifix. Face à l’ancien château.
    2. Seul vestige de Notre-Dame-de-Lausa rasée en 1794.
  • Table d’orientation.
    1. 1999. Inauguration, à proximité e la Tour de l’Horloge.
  • Pont Bonaparte.
    1. Base de 1545.
    2. 1702. reconstruction.
    3. Nommé pont Bonaparte ou pont Napoléon après 1798, date de passage de Bonaparte à Roquevaire.
    4. Le pont doit son aspect actuel à M. Guéroult, bâtisseur du Roquevaire moderne.
    5. A droite du pont, quatre marches sont taillées dans le calcaire, elles constituaient le début d’un chemin gallo-romain qui gravissait la colline.
  • Maison dite de Bonaparte.
    1. 1798. 8 mai. Après son accident de diligence survenu à Pont-de-Joux, Napoléon Bonaparte séjourne quelques heures dans cet immeuble.
    2. L’immeuble a fait l’objet de travaux récents de modernisation.
  • Hôtel particulier de la famille de Flotte.
    1. Au milieu de la rue Longue.
    2. La rue Longue est restée jusqu’en 1848 l’ancienne Route Royale 96 qui reliait Paris à Toulon et pour laquelle Louis XIV avait fourni les financements.
    3. la famille De Flotte était une puissante famille de Provence.
    4. L’hôtel particulier se situe face à l’église Saint-Vincent dans l’axe d’une ruelle.
    5. A noter que l’entrée inhabituelle de l’église côté est se justifiait par le fait de faire face à l’hôtel particulier.
    6. A l’angle de la ruelle, se trouvait une ancienne bâtisse du 18e s., l’Auberge du Cheval Blanc.
  • Hôtel particulier de la famille de Cabre.
    1. Bel immeuble qui surplombe l’Huveaune au niveau du Pont du Rolland.
  • Clos Castellan.
    1. 18e s. Maison de Maître ornée d’un fronton représentant l’allégorie du travail.
    2. L’édifice a abrité une savonnerie alimentée en eau par un aqueduc aujourd’hui disparu.
  • Ancienne Gendarmerie.
    1. Devenue célèbre après le tournage du film Regain de Marcel Pagnol, avec Fernandel.
    2. Le bâtiment est devenu un habitat privé.
  • Maison Bateau.
    1. Sur la rive droite de l’Huveaune et surplombant le pont Napoléon.
    2. La maison doit son nom à sa forme.
    3. La maison fut construite par un marin retiré à Roquevaire après avoir parcouru les océans du Monde.
  • Ancien Hôtel de Ville.
    1. 17761971. Le « Jaurès » symbolise le centre ville.
    2. Hôtel particulier surmonté d’un fronton triangulaire portant les armoiries de Roquevaire.
    3. L’immeuble donnait sur la rue principale et sa placette encore cernée de la fontaine Notre-Dame (1763) signée du maître fontainier Jean Fabre et d’une ancienne borne rappelant la distance à Auriol.
  • Nouvel Hôtel de Ville.
    1. 1971. Cette construction moderne remplace l’ancien hôtel particulier.
    2. A remarquer, un petit oratoire au coin devant l’Hôtel de Ville qui est reconstruit en 2003.
    3. Le couvercle de l’un des deux sarcophages découverts près de la chapelle St-Vincent est conservé à l’Hôtel-de-Ville.
  • Ancienne gare.
    1. 1867. Construction avec la ligne Aubagne – Valdonne.
    2. La gare est entourée d’un quartier résidentiel de belles maisons notamment sur le boulevard Piot.
    3. La salle des Fêtes Raymond Reynaud jouxte la gare.
  • Salle des Fêtes Raymond Reynaud.
    1. Construction moderne proche de l’ancienne gare.
  • Maison de « Celle qui peint ».
    1. A Pont-de-l’Etoile, face au pont.
    2. Danielle Jacqui expose ses œuvres mondialement réputées par les amateurs d’Art Singulier.
  • Les fontaines de Roquevaire.
    1. En Provence où l’eau est particulièrement précieuse, les sources, chères à Marcel Pagnol, et les fontaines sont recherchées. Roquevaire présente un beau patrimoine :
      1. Fontaine du Lion. Son grand félin a disparu mais la fontaine en a gardé le nom. L’animal sculpté avait été placé en 1682 et renait dans ses griffes les armoiries d’Aubagne, tout un symbole… Les initiales V et A pour Ville d’Aubagne restent visibles mais le lion a disparu depuis 1880.
      2. Fontaine de la rue Longue et du Cours Négrel-Féraud. Janus à deux têtes, elle regarde vers l’avenir et le passé en même temps…
      3. Fontaine de la place Basseron. Elle fait encore le bonheur des chevaux et des ânes rassemblés pour fêter la St-Eloi.
      4. Fontaine du Cours Négrel-Féraud. Elle est bien connue des cyclotouristes qui viennent y remplir leurs bidons.
      5. Fontaine de Lascours. Datée de 1888, elle a fière allure au début de la Grand-Rue.
      6. Fontaine de Pont-de-l’Etoile. Elle est proche de l’école maternelle.

 

 

Monuments chrétiens de Roquevaire


 

 

  • Eglise Saint-Vincent.
    1. 17e s. Construction dans un style classique.
      1. L’église est l’œuvre de Laurent Vallon, maître-architecte à Aix.
    2. 19e s. Restauration.
    3. Vaste édifice de 50 m de long, 25 m de large, plus de 19 m de haut.
    4. Clocher qui culmine à 33 m.
    5. L’église est devenue célèbre pour son grand orgue.
      1. L’église abrite l’un des plus grands orgues de France.
      2. L’orgue est construit à partir de l’ancien instrument en intégrant l’orgue personnel de Pierre Cochereau, célèbre titulaire Notre-Dame-de-Paris.
      3. L’instrument a été augmenté de nouvelles sonorités et doté d’une console mobile de 5 claviers.
      4. Avec ses quelques 5 000 tuyaux, l’orgue permet de servir la littérature de toutes les époques ainsi que l’art de l’improvisation sous toutes ses formes.
      5. L’Association des Amis de l’Orgue de Roquevaire a permis cette construction et son entretien.
      6. Depuis 1997, l’église accueille chaque année le Festival International d’Orgue, présidé par Jean-Robert Cain.
  • Eglise Notre-Dame-de-l’Etoile.
    1. A Pont-de-l’Etoile. Privée.
    2. 1873.
    3. L’église possède de rares faïences produites à Roquevaire.
  • Eglise Saint-Jean-de Lascours.
    1. Située à Lascours.
    2. 1670. Acte du 4 novembre. Construction en remplacement d’une chapelle fondée par Jean Négrel, clerc tonsuré.
      1. L’église porte le titre de Notre-Dame-de-Pitié.
    3. 1875. Transformation importante sur les plans de l’abbé Pougnet.
    4. 1876. 18 janvier. Monseigneur Place vient bénir l’église.
    5. Edifice néo-roman de 21 m de long et 8,40 m de large.
    6. Nef centrale unique soutenue par 16 colonnes légères et gracieuses qui donnent l’impression de 3 nefs distinctes.
    7. Beau tableau de la la Descente de Croix qui occupait la place d’honneur dans l’ancienne Notre-Dame-de-Pitié.
    8. 1883. Achèvement de la chapelle Notre-Dame-de-Lourdes située dans l’église.
    9. 1895. Importante restauration avec pose d’un Christ en fonte.
  • Chapelle Saint-Vincent.
    1. Située sur le site de Lasa dans le vallon de Saint-Vincent, au nord du bourg.
    2. Datation délicate en raison de nombreux travaux de restauration. Elle fait partie des plus anciennes chapelles de Provence, donc de France.
    3. Bâtie sur une nécropole romaine.
    4. La chapelle est dédiée à Saint-Vincent, patron des vignerons qui fut martyrisé à Saragosse, en Espagne, au 4e s.
    5. La chapelle est orientée d’Est en Ouest conformément aux règles paléochrétiennes.
    6. La porte d’entrée ouverte sur la façade du couchant est en plein cintre, elle est surmontée d’un oculus.
  • Notre-Dame-de-Lausa.
    1. 1ère Construction sur le rocher-du-Sarret face au château.
    2. L’église est rénovée sous le pontificat d’Urbain V (Pape d’Avignon). Elle est alors consacrée par l’évêque de Marseille.
    3. 1545. Seconde construction et nouvelle consécration en 1593 après avoir été délabrée en 1584.
    4. 1794. Destruction. Seul son clocher subsiste : Tour de l’Horloge qui jouxte le Calvaire.
  • Chapelle Saint-Sébastien.
    1. Construite sous les remparts, près de la porte de la Ville-Vieille.
  • Chapelle des Pénitents.
    1. Rue Nationale.
    2. 1609. Les Pénitents-Blancs s’y établissent.
  • Chapelle Sainte-Catherine.
    1. Elle existait à l’emplacement de la chapelle des Pénitents de la rue Nationale.
  • Chapelle des Pénitents.
    1. Avenue des Alliés.
    2. Actuelle salle d’exposition Monseigneur Fabre.
  • Chapelle Sainte-Anne.
    1. Citée en 1655.
    2. Au nord du village.
  • Chapelle Saint-Roch.
    1. Au sud du village.
    2. 1651. Consacrée par l’évêque.
  • Chapelle Saint-Dominique.
    1. Place Basseron.
    2. 1674. Construction.
  • Chapelle romane Saint-Etienne.
    1. Au quartier de Tournon.
    2. Transformée en habitation.
  • Roquevaire a compté de nombreuses chapelles privées : chapelle de Cabre, aux Moulins (1605), chapelle de Flotte, à Basseron (1684), chapelle Saint-Joseph, au Rolland (1669), chapelle de l’Hostellerie de la Belle Etoile (1647)…
  • Oratoires.
    1. Nombreux oratoires réputés.

 

 

Célébrités liées à Roquevaire


 

 

  • Bonaparte (Napoléon).
  • Cain (Jean Robert). Musicien.
    1. 1997. Création du Festival International d’Orgue de Roquevaire.
  • Castelli (Georges). Peintre.
  • Cochereau (Pierre). 19241984. Musicien.
    1. L’orgue qu’il possédait à Paris a été restauré et installé à Roquevaire.
  • Collin (Christiane).
  • Charles Quint.
  • Jacqui (Danielle). Nice 1er janvier 1934. Peintre et sculptrice française.
    1. Danielle Jacqui est l’une des plus emblématiques figures l’Art Singulier, mouvement issu de l’art brut (Neuve Invention) et de l’« art hors-les-normes ».
    2. 1990. Création du Festival d’Art singulier d’Aubagne.
  • Lascour (Francis).
  • Louis XIII.
    1. 1622. Passage à Roquevaire.
  • Louis XIV.
    1. 1669. Passage de Louis XIV à Roquevaire.
  • Maurras (Charles).
    1. Tombe à Roquevaire.
  • Pagnol (Marcel).
  • Sieyes (Auguste).
  • Vernis (Marcel).

 

 

Films liés à Roquevaire


 

 

Portail Provence 7 Cinéma

 

  • 1996. Mer calme, Mort agitée. Charles Nemes. Le film réussit à présenter Lascours comme un petit port de pêche sur la Méditerranée.
  • 1991. Fou de Foot. Dominique Baron. Avec Fanny Cottençon, Roger Souza, Bernadette Lafont, Kathy Kriegel, Christian Rauth… Scènes nombreuses à Lascours.
  • 1966/67. Ribessane des Eaux. Jacques Ordines pour l’ORTF. D’après un cote de Michel Emy. Scènes à la gare de Roquevaire, à Lascours, au moulin à huile d’Auriol.
  • 1937. Regain. Marcel Pagnol d’après Jean Giono. Avec Fernandel, Orane Demazis, Gabriel Gabrio… Scène dans l’ancienne Gendarmerie de Roquevaire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mots Clés : , , , , ,
.