Saignon dans le Vaucluse. © Marc Cecchetti. Fotolia.com.

 

 

Accueil Provence 7

Saignon à visiter (84)


 

 

 

 

  • Village du Vaucluse (84).
  • Code postal. 84400.
  • Habitants. Saignonnais, Saignonnaises
  • Surface. 19,6 km2.
  • Altitude. 450 m (230 m -634 m).
  • Population. 1 012 habitants (2015).
  • Coordonnées et Carte. N 43°51’44.1″ E  5°25’46.0″Cliquer sur le lien pour afficher la carte de la commune de Saignon.
  • Origine du nom. Il provient d’un homme latin dénommé Sanius.

 

Saignon, village perché

 

  • La position stratégique de verrou du pays d’Apt explique l’histoire très ancienne de Saignon.
  • La place-forte est connue des Romains qui y font passer leur Voie Domitienne.
  • Saignon sert de repli à la population d’Apt lors des grandes invasions.
  • Le territoire de Saignon est très disputé pendant les guerres de Religion.
  • Saignon d’aujourd’hui est l’un des plus beaux villages de France qui n’a, en dépit de ressources superbes, pas encore la notoriété d’autres sites du Luberon.

 

 

Situation de Saignon en Luberon (84)


 

 

Communes limitrophes de Saignon

 

Distances de Saignon

 

 

 

La Nature à Saignon


 

 

La nature au cœur du village © Fotolia.com – Jenifoto

 

 

  • Le village est perché en bordure du plateau des Claparèdes.
    1. 500 m à 700 m d’altitude.
    2. Accès par la RD 48.
  • Le point le plus bas de la commune de la commune de Saignon est au niveau du Calavon, à 230 mètres d’altitude.
  • Le principal cours d’eau est le Calavon qui s’écoule dans la vallée et traverse Apt.
    1. Le Calavon est alimenté par les ruisseaux de la Madelaine, et du Rimaillon.
    2. Voir article Le Calavon et le Pont-Julien.
  • Le vignoble est classé dans l’appellation d’origine contrôlée (AOC) Ventoux pour la partie nord, et Luberon pour le reste.
  • Les vins qui ne sont pas en AOC  peuvent  bénéficier du  label Vin de pays d’Aigues.
  • Saignon  produit  du lavandin et des truffes.
    1. Voir articles LavandinRoutes de la LavandeVilles et Villages de la Lavande.
    2. Voir articles Truffes en ProvenceVilles et Villages de la Truffe.
  • Jean-Luc Danneyrolles, pépiniériste et auteur est présent à Saignon.
    1. Son « potager d’un curieux » se situe dans le quartier de la Molière.
  • Site de Vansorgues. Ses bories sont parmi les plus belles de Provence, en bordure des bois ou au milieu des champs.

 

 

Histoire de Saignon


 

 

Préhistoire

 

  • Traces d’occupation préhistorique dans les plaines du Calavon et de l’Aigue-Brun.

Antiquité

 

  • 3e s. av. J.-C.  Une fédération de peuples celto-ligures rassemble la tribu des Vulgientes qui fait partie de la fédération des Albiques, avec les Albienses, localisés sur le Plateau d’Albion, et les Vordenses centrés sur Gordes. Ensemble, ils font de l’oppidum de Perréal leur capitale.
  • Pendant 200 ans, l’oppidum de Perréal est occupé. Les pièces trouvées sur l’oppidum témoignent d’échanges commerciaux intenses entre les Vulgientes et les Phocéens de Massilia.
  • 1er s. av. J.-C. Une habitation de cette date est identifiée par des fouilles menées en 1951.
  • 118,av. J.-CDomitius Ænobarbus fait construire en trois ans  la voie Domitienne (Via Domitia).
    1. La Voie relie Milan à Cadix en traversant les Alpes au col de Montgenèvre.
    2. Le long de cette voie, les gîtes d’étapes (mansiones) sont fixés tous les 30 kilomètres environ (parcours moyen d’une journée pour un soldat à pied).
    3. Tous les 15 kilomètres sont établis des relais (mutationes) pour le changement d’attelage.
    4. L’unité de mesure est le pas droit et gauche (1,48 m) et tous les mille pas (1 480 mètres) la voie est équipée de bornes milliaires qui indiquent les distances par rapport à des villes repères.
    5. Aptam (Apt) est une des mansiones entre Cabellionem (Cavaillon) et Catuiaciam (Céreste).
  • 45 av. J.-C. Août. Jules César ordonne la fondation de la colonie romaine d’Apta Julia Vulgientis (Apt) qui est  inscrite dans la tribu Voltina. Sa construction est achevée en cinq ans.
  • Les Gallo-Romains d’Apta Julia font de Saignon, dominé par son rocher, l’un de leurs lieux de villégiature.
  • Sur le «Mont Flavien» de nombreuses villae sont construites.
    1. La Villa Obaga, a été l’objet de fouilles très fructueuses mettant à jour des autels consacrés à Bacchus, Mercure et Mithra ainsi que l’épigraphe à la gloire du quatrovir Valerius Fronton.
  • 2e s. Le site de la Molière, sur une butte en aplomb du Calavon, est occupé par un vicus gallo-romain.
    1. Une nécropole y a été mise à jour .
    2. Le site révèle quatre sépultures à incinération avec des cendres contenues dans des amphores.
    3. On y a trouvé également un important mobilier funéraire avec plusieurs objets en verre.
  • Le site des Tourettes (fouillé de l’équipe de Dominique Carru) produit  les ruines d’une villa gallo-romaine consacrée à la production d’huile et de vin. Sa destruction est datée de 275.

 

Du Moyen-Âge à la Révolution

 

  • 9e s. Le territoire appartient au noble Robert, l’arrière-grand-père de dom Maïeul de Cluny.
  • 10e s. Le territoire devient le fief de Robert II et Farald II Varacon, fils de Raynouard Ier de Saignon qui le cèdent à leur cousin Humbert de Caseneuve.
  • 976. Edification d’un premier castrum sur le rocher.
  • 11e et 12e s. Sous les épiscopats d’Alfant et de Laugier d’Agoult, le premier castrum est remplacé par trois forts  Crugière, Méjean et la Roche.
  •  1154. L’abbaye Saint-Eusèbe est au sommet de sa puissance. Elle compte 21 prieurés et églises dans sa dépendance.
  • 1245. Les Simiane et l’Église d’Apt se disputent les trois châteaux.
    1. D’un côté, l’évêque Guillaume Centullion.
    2. De l’autre, Bertrand-Rambaud de Simiane qui s’empare du rocher et fait raser les châteaux. Il est excommunié.
  • 1248. Bertrand-Rambaud de Simiane renonce à contester la suzeraineté de l’Église d’Apt sur le rocher. Son excommunication est levée par le nouvel évêque Geoffroy de Dalmas.
  • 1345. La reine Jeanne prend le contrôle du territoire.
  • A la mort de la reine Jeanne, une crise de succession oppose Charles de Duras à Louis Ier d’Anjou. La Maison d’Anjou prend le contrôle de Saignon.
  • 1481. Louis XI prend le contrôle du comté de Provence.
    1. Foulque d’Agoult, René de Castellane et Jean de Pontevès refusent la main mise du roi de France au nom des grandes familles provençales.
    2. Ils demandent l’aide de René II de Lorraine, petit-fils du défunt roi René. Celui-ci envoie des troupes commandées par Tinteville. Elles s’installent à Saignon et  Apt.
  • La réponse de Louis XI est brutale : il envoie 18.000 hommes commandés par Galeotti.
    1. La répression est violente dans les Alpes provençales.
    2. Saignon et Apt sont toutefois amnistiées.
  • 1526 et 1596. Saignon doit  monnayer ses droits communaux  à François Ier puis et à Henri III qui veulent les inféoder.
  • 1630 – 1640. Georges et sa sœur Madeleine de Scudéry, séjournent au château de Valcroissant.
    1. Ils se lient d’amitié avec les Rémerville qui possèdent le château voisin de Saint-Quentin.
  • 1793. 1 094 habitants.

 

 Epoque contemporaine

 

  • 1896. 665 habitants.
  • Jusqu’au début du  20e s. Une mine de soufre est exploitée au hameau de Saint-Quentin.
  • 1939-45. La mine est remise en activité afin de fournir la viticulture en sulfate de cuivre.
  • 1946. 466 habitants.
  • 1968. 521 habitants.
  • 1999. 994 habitants.
  • 2015. 1 012 habitants.

 

 

Hameaux, places et rues de Saignon


 

 

Saignon.-Place.-P.-Verlinde

Saignon. Place du Village. © Verlinden.

 

 

  • Hameau des Imbardes.
  • Hameau des Gavots.
  • Hameau des Gravats.
    1. Place de la Fontaine, petit lavoir sur la gauche.

 

 

Monuments et bâtiments de Saignon


 

 

Saignon.-Porte.-P.-Verlinde

Saignon. Porte. © Verlinden.

 

 

  • Rocher de Saignon.
    1. Plusieurs salles rupestres, l’une a abrité un moulin à huile,.
    2. Des caves, des citernes, des aiguiers et des escaliers creusés dans le roc.
    3. A noter la  légende qui situe sur le rocher la « Prison de la Reine Jeanne ». Une cavité reste visible sur les flancs du rocher.
  • Château de Valcroissant.
    1. 991. Attesté comme lieu fortifié.
    2. 16e s et 17e s. Bâtiments actuels.
  • Château de Saint-Quentin.
    1. Résidence des Rémerville.
  • Belles maisons en hauteur dans le village.
  • Habitat troglodytique.
  • Moulin à huile troglodytique. Dans les grottes, sous les remparts.
  • Rocher Bellevue.
    1. Table d’orientation : vue sur le Mont Ventoux, « côté pelé » et le Mourre Nègre qui domine le Grand Luberon.
  • Bories.
  • Cabanons

 

 

Monuments chrétiens de Saignon


 

 

Saignon-Eglise-Verlinden

Notre-Dame-de-Pitié © Verlinden.

 

 

  • Eglise Notre-Dame-de-Pitié.
    1. 11e s. et 12e s. Construction.
    2. 17e s. Rajouts.
    3. Classée.
    4. Magnifique construction aux larges dimensions qui lui donnent un air massif tout en étant un chef d’œuvre d’architecture romane.
    5. 1004. Elle est liée à la proche abbaye Saint-Eusèbe qui est au 11e s. l’une des plus riches et des plus puissantes de Provence avec Montmajour, Saint-Victor et Villeneuve-lès-Avignon.
    6. Sa façade de grande largeur reçoit des motifs graphiques comme ce grand arc qui encadre toute une série d’arcades trilobées et en plein cintre, révélant des niches séparées par de belles colonnettes.
    7. Le portail 14e s., transformé au 18e s., par un complément d’éléments décoratifs est la seule ouverture de la partie basse.
    8. Portail de bois sculpté signé Elzéar Sollier (14e s.).
    9. Une fenêtre perce le premier étage qui est dominé par un puissant clocher-tour terminé en pyramide.
    10. L’intérieur révèle de fascinantes ressources comme les fonts baptismaux taillés dans un bloc d’autel carolingien qui serait originaire de l’abbaye de Saint-Eusèbe.
    11. Des colonnes de marbre rouge romaines ont été employées dans l’église.
    12. Un bénitier de marbre (ancien autel), une Mise au Tombeau par Sollier, une inscription grecque et surtout un reliquaire du 16e s. avec fragment de la Vraie Croix montrent toutes les ressources des lieux.
  • Chapelle privée Saint-Jean.
  • Chapelle Saint-Michel-de-Albania (11e s.). Transformée en grange.
  • Chapelle Saint-Michel de Transi.
    1. 1032. Attestée.
  • Restes du prieuré Saint-Donat. 1 km à l’est du village.
    1. 1134. Construction.

 

Saignon.-Monastere.-P.-Verl

Abbaye Saint-Eusèbe (privée). © Verlinden.

 

 

  • Abbaye Saint-Eusèbe de Saignon.
    1. Ancienne abbaye bénédictine de style roman située à 1 km, à l’est de Saignon,
    2. 2e et 3e s. Le Palais des Fronton a été identifié sur le site par des fouilles archéologiques.
    3. 8e s. Probable fondation de l’abbaye, qui prend la suite de la villa Obaga.
    4. L’abbaye est ruinée par les grandes invasions.
    5. Robert et Varacon, seigneurs de Saignon, restaurent l’abbaye.
    6. 1004.  Le Cartulaire de l’église d’Apt cite Beati Eusebii.
    7. v. 1019. L’abbaye est rattachée à l’abbaye bénédictine de Saint-Gilles, dans le Languedoc.
    8. 12 e s. Construction de l’édifice actuel.
    9. Après le 12e s. Le rayonnement de l’abbaye est considérable. Ses prieurés sont présents sur les diocèses d’Apt, de Cavaillon, de Carpentras, de Glandevès, d’Aix et de Nice.
    10. 1431. A près avoir été désertée par ses moines, l’abbaye devient une commende des princes-évêques d’Apt jusqu’à la Révolution où elle est vendue comme bien national.
    11. L’abbaye est devenue privée.
    12. 1996. 24 juin. L’abbaye fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 24 juin 1996. L’abbaye Saint-Eusèbe est un des rares exemples d’art roman lombard en Provence. L’abside et les absidiole  sont édifiées en pierre de taille.
    13. Seule, l’église abbatiale – qui a longtemps servi de grange – a survécu. Elle est un lieu d’exposition artistique.
    14. Le site organise des réceptions, mariages, séminaires de  très haute  qualité.

 

 

 

Livre lié à Saignon à visiter 


 

 

Abbaye-de-Saint-Eusèbe-de-S

2006. L’abbaye de Saint-Eusèbe de Saignon et ses dépendances : histoire et archéologie. Guy Barruol. Yann Codou. Editions Alpes de Lumière.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mots Clés : , , , ,
.