Situation et histoire du Fort Saint-Jean de Marseille. © Fotolia.com

 

 

Provence 7

Fort Saint-Jean de Marseille (13)


 

 

 

 

 

  • Le Fort Saint-Jean est établi sur un éperon qui ferme l’entrée du Vieux-Port de Marseille.
    1. Le Fort Saint-Jean doit son nom à la commanderie des Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem qui s’y établit à la fin du 12e s.

 

 

Situation du fort Saint-Jean de Marseille

 

 

  • Le fort Saint-Jean se situe dans le 2ème arrondissement de Marseille, dans le quartier de l’Hôtel de Ville qui inclut celui non officiel du Panier.
  • Sur le site du fort Saint-Jean, ont été mis à jour des vestiges du 6e s. av. J.-C., date de l’arrivée des premiers Grecs de Phocée en Asie Mineure.

 

Les trois buttes de Marseille

 

  • Marseille Antique possède trois buttes alignées du sud-est au nord-ouest.
    1. La butte Saint-Laurent.
      1. Elle est elle-même constituée de deux promontoires sur lesquels ont été édifiés le fort Saint Jean et l’église Saint-Laurent.
      2. Selon des travaux exécutés en 1908 (Vasseur) et en 1991 (Gantès), les hauteurs de ces pointes auraient été respectivement de 19,76 m et de 26 m avec une dépression entre les deux à 8 m.
    2. La butte des moulins maintenant occupée par la place des Moulins, dans le quartier du Panier.
    3. La butte des Carmes sur laquelle s’élève l’église des Carmes.

 

 

Histoire du fort Saint-Jean de Marseille

 

 

  • 6es. av. J.-C. Occupation grecque.
  • 7e – 9e s. Sur l’emplacement actuel de l‘église Saint-Laurent est édifiée une fortification servant d’abri à la population.
    1. Les pirates et les Sarrasins sévissent alors dramatiquement en 736, 739, 838 , 848, 884 (débarquement des Sarrasins à Saint-Tropez et ravage de la Provence), 923.
    2. Cette fortification est connue sous le nom de Château Babon d’après le nom d’un évêque de Marseille issu du monastère Saint-Victor.
    3. En 923, le château Babon résiste aux assauts des Sarrasins qui ont dévasté le monastère Saint-Victor.
  • 12e s. Les Hospitaliers installent leur Commanderie à l’entrée du port de Marseille, à l’emplacement de l’actuel fort Saint-Jean.
    1. Son existence est attestée en 1178.
    2. Les Templiers s’installent sur le port de Marseille, à une autre extrémité, sur l’emplacement de l’actuelle église des Augustins.
    3. Voir article Les Templiers en Provence.
  • 13e s. Les Hospitaliers construisent une église à nef unique qu’ils nomment église Saint-Jean.
    1. Cette église est proche de l’église Saint-Laurent et sera intégrée à l’intérieur des remparts du fort.
  • 13e s. Les Hospitaliers édifient la tour Maubert ou tour de la Chaîne sur laquelle est fixée la chaîne interdisant l’entrée du port la nuit ou chaque fois que cela est nécessaire.
    1. Ce système est pris en défaut le 20 novembre 1423 lors de l’attaque des troupes du roi Alphonse V d’Aragon.
    2. Les Catalans s’emparent alors de la ville de Marseille qu’ils livrent au saccage et ils emportent la chaîne qui est toujours exposée dans la cathédrale de Valence (Espagne).
  • Milieu 14e s. Les Hospitaliers font construire un nouveau bâtiment « le Palais du Commandeur » qui accueille les cardinaux de la suite papale lors de la visite du pape Urbain V en 1365.
  • 1447-1452. La tour du roi René est édifiée lors de deux campagnes de travaux. Elle remplace la tour Maubert ruinée par l’attaque espagnole.
  • 1644. La tour du fanal est érigée à l’extrémité ouest du promontoire Saint-Jean sur l’emplacement d’une tour ruinée.
  • 1668-1671. Construction du fort sur ordre de Louis XIV.
  • 1679. Vauban ordonne le creusement d’un large fossé afin d’isoler totalement le fort de la ville.
  • 1790. La foule révolutionnaire s’attaque au fort Notre-Dame-de-la-Garde et au fort Saint-Nicolas qui tombent vite.
    1. Le fort Saint-Jean, défendu par le chevalier de Beausset, résiste mais ce dernier est arrêté alors qu’il tente de s’enfuir.
    2. Il est immédiatement massacré et sa tête est promenée au bout d’une fourche.
  • 1793. Exécution de Philippe Egalité et mort de ses deux  fils, les ducs de Montpensier et de Beaujolais, qui avaient été emprisonnés dans le fort Saint-Jean.
  • 1794. 127 Jacobins sont incarcérés au fort Saint-Jean, plus de 100 sont massacrés par un commando armé.
  • 1845. Le fossé est transformé en canal de jonction entre le Vieux-Port et la Joliette.
  • 1908. Construction d’une nouvelle caserne (bâtiment H ou Georges Henri Rivière), à proximité de la tour du Fanal.
  • 1937. Le canal est comblé et devient une liaison terrestre, le quai de la Tourette.
  • 1942. Les militaires allemands entreposent un dépôt de munition dont l’explosion, lors de la Libération de Marseille (1944) , détruit plusieurs bâtiments.
  • 1945. A la Libération, l’armée réoccupe le fort dont l’état de délabrement impliquerait de fortes dépenses que le faible intérêt stratégique des lieux ne justifie pas.
  • 1960. Le bâtiment est cédé au Ministère des Affaires Culturelles.
  • 1964. Le 16 juin. Le fort Saint-Jean est classé Monument Historique.
  • 1967-1971. De nouveaux bâtiments sont construits notamment afin de loger de DRASSM (Département des Recherches Archéologiques Subaquatiques et Sous-Marines).
  • 1975-2000. Divers travaux de maintenance sont engagés.
  • 2013. Dans le cadre de Marseille 2013 (Marseille Capitale Européenne de la Culture), le fort accueille le Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM).

 

 

Visiter le fort Saint-Jean de Marseille devenu le MuCEM

 

 

  •  2005. Le Musée National des Arts et Traditions Populaires (MNAT) situé à Paris est fermé. Ses collections sont transférées au MuCEM de Marseille.
  • Le MuCem s’étend sur deux bâtiments
    1. Le fort Saint-Jean.
    2. Un nouveau bâtiment conçu par l’architecte Rudy Ricciotti sur le môle J4.

 

Deux passerelles relient les parties de l’ancienne butte Saint-Laurent

 

  • Une passerelle de 130 m de long relie le fort au musée.
  • Une autre passerelle permet d’accéder directement à l’esplanade de l’église saint-Laurent.

 

L’organisation nouvelle du fort Saint-Jean

 

  • Partie basse.
    1. La tour du Roi René est dédiée à l’histoire du site.
    2. La chapelle abrite l’exposition permanente « le temps des loisirs« .
    3. L’ancien bâtiment de la DRASSM reçoit l‘Institut Méditerranéen des Métiers du Patrimoine (I2MP).
  • Partie haute.
    1. La salle du Corps de garde positionnée en haut de la montée des canons présente un spectacle audiovisuel sur l’histoire du fort.
    2. Les anciens casernements reçoivent les ateliers et les expositions permanentes.
    3. Le bâtiment Georges Henri Rivière est consacré aux expositions temporaires.
    4. Le chemin de ronde présente des plantations méditerranéennes.

Les espaces de restauration

 

  • Tous les espaces de restauration du MuCEM sont attribués à Gérald Passédat, Chef Trois Etoiles de Marseille.

 

 

 

 

 

 

 

 

Mots Clés : , ,
.