Cathédrale Sainte-Marie-Majeure dite « La Major ». © pictarena – Fotolia.com.

 

 

 

Accueil Provence 7

Cathédrale La Major de Marseille à Visiter


 

 

 

 

 

  • Guide de la visite de la cathédrale : situation histoire, architecture…
    1. Les constructeurs de la toute première cathédrale de Marseille l’avaient voulue grande et haute.
      1. Pour annoncer avec force la Foi des Marseillais.
      2. Pour que les marins la voient de loin en arrivant.
  • La nouvelle Major, profitant des réaménagements profonds du secteur Euroméditerranée, reprend ces messages.

 

 

Cathédrale-Marseille_2-Foto

Cathédrale La Major et ND-de-la-Garde« Une sorte d’arc-de-triomphe chrétien élevé sur la Porte de l’Orient » (B. Berfdoll) © Marc Cechetti – Fotolia.com

 

 

Cathédrale Sainte-Marie-Majeure de Marseille dite « La Major »


 

 

  • Le nom occitan de « Major » est l’appellation familière de la cathédrale qui est consacrée à « Sainte-Marie-Majeure« .
    1. Le culte de Marie est particulièrement ancien et actif à Marseille.
    2. Le culte pourrait avoir commencé du vivant de Marie, à l’initiative des saints (Marie-Madeleine, Marthe, Lazare, Maximin…) venus de Terre Sainte en 45.
    3. La tradition des 7  Collines de Marseille dédiés à Marie se perd dans la nuit des temps.
    4. Cette tradition est à rapprocher des lieux de culte d’Artémis / Diane que les Phocéens venus s’installer à Marseille ont porté depuis l’origine à leur divinité. Un temple dédié à Artémis se trouvait en effet non loin de l’actuelle Major et il y aurait eu 7 statues d’Artémis dans l’antique cité phocéenne.
    5. Le lien entre Artémis et le chiffre 7 est intéressant. Le nom d’Artémis se compose en effet d’Arth pour ἄρκτος / arktos (« ourse, Grande Ourse »), et de θέμις / thémis qui désigne chez les Grecs une grande force, « l’ordre établi par les dieux ». La Grande Ourse se compose de 7 étoiles.
    6. Notons à cet égard que la ville d’Ephèse en Asie Mineure (Turquie actuelle)  est le lieu présumé de la fin de vie de Marie, c’est également celui de l’Artémision, l’une des 7 Merveilles du Monde temple dédié à Artémis, comme son nom l’indique.
    7. Ephèse était par ailleurs géographiquement proche de Phocée (ville de départ des Phocéens) à laquelle elle était très liée.
    8. Marseille antique était l’unique ville non grecque à posséder un « Trésor » à Delphes, ville voué à Apollon, frère d’Artémis.
    9. L’amour d’Artémis pour la Virginité, l’association de la déesse grecque au symbole de la Lune et sa lutte contre le serpent Python… montrent à quel point le rapprochement avec Marie est fort.

 

 

Situation de la cathédrale La Major


 

 

Cathédrale-La-Major-2

Cathédrale La Major. Sur le port de la Joliette © Verlinden.

 

  • AdressePlace de la Major, 13002 Marseille
  • Sur une esplanade entre le Vieux-Port et le port de la Joliette.
  • Dans le Quartier de la Joliette.
    1. Un quartier qui retrouve son vivant, ses racines tout en étant tourné vers l’avenir.
  • Dans le 2e arrondissement.

 

 

Histoire de la cathédrale La Major


 

 

  • 5e s. Construction de l’ensemble cathédral à l’initiative de l’évêque Proculus.
    1. Le baptistère de 625 m2 est le plus grand du Monde avec celui de Milan.
  • 1050. Quand Marseille se reconstruit après l’éviction des Sarrasins, Pons II entreprend la construction d’une nouvelle cathédrale.
  • 12e s. La Cathédrale La Major est achevée. Elle restera cathédrale jusqu’en 1852 lorsqu’une nouvelle Major sera construite.
    1. Amputée pour la construction de la nouvelle Major, la cathédrale médiévale est encore visible.
  • 14e s. Construction du clocher de la Major médiévale.
  • 1840. L’ancienne Major est Classée aux Monuments Historiques.
  • 1851. Sous la Monarchie de Juillet, Mgr. de Mazenod fait valoir que Marseille mérite « une cathédrale proportionnée à la grandeur et à l’importance de la ville« .

 

 

La nouvelle Major et la cathédrale de Gap sont les seules cathédrales édifiées en France au 19e s.

 

  • Aucune cathédrale n’avait été construite depuis 2 siècles.
  • 18521853. Construction de la Nouvelle Major.
    1. 1852. Napoléon III, en voyage dans la cité phocéenne, pose la 1ère pierre de la nouvelle cathédrale, en même temps que celle du Palais de la Bourse.
  • 1893. 30 novembre. Ouverture au culte.
  • 1896. 24 janvier. Le Pape Léon XIII érige l’église en Basilique Mineure.
  • 1896. 6 mai. Consécration.

 

 

Visite de la cathédrale La Major


 

 

Architecture et Décoration

 

  • Léon Vaudoyer signe les plans.
    1. 1872. Léon Vaudoyer décède.
  • Henry Espérandieu (Nîmes, 22 février 1829Marseille le 11 novembre 1874), architecte d’origine protestante, conçoit les dômes et supervise la construction.
    1. Elève et collaborateur de Léon Vaudoyer.
    2. Henri Espérandieu succède à Léon Vaudoyer. Il mène à bien la pose des charpentes métalliques.
    3. 1874. Henry Espérandieu décède à son tour.
  • Henri Révoil est en charge de la décoration et de l’achèvement des travaux.
  • Alors que la cathédrale médiévale était orientée Est-Ouest avec ouverture classique au couchant, la nouvelle cathédrale est orientée Nord-Sud, avec entrée au sud.
    1. L’orientation est fixée par les contraintes d’espace.
  • Style néo-Roman et néo-Byzantin.
  • Plan en croix latine avec un déambulatoire ouvert sur six chapelles latérales et une grande chapelle absidiale.
  • Matériaux utilisés. La proximité de la mer et du port permettent l’emploi de matériaux rares venus de loin.
    1. Marbre blanc de Carrare.
    2. Pierre verte de Florence.
    3. Pierres de Calissane, de Cassis et du Gard.
    4. Onyx d’Italie et de Tunisie.
    5. Mosaïques de Venise.
  • Profusion d’éléments décoratifs.
    1. Bronzes.
    2. Mosaïques. Les cycles de mosaïque constituent la nouveauté et l’originalité du décor.
    3. Sculptures
    4. Marbre et porphyre.
    5. La décoration des coupoles et des balustrades s’inspire des cathédrales italiennes de Lucques et de Sienne.

 

Les dimensions de La Major

 

  • L’édifice est l’un des plus grands de France.
    1. Longueur de 146 m.
    2. Tours du portique hautes de 60 m.
    3. Nef de 20 m de haut.
    4. Coupole centrale culminant à 70 m avec un diamètre de 17,5 m.
    5. La Cathédrale peut accueillir 3,000 personnes.

 

 Les extérieurs de la Major

 

Cathédrale-La-Major-1

Impressionnante chapelle absidiale. Elle serait, à elle seule, une grande église ailleurs ! © Verlinden.

 

  • Façade flanquée de deux tours couronnées par des dômes.

 

 

Cathédrale-La-Major-5

7 statues surmontent le portailLe ChristPierre et Paul et des saints importants de la Provence © Verlinden.

 

  • Portail impressionnant conçu comme un arc-de-Triomphe.
    1. Haut porche couvert.
    2. Une entrée principale flanquée de deux entrées secondaires.
    3. Rangée de 7 statues représentant le Christ, les Apôtre Pierre et Paul  et des saints importants en Provence ( le groupe de Béthanie) : Lazare, Maximin, Marie-Madeleine et Marthe.
    4. La voûte du porche est revêtue de mosaïque bleue et or. Elle est directement inspirée du mausolée de Galla Placidia à Ravenne.
    5. Sur les faces internes de ce porche figurent les statues monumentales des saints évêques de Marseille des premiers temps, groupés par trois.
    6. Le tympan surmonte la triple arcature de l’archivolte. Il figure au centre une rosace avec une représentation stylisée en mosaïque des cités de Jérusalem et de Bethléem.
    7. Les tympans des portes sont sculptés en marbre.
      1. Sur la porte centrale : le Couronnement de la Vierge par Guillaume.
      2. Sur la porte est : le symbole de la Résurrection.
      3. Sur la porte ouest :  L’agneau mystique et La fontaine de vie par Brémond.
    8.  Pierre de Cassis et marbre vert de Florence sont utilisés en alternance pour l’extérieur.

 

Intérieurs de la cathédrale

 

Cathédrale-La-Major-8

Baptistère © Verlinden.

 

  • Des couleurs chaudes sont utilisées à l’intérieur par contraste avec l’extérieur froid.

 

La nef de la cathédrale

 

Cathédrale-La-Major-7

Style Néo-Byzantin qui évoque Ravenne en Italie. Nombreux symboles : croix, colombes, palmes, alpha, oméga… © Verlinden.

 

Cathédrale-La-Major-6

Chrisme de Constantin au centre de la Croix © Verlinden.

 

  • Nef principale constituée de trois énormes travées.
  • La nef est couverte par voûtes d’arêtes.
  • La croisée du transept et le chœur sont surmontés de 5 coupoles.
  • Grand nombre de colonnes de marbre bâties sur des piles alternant les tons rouges et ocres clairs.
  • La lumière entre par des groupes de trois fenêtres hautes cintrées aux vitraux à décor non figuratif.
  • Les nefs latérales sont surmontées de tribunes.
  • Les balustrades en marbre supportent des candélabres de bronze.
  • Le pavement est en mosaïque multicolore de l’école vénitienne.
    1. Ses dessins et motifs sont particulièrement originaux.
    2. A voir, dans la 3ème travée, Véronique essuyant la face de Jésus tombé à terre.

 

Le transept géant

 

Cathédrale-La-Major-4

Coupole de La Major avec ses 8 fenêtres © Verlinden.

 

  • 50 m de long. Le transept donne accès aux gradins et au déambulatoire.
  • Au centre, à la croisée, les quatre arcs monumentaux supportent la coupole centrale montée sur trompes afin de passer d’un plan carré à un octogone.
  • Les murs des 8 côtés sont éclairés par 8 fenêtres géminées en plein cintre.
  • Une immense rosace capte la lumière à 60 mètres de hauteur.
  • Chaque bras du transept se termine par une coupole.
  • Aux 4 coins, figurent les statues monumentales des quatre évangélistes créées par le sculpteur marseillais Louis Botinelly.

 

Les sanctuaires de la cathédrale

 

Cathédrale-La-Major-3

Ciborium au dôme de bronze soutenu par des colonnes d’onyx © Verlinden.

 

  • 7 marches font le lien entre le transept et les sanctuaires.
    1. Au centre, l’autel majeur est en marbre de Carrare avec des décorations  d’Henri Révoil.
    2. L’autel est abrité sous un ciborium au dôme de bronze soutenu par quatre colonnes d’onyx de Tunis, offert par le marbrier et sculpteur Jules Cantini.
    3. L’autel est placé sous la cour médiane qui éclaire le presbyterium, meublé des stalles et de l’orgue.
  • Sur la gauche, la chapelle du Chapitre est dédiée au Sacré-Cœur.
  • Sur la droite, la chapelle Saint-Lazare est dévolue au culte dominical pour les fidèles du quartier.

 

Colossal déambulatoire de La Major

 

  • Le déambulatoire dessert 7 Chapelles.
    1. 6 chapelles absidiales .
    2. La chapelle axiale qui a les dimensions et les attributs d’une belle église (narthex, nef, abside…).
      1. Cette chapelle axiale abrite le tombeau de saint Eugène de Mazenod (18371861).

 

 

 Tradition du 15 août : la Procession de la Madone


 

 

  • Chaque année, le 15 août, pour la fête de l’Assomption.
    1. La Vierge dorée sort de la Major pour partir en procession.
    2. La  statue est portée par un groupe d’hommes qui traverse les vieilles rues du quartier du Panier au milieu d’une foule importante.
      1. Des chapelets et des messages sont accrochés sur les bras de la Vierge de la Major.
      2. Les enfants sont présentés à la Vierge.
      3. Des mouchoirs en contact avec son manteau doré sont conservés jusqu’au 15 août suivant, comme gages de protection.

 

Célébrités liées la cathédrale La Major


 

 

Mgr-Belsunce-1

Statue de Mgr. Belsunce © Verlinden.

 

  • Monseigneur de Belsunce.
  • Monseigneur de Mazenod. 18371861.
    1. Evêque de Marseille.
    2. Fondateur des Oblats de Marie-Immaculée, missionnaires présents dans les cinq parties du monde.
    3. 1995. 3 décembre. Il est canonisé par le pape Jean-Paul II. Son corps est inhumé dans la cathédrale.
  • Proculus.
    1. Grand évêque de Marseille réputé pour son action.
    2. Il fait venir des personnalités majeures comme Jean Cassien.
    3. 5e s. Il fait bâtir la 1ère cathédrale paléochrétienne dotée d’un baptistère renommée dans le Monde par ses dimensions et par sa décoration

 

 

L’ancienne Major


 

 

  • Magnifique exemple d‘art roman.
  • Construction en pierres roses de la Couronne.
  • Les dimensions de la Nouvelle Major, la font apparaître minuscule alors qu’elle a été l’un des plus grands sanctuaires de style roman construit dans le Monde.
  •  La disparition du baptistère de 625 m2 reste une perte considérable.
    1. Quelques relevés et dessins permettent de se rendre compte des dimensions et des décorations antiques.

 

 

 L’ancien Palais épiscopal


 

 

  • A proximité de la Major.
  • 17e s. Bel édifice sorti de terre en 1647.
  • 18e s. Modifications. Après la Révolution française, le bâtiment est transformé en dépôt de matériel militaire.
  • 1909. La police décide d’y regrouper les services disséminés sans toute la ville dans un Hôtel de Police que les Marseillais on l’habitude de désigner comme l’Evêché.

 

 

 

 

 

 

Mots Clés : , , ,
.