Provence à Vivre, à Visiter, à Voir, à Connaître, à Aimer


Provence 7

Provence à Vivre, à Visiter, à Voir, à Connaître, à Aimer

 

Ce mot unique – dans toutes les langues on dit Provence – est porteur de valeurs européennes et méditerranéennes inscrites dans les siècles passés et futurs. Provence 7 a pour vocation de les faire vivre.

 

 

La Provence n’est pas seulement un territoire, c’est une Espérance

 

La Provence est divisée par une certaine pratique de la politique alors qu’elle représente une unité géographique, un bassin de vie sociale, culturelle, économique… bref, un lieu à Vivre, à Voir, à Visiter, à Connaître, à Protéger, à  Développer, une notion qui a un formidable (le mot est très insuffisant) passé, un remarquable présent et un avenir éblouissant si nous le voulons.

Comme le disait le philosophe grec Héraclite «  Sans l’espérance, on ne trouvera pas l’inespéré, qui est introuvable et inaccessible ».


 

La Provence est divisée par le tout politique

 

L’essence de la politique actuelle est dans la division : le parti divise, le partisan s’oppose… Pour prendre le pouvoir et le conserver, la politique crée et se nourrit des « isme »  :  capitalisme, communisme, écologisme, fascisme, libéralisme, régionalisme, socialisme... Ces « ismes » ont de sérieuses limites sur le  plan opérationnel et s’avèrent peu fructueux  au plan des personnes et de la Vie.

Le bipolarisme (un autre « isme ») de la politique moderne est devenu une réalité dans de nombreux pays, la France n’y échappe pas.

La politique fabrique des « élus » (littéralement quelqu’un qui a à voir avec  Dieu « El »…), là où elle a pour vocation de désigner des « Représentants ».

Le « Bien Commun » et la « Filia/Philia » (sentiment d’appartenance à une communauté mis en avant par les Grecs dans leur conception de la « vie de la cité ») sont mis à mal par des intérêts de personnes et de partis…

La politique divise la Provence et les formes de ces divisions ne cessent de se multiplier et de se complexifier ce qui augmente les coûts de fonctionnement, rend les décisions longues, réduit les synergies, oppose au lieu de rassembler et obscurcit les territoires au lieu de les rendre vivants.

  • Les institutions existent, certaines sont fondamentales mais le tout  politique limite leur portée.
  • La Région et les départements dirigés par des conseils généraux et divisés en cantons, se livrent à des batailles territoriales : batailles entre élus, batailles entre partis, batailles pour les domaines de compétences, batailles entre services et bureaux… Plus y en a plus ils se divisent… Plus les décisions sont longues à prendre, plus les compromis nuisent à l’efficacité… Cette L2 (voie de contournement de Marseille commencée et jamais finie) de Marseille en est l’exemple le plus criant…
  • Fonctionnant de plus en plus mal, les départements se divisent en Pays, en Communautés de toutes sortes qui entrent en compétition pour les fonctions, les budgets et les territoires… et se divisent sur des conflits de personnes… Et voici maintenant la Métropole de Marseille...
  • Les communes, magnifiques unités à taille humaine, sont en train  de subir une sérieuse remise en cause.
  • Dans les grandes villes comme Marseillle, les Quartiers, unités vivantes, sont en train d’être dissous.

En résumé, depuis quelques décennies, nous fabriquons des frontières artificielles, multiplions les instances politiques et administratives au lieu de créer des ponts, de tisser des liens, de mailler les territoires et les énergies. Tout cela ne fabrique ni du Bonheur ni de la Prospérité.

Aider à mailler les institutions entre elles, aider à mieux les relier aux citoyens et à la réalité qui change vite, aider les personnes à se trouver des repères et des synergies afin de développer la qualité de leur vie, de leur cadre de vie et de celui de leurs proches, aider les artisans, les entreprises, les associations et les administrations à être mieux en phase avec leurs publics …. Telles sont les raisons d’être de Provence 7.

Au-delà des institutions, il y a donc besoin d’un niveau d’échange non segmentant, ouvert et sans limite territoriale ou de fonctions.

Provence 7 se place dans cet espace. Son rôle est d’être un média, un portail, un tisseur de liens, une ressource, une plate-forme de distribution d’informations ouvrant des sites internet experts vers des publics impliqués et en attente d’information précise, utile, fiable et facilement accessible.

Provence 7 est le pont entre les publics et tous ces sites internet, livres, centres d’informations, lieux à visiter, boutiques, hôtels, entreprises, écoles, hôpitaux, aéroports, stades, salles de spectacles….

 

 

La Provence est menacée par des atteintes…

 

La qualité de vie,  la qualité des échanges personnels, la richesse de l’environnement naturel, la place donnée à l’humain… tout cela est menacé si nous ne sommes pas déterminés à les protéger et, plus encore, à les cultiver.

Le modèle économique industriel avec des grues et des usines partout qui nous est présenté, images de pays émergents à l’appui, comme une référence ou un idéal est dépassé et inadapté. La Provence l’a connu au 19e s., puis avec Fos…. la page est tournée.

Les temps modernes qui s’ouvrent sont  en revanche très favorables à la Provence :  l’extrême préoccupation de l’environnement, la valorisation des métiers humains, les activités économiques liées au sport, à la culture, au luxe, à la gastronomie, à l’habitat, aux échanges, à la communication, à la création, à l’enseignement, à la sécurité, aux services à la personne… sont des « Eldorado » pour les générations qui viennent. Nous ne devons pas nous tromper de direction.

Les usines et les très grandes entreprises ont besoin autour d’elles d’un réseau capillaire de fournisseurs, éducateurs, formateurs répondant à la variété de leurs besoins et leur fournissant une compétitivité réelle et durable.

 

 

Provence 7 tisse des liens

 

Provence 7  a pour vocation de reconstruire  du Vivre Ensemble, du Travailler Ensemble, du Rire Ensemble :

  • Tisser des liens entre les époques par l’histoire. L’histoire est à tous les étages : histoire de la gastronomie, de la danse, de la natation, de la nature, de la médecine…
  • Tisser des liens autour de leaders, de personnes qui ont fait, font et feront quelque chose d’exceptionnel dans leur domaine. Les « célébrités »  sont omniprésentes sous forme de listes, de notices, de portraits…
  • Tisser des liens entre les territoires : créer des synergies entre quartiers, communes, communautés, départements, région.
  • Tisser des liens entre les personnes : générations, métiers, centres d’intérêts et de passions… Mêler sport et culture, associer environnement et économie, valoriser les personnes plus que les « emplois » mot auquel nous préférons celui de « métiers » plus puissant et plus durable … tels sont les atouts que nous voulons valoriser.
  • Tisser des liens avec d’autres villes et régions de France.
  • Tisser des liens avec  des villes et des pays du Monde.

 

Provence 7 n’est pas politique, c’est un outil de communication moderne, une plateforme de distribution d’informations afin de :

  • Valoriser les personnes et les territoires.
  • Valoriser le passé et le présent, penser l’avenir avec des utopies et de l’espérance.
  • Valoriser les organisations : entreprises, administrations, associations…

Provence 7 n’est pas plus un projet « capitalistique ».  Son modèle économique n’est pas celui de la spéculation ni de l’enrichissement facile mais celui du travail, de l’échange et de la création.

En outre, Provence 7 est un site internet, un portail français basé en Provence.

Une Provence avec  7  territoires

 

La Provence comprend 7 territoires : La Principauté de Monaco et 6 départements français : Les Alpes-de-Haute-Provence (04), les Hautes-Alpes (05), les Alpes-Maritimes (06), les Bouches-du-Rhône (13), le Var (83) et le Vaucluse (84). La Provence doit les rassembler dans des projets, des valeurs.

Ce territoire représente plusieurs éléments de cohérence :

  • Une unité géographique clairement limitée à l’Ouest par le Rhône, au Sud par la Méditerranée, à l’Est par la ligne de crêtes et les grands cols des Alpes avec la frontière italienne, au nord, la limite est le bassin de la Durance.
  • Une unité climatique « méditerranéenne » avec des influences Alpines.
  • Une unité historique exceptionnelle. Toutes les strates de la préhistoire sont présentes et lisibles. Les empreintes laissées par l’histoire y sont exceptionnellement denses et fructueuses.

 

  • Une unité vécue par les habitants, les producteurs (agriculteurs, artisans, industriels…), les commerçants, les artistes, les sportifs, les visiteurs…  Chacun a le sentiment de vivre et de travailler « en Provence ».
  • Des performances exceptionnelles dans tous les domaines  : culture, sport, économie, sciences… La Provence multiplie les domaines d’excellence en France, en Europe et dans le Monde.
  • Une qualité de vie qui explique les mouvements de population depuis l’aube de l’histoire. La Provence a un exceptionnel pouvoir d’attraction.

Une Provence ouverte

 

Aux franges de cet espace se trouve la Drôme provençale, partie Sud du département de la Drôme (26) , de l’autre côté du Rhône,  le Gard (30) aux racines romaines… Aux bordures du territoire le Régions françaises : Corse,  Languedoc-Roussillon, Rhône-Alpes… le Grand Delta…

Plus loin,  les autres Régions françaises… Plus loin, les autres régions d’Europe, l’Europe des Régions... Plus loin encore, tous les pays du Monde avec lesquels la Provence n’a cessé de tisser des liens tout au long de son histoire…

Provence 7 veut reprendre l’histoire et l’inventaire de ces liens qui créent des relations culturelles, sportives, religieuses, économiques… porteuses de prospérité et de bonheur.

L’échange, une valeur méditerranéenne par excellence.

 

Une Provence vivante

 

La Provence soufre de définitions étroites. Elle trouve  sa dynamique dans les apports sans cesse revivifiés.

  • Apparemment, le Mimosa et l’Eucalyptus sont des arbres typiques de la Provence… En réalité, ils sont tous les deux australiens et ont été importés relativement récemment.
  • La vigne, l’olivier et le figuier eux aussi ont été un jour « importés »…
  • La Provence traditionnelle des Félibres ne s’est définie qu’il y a seulement très peu de temps…
  • Un grand nombre, pour ne pas dire la plupart des noms de lieux de Provence ont des racines germaniques… Ils sont l’héritage d’un passé celte, wisigothique, du Saint-Empire Romain Germanique qui est ignoré pour ne pas dire étouffé… Et si nous prenions conscience de l’importance de cet axe Nord-Sud qui apporte des flux de touristes et d’investisseurs que nous devrions particulièrement soigner et tout simplement aimer ?
  • Henri Salvador avait l’accent parisien, il  soutenait le PSG et il était né en Guyane… pourtant les terrains de boules de Cannes, St-Tropez, Marseille, Port d’Alon raisonnent encore de ses éclats de rire et les ombres portées par le soleil gardent le souvenir sa petite silhouette et  de ses casquettes « provençales » … La Guyane, les Antilles, l’outre-mer, l’humour, les chansons, les danses antillaises… En ouvrant la fenêtre Henri Salvador, nous tissons des liens merveilleux.
  • La Provence participe à la conquête des USA, elle aide Jefferson dans la rédaction de sa Constitution, elle offre aux amériques des grands personnages  tels que le plus grand maire de Los Angeles, elle est associée à la Statue de la Liberté, elle reçoit des G.I. et les Canadiens, qui la libèrent…
  • Qui sait que le nom de Pagnol vient d’Espagnol ? Sait-on que  l’importance de l’influence espagnole sur la Provence tout au long de l’histoire a été considérable  ?
  • L’intérêt n’est d’ailleurs pas tant dans le savoir que dans le sens. Pourquoi les échanges Provence-Espagne qui ont été si intenses sont-ils si limités aujourd’hui ? Quels potentiels de les revivifier ? Pour l’emploi, pour le sport, pour la culture… pour la Vie ?
  • Combien d’habitants de la Provence actuelle sont ici depuis moins de 2 générations ? Combien de « touristes » connaissent mieux la culture et l’histoire de la Provence que ceux qui y vivent ?

 

La Provence n’est pas une définition figée, c’est un corps vivant et c’est sa vitalité et ses racines qu’il convient de développer et de valoriser.

 

 

 

 

Translate »