Le pont sur la Durance et le rocher de la Baume. © Der Dilettant– Fotolia.com.

Provence 7

Sisteron à visiter (04)

 

 

 

 

 

 

 Sisteron est surnommée la « Porte de la Provence ».

 

 

  • Code postal. 04200.
  • Habitants. Sisteronais.
  • Superficie. 50,25 km2.
  • Altitude. 448 – 1145 m.
  • Population. 7 360 habitants (2012)

 

 

Situation de Sisteron (04)

 

 

 

 

Communes limitrophes ou proches de Sisteron

 

 

  • Bevons (04)
  • Mison (04)
  • Peipin (04)
  • Le Poët  (05)
  • Ribiers (04)
  • Salignac (04)
  • Valbelle (04)
  • Valernes (04)

 

 

Accès à Sisteron

 

 

  • RD 4085 vers Laragne-Montéglin (05), au nord, et Aubignosc , au sud.
  • RD 951 vers Valernes, au nord.
  • RD 3. Vers Authon, au nord-est.
  • RD 948. Vers Ribiers, à l’ouest.
  • RD 946. Vers Noyers-sur-Jabron, à l’ouest.

 

  • Gare ferroviaire desservie par les TER de la ligne Marseille – Briançon.
  • Gare routière.

 

 

Distances depuis Sisteron

 

 

  • Lyon. 243 km.
  • Paris. 713 km.

 

 

La Nature à Sisteron (04)

 

 

La nature a façonné la position de verrou géographique et stratégique.

 

 

Reliefs et sols

 

 

  • Les dernières période glaciaires ( glaciation de Riss et glaciation de Würm) ont forgé le paysage actuel.
  1. Le glacier a poussé devant lui des alluvions.
  2. La Durance a succédé au glacier, fleuve puis affluent du Rhône.

 

  • Le Montgervis et la montagne de Briasc forment le verrou.
  1. Le rocher de la Baume est sur la rive gauche, face à la Citadelle.

 

 

Rivières, eau

 

 

  1. Le grand affluent du Rhône traverse la commune du nord au sud.
  2. La Durance est l’élément majeur de la géographie, de l’histoire et de la vie à Sisteron.
  • Le Buech.
  1. Puissant affluent de La Durance.
  2. Confluent au nord de la Citadelle.
  • Le Jabron
  1. Affluent de La Durance.
  2. Confluent au sud du bourg.
  • Plan d’eau sur les bords de la Durance permettant des activités de loisirs.

 

 

Forêt, flore, jardins, agriculture

 

 

  • Sisteron est une ville fleurie qui a obtenu Trois fleurs au concours des villes et villages fleuris.
  • Culture de lolivier et production d’huile olive de Provence AOC.

 

 

Histoire de Sisteron (04)

 

 

Antiquité

 

 

  • Segustero  est la capitale de la tribu des Sogiontes (Sogiontii).
  • Les Romains saisissent toute l’importance stratégique et symbolique du site.
  1. Segustero est le point de contact du territoire des puissants Voconces (Vaison-la-Romaine).et de la mythique Voie Héraklénne ou Herculéenne. (voir Hercule en Provence)
  2. Le passage de la Durance, rivière puissante, irrégulière et fougueuse avec  un lit souvent très  large est particulièrement délicat. Le passage étroit de Sisteron permet de créer un pont.
  3. Le pont doit cependant répondre à de sérieuses contraintes. Il existe un passage gaulois et peut être déjà un pont mais les ingénieurs romains réussissent la construction de l’ouvrage nécessaire pour un passage régulier de nombreuses personnes voire de légions.
  •  Segustero, la romaine, devient la sixième cité en importance dans la Province de la Deuxième Narbonnaise.
  1. La Via Aurelia et la Pax Romana / Paix Romaine comptent beaucoup dans cette prospérité.
  • Entre le 2e s. et le 4e s. Sisteron est élevée au rang de civitas de la province des Alpes-Maritimes.
  • 4e s. Sisteron devient une ville épiscopale ce qui la situe parmi les premiers évêchés des Gaules.
  1. 449. Jean est son premier évêque connu.
  • 4e s. Le nom de Segusterone ou Segusteronem est attesté.

 

 

Du Moyen-Âge à la Révolution française

 

 

  • 510. Le roi des Ostrogoths Théodoric le Grand fait la conquête du territoire compris entre La Durance, Le Rhône et l’Isère aux dépens des Burgondes qui occupent le sud-est.
  • 526. La régente ostrogothe Amalasonthe rend le territoire conquis au roi des Burgondes Gondemar III.
  • 739. Le nom de Segisterico est mentionné.
  • Après les attaques sarrasines, Sisteron s’enfonce dans le déclin jusqu’au retour de la prospérité au 11e s.
  • 11e s. Sisteron est sous l’hégémonie des comtes de Forcalquier.
  • 12e s. Les comtes de Provence prennent le contrôle du territoire de Sisteron qui devient leur frontière nord.
  • 13e s. Un accord majeur est signé à Sisteron, au couvent des Cordeliers :
  1. Raimond-Bérenger V, comte de Provence, signe le testament par lequel il attribue le comté de Provence à l’une de ses quatre filles, Béatrice, future femme de Charles d’Anjou, frère de Louis IX, roi de France (saint Louis).
  2. Ce testament ouvre des droits des rois de France sur la Provence.
  • 1286. Les Etats de la Provence se tiennent à Sisteron.
  • v. 1400. Avec saint Vincent Ferrier, Sisteron connaît une renaissance spirituelle.
  • 1425. C’est à Sisteron, lieu de passage, que l’on signale pour la première fois la présence de Roms.
  • 14511503. Sisteron est victime de sept épidémies de peste qui emportent deux tiers de la population.
  • 1480. Sisteron est précocement élevée en Viguerie.
  • 1483. La Provence est intégrée au Royaume de France par legs dont Louis XI est le bénéficiaire.
  • 1562 1594. Pendant les Guerres de religion, Sisteron reste fidèle à la Couronne et au Catholicisme et doit subir deux sièges sanglants.
  1. 1562. Février. La moitié des protestants de Forcalquier se réfugient à Sisteron. Les protestants saccagent ensuite la cathédrale, brisent le clocher et les orgues,et poursuivent leurs destructions dans les couvents des Cordeliers et des Dominicains.
  2. 1562. Juin. Les catholiques de Sommerive, lieutenant général du roi, attaquent Sisteron qui est défendue par son père le comte de Tende, Paulon de Mauvans, Furmeyer et 5 000 hommes. Les chefs protestants s’enfuient de nuit, et la ville tombe le 6 septembre : la garnison est massacrée et les protestants sont expulséset ils se réfugient à Lyon.
  3. 1563. Mars. Edit de pacification d’Amboise.
  4. 1567.Nouvelle prise de Sisteron par les protestants. Ils doivent la restituer aux catholiques Carcès et Sommerive.
  5. 1585, Nouvelle tentative des ligueur qui échouent.l
  • 15891612. Construction de la citadelle actuelle.
  • 1639. La Citadelle devient une prison.
  1. Sur l’ordre de Richelieu, le prince Jean Casimir de Pologne est incarcéré après avoir été accusé de complot contre la France.
  • 17e s. Des séditions et la peste de 1630 ruinent la ville.
  • 1744. Une épidémie de Typhus empêche Sisteron de se redresser.
  • Fin 18e s. Sisteron donne des signes de nouvelle vitalité.

 

Epoque contemporaine

 

 

  • 1815. Royaliste, Sisteron ne se rallie pas à Napoléon 1er. Lors de sa remontée vers Paris, Napoléon 1er tente de passer en secret mais il est identifié.
  1. L’empereur réussit toutefois à poursuivre sa route vers Gap.
  • 1884. Sisteron est touchée par une épidémie de choléra qui  provoque 18 morts.
  • 1889. Déclassée, la Citadelle devient propriété de la commune.
  • 1944. La Résistance réussit à libérer les prisonniers politiques enfermés dans la Citadelle.
  • 1944. 15 août. Sisteron subit un très grave bombardement de l’aviation américaine qui est suivi d’un second bombardement le 17 août.
  1. Bilan humain : cent morts, trente disparus et deux cents blessés.
  •  1944. 19 août.  La Task force du général Butler appartenant à 36e division d’infanterie US  arrive de Riez pour libérer Sisteron.

 

 

Monuments et bâtiments de Sisteron (04)

 

 

  • La Citadelle et le Musée de la Citadelle.
  1. 1925. Site classé aux Monuments Historiques. Le classement concerne à la fois la citadelle, le rocher qui la porte, les bois et terrasses, et la perspective sur la ville et la citadelle.
  2. Superficie de 7 hectares.L’architecte de la Citadelle est Jean Érrard, ingénieur d’Henri IV qui est considéré comme le précurseur de Vauban.
  • Musée du Vieux Sisteron.
  1. Place de la République.
  2. Le musée rassemble des collections variées d’un grand intérêt.
  3. Thèmes : préhistoire, histoire, numismatique, folklore…
  • Musée Terre et temps.
  1. Collection de cadrans solaires de poche.
  2. Certains appartenaient à des bergers.
  •  5 Tours bien conservées de l’ancienne enceinte.
  1. 13721373. Construction.
  2. Prosper Mérimée les sauve de la destruction.
    1. La tour du Fort.  Au pied de la Citadelle.
    2. La tour des Gents d’Arme. Proche  de la Poste. C’est la seule tour à avoir été habitée. Elle possède un toit.
    3. La tour de La Médisance. La plus proche de la Cathédrale. Elle conserve son escalier intérieur qui donnait accès aux galeries de bois (hourds) prenant appui sur les corbeaux.
    4. La tour Notre-Dame.
    5. La tour de la porte Sauve. Elle doit son nom au fait qu’un millier de protestants se sont enfuit par cette porte en 1591.
  • Des anciennes maisons
    1. 14e s. Rue Mercerie. Maison aux baies géminées et dotée d’arches brisées. Chapiteaux sculptés de motifs végétaux.
    2. 14e s. Reconstruction en 1946. Hôtel de la Baume. Baie géminée et chapiteau.
    3. 15e s et 16e s. Maisons de la rue de la Pousterle.
    4. Début 17e s. Rue Droite.  Maison avec une  belle porte sculptée.
  • Pont de la Baume.
  1. Pont sur la Durance.
  2. Ponts gaulois et romains.
  3. 1365. Pont médiéval.
  4. 1879. 7 avril Destruction du pont suite à de fortes pluies.
  5. 1886. Mise en fonctionnement d’un nouveau pont.
  6. 1944. Destruction du pont par le bombardement aérien des Alliés.
  7. 1945. Construction du pont actuel.
  8. Dimensions : 40 m de long. 6 m de large. Arche de 28 m de portée.
  •  Pont sur le Buëch.
  1. A proximité du confluent avec la Durance.
  2. 1202. Construction du pont médiéval.
  3. 1399. Réparation importante du pont.
  4. 1727.
  5. 1865. Elargissement du pont. Arcs en cornes de vaches sur les avant et arrière-becs.
  6. 1975. Une dalle est posée en encorbellement. I
  7. Dimensions. trois arches en plein cintre de 22,8 m, 12 m et 12 m. Longueur totale de 56 m. Largeur de 4,3 m à l’origine, 7,4 m en 1865 et 9 m en 1975. Ce pont remplace un ancien pont construit en 1202, et réparé en 1399116.
  •  Châteaux de la Cazette.
  1.   A proximité du pont sur le Buëch.
  2. 17e s.
  3. Plan en U.
  4. Ancien rendez-vous de chasse.
  • Château de Sainte-Euphémie.
  1. 17e s.
  • Château de Beaulieu.
  • Château de Servoules.
  • Château de Haute-Rive.
  • Château de Sainte-Ursule.

 

 

Monuments chrétiens de Sisteron (04)

 

 

  • Ancienne Cathédrale Notre-Dame-des- Pommiers.
  1. Centre ville.
  2. 12e s. La cathédrale est construite sur l’emplacement d’une première cathédrale paléochrétienne.
  3. 14e s. et 17e s. Remaniements.
  4. La dénomination « des Pommiers » intrigue
  1. Les Pommiers ne signifie pas (contrairement à ce qui est souvent écrit) que la cathédrale a été construite sur un verger, ni qu’elle évoque le Jardin d’Eden
  2. Le nom vient du latin pomoerii qui signifie « en dehors des murs de la ville« , « dans un espace où on ne peut pas construire« . Le mot a été créé à Rome.
  1. La cathédrale est dominée par un clocher carré auquel des contreforts donnent une ligne un peu massive. La flèche est postérieure de deux siècles.
  2. La masse du chevet est impressionnante.
  3. 12e s. Le portail de style lombard donne accès aux 3 nefs légèrement en contrebas.
  4. La décoration intérieure a une forte dominante baroque.
  5. Le retable du chœur, les stalles, le trône épiscopal et la beauté des peintures gothiques sur bois du 16e s.,  méritent une attention particulière
  6. Des toiles de Mignard, Van Loo, Coypel sont conservées.
  7. Très belle coupole sur trompes de l’ancien clocher.

 

  • Chapelle restaurée du château.
  1. Dans la Citadelle.
  2. 15 e s. Reconstruite par les comtes d’Anjou.
  3. Classée Monument Historique.
  4. Placée sous le vocable de Notre-Dame.
  • Eglise Saint-Dominique.
  1. Située à la Baume-lès-Sisteron, sur la rive gauche de la Durance, au nord du bourg.
  2. 13e s.
  3. L’église correspond à l‘ancien couvent des Dominicains.
  4. Plusieurs édifices religieux sont concentrés dans ce faubourg où se situait l’ancien Palais épiscopal.
  5. L’église est dotée d’un beau clocher roman qu’accompagnent les restes d’un cloître du 13e s. qui est classé aux Monuments Historiques.
  6. L’église conserve une nef d’inspiration gothique naissant.
  • Eglise saint-Jacques.
  1. 12e s.
  • Chapelle des Visitandines et Couvent de la Visitation.
  1. 17e s.
  • Chapelle de l’Hospice de Charité.
  1. 18e s.
  • Chapelle Saint-Domnain.
  • Chapelle romane Saint-Marcel.
  1. A la Baume.
  2. 12e s. Contemporaine de la cathédrale.
  • Prieuré de Vilhosc.
  1. A Entrepierre. 10 km à l’est de Volonne.
  2. 11e s. Témoin du premier art roman.
  3. Crypte bien conservée.
  • Maison des Missionnaires de la Croix.
  1. 17 rue de la Mission.
  2. 17e s. et 19e s.
  • Ancien Couvent des Cordeliers.
  1. En avant de la ville.
  2. 13e s.
  3. 1562. Détruit.
  4. Vendu comme Bien national.
  5. Il reste le chevet de l’église, deux arcades de cloître et des enfeux.

 

 

Fêtes, Evènements à Sisteron

 

 

  • Les Nuits de la Citadelle.

 

  • Août. Fête Médiévale.

 

 

Liens internationaux, jumelages

 

 

Jumelages

 

  • Fidenza (Italie).
  • Herbolzheim (Allemagne)
  • Oliva (Espagne).

 

 

 

Célébrités liées à Sisteron

 

 

  •  Deleuze (Joseph Philippe François). Sisteron 1753Paris 1835.
  1. Savant. Naturaliste. Créateur du Muséum Royal de Paris.
  • Laplane (Jean Aimé Édouard de ). Virailh, près de Sisteron 17741870.
  1. Membre de l’Institut et de plusieurs Sociétés savantes françaises et étrangères,.
  2. Auteur de plusieurs ouvrages sur la société et l’époque. Ex.  ’ »Histoire de Sisteron« , de l’époque romaine à la Révolution.
  • Tardieu (Gustave). 18511932.
  1. Homme de Sciences.
  2. Pharmacien. Physicien. Géologue. Archéologue. Historien.

 

 

Mots Clés : , , , , ,
.