Guide de la visite de la Maison Diamantée à Marseille. © Patrick Verlinden.

 

 

Provence 7

Maison Diamantée à visiter à Marseille


 

 

 

 

 

La maison Diamantée est l’une des plus anciennes maisons de Marseille.

 

  • La Maison Diamantée doit son nom à la taille de ses pierres en façade, avec des losanges en relief.
  • La Maison est l’ancien hôtel de Saboulin Bollena.

 

 

Situation de la Maison Diamantée

 

 

  • Marseille 13002. 3, Rue de la Prison.
  • Quartier Hôtel-de-Ville.
  • Juste derrière l’Hôtel de Ville de Marseille.
  • 1925. 10 novembre. La façade et l’escalier de la Maison Diamantée sont Classés au titre des Monuments Historiques .

 

 

Histoire de la Maison Diamantée

 

 

  •  Selon une tradition orale non vérifiée, la Maison Diamantée aurait été une résidence palais du Roi René (1409-1480), comte de Provence.
  • v. 1570. Construction de la maison sur le terrain des anciens jardins du Palais de Provence.
    1. La maison est commandée par Pierre Gardiolle, riche marchand Catalan.
    2. La Maison Diamantée est une des plus anciennes demeures de Marseille.
  • 1600. La Maison Diamantée est améliorée par Nicolas de Robbio, contrôleur d’artillerie piémontais.
  • La Maison Diamantée est ensuite habitée par de grandes familles marseillaises.
    1. Le premier échevin Pierre de Saboulin Bollena lui donne son nom d’Hôtel de Saboullin Bollena.
    2. La famille Castellane Majastre occupe ensuite les lieux.
  • 19e s. Après la Révolution française, la maison est divisée en appartements puis occupée par des travailleurs du port et des immigrés venus d’Italie.
  • 1914. La maison est au bord de la ruine lorsqu’elle est transmise au Comité de Vieux-Marseille.
    1. La Maison devient alors le second Musée Ethnographique de France, après le Museon Arlaten d’Arles créé par Frédéric Mistral.
    2. Elle le doit à l’intérêt de ses collections : costumes, mobilier, crèches, santons de verre filé ou en mie de pain, premiers moules de Lagnel, objets domestiques, gravures, photos de la première génération, indiennes des 17e et 18e s. , jupons, boutis, cartes de tarots de Marseille, le plan Lavastre représentant l’insurrection de 1848….
  • 1925. Le 10 novembre. La façade et l’escalier sont classés au Monuments Historiques.

 

 

Maison Diamantée à visiter ?

 

 

  • En devenant le siège de l’association organisatrice de Marseille Provence 2013 capitale européenne de la Culture, la Maison Diamantée a beaucoup perdu pour le public :
    1. La Maison Diamantée est sortie du champ des visites.
    2. Ses ressources ont été quelque peu ignorées.
    3. Son architecture, sa vocation de demeure patricienne liée au négoce maritime si fondamental à Marseille , son merveilleux tableaux représentant Marie-Madeleine prêchant sur le Port, ses collections ont été marginalisés, pour ne pas dire ignorés…
  • En souhaitant que la Maison Diamantée ouvre rapidement ses portes sur son architecture et ses collections retrouvées, le tableau de Marie-Madeleine est présenté sur cette page.
  • L’escalier est en bois entièrement ouvragé : une pièce unique d’une très grande beauté.
  • Les plafonds sont finement décorés.

 

 

Prédication de Marie-Madeleine

 

 

  • La Prédication de Marie-Madeleine est une huile sur panneau de bois.
    1. 70 cm x 83,5 cm. Dimensions qui font penser qu’il devait s’agir d’un élément d’un retable.

 

Ce tableau est le plus ancien « portrait de ville » de Marseille

 

  • La cité de Marseille est présente sur près de la moitié de la surface.
  • Les  détails permettent de reconnaître le Vieux-Port, la tour du roi René, l’église Saint-Laurent, l’Ancienne Major, le quartier du Panier et le Quai du port.
  • A l’emplacement de l’actuelle Place des Moulins, on distingue les grandes ailes blanches qui captaient l’énergie éolienne.
  • Marie-Madeleine est la sainte patronne de la Provence.
    1. Son rôle dans la diffusion du Christianisme en Provence est considérable.
    2. La scène du tableau se situe sur la rive opposée, celle de l’abbaye de Saint Victor.
    3. En prêchant à proximité de Saint-Victor, Marie-Madeleine aurait initié la vocation sacrée de ce lieu, plusieurs siècles avant que les corps des premiers martyres y soient déposés, entraînant l’afflux des tombes chrétiennes et la formation de la nécropole.
    4. L’action évangélisatrice de la prédicatrice est clairement présentée.
    5. Les mains de Marie-Madeleine nous disent qu’elle prêche en comptant sur ses doigts les arguments développés.
    6. L’assemblée est richement vêtue ce qui évoque le texte de la Légende Dorée selon lequel Marie-Madeleine et ses compagnons n’ont d’abord trouvé personne pour les héberger.
      1. Les admonestations de Marie Madeleine auraient convaincu un « prince du pays » à leur offrir le toit et le couvert.
    7. La cour princière serait  représentée ce que confirme l’attitude pour le moins « réservée » de l’audience représentée.
    8. Certains voient dans cette cour une représentation de Roi René (décédé une quarantaine d’années avant la réalisation du tableau) et de la Reine Jeanne.
      1. On se souviendra que le roi René avait en 1448 fait procéder à des fouilles en Camargue, sous la nef de l’église Notre-Dame-de-la-Mer, en raison d’une tradition arlésienne affirmant que des corps saints y étaient ensevelis. Ce fait a été confirmé par l’examen des ossements mis au jour. Ils sont attribués à sainte Marie Salomé, sainte Marie Jacobée et leur servante Marcelle.
      2. Par ailleurs, Charles II d’Anjou, ancêtre du roi René  avait, 170 ans plus tôt (en 1279), découvert à Saint Maximin des reliques attribuées à Marie-Madeleine elle-même.
      3. La famille d’Anjou qui compte notamment le roi Saint-Louis était particulièrement pieuse.
    9. Face à la ville, la prédicatrice perchée sur une sorte de perron, domine l’assistance de la tête et des épaules.  Ce qui pourrait, schématiquement, donner quelque chose comme :
      1. « Jésus a vaincu la mort parce qu’il est le fils de Dieu. Vous devez croire en sa résurrection, laquelle annonce le royaume de Dieu
      2. en premier lieu parce que j’en suis témoin ;
      3. en second lieu parce que d’autres, qui sont maintenant parmi vous, en sont également témoins : Lazare, Marthe, Maximin ;
      4.  en troisième lieu parce que Dieu nous a conduit jusqu’à vous, dans une barque sans rame ni gouvernail, pour que vous soyez les premiers à recevoir son appel de ce côté-ci de la mer. »

 

 

 

 

Mots Clés : , , ,
.