Chapelle romane Saint-Pierre.  © Verlinden.

 

 

Provence 7

Peynier à visiter (13)


 

 

 

 

 

  • Peynier est est un village du département des Bouches-du-Rhône (13), au sud-est d’Aix-en-Provence.
    1. Site climatique.
    2. Le nom de Peynier est dérivé de Puim Neroni, « le puits noir » qui trouve son inspiration dans les couches de lignite affleurant sur les collines au sud-est.
    3. Peynier est le berceau des maîtres-savonniers de Marseille.
  • Code postal. 13790.
  • Habitants. Peynierens.
  • Superficie. 24,76 km2.
  • Altitude. 211 m – 497 m.
  • Population. 3.099 habitants (2013).
  • Coordonnées et Carte. N 43° 26′ 52″  E  5° 38′ 32″. Cliquer sur le lien texte pour afficher la carte de la commune.

 

 

 

Situation de Peynier (13)

 

 

Communes limitrophes de Peynier

 

 

Accès à Peynier

 

 

Distances de Peynier

 

 

 

La Nature à Peynier

 

 

Reliefs, sols

 

  •  La riche vallée de l’Arc occupe la partie nord du territoire communal.
  • La majeure partie de la commune est composée de collines boisées, contreforts du Regagnas.
    1. Le point culminant est le Pic du Garri (497 m).
  • Gisement de bauxite et de lignite.

 

Rivières, eau

 

 

Forêts, arbres

 

  •  Plusieurs forêts de pins.
  • Exploitation forestière.

 

Activités agricoles, gastronomie

 

  • Vignobles.Vins.
  • Elevage.

 

Activités dans la nature

 

  • Chasse.
  • Pêche.
  • La Garenne : espace de promenade et de sport.
    1. Base de loisirs boisée avec stade de football, courts de tennis, parcours de santé, sentier botanique, terrain de cross, tables de pique-nique,  théâtre de verdure…

 

 

Histoire de Peynier

 

 

Préhistoire

 

  • 4500 – 3500 av. J.-C. Chasséen de Trets. Plusieurs stations identifiées à la Treille, au Bâtard… dans la partie nord de la communes.

 

Antiquité

 

  • 9e – 8e s. av. J.-C. Entre l’âge du Bronze et l’âge du Fer. Nécropole celte d’une trentaine de tumuli, au sud de la commune, entre la Sérignane et le Vallon de l’Homme-Mort.
    1. On trouve des traces de fer à proximité des tumuli et des affleurements existent dans le massif du Regagnas.
    2. Une mine de fer est exploitée dans le vallat du fer à cheval à une date indéterminée.
  • 124 av. J.-C. La destruction de l’oppidum d’Entremont et la fondation d’Aquae Sextiae (Aix) marquent l’arrivée des Romains dans la vallée de l’Arc et le début de l’histoire de la Provence Romaine .
  • 102 av. J.-C. La victoire totale de Caius Marius sur les Cimbres et les Teutons dans la plaine de Trets confirme l’installation durable du pouvoir romain en Provence et les débuts de la Pax Romana.
  • La Via Aurelia / Voie Aurélienne, grande route romaine qui passe au nord de Peynier sur un parcours repris par la Nationale 7 est source d’échanges commerciaux, spirituels, militaires… nombreux et réguliers.
  • Présence romaine attestée par de nombreux vestiges gallo-romains découverts en plusieurs points du territoire.
  • Plusieurs villae (fermes) occupent alors l’espace rural.
    1. Ces établissements ruraux se multiplient autour de Peynier : Branguier, la Grande Bastide, Saint-Jean (une borne de pagus y a été trouvée) , Saint-Pierre,  Saint-Victor…

 

Du Moyen-Âge à la Révolution française

 

  • 950. Arlulf de Marseille reçoit du roi Conrad III de Bourgogne (937-993) tout le Val de Trets.
    1. Ses descendants, connus comme les vicomtes de Marseille, constituent un vaste  domaine comprenant 21 communautés différentes.
  • 1008. Puio Neroni est cité.
  • 11e s. Podio Nigro est largement utilisé.
  • 11e s. La seigneurie appartient d’abord aux vicomtes de Marseille puis à labbaye marseillaise de Saint-Victor.
    1. Construction des « Trois Sœurs peyniérennes »  de l’abbaye de Saint-Victor : l’église paroissiale Saint-Julien, et les chapelles Saint-Pierre et Saint-Victor (aujourd’hui détruite).
  • 12e s. –  13e s. Construction des premières fortifications du village.
  • 14e s. Construction d’un nouveau rempart afin de faire face aux dangers nouveaux : guerres, épidémies.
  • 14e s. Peynier produit du blé, des amandes, des noix, des pois chiches..
  • 1347. La communauté des habitants reçoit d’importants privilèges et droits de leurs coseigneurs
  • 1463. Le roi René d’Anjou fait don d’une partie de la terre de Peynier à son ami et conseiller Michel Matheron.
  • Fin de Moyen-Âge. Podionerio (Colline Noire) s’impose pour désigner le fief.
  • Fin du 16e s. Honorade Matheron rachète les droits de l’abbaye de Saint-Victor.
    1. Désormais les seuls seigneurs de Peynier sont les Matheron et les Duranti, apparentés aux seigneurs de Fuveau.
  • Fin 15e s. – Début 16e s. Création du hameau des Michels dont le nom vient de Louis Michel, originaire d’Auriol.
  • Fin 16e s. La période est marquée par les Guerres de religion (bataille en ligne dans la nuit du 20 au 21 juillet 1590 devant Peynier) et par des rivalités entre Peynier et Trets.
  • 1743. La seigneurie est érigée en marquisat en faveur des Thomassin qui sont devenus les seuls seigneurs de Peynier. Ils le resteront jusqu’à la Révolution française.
  • 1789. A Peynier, comme presque partout ailleurs, l’agitation monte : problèmes fiscaux, mauvaises récoltes, hiver très froid, préparation des Etats Généraux avec les Etats de Provence
    1. Pendant la Révolution, l’église est fermée, le culte se fait en secret dans la chapelle du château, les clochez sont fondues pour financer la guerre, les biens du clergé sont vendus comme biens nationaux….

 

Epoque contemporaine

 

  • 19e s. Développement des mines de charbon (ex. quartier du Jayet), fabrication de ciment (Le Jayet, les Michels) et de chaux (vallon de l’Homme-Mort).
  • 1833. Construction de l’Hôtel de Ville qui remplace l’hôpital médiéval. Le Cours prolongé par l’avenue Saint-Eloi devient l’axe principal du village.
  • 18641865. Importants travaux de captation de l’eau des sources de Branguier et du Safre.
    1. Plusieurs fontaines sont installées : sur le Cours, devant le château, dans l‘avenue Saint-Eloi, dans la rue Basse.
    2. Des réservoirs sont installés : près de la Poste actuelle, à Sainte-Croix
  • 1906. Construction d’un lavoir afin d »éviter aux femmes de laver le linge au Tomble (ruisseau de La Foux),  à l’Arc ou au lavoir Saint-Jean.
  • 1906. Arrivée du train avec la création de la ligne de Carnoules à Gardanne.
  • 1938. Création du groupe scolaire Jean-Jaurès qui est inauguré en présence du Ministre de l’Education nationale Jean Zay.
  • 1940 1945. Guerre mondiale. Peynier accueille des familles, majoritairement d’origine peynésienne, qui quittent Marseille.
  • 1940. Après la défaite, Peynier accueille 900 légionnaires ukrainiens des régiments de marche de la Légion étrangère. Leur passage a laissé des traces symboliques :
    1. Inscriptions gravées sur le Rocher de la Garenne : flamme de la Légion étrangère, blason de l’Ukraine (Trident ukrainien jaune sur fond bleu)
    2. Un vers d’Ivan Franko : Нам пора для України жить, « Il est temps pour nous de vivre pour l’Ukraine ».
  • 1942. Novembre. Les troupes allemandes occupent Peynier. Des maisons sont réquisitionnées.
    1. Alberic Laurent, instituteur à l’école primaire Jean-Jaurès, prend le risque de cacher des « suspects »  et il rejoint le Mouvement de Libération nationale du pays d’Aix. . En 1944, il s’engage dans le bataillon Provence afin de poursuivre la lutte pour la libération de la France. En janvier 1945, il tombe en Alsace après avoir été touché par un obus.
  • 1944. 20 août. Libération de Peynier par les troupes alliées.
  • 1956. La construction des réservoirs des Michels et de la Blaque permet l’installation de l’eau courante.
  • 1960. 1ère station d’épuration.
  • 1962. 690 habitants.
  • 2012. 2 974 habitants. Très forte poussée démographique.

 

 

Monuments et bâtiments remarquables de Peynier

 

 

  • Village traditionnel pittoresque étagé sur une butte qui conserve les ruines de son château médiéval.
  • Château de Peynier et remparts.

    1. 16e s. Construction du château par Matheron de la famille des seigneurs de Peynier. Il  laisse sa marque, un grand M formé de briques dans la cour.
    2. Architecture de style Renaissance provençale avec ses deux grandes tours rondes encadrant la façade principale.
    3. Plusieurs propriétaires se succèdent ensuite :
      1. La famille Isoard de Chênerilles.
      2. La famille d’Arbaud de Matheron.
      3. Milieu du 17e s. Les Thomassin de Peynier. Famille influente au Parlement de Provence.
    4. 18e s. Le château est entièrement réaménagé par le marquis Louis de Thomassin de Peynier : décors de gypseries dans les salons,réaménagement des jardins avec un portail monumental daté de 1769 .
      1. A l’intérieur, escalier monumental, plafond à la française dans le grand salon, cheminées en marbres…
    5. 1933. L’Archevêché d’Aix rachète le château à la famille élargie des Thomassin de Peynier.
    6. Le château accueille une école d’enseignement privé avec internat.
  • Belles maisons à balcons.
  • Ruelles avec passage couvert.
  • Nombreux pigeonniers de grande taille.
    1. Pigeonnier le Ferrage
      1. Derrière le jeu de boules.
      2. Cité au 16e s.
      3. Propriété des seigneurs, il faisait partie du domaine du château.
      4. Seul pigeonnier de tout le sud-est de la France à avoir été bâti sur quatre piliers.

 

 

Monuments chrétiens de Peynier

 

 

  • Eglise Saint-Julien.
    1. 12e s. Style Romano-Gothique.
    2. L’église était intégrée aux remparts du château primitif.
    3. Clocher original arrondi et muni d’un beau campanile.
  • Chapelle Saint-Pierre-aux-Liens.
    1. Au nord du village, à proximité du cimetière.
    2. 1098. Présence de la chapelle attestée.
    3. 1111. Date gravée sur la porte occidentale.
    4. 12e s. Reconstruction.
    5. Classée Monument Historique.
    6. Magnifique construction romane.
    7. La chapelle est conservée avec soin dans un très bel environnement naturel.
    8. Puissants contreforts récents.
    9. Chevet arrondi.
    10. Clocheton arcade.
    11. Génoise sur trois rangées de briquettes plates sur un appareil régulier.
    12. Belles proportions qui signe un style roman de transition vers un style gothique subtil. Faut-il y voir des techniques qui ont influencé la construction de Notre-Dame-du-Lac au Thor, dans le Vaucluse ?
  • Domaine de Branguier.
    1. Chemin de croix, composé de 14 stations oratoires.
    2. Point de départ au pied de la chapelle Notre-Dame-de-Branguier.
  • Plusieurs oratoires isolés dans la campagne.

 

 

Célébrités liées à Peynier

 

 

  • Delpuech (Vincent). Port-de-Bouc (13), 5 avril 1888 Marseille, 9 mars 1966. Journaliste. Homme politique.
    1. Maire de Peynier. Sénateur.
  • Thomassin de Peinier (Antoine de ). Aix-en-Provence, 27 septembre 1731Arance, 11 octobre 1809. Marin. Homme politique.
    1. Guerre de Succession d’Autriche.
    2. Guerre de Sept Ans.
    3. 17781781. Chef d’escadre pendant la Guerre d’indépendance des États-Unis.
    4. 1787. Commandant de la flotte de Brest.
    5. 17891790. Gouverneur de Saint-Domingue.
  • Thomassin de Peinier (Louis de). 17051794.
    1. Marquis de Peynier.
    2. Conseiller puis Président à mortier au Parlement de Provence.
    3. 17631771 et 17801785. Intendant à la Martinique.
    4. 17751780. Intendant à la Guadeloupe.

 

 

 

 

 

 

 

Mots Clés : , , , , ,
.