Buoux. Le village et son église. © Verlinden.

 

 

Accueil Provence 7

Buoux à visiter (84)


 

 

 

 

 

 

  • La commune est au cœur du Parc Naturel régional du Luberon.
    1. Voir articles Territoire du LuberonVilles et Villages du Luberon.
  • Le territoire est, pour l’essentiel, constitué d’une véritable forteresse naturelle avec un éperon escarpé, détaché du plateau des Claparèdes.
  • C’est tout naturellement au sommet de cette plate-forme qu’a été construit le célèbre fort de Buoux.
  • Le village actuel d’une petite centaine d’habitants est positionné au pied de la falaise, dans la vallée agricole.Connue pour ses fromages de chèvre, c’est surtout pour ses activités sportives que Buoux est maintenant connue.
    1. L’escalade, avec un spot remarquable.
    2. La randonnée.
    3. Le cyclisme sous toutes ses formes…
  • Code postal. 84480.
  • Habitants. Buouxiens, Buouxiennes.
  • Superficie. 17,54 km2.
  • Altitude. Minimum 253 m – Maximum 902 m.
  • Population. 88 habitants (2014).
  • Coordonnées et CarteN 43° 49′ 55″   E   5° 22′ 42″.  Cliquer sur le lien pour voir la carte de la commune.

 

 

Situation de Buoux (84)


 

 

 

Communes limitrophes ou proches de Buoux

 

 

Accès à Buoux

 

  • RD  113. Connue comme Val des Loubes, elle traverse le territoire communal en venant d’Apt et en direction de Bonnieux.
  • RD 222. La route traverse la partie nord en direction de Saignon.

 

Distances depuis Buoux

 

 

 

La Nature à Buoux 


 

 

 

Entrée de Village. Parc Naturel Régional du Luberon © Verlinden.

 

 

 

Production agricole

 

 

Escalade

 

  • La Falaise de molasse est l’un des sites d’escalade les plus réputés de France.

 

Promenade / Randonnées

 

  • La visite du fort est particulièrement appréciée, notamment avec la vue panoramique et la visite des vestiges.
  • La viste exige cependant de la prudence, voire un accompagnement, notamment pour les enfants et les personnes peu habituées.

 

 

Histoire de Buoux


 

 

Préhistoire

 

  •  Paléolithique moyen (Moustérien). L’occupation du vallon de l’Aiguebrun par l’homme remonte au Paléolithique moyen..
    1. Fouilles de la  Baume des Peyrards.
    2. Vaste abri, long d’une quarantaine de mètres et profond en moyenne de 4 à 5 mètres.
    3. Refuge idéal pour les Néandertaliens comme halte de chasse et comme habitat permanent.
    4. Fouilles menées par d’éminents chercheurs :
      1. 1808 le naturaliste avignonnais Esprit Requien.
      2. 1865 Jules de Terris.
      3. 1866 et 1867 Émile Arnaud.
      4. 1884 Louis Jullian.
      5. 1900 Franck Moulin.
      6. 1902 et 1910 Marc Deydier et Frédéric Lazard.
      7. 1955  Henry de Lumley
    5. Très important matériel mis au jour  : outils en silex, restes de faune incluant le bouquetin, le cheval, l’aurochs, le cerf, le chevreuil, la marmotte, le lapin, le sanglier, l’ours brun et le loup… Restes humains néandertaliens (dents d’adultes, jeunes et enfant).
    6. Conjugués avec les apports de la sédimentologie, ces vestiges permettent de suivre l’évolution du climat sur une période allant de la fin de la glaciation de Riss jusqu’à la fin du Würm ancien.

 

Antiquité

 

  •  À l’époque pré-romaine, le site a pu être un refuge de la tribu des Albici.

Du Moyen-Âge à la Révolution française

 

  • v. le 9e s.  Un premier village se crée à Saint-Germain, sous le fort actuel. Il disparaît peut-être vers le milieu du Moyen-Âge  pour des raisons inconnues.
  • Après 1125 et au 13e s. La seigneurie de Buoux appartient aux Pontevès  rattachés aux seigneurs d’Apt.
  • 12 e s. Le castrum de La Roche d’Espeil  est créé dans un territoire vierge d’occupation humaine.
  • 12e s. – 15e s. L’abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon possède un prieuré, au lieu-dit la Vieille-Église.
  • 15e s. Les seigneurs successifs font appel à des Vaudois puis à des Piémontais afin de repeupler et d’exploiter la région. Leur foi est tolérée.
  • 1540. Par l’édit de Mérindol, François Ier ordonne la persécution des Vaudois. Le fort de Buoux devient alors leur lieu de résistance pour les Vaudois jusqu’à son démantèlement sous Louis XIV.
  • 1660. Louis XIV fait détruire les fortifications du village.

 

Epoque contemporaine

 

  • 1946. 67 habitants.
  • 2013. 103 habitants.

 

 

Monuments et bâtiments remarquables de Buoux


 

 

 Fort de Buoux © simon gurney – Fotolia.com

 

 

  • Château (dit des seigneurs) de Buoux.
    1. Pas de visites, site réservé à l’accueil scolaire.
  • Vallon de l’Aiguebrun et chemin des Salyens.
  • Fort de Buoux.
    1. Vestiges datés du 11e s. Il est certainement plus ancien encore comme le laissent penser les vestiges des greniers souterrains.
    2. 1240. L’histoire du Fort, du village et des Pontevès devient commune.
    3. 1660. Fort détruit sous Louis XIV.

 

 

Monuments chrétiens de Buoux


 

 

  • Eglise Sainte-Marie.
    1. Au centre du village.
    2. Style roman.
    3. Abandonnée au 17e s.
    4. 18e s. Reconstruction.
    5. Rare autel du 6e s. provenant de la chapelle primitive située au pied de l’escalier du fort.
    6. Abside semi-circulaire voûtée en cul-de-four.
    7. Clocher-arcade reproduisant le précédent presque à l’identique.
  • Prieuré Saint-Symphorien de Buoux.
    1. 12 e s. Style roman.
    2. Le Prieuré ne se visite pas.

 

 

Chapelle Ste-Marie © Pictures News – Fotolia.com

 

 

  • Chapelle Sainte-Marie-des-Buolis.
    1. Jolie chapelle avec un bel appareil de pierres.
    2. Située dans le cimetière. A proximité du plateau.
    3. 11e s. Style roman avec abside.
  • Ancien prieuré de Notre-Dame-de-Clairmont.
    1. Sur le plateau.

 

Célébrités liées à Buoux


 

 

  • Louis Puech. Ancien prieur de Buoux, s’est rendu célèbre par ses chants de Noël traditionnels.

 

 

 

 

 

 

 

Mots Clés : , , ,
.