Histoire de la notion de Handicap (Monde, France, Provence)


Handicaps en Provence © Clément Thériez – Pixabay.com

 

Accueil Provence 7

Histoire de la notion de Handicap (Monde, France, Provence)


 

  • Les handicaps en Provence s’inscrivent dans un cadre international et dans un cadre national qui doivent être rendus clairs.

 

Définition du Handicap en général


 

  • 2011. Rapport mondial présentant le handicap comme une notion « complexe, évolutive, multidimensionnelle et controversée ».
  • 2015. L’OMS (Organisation Mondiale pour la Santé) :
    1.  Phénomène complexe qui découle de l’interaction entre les caractéristiques corporelles d’une personne et les caractéristiques de la société où elle vit. Pour surmonter les difficultés auxquelles les personnes handicapées sont confrontées, des interventions destinées à lever les obstacles environnementaux et sociaux sont nécessaires.
  • Plusieurs théories existent pour définir le handicap.

 

2 Grands modèles du Handicap mis à jour par l’Histoire


 

Modèle Médical et Caritatif
  • Le handicap est considéré comme un problème individuel.
    1. Le handicap est  un état de santé physique ou psychique bien distinct de la maladie.

 

Modèle Social et  Environnemental
  • En réaction contre l’approche centrée sur l’individu, ce modèle met en avant les interactions entre une personne et son milieu (social, politique, naturel…).
  • L’accent est mis sur les facteurs d’égalisation.

 

Handicaps et Antiquité


 

Mésopotamie
  • 2800 av. J.-C. Tablette parlant de monstres par défaut, par excès ou de doubles.

 

Grèce 
  • Le dieu Héphaïstos, fils de Zeus et d’Héra, est présenté sous les traits d’un forgeron boiteux.
    1. Son handicap est provoqué par sa laideur puisque sa mère Héra le jette, à la naissance, en bas de l’Olympe.
  • Œdipe a un pied difforme.
    1. Né d’une alliance impossible, son père – roi de Thèbes –  l’expose. Il est chassé pour le malheur de la Cité.

 

Spartiates
  • Le nouveau-né difforme est exposé au pied du Mont Tégétus.
    1. La difformité était considérée comme conséquence de la colère des dieux.

 

Grecs
  • Aristote et Platon envisagent l’élimination des enfants qui naissent mutilés, ou aveugles ou sourds.

 

Romains
  • Le sort de la personne handicapée dépend de son atteinte.
    1. Une maladie sans incidence physique est distinguée de la difformité.
    2. Handicap physique et handicap mental sont bien distingués.
      1. Les enfants difformes sont emmenés hors de la ville et exposés (on les laisse mourir). Ils sont laissés au bon vouloir des dieux.
      2. Les parents disposent du libre-arbitre sur le devenir de l’enfant qu’ils décident de garder ou de rejeter.
        1. L’enfant gardé était élevé à bout de bras.
        2. L’enfant rejeté immédiatement était laissé aux ordures où il mourrait.
          1. Les parents avaient 8 jours pour éliminer l’enfant.
          2. Passé ce délais, l’enfant non reconnu était pris en charge par l’Etat dans une institution.
    3. 7e s. La pratique de l’exposition des enfants est interdite par la loi romaine.

 

Religion hebraïque
  • L’individu souffrant d’une infirmité est interdit de s’approcher des lieux de culte.
  • Le handicap est considéré comme une impureté.

 

Nouveau Testament
  • L’invalidité n’est pas considérée comme une souillure du corps.
  • L’infirme est réintégré à l’Ordre du Sacré par le lien de Fraternité.
  • L’invalidité est regardée comme une présence possible du divin.
  • Le principe de Charité est à l’origine de l’intégration de l’infirme.

 

Handicap et Moyen-Age


 

  • La notion de handicap est assimilée à la catégorie des indigents (pauvres, vagabonds).
  • Certaines personnes dont les bossus, les fous et les nains ont droit à une plus grande liberté avec un statut particulier.

 

Handicap du 16s s. au 19e s.


 

 

Louis XIV provoque une rupture à Paris et à Marseille (Vieille Charité) © Verlinden.

 

  • Dans le prolongement du Moyen-Age, indifférenciation des notions de handicap, d’invalidité et de marginalité.
  • A la fin de la période, les société européennes voient une rupture se produire avec les domaines des sciences, notamment Médecine et Biologie.
  • 17e s. Des inventions politiques se font en France et en Provence notamment à l’initiative de Louis XIV.
    1. 1670. Création de l’Hôtel des Invalides, à Paris.
    2. 17e s. – 18e s. Hôpital Général à Paris. Voulu par la société secrète catholique appelée Compagnie du Saint-Sacrement sous le règne de Louis XIII.
    3. 16711745. La Vieille Charité à Marseille.
    4. Il serait limitatif et faux de ne voir dans ces lieux que des sites privatifs de liberté et de contrôle du vagabondage.
    5. La vision qui préside à ces établissements et leur construction témoignent d’une grande modernité avec la recherche de solutions adaptées à des besoins clairement identifiés.
  • Les avancées de la Médecine sur les mécanismes de l’Hérédité stigmatisent davantage les parents considéras comme responsables des problèmes.
  • Le handicap commence à exister comme un objet favorisant la vie des personnes handicapées.
    1. L’abbé de l’Épée étudie les malentendant et les sourds,
    2. Denis Diderot se consacre aux aveugles.
      1. Des opérations chirurgicales permettent alors de rendre la vue à certains aveugles de naissance.
  • Par ailleurs, certains deviennent malheureusement de véritables curiosités de foire, pratique d’exhibition autant pour le milieu médical que pour le grand public.
  • Autre évolution certaine mais prenant une forme négative : l’influence de la médecine commence à justifier rationnellement les regroupements ou la mise à l’écart des personnes dit anormales.
  • Seconde moitié du 19e s. Handicapés profonds isolés à l’asile.
    1. Notion de redressement moral.
    2. Eloignement à la campagne.
      1. Travail agricole dans des colonies annexes de l’hôpital.
  • Fin 19e s. Influence du mouvement eugéniste sur la législation notamment aux Etats-Unis pionniers en la matière.
    1. Programme officiel de stérilisations contraintes d’abord les retardés mentaux et personnes sujettes à des troubles psychiques.
    2. Certains États visaient aussi les sourds, les aveugles, les épileptiques et les victimes de malformations congénitales.

 

Handicap au 20e s.


 

  • Les grandes avancées se multiplient sur tous les sujets avec une arborescence nouvelle incluant de nouvelles dimensions sociologiques, sociales, psychologiques, politiques, environnementales, internationales, juridiques…

 

  • 1898. Loi sur les accidents du travail mettant à la charge de l’employeur une assurance permettant le versement d’une indemnisation au titre des infirmités acquises dans le cadre du travail.
  • 2ème partie du
  • 20e s. Evolution et prise en charge du handicap léger.
    1. Test Binet-Simon.
    2. Classes de perfectionnement.
  • 1918. La terrible guerre de 1914 – 1918 laisse de graves séquelles : le nombre et la gravité des handicaps sont exceptionnels.
    1. Le terme d‘infirme est remplacé par celui d’invalide, jugé moins dévalorisant.
  • Avant 1945. Entre 2 guerres. L’Eugénisme a une influence majeure dans tous les pays développés, à commencer par le Japon avec la stérilisation des handicapés mentaux et physiques.
    1. 1928. Suisse.
    2. 1929. Danemark.
    3. 1934. Norvège et Allemagne.
    4. 1935. Finlande et Suède.
    5. 1937. Estonie.
    6. Sur l’initiative de Winston Churchill, le Royaume-Uni met en place une clause instaurant la stérilisation contrainte dans le Mental Deficiency Act de 1913.
  • 1940. L’Allemagne en gage le projet Aktion T4, une campagne systématique en vue d’éliminer les handicapés mentaux et physiques.
    1. France. Mort de 40 000 malades et handicapés mentaux du fait que « ces bouches inutiles » ne sont plus nourries.
  • 1945Années 1970. Le handicap reste une simple nosographie (classification méthodique des maladies).
    1. 1975. 9 décembre. Adoption par l’Assemblée générale des Nations Unies d’une déclaration des droits des personnes handicapées.
  • Années 1980. Une vision plus sociétale et moins médicale se développe.
    1. Attention particulière sur la non discrimination de droits intellectuels, moraux ou juridiques dont les personnes handicapées sont privées.
    2. L’objectif est de lutter contre ces discriminations et d’intégrer (ou d’inclure) davantage dans la société tous ceux qui ont un handicap.
      1. L’accessibilité des personnes handicapées dans les espaces publics est l’un des exemples souvent proposés.

 

Handicap au 21e s. L’ère des solutions pratiques se développe


 

  • Le 21 e s. poursuit et enrichit les poussées et ouvertures du 20 e s.
    1. 2014. 30 mai.  Signature et la ratification de la Convention relative aux droits des personnes handicapées.
      1. 158 pays la signet. 147 pays la ratifient, dont la France ainsi que l’Union Européenne..
      2. Son objet est  de « promouvoir, protéger et assurer » la dignité, l’égalité devant la loi, les droits humains et les libertés fondamentales des personnes avec des handicaps en tous genres.
  • La question du vieillissement et, plus précisément celui du vieillissement des personnes handicapées, se pose à l’échelle du Monde.
  • Le fait le plus frappant est certainement celui des nouvelles technologies qui apportent des solutions et des ouvertures fulgurantes.

 

Déplacements et mouvements © Makeitsomarketing / RAEny – Pixabay.com

 

Sports et Hautes performances © Superdirk / Pexels – Pixabay.com

 

Déplacements et loisirs © Fotolia.com / anitabutler -Pixabay.com

 

Des solutions technologiques à  très haute portée
  • Les tendances mises en place se prolongent et s’améliorent.
  • Le fait nouveau vient de milliers de solutions appliquées qui s’adressent à toutes les formes de handicap.
    1. Les esprits chagrins ou critiques diront qu’elles sont coûteuses.
      1. Toutes ne sont pas coûteuses, certaines sont même très économiques.
      2. Les coûts baissent avec les productions à plus grande échelle et sous l’effet de la concurrence.
      3. L’analyse des coûts ne saurait se limiter au coût d’achat du matériel mais à la totalité d’un process.

 

© Sabinevanerp – Pixabay.com.

 

  • Sans être exhaustif, il est possible de distinguer plusieurs lignes de force.
    1. Améliorations des déplacements.
    2. Améliorations des communications et télécommunications avec des parents, amis, conseils, soignants
    3. Amélioration des facteurs de santé, réduction des accidents, rétablissement après un accident…
    4. Amélioration dans les loisirs : sports, arts, création, accès aux productions visuelles et sonores, expression par la musique, la peinture, la danse…
    5. Baisse des facteurs de risques et d’accidents.
    6. Meilleure sécurité des personnes et des biens.
    7. Rapidité de mise en place de solutions.
    8. Création de réseaux d’échanges d’expériences partagées.

 

© Fotolia.com

 

    1. Le Développement Durable offre notamment de nouvelles solutions.
      1. Meilleurs respect de l’environnement.
      2. Ressources énergétiques naturelles.
      3. Habitat plus durable, mieux protégé des aléas du climat…
    2. La santé, la médecine, la chirurgie… ouvrent chaque jour de nouvelles avancées au services des handicaps.
    3. La fin des années de consommation gâchis…

 

Articles liés à Handicaps en Provence


 

  • Cliquer sur une image-lien pour afficher l’article correspondant.

 

Translate »