Epices sur les marchés de Provence. ©  Rosamund Parkinson – Fotolia.com.

 

 

Accueil Provence 7

Safran en Provence


 

 

 

 

 

 

 

  • Ingrédient clé de la Bouillabaisse, ce qui serait suffisant pour le qualifier de « hautement provençal », le safran a bien d’autres liens avec la Provence depuis le crocus, la fleur à l’origine du safran, à d’autres dimensions de l’art culinaire, au secteur médical, à la parfumerie…
  • Le safran est très présent dans les cultures méditerranéennes qu’elles soient italiennes, espagnoles, grecques, marocaines…
  • Le safran a acquis une forte valeur symbolique dans les religions et les mythologies.
  • Le safran du Ventoux relance la production dans le Vaucluse (Le Barroux). Chambre et table d’hôte.
  • Terre de Safran.
    1. Les Esparets. Roquevaire / Lascours. 13360. Production de safran certifiée Bio. Celine Ceccaldi. Visites de la safranière.
  • 200 fleurs = 1 g de safran.

 

 

Safran et crocus, l’Or Rouge


 

 

Crocus-2_GP_Fotolia_1665587

Crocus © adrian sumner – Fotolia.com

 

  • Le safran est extrait de la fleur du Crocus sativus L.

 

  

© alejandradew – hodihu –  Pixaday 

 

  • Le safran s’obtient par déshydratation des trois stigmates rouges de la fleur mauve.
  • Le safran est surnommé « Or Rouge« . C’est l’épice la plus coûteuse du Monde.

 

 

Safran et cuisine


 

Crocus_Fotolia_36508407

 

Crocus et stigmates rouges © viperagp – Fotolia.com

 

 

  • Le safran est provençal par ses recettes culinaires.
  • Le safran est méditerranéen par les liens qu’il tisse avec les cuisines espagnoles, italiennes, marocaines…
  • Le safran s’inscrit profondément dans les usages culinaires indiens, iraniens et de l’Asie Centrale.

Safran et cuisine provençale

 

 

Bouillabaisse-Fotolia_84881

Bouillabaisse © alain wacquier – Fotolia.com

 

  • Le safran entre dans la composition de la Bouillabaisse, la « soupe » de poissons épicée Ô combien marseillaise !

Safran et cuisine italienne

 

  • Les échanges culinaires entre l’Italie et la Provence sont aussi vieux que la cuisine.
  • Le safran, dans son usage culinaire post-médiéval, aurait été apporté par la France à l’Italie au travers du célèbre Risotto alla Milanese que l’on relie au couronnement de Napoléon Roi d’Italie en 1805.

Safran et cuisine espagnole

 

 

Paella-1_Fotolia_7312912

Paëlla en Provence © Rosamund Parkinson – Fotolia.com.

 

  • Entre l’Espagne et la Provence, les échanges sont permanents.
    1. Deux plats traditionnels, la Paella Valenciana et la Zarzuela, à base de poissons, font un large usage de safran.
      1. Ces deux plats sont largement diffusés en Provence, notamment la paella qui devient presque un plat provençal depuis une trentaine d’années…

Safran et cuisine nord-africaine

 

  • L’arrivée massive de Pieds-Noirs en Provence dans les années 1960, les flux migratoires et la fréquence des voyages de vacances en Afrique du Nord au départ de  la Provence ont fait entrer la cuisine nord-africaine, notamment marocaine, dans les habitudes des Provençaux.
  • Tajines, keftas (boulettes de viande et tomate), mrouzia,  à base de mouton et d’agneau, chenmoula (mélange d’herbes utilisé pour agrémenter de nombreux plats marocains) utilisent tous du safran dans leur composition.

Des influences indiennes, iraniennes…

 

  • Ouverte sur le Monde, la cuisine en Provence reçoit des influences de cuisines faisant largement intervenir le safran dans leurs préparations.
  • La cuisine indienne, de plus en plus présente en Provence, utilise largement le safran comme le biryanis (plat à base de riz), le lassi (boisson à base de yaourt), les bonbons à base de lait…

Du safran partout…

 

  • Le safran est présent dans une variété quasi illimitée de produits alimentaires :
    1. Boissons alcoolisées : Chartreuse, Gin, Izarra, Strega
    2. Confiseries.
    3. Boulangerie et pâtisserie : Cuchaule suisse (brioche)….

 

 

Safran et parfum


 

 

  • Les dieux Grecs font un large usage du safran.
    1. Les dieux se servent du safran, notamment pour colorer les tissus de leurs vêtements, un peu à l’image du clergé bouddhiste actuel.
    2. Jupiter prend l’image d’un taureau à l’haleine de safran pour séduire Europa.
    3. La légende dit que sur tous les lieux où s’aiment Junon et Jupiter, la semence se répand sur le sol en donnant naissance à un crocus de safran.
  • Les Romains font usage du safran pour rafraîchir l’air de leurs théâtres, un peu à la façon dont les Chrétiens utilisent l’encens dans les églises.
  • Les propriétés aromatiques du safran peuvent servir à personnaliser un vin (couleur) ou à parfumer une huile.
    1. Il existe une huile aromatique sous le nom de crocinum qui sert à parfumer les cheveux.

 

 

Safran et médecine


 

 

  • Les Anciens sont réputés soigner de nombreux maux avec le safran :
    1. Affections sanguines, aménorrhée, asthme, cancers, dysménorrhée, flatulences, goutte, hypoxie
    2. Indigestions, infections respiratoires, insomnie.
    3. Maladies cardiaques, maux d’estomac, paralysie, problèmes oculaires, rhume, toux, variole
  • La science semble confirmer des résultats probants en matière de propriétés anticancéreuses.
  • Des fonctions d’antioxydant (agent anti-vieillissement) seraient également prouvées.
  • A noter cependant que le safran est létal à dose élevée.

 

 

Histoire du safran


 

 

  • Origine probable au Moyen-Orient.
  • Le crocus aurait été cultivé au Cachemire.
  • 2700 av. J.-C. L’empereur chinois Chen Nong cite les propriétés médicales du safran dans un traité savant.
  • 2700 – 1200 av. J.-C.  Une fresque de la civilisation minoenne qui se développe sur l’île de Crète et celle de Santorin au sud de la Grèce  fait apparaître des crocus à safran avec des fleurs blanches probablement un Crocus cartwrightianus. Sachant que les cultivateurs cherchent à sélectionner des spécimens possédant les plus longues stigmates, il est probable qu’une espèce mutante soit alors apparue pour aboutir à notre Crocus Sativus mauve actuel.
  • 1550 av. J.-C. Le safran fait partie des 500 substances répertoriées dans le papyrus égyptien d’Ebers.
  • 7 s av. J.-C. Un document botanique assyrien, rédigé sous Assurbanipal, répertorie le safran.
  • 1er s. Le savant romain Pline l’Ancien recense les propriétés thérapeutiques du safran.
  • 11e s. Début probable de la culture du crocus en France avec les premières Croisades.
    1. Le Comtat Venaissin et l’Albigeois semblent être les terroirs pionniers avant que le crocus ne gagne le Gâtinais (départements du Loiret, de la Seine-et-Marne, de l’Essonne  et de l’Yonne ) sa terre d’élection au 13 e s.
  • 14e – 19e s. Cinq siècles de culture du crocus dans le Vaucluse où l’on observe deux méthodes pour sécher le safran :
    1. En Avignon, le safran est séché au soleil, méthode orientale.
    2. A Orange et à Carpentras, le safran est séché au brasero, à l’espagnole.

    Les rongeurs et les gelées seraient les causes de sa disparition du crocus dans Le Vaucluse.

  • Années 1990. Le Safran du Ventoux reprend la culture du crocus pour le safran.

 

 

 

Sites experts Safran


 

 

  • Safran du Ventoux
    1. www.safran-du-ventoux-en-provence.com
  • L’Aube Safran
    1. Maison d’Hôtes et Tables d’Hôtes.
    2. 450 Chemin du patifiage – 84330 Le Barroux
    3. Tél/fax 04 90 62 66 91 – 0612 17 96 94

 

 

Livre lié au Safran


 

 

Le-Safran

2000Le SafranPierre Aucante. Editions Actes Sud.

 

 

 

 

Mots Clés : , , , ,
.