Provence 7

Métiers de la dorure en Provence

 

  • L’une des techniques les plus anciennes et les plus prestigieuses de l’Humanité.
  • La dorure consiste à recouvrir d’or des objets afin de les rehausser.
  • Il peut s’agir d’objets d’art, de culte et même d’objet courant de la vie quotidienne.
  • Les objets peuvent être de toutes tailles, d’un petit bijou au dôme d’un monument.
  • La matière dorée peut être en bois, en métal ou en pierre.
  • Le recouvrement de ces objets à l’aide d’une feuille d’or très mince permet notamment de ne pas boucher et occulter les détails de l’oeuvre à recouvrir.
  • La Provence est à la pointe de ces techniques. Elle le doit à son histoire, – grecque, romaine, chrétienne, royale, républicaine – mais aussi à la place que l’art et le luxe ont occupée. Le présent et l’avenir sont certainement solides avec la part des rénovations et l’exceptionnelle qualité de l’art de vivre qui distingue la Provence dans le Monde.

 

Dorure à la feuille

 

  • Technique de dorure la plus ancienne.
  • Vaste champ d’applications.
  1. Sur bois : encadrements de miroirs et de tableaux.
  2. Sur fer forgé.
  3. Pour des plaques de commémoration…
  • Les bases de la technique de dorure à la feuille:
  1. Une feuille d’or très mince est obtenue par martelage délicat. Elle est rendue possible par les propriétés de l’or qui est un métal très ductile (capacité du métal à se déformer sans se rompre).
  2. A l’aide d’une « palette » (pinceau large), la feuille d’or est saisie en profitant de l’électricité statique du métal.
  3. La feuille d’or est délicatement déposée sur la surface à dorer. L’adhésion peut être rendue plus facile par une préparation de la surface à dorer avec du blanc d’œuf.
  4. La finalisation passe par le lustrage.
  5. La technique dite dorure à la française inclut un polissage avec une pierre d’agate.

 

Dorure au mercure ou « or moulu »

 

  • Technique fournissant une dorure de grande qualité avec une excellente durabilité.
  • Elle est de moins en moins utilisée compte-tenu de sa toxicité dangereuse pour l’artisan et dommageable pour l’environnement.
  • Elle est limitée à des objets de petite taille compte-tenu des manipulations qu’elle nécessite : bijoux, objets décoratifs…
  • Elle réclame des objets supportant l’épreuve du feu : principalement des bronzes (art, ameublement…).
  • Les bases de la technique de dorure au mercure :
  1. Appliquer sur le produit parfaitement décapé aux acides un amalgame liquide à base de mercure.
  2. L’objet est chauffé ce qui permet au mercure de s’évaporer (les vapeurs de mercure sont extrêmement toxiques). L’or épouse alors les moindres détails de l’objet.
  3. La couche d’or est ensuite écrasée dans les pores de l’objet à l’aide d’un brunissoir, outil constitué d’une pierre dure (agate, hématite) emmanchée.
  4. L’étape de finition vise à rehausser ou à modifier le ton de la dorure.

 

Dorure par déplétion, par enlèvement ou par décapage

 

  • Technique ancienne connue des civilisations précolombiennes d’Amérique centrale.
  • Elle est utilisée sur des alliages d’or : électrum, shakudõ, tumbaga (civilisations précolombiennes).
  • Les bases de la technique par enlèvement :
  1. L’objet est attaqué par de l’acide qui retire tous les métaux composant l’alliage à l’exception de l’or.

 

Dorure galvanique

 

  • Technique la plus moderne et la plus utilisée. La régularité de la dorure obtenue est remarquable mais l’éclat est un peu mat et a tendance à ternir plus vite.
  • 19e s. L’orfèvre Christofle maîtrise cette technique pour laquelle il se fait connaître en réalisant la dorure de la la statue de la Vierge Marie qui couronne Notre-Dame-de-la-Garde, à Marseille.
  • Le principe est celui de la pile électrique : deux électrodes métalliques sont immergées dans un bain de sel. En faisant passer du courant, des molécules métalliques passent de l’anode (électrode positive) vers la cathode (électrode négative).
  • Les bases de la technique de dorure galvanique :
  1. S’il n’est pas, l’objet est rendu conducteur à l’aide de poussière de plomb (plombagine).
  2. Il est ensuite immergé dans un bain conducteur et sert de cathode.
  3. L’anode est constituée d’inox ou de platine.

 

Dorure chimique

 

  • Le principe de base de ces procédés s’appuie sur le fait que des sels d’or se décomposent au contact de certains métaux (cuivre, bronze, laiton, maillechort) en laissant une mince couche d’or métal.
  1. La plupart de ces techniques sont très dangereuses puisqu’elle impliquent l’utilisation de cyanure, poison très violent.
  2. Il existe un procédé non toxique à partir d’un sel d’or potassique.

 

Dorure sur bois

 

Elle consiste à appliquer des feuilles de métal (or, argent, cuivre,palladium) sur du bois.

Entrent dans cette approche deux techniques principales :

  • Dorure à l’eau.
  • Dorure à la mixtion.

 

Mots Clés : , ,
.