Survivalisme en Provence


© CCedric – Flickr.com

 

Accueil Provence 7

Survivalisme en Provence : histoire, applications


 

Stage de Survie © TimeOnTarget – Flickr.com

 

Bases du Survivalisme


 

Le Survivalisme ne nait pas dans l’esprit d’illuminés, il a de profondes bases sociales, politiques, humaines…© © Peter H / Pixabay.com

 

Le survivalisme désigne les activités de personnes ou groupes de personnes anticipant une catastrophe possible ou probable à une échelle purement locale ou plus étendue et prenant des mesures d’anticipation et de préparation pour y faire face.

  • Types de catastrophes.
    1. Catastrophes naturelles : incendie, inondation, séisme, ouragan, cyclone, tornade, éruption, catastrophe écologique…
    2. Crises sanitaires : épidémie…
    3. Crise industrielle majeure  : centrale thermique, hydraulique, nucléaire, usine, équipement majeur de transport terrestre (routier, ferroviaire…), maritime ou aérien …
    4. Crises économiques pouvant aller jusqu’à un effondrement de société ou de civilisation.
    5. Crises politiques internes ou externes : révolution, coup d’Etat, guerre urbaine, révolution, invasion, guerre civile ou militaire., guerre nucléaire.
    6. Invasion d’extraterrestres…
  • Types de préparations.
    1. Transformations de l’habitat et des transports.
    2. Techniques de survie.
    3. Rudiments de soins médicaux.
    4. Abris de toutes sortes.
    5. Adaptation aux circonstances et aux dégâts.
    6. Communications.
    7. Moyens de protection et de défense des personnes et des biens…

 

Histoire 


 

  • Le survivalisme est parfois lié à des croyances religieuses diverse dans le Monde.
    1. Les pays protestants l’eschatologie est très présente sont préoccupés par la notion de fin du Monde.
  • Années 1960, émergence aux Etats-Unis dans le contexte de guerre froide USA-URSS et des risques nucléaires.
  • Les évolutions récentes, parfois qualifiées de néosurvivalisme, concernent plus les risques du système économique global et la volonté de vivre en plus grande osmose avec la nature.

 

Les pionniers du survivalisme

  • 1902. L’officier de marine Georges Hébert crée un mouvement qui porte son nom l’Hébertisme.
    1. L’officier coordonne le sauvetage de 700 personnes victimes d’une éruption volcanique.
    2. Très affecté, Hébert développe une activité physique permettant d‘Être fort pour être utile, utile aux autres et par extension à soi-même.
    3. L’hébertisme se définit avant tout comme une méthode d’éducation physique complète, naturelle et utilitaire.
  • 1956. Le livre « How to stay alive in the woods » de Bradford Angier publié en 1962 est un précurseur plusieurs fois réédité.

Le tournant des années 60 aux Etats-Unis

  • La Guerre froide entre les USA et l’URSS prend un tour majeur avec l’affaire des missiles de Cuba (octobre 1962), le développement du nucléaire et les progrès très rapides des l’astronautique, la Guerre des Etoiles….
  • Les premiers signes de l’inflation et les dévaluations locales dans le Monde inquiètent l’opinion mondiale.
  • Le cinéma, surtout américain met en scène des catastrophes (guerres, naufrages, incendies, séismes…) qui frappent les esprits.
  • 1967. L’architecte, Don Stephens popularise l’idée d’un nécessaire de survie

Années 70 – Début des années 2000 dans le Monde

  • 1973. Début de la Crise Pétrolière.
  • Les catastrophes industrielles se multiplient.
  • Le nucléaire confirme les risques.
  • Les moyens de transports de plus en plus géants sont plus faibles mais leurs accidents ont des conséquences immenses.
    1. Des infrastructures géantes sont conçues pour les construire et pour les accueillir (ports, aéroports…)
  • Les catastrophes naturelles affectent des populations plus nombreuses.
  • La surpopulation et la sur consommation ont des effets dramatiques.
  • Le modèle Low Probability / Faible Probabilité – High Impact / Impact Fort prend forme et inquiète de plus en plus.

Années 2020 

  • Décembre 1999. Tempêtes en Europe
  • Mythe du bogue de l’An 2000.
  • 2001. 11 septembre Attentats aux Etats-Unis.
  • 2004. Séisme dans l’Océan Indien.
  • 20072009. Crise financière.
  • 2010. Tempête Xynthia.
  • 20202021. Des incendies majeurs, des phénomènes orageux d’une violence inouïe, des inondations… affectent le Provence.
  • Les violences urbaines se multiplient et se manifestent par des violences d’une ampleur nouvelle.
  • Des lieux de « non droit » se multiplient dans les Cités…
  • La crise sanitaire du Corona Virus, les guerres à haute intensité affectant et menaçant les pays les plus développés, la multiplication des insécurités urbaines, les flambées de violence autour d’événements politiques et économiques mais de plus en plus autour de manifestations culturelles et sportives ne font plus passer les survivalistes pour des illuminés, des pessimistes voire des fous ou des visionnaires… mais comme des personnes responsables et prévoyantes.
  • Les problèmes sont là : plus nombreux et plus graves, les solutions ne sont pas en place…
  • La planète violentée par des agressions de la Nature « semble répondre » par des catastrophes naturelles résultant de séismes, inondations, incendies, déséquilibres, sur-exploitations…
  • La confiance dans les élites, gouvernants, experts, médias… est largement remise en question ce qui démultiplie les angoisses.

 

Evolutions des réflexions et des intellectuels / savants


 

  • Années 1960.
    1. Le livre du conseiller financier Howard RuffFamine et survie en Amérique, diffuse l’information que différents métaux précieux, parmi lesquels  l’or, avaient plus de valeur et devaient être favorisés dans le cas d’un imminent effondrement économique.
  • Les premiers livres de survie commencent à apparaître.
    1. Kurt Saxon  décrit les méthodes des pionniers du 19e s. Cet auteur serait le premier à utiliser le terme survivalist qu’il dit avoir inventé.
    2. 19771982. Mel Tappan est l’auteur de la « Personal Survival Letter ».
    3. 1980. Bruce D. Clayton publie le livre livre Life After Doomsday: A Survivalist Guide to Nuclear War and Other Major Disasters (1980).
    4. Années 1980, L’auteur et commentateur politique de tendance libertarien John Pugsley publie La Stratégie Alpha (Alpha Strategy: The Ultimate Plan of Financial Self-Defense for the Small Investor.), un best-seller qui est considéré comme une référence par de nombreux survivalistes américains.
  • Le mot prepper développé aux Etats-Unis, est un diminutif de prepping-se préparer et désigne des survivalistes voulant prendre quelque distance avec ceux qu’ils jugent plus individualistes, plus sectaires ou extrémistes.

 

Circonstances du survivalisme


 

Il est possible de classer les événements à l’origine de situations de survie.

  • Les événements qui touchent personnellement un individu.
    1. Accident de la Route.
    2. Accident domestique.
    3. Incendie du domicile.
    4. Cambriolage.
    5. Agression physique.
    6. Une situation d’isolement dans la Nature pour des raisons climatiques, accidentelles…
  • Les événements locaux, concernant une zone limitée par suite du mauvais temps, de troubles sociaux, de phénomènes isolés ou reliés par des facteurs additifs, multiplicateurs ou de simples hasards……
    1. Coupure d’électricité, de gaz ou d’eau.
    2. Rupture des circuits d’approvisionnement en nourriture, en médicaments….
    3. Rupture des communications, des circuits financiers….
    4. Rupture des services publics : interruption des services de Sécurité (police, pompiers, armées, prisons…), des services de santé, des services sociaux, des services de télécommunications, de transports, d’écoles, de Justice…
    5. Catastrophes naturelles  : tornades et ouragans, tremblements de terre, blizzards, inondations, éruption volcanique, tsunamis…).
    6. Catastrophes industrielles : accident nucléaire, rupture de barrage.
  • Les événements de dimension régionale, nationale, internationale ou mondiale.
    1. Catastrophe économique.
    2. Catastrophe naturelle mondiale : Réchauffement climatique. pandémie…
    3. Guerres (nucléaire, biologique, chimique…), et conflits humains (guérilla, terrorisme, guerre civile…).
    4. Désordre(s) majeur(s) lié(s): : pénurie en eau potable, manque d’aliments sains, d’énergie et de médicaments, dissolution de l’ordre social, développement de conflits autour des ressources restantes…

 

Préparatifs au Survivalisme


 

© narcoto – Flickr.com

Objectifs du Survivalisme © © Jean-Paul Citaos – Flickr.com

 

  • Création ou préparation d’un lieu de retraite défendable ou/et clandestin.
    1. Refuge pour l’habitat.
    2. Stockage de l’eau et équipement de purification de l’eau.
    3. Stockage de nourriture non périssable.
    4. Vêtements et couvertures.
    5. Semences.
    6. Eléments de chauffage.
    7. Armes de défense ou de chasse avec des munitions et une aptitude à s’en servir.
    8. Matériel agricole.
    9. Fournitures médicales.
  • Au-delà de ce 1er site, il convient de penser à une Base Autonome Durable (BAD) :
    1. Réserve et approvisionnement en eau potable, en énergie, en nourriture, en soins, en défense, en relations humaines, en informations, distractions…
    2. La surface doit permettre de cultiver des produits agricoles et d’élever des animaux et de la volaille.
    3. Prévoir des évacuations : sorties, ordures, excréments, urines…
  • La notion de Sac d’évacuation (BOB, Bug Out Bag) ou sac d’esquive (GOOD, Get Out Of Dodge) avec des produits de nécessité.
  • Savoir-Faire de base pouvant être acquis lors de stages.
    1. Compétence de survie et d’Autosuffisance.
      1. Maîtrise du feu, des nœuds….Production d’énergie (solaire, éolienne…).
    2. Préparation de Kit de Survie.
      1. Sac d’évacuation, trousse de secours…).
    3. Stratégie financière d’urgence : lingots d’or, d’argent, de cuivre…
    4. Communication entrante et sortante.

 

Survivalisme en France et en Provence


 

© Uwe Mücke – Pixabay.com

 

La Provence

  • Tout au long de l’histoire, la Provence a été plutôt préservée des risques majeurs (guerres, épidémies…) sans toutefois y échapper.
    1. Des périodes de guerre et d’occupation (la pire étant certainement l’occupation sarrasine pendant les années 800 et 1000).
    2. Les épidémies de Peste et de choléra.
  • Le Monde moderne expose la Provence à des risques nouveaux.
    1. Les risques « industriels » depuis Napoléon 1er et les conséquences du blocus continental imposé par les Anglais.
    2. Le 20e s. et le 21 e s. exposent la Provence à de nombreux risques nouveaux et surtout à des conséquences plus graves.
      1. Nouveaux risques industriels liés aux énergies notamment (nucléaire, hydraulique, transports de Gaz et de Pétrole…).
      2. Les risques naturels pourraient avoir des conséquences plus graves compte-tenu de la concentration accrue de population, d’agents toxiques…
      3. Historiquement à l’écart des grands conflits et protégée par la Mer Méditerranée, la Provence est maintenant confrontée aux questions de l’Afrique et du Proche-Orient avec des échanges très intenses de matières premières, de marchandises, de sources d’énergie, de cables d’informations… et des flux migratoires très importants.
        1. Si la France du quart Nord-Est a concentré pendant des siècles les ressources militaires, la Provence en a maintenant pris le relais qu’il s’agisse des Armées de Terre, Armée de l’Air et de l’Espace ou de la Marine Nationale.
        2. La concentration d’armes nucléaires y est aussi importante.
  • La Provence offre cependant bien des atouts aux survivalistes en raison de son climat (température, ensoleillement…), de sa Nature (eau, forêts..), de ses ressources locales, de ses territoires à faible densité de l’habitat, de son ouverture sur la mer…
  • Du point de vue humain, les survivalistes disposent en Provence de nombreux atouts :
    1. Des populations en contact avec la Nature : habitat, sport, culture…
    2. Des mélanges de population en quête de Nature :
      1. Populations françaises issues de la décolonisation.
      2. Besoins et attentes des populations venues du Nord.
      3. Importance des métiers et des activités liés à la Nature (Armées, Sport, Agriculture,,,,) et à la Santé.
      4. Apport de populations venues de l‘Ile de Corse, des autres régions voisines de France, d’Espagne et d’Italie notamment.
  • Politiquement, le Survivalisme concerne l’Extrême Droite comme les Ecologistes.. et de plus en plus de Français et de Provençaux avec d’autres convictions.
    1. « Ma philosophie est le survivalisme, car la vie est un combat, un match permanent contre l’adversité, avec plus ou moins de chance. […] Il ne nous reste plus beaucoup de temps. L’humanité elle-même pourrait parfaitement disparaître, notamment à la suite d’un conflit nucléaire. J’essaie d’ailleurs de convaincre mes compatriotes qu’il faut se donner un mois de survie avec un sac de riz, quelques boîtes de conserve et de l’eau. Car il est probable qu’à un moment donné on se retrouve en rupture d’approvisionnement. En cas de troubles graves, le supermarché ne tiendra pas vingt-quatre heures. Il sera pillé et incendié. Imaginons que le système de distribution d’eau soit attaqué et cesse de fonctionner. Seuls ceux qui auront pensé à mettre quelques bouteilles d’eau de côté survivront. Encore que l’eau ne soit pas totalement indispensable… si on a du vin. » Jean-Marie Le Pen, entretien avec Michel Eltchaninoff pour Dans la tête de Marine Le Pen, 2017.

 

Livres et Magazines liés au Survivalisme


 

  • Survivre. Magazine mensuel Survivalisme.
  • Guide du Survivalisme. Magazine Hors Série Jardin et Potager.

 

2921. Livre Audio. Le Grand Guide de Survie. Andrew Bramstone. Editions Bu¨romu¨sli

2021. Les indispensables savoir-faire du survivalisme. Denis Tribaudeau. Editions Vagnon du Plaisancier.

2019. L’Autosuffisance. John Seymour. Editions Marabout.

 

Le Survivalisme dans la Culture


 

Littérature et Survivalisme

  • 1943. Ravage. René Barjavel.
  • 1949. La Terre demeure. George R. Stewart.
  • 1951. Le Jour des Triffides. John Wyndham.
  • 1963. Le Mur invisible. Marlen Haushofer.
  • 1966. Soleil vert. Harry Harrison. Ouvrage d’exception adapté au cinéma.
  • 1972. Malevil. Robert Merle.
  • 1973. Les Survivants. Paul Piers Read.
  • 1976. L’Autoroute sauvage. Gilles Thomas.
  • 1996. Voyage au bout de la solitude. Jon Krakauer.
  • 2006. La Route. Cormac McCarthy.
  • 2007. La Théorie des dominos. Alex Scarrow.
  • 2011. Vicilisation – La Chute. Chris Antone.
  • 2012. Black-out : demain il sera trop tard. Marc Elsberg.
  • 2020. Skyroad. Romain Orsini.

Cinéma

  • 1973. Soleil vert. Richard Fleischer.
  • 1981. Malevil. Christian de Chalonge.
  • 1984. Threads. Mick Jackson.
  • 1993. Les Survivants. Frank Marshall.
  • 1998. Deep Impact. Mimi Leder.
  • 2006. Into the Wild. Sean Penn.
  • 2007. Je suis une légende. Francis Lawrence.
  • 2009. La Route. John Hillcoat.
  • 2011. Take Shelter. Jeff Nichols.
  • 2012. The Divide. Xavier Gens.
  • 2013. The Day. Douglas Aarniokoski.
  • 2014. Les Combattants. Thomas Caillet.
  • 2016. 10 Cloverfield Lane. Dan Trachtenberg.
  • 2016. Captain Fantastic. Matt Ross.
  • 2020. Love and Monsters. Michael Matthews.

Télévision

Documentaires et jeux télévisés

  • Koh-Lanta.
  • Le Survivant.
  • Dual Survival.
  • Seul face à la nature (Man vs. Wild).
  • Alone, les survivants.
  • The Island

Séries télévisées

  • 2008. Survivors, Série de Adrian Hodges.
  • 2010. The Walking Dead. Série de Frank Darabont et Robert Kirkman.
  • 2012. Revolution. Série de Eric Kripke.
  • 2014. Z Nation. Série de Karl Schaefer et Craig Engler.
  • 2015. Fear the Walking Dead. Série de Robert Kirkman et Dave Erickson.

Bande dessinée

  • 19761989. Série Simon du Fleuve de Claude Auclair.

 

Articles liés à Survivalisme en Provence


 

  • Cliquer sur une image-lien pour afficher l’article correspondant.

 

      

Translate »