Premiers contreforts du massif de l’Estaque et viaduc de Corbière © 412.

 

 

Provence 7

L’Estaque quartier-village de Marseille

 

 

 

 

 

  • Guide de la visite du quartier de L’Estaque, à Marseille : situation, nature, histoire, monuments, célébrités, bonnes adresses, vie pratique.

 

 

 

 

 

Quartier L’Estaque

 

 

  • Un quartier aux contrastes multiples et violents résultats d’une histoire mouvementée.
    1. Le beau et le laid.
    2. Le luxe et la misère.
    3. La mer et la terre sèche.
  • Ses habitants sont les Estaquéens.
  • Origine du nom Estaque.
    1. Le mot occitan estaca ou estaco, selon la graphie mistralienne, signifie lien, attache.
    2. Par extension, il s’applique à un appontement avec des pieux fichés directement dans le sol ou dans l’eau et le fond de mer.
  • Population de l’Estaque.
    1. 2007. 6 093 habitants.
    2. 2012. 6 391 habitants.
  • L’Estaque rassemble plusieurs hameaux.
    1. Estaque-Plage. Le long du littoral, sur la partie basse anciennement habitée par des pêcheurs.
    2. Estaque-Gare. Le hameau se développe au 19e s. autour de la gare ferroviaire.
    3. La Nerthe. Dans les collines, habité au Moyen-Âge, abandonné et réoccupé  au 19e s. (usine de chaux) et au 20e s.
    4. Le Marinier. Dans des vallons au milieu du massif de la Nerthe. Il prend son nom avec le chemin du Marinier. Développements initiaux au 19e s.
    5. Corbières. Le long du littoral nord : plages et friches industrielles.

 

 

Situation du quartier l’Estaque

Marseille 13016

 

 

  • L’Estaque se situe à l’extrémité nord-ouest de la ville de Marseille dans le 16ème arrondissement..

 

 

Quartiers limitrophes de l’Estaque

 

 

Communes limitrophes de L’Estaque

 

 

Accès  au quartier l’Estaque

 

  • RD 568 qui suit le littoral vers la commune du Rove, au nord, et vers le centre-ville de Marseille et l’autoroute A55, au sud.
  • Lignes de bus de la RTM : 35, 36, 95 et 96.
  • Voie ferrée desservies par le TER Provence-Alpes-Côte-d’Azur avec les lignes Marseille – Avignon, par Rognac, et Marseille – Miramas, par la Côte Bleue.
    1. Beau Viaduc de Corbière au nord.
  • Navette maritime vers le Vieux-Port de Marseille, de mars à octobre.
  •  Ports.
    1. Port de l’Estaque au nord des bassins du port de Marseille.
      1. Formes de radoub.
      2. Port de plaisance d’environ 1500 places. Gestion par l’ancien syndicat de pêcheurs professionnels « Les Pescadous de l’Estaque », la CAM, la SNE, la SNEM.
      3. Grand port maritime équipé d’un slipway et de grues.
      4. Quai des pêcheurs accessible au public.
    2. Cale de mise à l’eau en libre accès : quai de la Lave.
    3. Port de plaisance de Corbière.
  • Coordonnées. N  43°21’36.7″  E   5°19’02.4″. Cliquer sur le lien texte pour afficher le plan du quartier.

 

L’Estaque dans le 16ème Arrondissement de Marseille

 

  • L’Estaque se situe dans Marseille 16ème.
  • Code postal. 13016.
  • Le 16ème arrondissement se situe dans le 8ème secteur de Marseille.
  • Le 16ème arrondissement est composé de 4 quartiers.
    1. L’Estaque.
    2. Les Riaux.
    3. Saint-André.
    4. Saint-Henri.
  •  Ces 4 quartiers représentent une superficie totale de 16,30 km2.

 

 

La Nature à l’Estaque

 

 

  • La nature ressort blessée par les années d’industries suivies de la brutale désindustrialisation.
  • La nature est forte, elle repart sur ses atouts : la mer, la lumière, les ressources adaptatives de la végétation méditerranéenne.

 

 

Reliefs,  sol

 

  • Littoral qui amorce la Côte Bleue.
  • Plaine littorale dans le prolongement du bassin de Séon.
  • Piémont de collines calcaires qui constituent les contreforts de la chaîne de l’Estaque aussi connue comme chaîne de la Nerthe.

 

 Rivières, eau

 

  • Ruisseau du Marinier canalisé et en partie recouvert.
  • Plusieurs petits ruisseaux saisonniers descendent des collines.
  • Les puits et sources sont, pour la plupart taris ou contaminés.

 

Forêt, arbres, végétation

 

  • Les garrigues sont dominantes.
  • L’industrie et les incendies du 20e s ont détruit les massifs arborés de pins d’Alep.
  • La végétation reprend vie à partir de ses espèces méditerranéennes.
    1. Arbustes : argelàs, chênes kermès, genévriers, romarins…
    2. Plantes herbacées : crocus, orchidée de Provence, thym…
  • La faune reste rare.

 

 

Histoire de l’Estaque

 

 

Préhistoire et antiquité

 

  • 17 000 av. J.-C.  – 10 000 av. J.-C. Occupation humaine attestée au Magdalénien.
    1. Silex taillés (lames, grattoirs), ossements d’animaux (bouquetins, loup, lynx, ours), collier en coquillages perforés mis à jour par des archéologues, notamment Max Escalon de Fonton.
    2. Activités de cueillette et de chasse.
  • Néolithique.
    1. Des grottes situées à environ 60 m d’altitude, détruites depuis les années 1940, fournissent des vestiges montrant une activité d’agriculture et d’élevage.
  • Mésolitique : 10 000 av. J.-C.2 300 av. J.-C.
    1. Dans la grotte Crispine (quartier Les Riaux) : un très grand foyer, des galets perforés, des poteries en terre noire, des petits grattoirs et des excréments fossiles de canidés.
  • 6 000 av. J.-C. Céramique décorée et sépulture d’un adolescent en position repliée.
  • Antiquité gréco-romaine.
    1. Les textes grecs et romains nous laissent penser que la côte de l’Estaque a probablement été un lieu d’embarquement pour les vins de la vallée de Séon qui sont réputés.
    2. Des vestiges de cuves à vins témoignent de la présence de ferme(s) gallo-romaine(s).

 

Du Moyen-Âge à la Révolution française

 

  • Les sources d’informations avant le 13e s. sont insuffisantes.
  • 1294. 30 novembre. 1ère mention de L’Estaque dans les archives de la Cathédrale La Major.
    1. Le hameau fait alors partie du territoire des Pennes.
    2. La Nerthe est rattachée au territoire de Marseille, d’après un acte de 1278.
  • 16e s. L’Estaque appartient au domaine de Séon, propriété des seigneurs Saumati / Sommati.
    1. La famille Puget est connue parmi les paysans.
    2. On y cultive la vigne (vins de Séon), le blé et les arbres fruitiers.
  • 1650. Le château Follet est la propriété d’aristocrates.
  • 1720. L’Estaque pourrait avoir échappé à l’épidémie de Peste partie de Marseille.
    1. Le port de l’Estaque aurait alors servi temporairement de port et de grenier à blé pour Marseille.
  • Révolution française. Les terres seigneuriales de l’Estaque sont rattachées à la commune de Marseille.
  • 17981790. La loi établit Séon / Saint-André comme chef-lieu de 2ème canton du 3ème District des Bouches-du-Rhône alors que l’Estaque n’est pas désignée.

 

Période moderne

 

  • 19e s. L’Estaque est un hameau éloigné de Marseille où cohabitent pêcheurs indépendants, fabricants de tuiles industrielles… avec une station balnéaire qui accueille les peintres, parmi les plus célèbres, qui s’inspirent de la Lumière pour inventer de nouvelles formes de leur art.
  • 1809. Création de la paroisse de l’Estaque qui marque son indépendance vis-à-vis de la paroisse de Séon Saint-Henri.
  • 1818. L’Estaque compte 318 habitants, en majorité des familles de pêcheurs.
  • 1819. Le cadastre mentionne le hameau de l’Estaque comme « quartier de l’Estaque« .
  • 1830. La conquête de l’Algérie s’accompagne de l’arrivée de population kabyle.
  • 18341849. Construction du Canal de Marseille.
  • 1848. Construction de la gare de l’Estaque sur la ligne L’Estaque – Marseille-Joliette, d’abord réservée au transport de marchandises.
  • 1851. Construction de l’église paroissiale.
  • Milieu 19e s. Echec de la tentative de créer une seule commune – sous le nom de Séon – avec les villages voisins de Saint-Henri et Saint-André.
  • 18701920. De nombreux artistes, peintres et écrivains, fréquentent l’Estaque.
  • 1872. La population passe à 1287 habitants. Les immigrés italiens et espagnols sont nombreux.
  • 1875. Construction de la route du littoral.
  • 1885. Construction du chemin de La Lave.
  • Fin 19e s. – Début 20e s. Développement industriel.
    1. Création de nombreuses briqueries et tuileries.
    2. Implantations d’entreprises des secteurs de la réparation navale, de la chimie et des mines.
  • 1904. Ouverture de la voie de chemin de fer L’Estaque – Miramas.
  • 19111927. Construction du tunnel du Rove.
  • 1915. Construction du viaduc de Corbière.
  • 1931. Explosion démographique avec une population de 13 536 habitants.
  • Les années 1940 bouleversent l’économie industrielle et posent des problèmes d’urbanisme entraînant des problèmes sociaux.
  •  Années 1960. Le Centre d’Etudes Marines Avancées (CEMA) du commandant Jacques Cousteau installe une base sous-marine à L’Estaque avec son Centre hyperbare.
    1. Le site se consacre ensuite à la recherche scientifique et à la conception de petits sous-marins civils affectés notamment à l’exploration océanographique et à l’exploitation pétrolière.
    2. La Compagnie Maritime d’Expertises / COMEX et la CNEXO (devenu IFREMER) sont deux opérateurs de réputation mondiale.
  • Années 1970. La société Intersub s’installe dans le quartier Château Bovis.
    1. L’entreprise se spécialise dans le travail sous-marins pour l’exploitation pétrolière.
  • 2009. Le Département des Recherches Archéologiques Subaquatiques et Sous-Marines / DRASSM du Ministère de la Culture s’installe en bordure de l’Espace Mistral.
  • Depuis quelques années, l’Estaque implante une zone résidentielle et économique sur un fond d’ambiance villageoise que les cinéastes René Allio et Robert Guédiguian décrivent avec réalisme.

 

 

Monuments et bâtiments remarquables de l’Estaque

 

 

  • Ancienne caserne des douaniers.
    1. Moitié du 18e s. Construction de l’un des plus anciens bâtiments de L’Estaque-Plage.
    2. Le bâtiment accueille la Maison des Associations.
  • Bâtiment du DRASSM.
    1. Direction des Recherches Archéologiques Sub-Aquatiques et Sous-Marines.
    2. 2009. Ouverture.
  • Château Fallet.
    1. 17e s. Construction d’une bastide.
    2. 20e s. Transformation en hôtel de luxe puis en résidence privée, son statut actuel.
  • Ruines du château de la Nerthe, dit château de l’Air.
    1. Vestiges d’une ancienne ferme médiévale fortifiée.
    2. Les ruines se situent dans le hameau de La Nerthe.
  • Collège de L’Estaque.
    1. 348 Rue Rabelais. 13016.
    2. 1999. Ouverture.
    3. Architectes. J. Fradin. JM. Weck.
    4. Architecture en noir et blanc.
    5. Contraste visuel du béton blanc et de l’amphithéâtre cylindrique paré de bois.
  • Ferme Turc.
    1. A La Nerthe.
    2. C’est la seule exploitation agricole encore bien conservée.
    3. 1819. L’existence de l’exploitation est attestée.
    4. 1914. Reconstruction.
  • Gare de l’Estaque.
    1. Avenue de la Gare. 13016.
    2. 1915. Ouverture de l’ouvrage commandé par la compagnie PLM.
    3. L’intérêt se trouve dans les éléments annexes.
      1. Auvents.
      2. Pavillons d’attente en brique à motifs de tapisserie.  Toiture monopente.
      3. Cages des escaliers avec des structures métalliques, encore visibles, et des vitrage disparus.
    4. Dans La Gare Hallucinée, René Char écrit « L’Estaque secrète écoute la gare s’éveiller telle que les divins un matin l’ont surprise« .
  • Musée Monticelli.
    1. Dans un ancien fortin militaire construit en 1861, au lieu-dit Corbières.
    2. 2010. Ouverture du musée.
    3. Le musée présente la collection privée du collectionneur Marc Stammegna consacrée à l’artiste peintre marseillais Adolphe Monticelli (18241886).
  • Villa La Palestine.
    1. 120 Plage de L’Estaque. 13016.
    2. Maison bourgeoise de style néo-mauresque.
    3. 1902. Construction d’une « folie » ouverte en 1905.
    4. Entrepreneur Olive.
    5. Propriété privée  inscrite aux Monuments Historiques.
    6. Au début du 20e s. L’orientalisme est à la mode. Le commanditaire à l’Exposition Internationale de 1900 aurait été inspiré par une maquette.
    7. Le style final fait des emprunts au Liberty marseillais, inspiré de l’Art Nouveau.
      1. Tour minaret en terrasse et arches outrepassées.
      2. Merlons en ananas.
      3. Couleur blanche dominante rehaussé des éclats de couleur vives de la brique et de la céramique.
      4. Colonnes fines surmontées d’un chapiteau à simple corbeille.
      5. Véranda dotée de vitrages colorés.

 

 

Monuments chrétiens de l’Estaque

 

 

  • Eglise Saint-Pierre-ès-Liens.
    1. 6 rue Jumelles  et place Malleterre. 13016.
    2. Consacrée à l’apôtre Pierre, l’église se nomme en provençal San Peiro l’Estaco.
    3. 1809. La paroisse de l’Estaque marque son indépendance vis-à-vis de la paroisse de Séon Saint-Henri.
    4. 1851. Construction sur les plans de l’architecte Sixte Rey.
    5. Façade en briques apparentes.
    6. 1863. Construction du clocher avec une cloche fondue à Marseille par l’atelier Toussaint Maurel.
  • Chapelle Notre-Dame de la Galline.
    1. Au-dessus de L’Estaque-Gare, dans le hameau de La Nerthe.
    2. A 8 km du centre villageois, par le chemin de la Nerthe.
    3. Origines très anciennes et légendaires.  Elle pourrait remonter à Lazare, possible 1er évêque de Marseille, ou à deux ermites du 4e s.
    4. 1042. Nouvelle consécration.
    5. 15e s. Une statue en bois coloré de style roman représente la Vierge et l’Enfant Jésus qui tient une galline (poule en provençal).
    6. 17e s. L’église est un lieu de dévotion populaire qui reçoit des ex-voto qui ont été conservés.
    7. 18e s. Agrandissement.
    8. 1854. L’ancienne église de La Nerthe et de L’Estaque est rattachée à la paroisse de L’Estaque.
    9. 1866. Le peintre Paul Guigou peint l’église.
    10. 1979 et 1985. Restauration.
    11. La Chapelle est un lieu de pèlerinage début septembre.

 

 

Organisation remarquable à l’Estaque

 

 

DRASSM

 

  • Direction des Recherches Archéologiques Sub-Aquatiques et Sous-Marines.
    1. Siège du DRASSM. Service du Ministère de la Culture.
    2. 1966. Création du Service du DRASSM par André Malraux.
    3. 2009. Le Drassm quitte ses locaux du Fort Saint Jean de Marseille pour s’installer à l’Estaque.
    4. Port d’attache du navire André Malraux.
      1. Navire français d’exploration archéologique.
      2. Navire lancé le 24 janvier 2012 à La Ciotat.
      3. Navire précurseur dans l’exploration des grands fonds marins, avec notamment l’emploi du robot Ocean One.
      4. Longueur : 36.30 m.
      5. Largeur : 8.85 m.
      6. Tonnage : moins de 300 tonnes.
      7. Vitesse maximale : 13 nœuds.
      8. Tirant d’eau : 2.90 m à pleine charge.
      9. Motorisation hybride (diesel-électrique).
      10. Positionnement dynamique (pump-jet et propulseur d’étrave).
      11. Portique et treuil de levage (7 tonnes).
      12. 800 m de câble électro-tracteur.
      13. Magnétomètre et sonar latéral.
      14. Système de communication satellitaire par fleet broad band.
      15. Pompe archéologique.

 

 

Célébrités liées à L’Estaque

 

 

L’Estaque Terre de peintres

 

Les grands peintres font de longs séjours à l’Estaque.

 

  • Georges Braque. 19061910.
  • Paul Cézanne. Visites depuis Aix-en-Provence.
  • André Derain. 1905.
  • Raoul Dufy. 1903 ?
  • Othon Friesz. 1907.
  • Albert Marquet19161918.
  • Auguste Renoir.
    • Le célèbre peintre désigne le paysage de L’Estaque comme « le plus beau du Monde ».

 

L’Estaque Terre de cinéstes

 

  • Guédiguian (Robert). Né à l’Estaque en 1953.

 

 

Films liés à l’Estaque

 

 

  • 1965. La Vieille Dame indigne. René Allio.
  • 1997. Marius et Jeannette. Robert Guédiguian.

 

 

 Livres liés à l’Estaque

 

 

  • 1883. La nouvelle Naïs Micoulin d’Émile Zola.
  •  La série de bande-dessinée Un conte de L’Estaque par Emmanuel Proust.
    1. Adaptations des films de Robert Guédiguian.
    2. 2006. Marius et Jeannette. Robert Guédiguian.  Sylvain Dorange. Jean-Louis Milesi.
    3. A l’Attaque.
    4. L’argent fait le bonheur.

 

 

Evènements, manifestations

 

 

  • Juin. Festival Estaqu’Arts.
    1. Mise en avant l’histoire des peintres à L’Estaque (18701914).
    2. Exposition des artistes locaux.
  • Début Septembre. La Fête de l’Estaque.
    1. 2-3 jours d’activités : animations de rues, bal, concert, feux d’artifice, joutes nautiques…

 

 

Traditions alimentaires

 

 

  • Chichis frégis. Variété de beignets saupoudrés de sucre avec une recette locale secrète.
  • Panisses.
  • Tranches de purée de pois-chiches frites.

 

 

Bonnes Adresses à l’Estaque

Marseille 13016

 

 

Loisirs à l’Estaque

 

  • Cercle de l’Aviron de Marseille.
  • Espace Mistral.
  • Gymnase Estaque Rabelais.
  • Jardin Sylvain Bettini.
  • Jeu de Boules Jardin Mallot.
  • Mini Foot le Pelletier.
  • Stade Vernazza Estaque. 

 

 

Vie pratique à L’Estaque

Marseille 13016

 

 

Administrations et Services publics de L’Estaque

 

  • Mairie.
  • Allo Mairie. 0810 813 813.
  • Samu. 15.
  • Pompiers. 18.
  • SOS Médecins. 04 91 52 91 52.
  • Commissariat de Marseille 16e arrondissement.
  • Office National des Forêts. 04 42 82 18 85.
  • RTM Info. 04 91 91 92 10.
  •  Sécurité Gaz. 04 91 08 08 08.
  • Sécurité Eau. 04 91 83 16 15.
  • Bureau de Poste.

 

Education à L’Estaque

 

  • Ecoles.
    1. Ecole maternelle Estaque Gare.
    2. Ecole maternelle Estaque Plage.
    3. Ecole maternelle Estaque Riaux.
    4. Ecole primaire Estaque Plage 1.
    5. Ecole primaire privée Saint Joseph.
    6. Ecole primaire Estaque Gare.
  • Collèges – Lycées.
    1. Section d’Enseignement Général et professionnel adapté du Collège Henri-Barnier.
    2. Section d’Enseignement Général et technologique du lycée professionnel de l’Estaque.
    3. Collège l’Estaque.
    4. Lycée professionnel l’Estaque.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mots Clés : , , , ,
.