Dassault Mirage III. © Tashen

 

 

Provence 7

Avions Militaires à réaction Français en Provence


 

 

 

 

 

  • Les avions de combat sont présents dans le ciel de Provence dans plusieurs circonstances.
    1. Attachement des escadrilles aux bases aériennes en Provence.
    2. Passages sur les bases aériennes de Provence lors d’exercices, de manifestations de prestige (défilés, anniversaires…) ou afin de se rendre sur des champs de bataille.
    3. L’Ecole de l’Air et la Patrouille de France ont une place particulière.
    4. Les essais de prototypes se font souvent en Provence, notamment à Istres Le Tubé.
    5. L’aéronautique navale avec la grande base de Toulon et le porte-avions Charles-de-Gaulle.

 

 

Alphajet

 

 

 

Etendard

 

  • Dassault Etendard. IVL et IVP.
  • France.
  • Chasseur embarqué monoplace.
  • Histoire de l’Etendard IV
    1. Conception à partir d’une demande de l’OTAN  d’un chasseur subsonique capable de voler à grande vitesse et d’utiliser des terrains sobrement aménagés.
    2. 1956. 23 juillet. 1er vol.
    3. 1964. Dernière livraison.
  • Caractéristiques de l’Etendard IV
    1. Longueur. 14,40 m.
    2. Envergure. 9,60 m.
    3. Moteur. 1 turboréacteur Snecma Atar 6B.
    4. Autonomie. 1.700 km.
    5. Vitesse. 1.083 km/h.
    6. Plafond. 15.000 m.
    7. Armement. 2 canons Defa de 30 mm de 150 coups chacun. 4 points d’attache sous les ailes pouvant accueillir une charge totale de 1.380 kg.
    8. Equipage. 1.
    9. Exemplaires produits.

 

 

Fouga Magister

 

  • Mistral Fouga Magister.
  • Versions CM-170. CM-170-2. CM-175.
  • France.
  • 1er avion à réaction d’entraînement de l’histoire.
  • Histoire du Fouga Magister.
    1.  1952. 23 juillet. 1er vol.
    2. 1956. Livraison à l’Ecole de l’Air de Salon-de-Provence.
    3. Appareil de la Patrouille de France auquel succède l’Alpha Jet.
    4. 1967. Dernière livraison.
  • Caractéristiques et performances du Fouga Magister.
    1. Longueur. 10,06 m.
    2. Envergure. 11,40 m.
    3. Empennage Papillon, à la fois dérive et stabilisateur.
    4. Moteurs. 2 turboréacteurs centrifuges Turboméca Marboré IIa puis 2 Marboré VIC.
    5. Autonomie. 1.250 km.
    6. Vitesse. 440 km/h.
    7. Plafond. 8.000 m.
    8. Equipage. 2.

 

 

Jaguar (Franco-Anglais)

 

 

 

Mirage III

 

  • Mirage III et Mirage 5
  • Dassault-Breguet Mirage III A, B, C
  • France.
  • Intercepteur mono ou biplace, chasseur d’appui tactique, d’entraînement ou de reconnaissance.
  • Symbole du chasseur moderne
  • Aile delta.
  • Plusieurs pays ont acheté des Mirage III : Israël, Afrique du Sud, Australie….
  • Histoire du Mirage III.
    1. 1955. 25 juin. 1er vol du prototype MD-550 Mirage-1.
    2. 1956. 17 novembre. 1er vol prototype Mirage III-001.
    3. 1958. 12 mai.1er vol Mirage IIIA de présérie.
    4. 1960. 9 octobre. 1er vol de Mirage IIIC de production.
  • Caractéristiques du Mirage III.
    1. Longueur. 15,50 m.
    2. Envergure. 8,22 m.
    3. Moteur. 1 turboréacteur Snecma Atar 8B ou Atar 3C avec postcombustion maximale.
    4. Autonomie. Jusqu’à 4.000 km (convoyage). 1.200 km en mission de combat avec bombes.
    5. Vitesse. 2.350 km/h.
    6. Plafond. 17.000 m.
    7. Armement. 2 canons Defa de 30 mm de 125 coups chacun. Trois points d’attaches extérieurs pour des missiles, bombres, réservoirs supplémentaires. 7 points sur le Mirage 5.
    8. Equipage. 1 ou 2.
    9. Exemplaires produits

 

 

Mirage IV

 

  • Dassault Mirage IV A. IV B. IV C.
  • France.
  • Bombardier stratégique biréacteur. 40 ans de carrière.
  • Porteur de « la bombe » et de la stratégie dissuasive française
  • 1er avion européen capable de voler continuellement à une vitesse de Mach 2.
  • 18 unités sont adaptées afin de porter un missile atomique.
  • Une beauté de la ligne et une perfection de l’aile delta.
  • Les dernières années de service sont consacrées à des missions de reconnaissance.
  • Histoire du Mirage IV.
    1. 195258. Etudes de la bombe A.
    2. 195558. Etudes de l’avion de représailles.
    3. 1959. 17 juin. 1er vol. 4 prototypes réalisés.
    4. 1963. 7 décembre. Mise en fabrication en série.
    5. 1963. Décembre. 1ère vol d’un avion de série.
    6. 1964. Mise en service opérationnelle.
    7. 1966. 10 mai-28 juillet. Opération Tamouré.
    8. 1974. 1ères missions de reconnaissance.
    9. 1974-1986. Opérations Tchad.
    10. 19811986. Transformation en Mirage IVP.
    11. 1995. 29 août-14 septembre. Opération Deliberate Force, en Bosnie.
    12. 19961998. Opération Condor, à Djibouti.
    13. 1999. 23 mars-10 juin. Opération Allied Force/ Trident, Kosovo, depuis Solenzara, en Corse.
    14. 20012002. Opération Héraclès, en Afghanistan.
    15. 2003. Opération Tarpan.
    16. 2005. 23 juin. Suppression du dernier Mirage IV en service.
  • Caractéristiques et performances du Mirage IV A
    1. Longueur. 23,49 avec perche de ravitaillement.
    2. Envergure. 11,84 m.
    3. Moteurs. 2 turboréacteurs à double flux SNECMA Atar 9k de 7.000 kp chacun.
    4. Autonomie. 1.240 km. 4.000 km avec réservoirs externes.
    5. Vitesse. 2.340 km/h (Mach 2,2).
    6. Plafond. 18.000 m.
    7. Armement. Bombe de 160 Kilotonnes ou 6,8 t de bombes conventionnelles.
    8. Bombes nucléaires AN-11, AN-21 ou AN-22.
    9. Nacelle de reconnaissance semi encastrée sous le fuselage.
    10. Missiles ASMP.
    11. Equipage. 1 pilote et 1 navigateur.
    12. Exemplaires produits. 62.
  • Le Mirage IV en Provence.
    1. 19741986. Opérations Tchad.
    2. 1974. Septembre. La 1ère action de reconnaissance a lieu  suite à l’enlèvement de Françoise Claustre. Les Mirage IV effectuent plusieurs missions à partir de la Base aérienne 125 Istres-Le Tubé. Elles durent environ 8 heures et nécessitent 5 ravitailleurs C-135 F en soutien.
    3. 2003. 21 février. Opération Tarpan. Deux Mirage IV portant le sigle « UN » sur la dérive et habillés en gris/vert ainsi que deux C-135FR s’envolent de la BA 125 d’Istres-Le Tubé pour l’Arabie Saoudite. Au cours de leurs missions, les Mirage IV photographient environ 110.000 km2.
    4. Le Mirage IVP n°55 (F-THCB) est exposé au Musée de l’Aviation de Montélimar.

 

 

Mirage 2000

 

  • Dassault-Bréguet Mirage 2000.
  • Super Mirage
  • Versions. 2000C pour l’interception. 2000B pour la version biplace. 2000N pour l’attaque nucléaire. 200D pour l’attaque conventionnelle. 2000-5 pour la dernière version avec radar amélioré.
  • France.
  • Chasseur-bombardier monoréacteur à ailes surbaissées en forme de delta.
  • Avion de combat de l’armée de l’Air française entre le Mirage F1 et le Rafale.
  • Extérieurement, le Mirage 2000 ne se distingue pas nettement de son prédécesseur, le Mirage III.
    1. En revanche, la technologie, notamment électronique, fait un saut considérable avec l’arrivée des Commandes De Vol Electriques (CDVE).
    2. Equipé d’une technologie « fly-to-wire » étendue, le Mirage 2000 facilite la tâche du pilote, augmente la maniabilité de l’appareil et renforce le contrôle pendant certaines phases de vol.
    3. La propulsion est sensiblement améliorée avec le réacteur Snecma M-53 avec postcombustion qui permet d’atteindre Mach 2,2.
  • Histoire du Mirage 2000
    1. 19721975. Cahier des charges et choix du Mirage 2000.
    2. 1978. 10 mars. 1er vol du Mirage 2000C.
    3. 1979. Commande de Mirage 2000N, version biplace, destiné à l’assaut nucléaire.
    4. 1980. 10 octobre. 1er vol du prototype de Mirage 2000B, biplace d’entraînement.
    5. 1982. 20 novembre. 1er vol d’un Mirage 2000 de série équipé du réacteur M53-5.
    6. 1983. Livraisons à l’Armée de l’Air des Mirage 2000 avec radar RDM (Radar Doppler Multimode).
    7. 1983. 3 février. Vol inaugural du Mirage 2000N.
    8. 1987. Livraisons de Mirage 2000 équipé de radar RDI (Radar Doppler à Impulsions) et du moteur M53-P2 de 9.700 kp.
    9. 1990 1991. Guerre du Golfe.
      1. 12 Mirage 2000RDI de la 5ème escadre de chasse d’Orange sont déployés pour des missions de supériorité aérienne, et la conduite de l’opération Alysse afin de protéger les populations du Sud de l’Irak.
    10. 19921995. Guerre de Bosnie. Perte d’un appareil mais le pilote et le navigateur sont indemnes et libérés.
    11. 1997. Nouvelle version Mirage 2000-5 Mk2 avec de nouvelles technologies : radar RDY (multi modes et multi cibles), ajout de 4 points d’emports MICA.
    12. 1999. Guerre du Kosovo.
    13. 2001. Guerre d’Afghanistan.
    14. 2002. 12 février. Le Mirage 2000B n°511/5-0R de la Base aérienne Orange Caritat s’écrase en bout de piste.
      1. Les deux membres d’équipage s’éjectent à temps.
      2. L’accident se produit à l’occasion d’un entraînement en vue d’une démonstration aérienne de voltige.
    15. 2010. Opération de sécurisation de l’espace aérien Air Baltique 2010.
    16. 2001. Opération Harmattan. Engagement de Mirage 2000D, 2000N et 2000-5F en Lybie.
    17. 2004. 9 juin. Accident au-dessus de la Méditerranée.
      1. Un Mirage 2000N de l’Escadron de chasse 2/4 La Fayette se casse lors d’un ravitaillement en vol.
      2. Après avoir dérouté l’avion au-dessus de la mer, l’équipage s’éjecte. L’appareil est perdu et les pilotes sont légèrement blessés.
    18. 2004. 23 août. Un Mirage 2000N de la Base aérienne 125 Istres-le-Tubé percute un ULM au-dessus de l’Auvergne.
      1. Les 2 occupants de l’Ulm sont tués.
    19. 2013. Opération Serval au Mali. 6 Mirage 2000D engagés.
  • Caractéristiques du Mirage 2000
    1. Longueur. 15,33 m.
    2. Envergure. 9,00 m.
    3. Moteur. 1réacteur SNECMA M53-5 de 9.000 kp.
    4. Autonomie. 1.500 km.
    5. Vitesse. 2.445 km/h.
    6. Plafond. 16.400 m.
    7. Armement. 2 mitrailleuses de 30 mm. Missiles. 6,3 t de bombes.
    8. Equipage. 1.
    9. La dernière version 2000-5 possède un radar multimodes permettant de suivre 24 cibles.
    10. Le Mirage 2000-5 dispose par ailleurs d’équipements de contre-mesures.
    11. Exemplaires produits. Total, toutes versions : 612. 601 appareils en série. 4 en pré-série. 7 prototypes.
  • Pays utilisateurs du Mirage 2000
    1. Brésil (12) – Egypte (20) – Emirats Arabes Unis (68) – France (314) – Grèce (65) – Pérou (12) – Qatar (12) – Taiwan (60).
  • Versions du Mirage 2000.
    1. Mirage 2000B. Biplace d’entraînement. Base aérienne d’Orange-Caritat.
    2. Mirage 2000C. Défense aérienne. Base aérienne d’Orange-Caritat.
    3. Mirage 2000-5. Prioritairement destiné à l’exportation.
    4. Mirage 2000-5F. Version du Mirage 2000-5 destiné à la France.
    5. Mirage 2000-5 Mk2. Version polyvalente.
    6. Mirage 2000-9. Version polyvalente.
    7. Mirage 2000N. Spécialisée dans la frappe nucléaire avec des missiles ASMP.
      1. Biplace avec un Navigateur Officier Système d’Armes (NOSA).
      2. Ils sont basés à Istres-Le-Tubé.
      3. Brouilleur électronique Caméléon.
      4. Leurres électromagnétiques et infrarouges Spirale.
      5. Détecteur d’alerte radar Serval.
    8. Mirage 2000D. Biplace air-sol d’assaut tout temps.
    9. Mirage 2000D Vi. En développement.

 

 

Mirage F1

 

  • Dassault-Breguet Mirage F-1.
  • France.
  • Avion de combat monoréacteur.
  • Le Mirage F1 est développé sur la base du Mirage III afin de gagner en autonomie et en maniabilité.
  • Avion de combat par excellence des forces aériennes françaises entre le Mirage III et le Mirage 2000.
  • Chasseur monoplace multirôles.
  • 1er avion ravitaillable en vol de l’Armée de l’Air.
  • Histoire du Mirage F1.
    1. 1966. 23 décembre. 1er vol.
  • Caractéristiques et performances du Mirage F1
    1. Longueur. 15,00 m.
    2. Envergure. 8,40 m.
    3. Moteur. 1 réacteur SNECMA Atar 9K 50 de 5.000 kp.
    4. Autonomie. 836 km.
    5. Vitesse. 2.355 km/h.
    6. Plafond. 20.000 m.
    7. Armement. 2 canons automatiques de 30 mm. 2 missiles jusqu’à 4 t de bombes à l’extérieur.
    8. Equipage. 1.
    9. Exemplaires produits

 

 

Mystère II

 

  • Dassault Mystère II.
  • France
  • Un Ouragan sans flèche.
  • Chasseur-bombardier monoplace réalisé par Dassault qui reprend son modèle Ouragan et lui met des ailes en flèches (30°).
  • Histoire du Mystère II.
    1. La carrière du Mystère IIC est courte puisqu’il est en quelque sorte la transition entre l’Ouragan et le Mystère IV.
    2. 1952. Avril et juin. 1ers essais en vol.
    3. 19521953. 8 nouveaux prototypes sont testés.
    4. 1952. 28 Octobre 1er avion français à passer le mur du son.
      1. L’exploit est réalisé par un pilote de l’USAF qui teste l’appareil.
    5. 1953. L’Armée de l’Air française commande 150 appareils. 24 autres sont destinés à Israël mais ils ne sont jamais livrés.
    6. 1954. Livraison des modèles de série.
  • Caractéristiques et performances du Mystère II.
    1. Longueur. 11,70 m.
    2. Envergure. 13,10 m.
    3. Moteur. Turboréacteur SNECMA Atar 101D3 de 3.000 kp.
    4. Autonomie. 1.200 km.
    5. Vitesse. 1.060 km/h.
    6. Plafond. 13.000 m.
    7. Armement. 2 canons Hispano 603 de 30 mm de 150 coups chacun.
    8. Equipage. 1.

 

 

Mystère IV

 

  • Dassault Mystère IV.
  • France.
  • Le 1er grand avion militaire français de l’après-guerre.
  • Chasseur bombardier monoplace biréacteur.
    1. Le Mystère IV ressemble au Mystère II dont il ne conserve finalement que quelques éléments.
  • Vecteur de la bombe atomique.
  • Histoire du Mystère IV.
    1. 1952. 28 septembre. 1er vol (MD-454-01).
    2. 1953. L’USAF commande 225 appareils. Le gouvernement français passe également une commande. L’Inde en commande 67 et Israël 50.
    3. 1954. Mystère IV mis en production
    4. 1955. Mai. Livraison des avions.
    5. 1958. Dernières livraisons.
  • Caractéristiques et performances du Mystère IV.
    1. Longueur. 12,9 m.
    2. Envergure. 11,1 m.
    3. Moteurs. 50 premiers. 2 Hispano-Suiza Tay 250A de 2.850 kp chacun. Modèles suivants, 2 Hispano Suiza Verdon 350 de 3.500 kp chacun.
    4. Autonomie. 1.320 km sans réservoirs supplémentaires.
    5. Vitesse. 1.120 km/h (Mach O,913).
    6. Plafond. 13.750 m.
    7. Armement. 2 canons DEFA 551 de 30 mm de 150 coups chacun. 4 râteliers sous les ailes pouvant accueillir des réservoirs supplémentaires ou 907 kg de bombes ou de roquettes.
    8. Equipage. 1.

 

 

Super Etendard 

 

  • Dassault-Breguet Super Etendard
  • Chasseur-bombardier monoplace, monoréacteur embarqué sur des porte-avions.
  • Engagé dans la guerre des Malouines du côté argentin, il coule 2 navires britanniques (dont la frégate Sheffield) avec des missiles Exocet.
  • Histoire du Super Etendard.
    1. 1978. Mise en service dans la Marine nationale.
  • Caractéristiques du Super Etendard.
    1. Longueur. 14,31 m.
    2. Envergure. 9,60 m.
    3. Moteur. 1 réacteur SNECMA Atar de 5.000 kp.
    4. Autonomie. 820 km.
    5. Vitesse maximale 1.200 km/h.
    6. Plafond. 13.700 m.
    7. Equipage. 1.
    8. Armement. 2 canons DEFA 552A de 30 mm.
    9. Jusqu’à 2,1 t de bombes ou des missiles Exocet.

 

 

Super Mystère B2

 

  1. Dassault Super Mystère B-2. SMB2.
  2. France.
  3. Chasseur bombardier monoplace.
  4. Le Super Mystère B2 est l’achèvement de la lignée de chasseurs conçus par Dassault depuis son Ouragan.
  5. 1er avion supersonique en palier de l’Armée de l’Air.
  6. 1er avion supersonique donnant lieu à une production massive en Europe de l’Ouest après la guerre.
  7. Histoire du Super Mystère B2.
    1. 1955. 2 mars 1er vol du Super-Mystère B-1.
    2. 1956. 15 mai. 1er vol du SBM-2 de pré-série.
    3. 1957. 26 février. 1er vol du SMB-2 de production.
    4. 1958. Mise en service.
    5. 1959. Octobre. Dernières livraisons du SMB-2.
  8. Caractéristiques du Super Mystère B2.
    1. Longueur. 14,13 m.
    2. Envergure. 10,52 m.
    3. Moteur. 1 SNECMA Atar 101 G3. Turboréacteur avec post-comnustion. Poussée avec PC 4400kgp.
    4. Vitesse. 1.220 km/h.
    5. Plafond. 14.800 m.
    6. Armement.
      1. 2 canons DEFA 552 de 30 mm.
      2. Bombes, roquettes, 2 missiles air-air.
    7. Exemplaires produits. 178.

 

 

Rafale

 

 

 

Vautour

 

  • SO-4050 Vautour
  • Versions.
    1. Vautour II A, monoplace d’attaque.
    2. Vautour IIB, bombardier biplace.
    3. Vautour II.
    4. Vautour IN, chasseur biplace de nuit et tous temps.
  • France
  • Biréacteur multirôle.
  • Une magnifique réussite industrielle française.
    1. Dans la France de l’après-guerre, la SNCASO nationalisée en 1951 réussit à produire cet avion audacieux qui est vendu à l’Armée de l’Air Française et à Israël.
      1. Sa fabrication met en œuvre des techniques avancées pour l’époque : collage métallique et emploi de matériaux de type nid d’abeille.
      2. Son train d’atterrissage est un train monotrace composé de deux diabolos en tandem sous le fuselage et de deux roulettes dans les nacelles des réacteurs.
      3. Malgré son allure massive, le Vautour est très manœuvrable et agréable à piloter.
  • Histoire du Vautour.
    1. 1952. 16 octobre. 1er vol.
    2. 1956. 30 avril. 1er vol du Vautour IIA de série.
    3. 1959. Dernière livraison.
    4. Les Vautour participent aux actions militaires en Algérie.
    5. 1967. Les Vautour sont pleinement engagés par Israël dans la Guerre des Six Jours.
      1. Six appareils sont abattus par la chasse et la DCA adverse.
    6. 1975. La France qui a engagé 10 Vautour lors des 8 campagnes d’essais nucléaires en Polynésie fait immerger 5 appareils, jugés les plus contaminés, 4 sont ferraillés et le dernier est exposé sur l’atoll de Hao.
  • Caractéristiques du Vautour.
    1. Longueur. 15,55-15,84 m.
    2. Envergure. 15,10 m
    3. Moteurs. 2 Snecma Atar 101E de 36 kN chacun.
    4. Autonomie. 3.200 km sans charge extérieure.
    5. Vitesse. 1.100 km/h.
    6. Plafond. 15.000 m.
    7. Armement. Charge interne de bombes jusqu’à 6 fois 340 kg plus charge externe de 1.814 kg. 4 canons de 30 mm.
    8. Equipage. 1 ou 2.
    9. Exemplaires produits. 140 dont 30 exportés à Israël.
  • Les Vautour en Provence.
    1. Les Vautour sont attachés à la base aérienne d’Orange (2/30 Normandie Niemen).
    2. Les Vautour font quelques passages à Istres et à Salon-de-Provence.

 

 

 

 

 

 

 

Mots Clés : , , , ,
.