Détails de Jeans sur toile Denim © lucielang – Fotolia.com.

 

 

Provence 7

Blue-Jeans en Provence


 

 

 

 

 

 

 

 

  • Les liens qui unissent la Provence et le blue-jeans sont nombreux.
  • Le blue-jeans se caractérise par plusieurs traits :
    1. Un pantalon et non une salopette.
    2. Des coutures.
    3. Une toile denim.
    4. Une coupe.
    5. Des rivets.

 

 

La Provence entre Gênes et Nîmes

les 2 pôles d’invention du Blue-Jeans

 

 

  • C’est à Gênes, à la frontière Est de la Provence, que commence vraiment l’histoire du Blue-Jeans.
    1. La République de Gênes est réputée pour sa toile de coton et de lin.
    2. Gênes exporte cette toile dans de nombreux pays, notamment en France et en Angleterre.
    3. Les marins et les ouvriers apprécient la toile de Gênes.
    4. Plus tard, Gênes importe la toile denim qu’elle teinte en bleu indigo. La teinte est connue comme le bleu de Gênes.
    5. Le mot Jeans serait né de la contraction de « de Gênes ».
  • C’est à Nîmes, à la frontière Ouest de la Provence, que naît la toile denim.
    1. Dans un premier temps, les tisserands de Nîmes, notamment la famille André, essaient, sans succès, de reproduire le tissu qu’ils importent de Gênes.
    2. Finalement, les nîmois inventent une toile de coton à armure de serge qui sera connue comme la toile denim, en référence à la ville de Nîmes.
    3. Cette toile résistante est appréciée des ouvriers et des mineurs.
    4. La toile denim est exportée à Gênes où elle est teintée en bleu indigo.
  • Le reste de l’histoire s’écrit aux USA avec Jacob Davis, tailleur à Reno dans le Nevada et Levi Strauss qui ont l’idée d’un pantalon plutôt que d’une salopette qu’ils destinent aux chercheurs d’or et aux bûcherons.
    1. Les attributs de Blue-Jeans se précisent : coupe très large, poche unique au dos, boutons et non bretelles, surpiqûres en lin orange assorti aux rivets de cuivre, poche à outil latérale…

 

 

La Camargue est liée au Jeans

 

 

  • Le blue-jeans n’est pas à proprement parlé un « vêtement traditionnel » de la Camargue mais il est en tout cas parfaitement chez lui en Camargue.
    1. Les origines nîmoises sont géographiquement proches de la Camargue.
    2. Gardians et Cow Boys sont cousins.
    3. La pratique des loisirs en Camargue (équitation, randonnée, musique…) et la fréquentation du pays par de très nombreux touristes favorisent le port jeans en Camargue.
    4. Le commerce de blue-jeans et de leurs produits dérivés se sont développés aux Saintes-Maries-de-la-Mer et à Arles.
  • La Camargue et le blue-jeans sont devenus à la mode dans les mêmes périodes de l’après-guerre, dans les années 50 et 60.

 

 

Histoires liées de la Provence et du jeans

 

 

Les premiers signes

 

  • Années 1920 – 1930. Le monde devient industriel, les productions à la chaîne se généralisent…
    1. Le jean est la tenue de l’ouvrier à la chaîne à l’image de Charlie Chaplin dans le film  Les Temps Modernes (1936).
    2. Avec le krach boursier de 1929, la salopette en jeans est celle de l’ouvrier face au chômage.
  • 1930. Jeans et cow-boy sont associés par Levi Strauss & Co dans leurs publicités.
  • 1935. La première mode du jeans apparaît aux USA.
    1. Une couverture du magazine de mode Vogue montre deux femmes portant des Levi’s, avec le slogan « True Western chic was invented by cowboys ».

 

 

L’après-guerre

 

  • 1945. En Europe, les jeans sont vendus en masse par les magasins de surplus américains.
  • Années 1950. Le cinéma et la publicité (Harley Davidson) développent l’image d’une génération rebelle : blousons noir, James Dean, Marlon Brando
    1. Ces images touchent l’Europe, la France et plus particulièrement la Provence liée aux vacances, au cinéma, à la musique jazz et rock, aux espaces de liberté…
    2. Chevauchées à motos ou à cheval sont l’occasion dans les films, comme dans la vie, de porter des jeans.

 

 

Les années 60 et 70

 

  • 1963. L’agence de publicité Léo Burnett, à Chicago, lance le Marlboro Man et la Marlboro Country dont les échos sont particulièrement forts en Provence et en Camargue.
    1. Porter un jeans en Camargue, c’est alors se sentir un peu cow-boy.
  • v. 1968. Les mouvements hippies lancent des évolutions du blue-jeans :  couleurs, coupes, broderies, rapiècement, franges…
    1. De la Californie à la Camargue et à la Côte d’Azur, le mouvement s’amplifie.
    2. Le mouvement est porté par des leaders d’opinions (acteurs, chanteurs…) et gagnent de vastes populations (Pops)…
    3. Egalité  Hommes-Femmes, le port du jeans devient un symbole, la braguette est même universellement acceptée…
  • v. 1970. A pattes d’éléphant, peint, brodé, décoré de coquillages, de bijoux, de fleurs, de strass… le jeans est adapté à chacun.
    1. Le jeans devient support d’engagements « Peace and Love« ….
    2. Les shorts pour femmes font leur apparition.
  • 1972. André Desseilles crée les jeans C17 à Castelnaudary, dans l’Aude.
  • 1973 – 80. Avec la crise pétrolière, les ventes de jeans explosent.
  • 1978. Invention du jeans stone-washed, délavé en utilisant des pierres ponces.

 

 

Depuis les années 1980

 

  • 1984. Chute brutale des ventes de jeans au profit des slacks, pantalons de toile plus légers et plus habillés.
  • 1990. Le « surteint » donne un nouvel élan au marché du jeans.
  •  1994. Le jeans et  Lycra connaissent un grand succès notamment auprès des femmes.
  • 1997. Retour du jeans « classique » ou « raw » (brut en anglais).
  • 2006. Mode du jean slim ou skinny qui est moulé sur toute sa longueur et forme une seconde peau (skin en anglais).
  •  A l’opposé du skinny, le baggy fait son apparition :  taille basse, coupe droite,  très large des hanches jusqu’au bas de pantalon. La coupe serait née dans les prisons américaines.

 

 

La Mode et l’activité textile en Provence

 

 

  • Les créateurs provençaux développent leurs ligne de jeans à l’image de Souleiado avec son « Homme Bleu Camargue« .

 

 

 

© Pixaday.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mots Clés : , , , ,
.