Pourpre et Murex en Provence


Murex ©  Jacqueline Macou – Tissu Rouge © Istockphoto.com

 

 

 

Accueil Provence 7

Pourpre et Murex en Provence


 

 

 

 

 

 

  • Couleur majeure du Monde Antique, Romain en particulier, le Pourpre est une couleur majeure en Provence.
  • Le Murex, très présent en Méditerranée, est à l’origine de la création de Toulon (83).

 

 

 

Couleur Pourpre en Provence et dans le Monde


 

 

  • Le mot Pourpre a une origine grecque πορφύρα / porphúra qui deviendra Le mot latin  purpura et l’adjectif purpurin de couleur pourpre.
  • La couleur pourpre doit son nom à la teinture.
    1.  A noter qu’en langue française,  les adjectifs de couleur issus de noms d’objets sont invariables (ex. des robes marron, et non pas des robes marronnes).
    2. Il existe 6 exceptions à cette règle : écarlate, fauve, mauve, pourpre, rose, vermeil.
    3. Ainsi on écrit des toges pourpres.
  • Par le procédé de métonymie, la pourpre est devenue un vêtement associé à une fonction.
    1. La pourpre romaine désigne un vêtement et une dignité, celle de Cardinal dans l’Eglise Catholique romaine.
  • La pourpre désigne par ailleurs la richesse, la puissance. On parle ainsi des ors et des pourpres.
  • Héraldique.
    1. Pourpre désigne un émail dont la couleur varie du rouge violacé au gris-brun défini par le bordeaux AFNOR XO8-010.
    2. Cette couleur se situe  à proximité de 3 autres :
      1. Rouge vermillon (gueules).
      2. Violet foncé (mûre, en anglais murrey).
      3. Rouge foncé (sanguine).
    3. Couleur rare surtout présente dans les blasons d’ecclésiastiques.
    4. En représentation monochrome, le pourpre est symbolisé par des hachures « en barre » (obliques montant de gauche à droite dans le sens de l’observateur de l’écu).

 

 

Arbre de Judée © Georges Bartoccioni – Fotolia.com

 

 

  • Histoire de la couleur pourpre.
    1. Antiquité. La couleur pourpre est extraite de mollusques gastéropodes Murex.
      1. Le Murex trunculus (syn. Hexaplex trunculus)  fournit le pourpre améthyste ou violet.
      2. Le Murex brandaris (syn. Bolinus brandaris) fournit le pourpre des anciens.
      3. Les Murex sont abondants autour de la Méditerranée.
        1. Les Cananéens exploitent les Murex sur les côtes de Phénicie, du Péloponnèse et d’Afrique du Nord.
        2. Les Romains développent la production à Toulon.
      4. La production coûteuse du pourpre en font l’étoffe des dieux et des classes romaines dirigeantes.
        1. 753 av. J.-C. 21 avril. La tradition associe la couleur pourpre à la Fondation de Rome par Romulus au moment de la floraison des arbres de Judée.
        2. Le statut social se mesure sur 2 critères :
          1. La largeur de la bande pourpre (ostrum) portée sur la toge blanche (clavus).
          2. La couleur plus ou moins vive du poupre.
        3. Seuls les impetarores portent des vêtements entièrement teints de pourpre.
        4. A Constantinople, la chambre de l’Empereur est revêtue de pierre pourpre : le porphyre que l’on trouve notamment dans l’Estérel.
    2. Les cardinaux des Eglises catholiques (Romaine et Anglicane) portent la pourpre cardinalice qui les distingue de la couleur violette des évêques.

 

 

Murex en Provence


 

 

  • Le mot latin Murex désigne dans l’Antiquité méditerranéenne des gastéropodes à l’origine de la production de la Pourpre de Tyr.
  • 1758. Carl von Linné officialise le terme Murex sous les appellations Murex brandaris et Murex trunculus désormais nommés Bolinus brandaris et Hexaplex trunculus.
  • Le nom commun Murex fait référence à de nombreuses espèces de la famille des Muricidae.

 

Toulon Romaine – Telo Martius

 

1er s. Telo Martius, l’une des 2 teintureries impériales de pourpre de Rome © evgeni 141 – Fotolia.com.

 

 

  • 125 – 124 av. J.-C.  Les expéditions militaires romaines en Provence et la recherche de moyens de sécuriser le passage vers l’Espagne sont probablement à l’origine d’un premier développement de Toulon autour de quelques maisons.
    1. 122 av. J.-C. Fondation d’Aquae Sextiae / Aix-en-Provence.
    2. 118 av. J.-C. Fondation de Narbo Martius / Narbonne.
    3. Destruction d’oppida comme La Courtine, sur les hauteurs d’Ollioules.
    4. Des guerriers gaulois se regroupent à proximité de la source, sur les hauteurs du quartier du Jonquet.
  • Les Romains créent Telo Martius.
    1. Son nom est lié à l’édification d’un temple en l’honneur du dieu Mars.
    2. 1er s. L’existence de l’établissement romain est attestée par les fouilles de 1987 sur l’emplacement du futur centre commercial Mayol.
    3. Fin du 1er s. Des fouilles de 1999 pour la construction de l’école Lafayette mettent à jour un quai rudimentaire et un remblai de murex concassés.
    4. Une pêcherie de murex s’y développe.
    5. Le murex et les cochenilles du chêne kermès, très présent dans la région, sont à l’origine de l’une des deux teintureries impériales de pourpre de Rome.
    6. L’Itinéraire d’Antonin (titre récent d’un ouvrage ancien) décrit le site.
    7. 4e s. La cité romaine, dépendant de la colonie d’Arles, est citée comme portus.
    8. Fin 4e s. – Début 5e s. Un document administratif romain, la Notitia dignitatum cite le Locus Telonensis.
      1. Le document fait référence à un procurateur d’une teinturerie impériale de pourpre.
      2. Seuls 9 établissements  de ce type sont mentionnés pour l’Empire d’Occident.

 

 

Articles liés à Pourpre et Murex en Provence


 

 

  • Cliquer sur une image-lien pour afficher l’article correspondant.

 

 

   

 

 

 

 

 

Translate »