Beechcraft Bonanza. © Tashen.

 

 

Provence 7

Avions de Tourisme en Provence


 

 

 

 

 

 

 

  • Les avions de tourisme désignent une catégorie de l‘aviation légère qui comprend 7 sous-catégories.
    1. Avions de tourisme.
    2. Avions de voyage.
    3. Avions de voltige.
    4. Avions d’école.
    5. Appareils à propulsion humaine.
    6. Planeurs motorisés.
    7. Planeurs.
  • Le plus grand nombre d’appareils est à hélices mais il en, existe à réaction.
  • Il en existe des bimoteurs (ex. Diamond DA 42) mais cette famille est aux limites de l’avion de voyage.
  • Sont considérés ici les monomoteurs de voyage à piston ou à turbines de 2 ou 4 places les plus connus en Provence.
    1. Leur place dans le ciel de Provence est importante compte-tenu du nombre d’aérodromes et de la pratique des sports et loisirs aériens.

 

 

Aquila AT 01

 

 

  • Monomoteur Biplaces.

 

 

Beechcraft A 36 Bonanza

 

 

  • Légende de l’aviation légère de tourisme.
    1. Cet appareil est souvent considéré comme la Rolls des avions légers.
  • Avion de tourisme et d’affaires monomoteur à construction demi-coque entièrement métallique.
  • 4 places.
  • 1945. 6 décembre. 1er vol.
  • 1947. 1ère présentation de l’appareil qui est jugé révolutionnaire.
    1. Le Beechcraft Bonanza 35 est lancé comme le 1er avion de tourisme de l’après-guerre
    2. La dérive arrière est en V.
  • Années 1980. Le fuselage est allongé et le stabilisateur horizontal prend une forme classique (abandon de la forme en V).
  • 2005. Une nouvelle version Beechcraft G36 est produite actuellement par la Hawker Beechcraft.
  • Monomoteur. 6 cylindres à plat Continental IO-550 BB, refroidissement par air. 300 ch.
  • Vitesse maximale. 326 km/h.
  • Plus de 17.000 Bonanza, toutes variantes confondues, ont été construits.

 

Caractéristiques des Bonanza 35 et G 36

 

  • Envergure. 10 m à 10,20 m.
  • Moteur à piston. 1 Continental E 18511 6 cyl. et 1 Continental I0-550 B. 300 ch.
  • Autonomie. 850 km à l’origine puis entre 1.247 km et 1.690 km.
  • Vitesse. 281 km/h et 326 km/h.
  • Plafond. 5.630 m (A 36).

 

 

Broussard

 

 

  • Max-Holste MH-1521 Broussard
  • France

 

La « Jeep » du ciel

 

  • Le Broussard est presque inclassable tant il est polyvalent.
    1. Devenu avion d’Aéro-Club, il a été ici inclus dans les « avions de tourisme ».
    2. Ses premières missions sont celles d’un avion de liaison et d’observation militaire robuste et demandant peu d’entretien.
    3. Le Broussard sert même à l’occasion à des sauts en parachute.
  • En Provence, on trouve encore des Broussard un peu partout chez des civils et des militaires et maintenant chez des collectionneurs.
    1. Pratiquement tous les aéroports et aérodromes de la Région ont eu à un moment donné un Broussard à domicile.
    2. En particulier Tallard, Fréjus, Cuers, Hyères
  • Un site internet est dédié au Broussard www.mh-1521.fr.

 

Histoire du Broussard

 

  • A l’origine un homme, l’ingénieur français Max Holste (1913-1998). Cet homme inventif a en tête les besoins de la France coloniale et il s’inspire du Beaver canadien.
  • Construction. Appareil dérivé du MH-152, monoplan à aile haute haubanée entièrement métallique.
  • 1952. Novembre. 1er vol
  • Mise en service. L’avion rencontre un succès immédiat avec des commandes publiques importantes.
  • 1956. Le Broussard est déployé massivement pendant la guerre d’Algérie avec des missions de transport léger, de marquage de cibles, des largages et parachutages, l’évacuation sanitaire et le PC volant… à l’image des Lysander anglais et des Fieseler Storch allemands pendant la 2ème Guerre Mondiale.
  • 1961. La production cesse.
  • Dans le cadre de partenariats avec des pays africains, des Broussard sont déployés dans les Groupes Mixtes d’Outre-Mer (GAMOM) : Sénégal, Centrafrique, Congo, Mali, Tchad, Cameroun, Madagascar, Gabon
  • 1964. 20 Broussard sont vendus à des centres de parachutisme.
  • 1984. Retrait des armées.

 

Caractéristiques du Broussard

 

  • L’avion est optimisé pour des pistes sommaires : train à lames, maintenance aisée, systèmes rustiques…
  • Envergure. 13,75 m.
  • Longueur. 8,60 m.
  • Moteur. 1 Pratt & Whitney radial R. 985.AN.1. Wasp Junior.
  • Autonomie. 1.200 km.
  • Vitesse. 228 km/h.
  • Equipage. 1 ou 2 personnes.
  • Exemplaires produits. 366. Au service de l’Armée de l’Air, de l’Aéronavale, de l’ALAT, des pompiers, de civils… et vendu dans une quinzaine de pays.

 

 

Caudron Simoun

 

 

  • Simoun C500-520 et 620. C630. C.635.
  • France
  • Avion de tourisme monoplan à ailes basses, avec un léger dièdre pour les modèles C635, construit par la Société des Avions Caudron.
  • L’entreprise est rachetée par Louis Renault en 1933 et devient Caudron-Renault.
  • Cet avion profite de l’expérience acquise avec les C360 et 362 qui participent à la Coupe Deutsch.

 

La Limousine de l’air

 

  1. L’avion est présenté comme « La Limousine de l’air » avec le thème « Viva Grand Sport des Airs ».
  2. Le Simoun est le 1er avion de grand tourisme à atteindre les 300 km/h.
  3. L’influence de Renault se traduit au niveau du concept et de la communication de l’appareil, la comparaison à une limousine.
    1. Le lien avec Renault se traduit au niveau industriel par l’utilisation d’un moteur Renault.
  4. Avion doté d’une hélice à pas variable ce qui est alors une nouveauté pour un avion de tourisme.
  5. Des pilotes célèbres font l’acquisition du Caudron Simoun pour leur usage personnel.
    1. Antoine de Saint-Exupéry qui consacre au Caudron Simoun le chapitre 7 de « Terres des Hommes » qu’il a intitulé « Au centre du désert ».
      1. L’épisode se situe en 1935 lorsque le célèbre pilote s’attaque au record Paris-Saigon et que son Caudron Simoun est détruit en heurtant le sol en plein désert laissant Saint Ex et son mécanicien André Prévost marcher 4 jours avant de rencontrer les premiers bédouins…
      2. Une autre fâcheuse aventure se produit avec le même équipage le 16 février 1938 après un départ de New York le 15 pour la Terre de Feu
        1. Le Simoun s’écrase, il est détruit mais l’équipage est sauf mais sérieusement blessé.
        2. C’est en convalescence que Saint Ex écrit son « Terre des Hommes ».
    2. Michel Détroyat.
    3. Marcel Doret
  6. Des pilotes de compétition font la promotion des avions Caudron.
    1. Maryse Bastié.
    2. Maryse Hilsz.
    3. André Japy

 

Histoire du Caudron Simoun

 

  • Conception par Marcel Riffard.
  • 1934. Octobre. 1er vol du C 620.
  • 1934. Novembre. Le C 620 est exposé au 9ème Salon de l’Aéronautique.
  • 1935. Création de la Compagnie Aéropostale Air Bleu qui s’équipe de 12 Simoun (C630 et C635).
  • 1935 1936. L’Armée de l’Air commande 110 Simoun destinés à servir d’avion d’entraînement et d’avion de liaison. D’autres commandes suivent.
  • 19351936. L’Aéronautique navale commande 32 appareils.
  • 1935. 18-21 décembre. Génin et Robert réussissent le raid Le Bourget – Tananarive (Madagascar) en couvrant les 8.665 km en 57h 36’ avec 5 étapes.
  • 19361937. Plusieurs tentatives infructueuses de record sur la ligne Paris-Tokyo, le mur des 100 heures reste encore non franchi.
  • 1936. Maryse Bastié réussit à parcourir Paris-Natal (Brésil) en moins de 12h sur son Simoun nommé « Jean Mermoz ».
  • 1937. 19 décembre. Maryse Hilsz décolle d’Istres (13) sur son Simoun immatriculé F-AQDY, un modèle C 635 avec… 1.140 litres de carburant et se dirige vers Alexandrie puis vers Saigon (10.500 km) qu’elle atteint en 92h 31, record battu d’André Japy d’environ 6 heures !
  • 1938. 29-30 décembre. Maryse Hilsz, toujours au départ d’Istres (13), bat le record en ligne droite pour les avions de classe C en reliant d’un seul coup Istres à Port-Etienne soit 3.230 km.

 

Caractéristiques du Caudron Simoun C 630

 

  • Longueur. 8,70 m.
  • Envergure. 10,40 m.
  • Moteur. Renault Bengali 6Q-07 de 220 CV.
  • Autonomie. 4 heures.
  • Vitesse. Croisière 270 km/h. Max. 310 km/h.
  • Plafond. 6.000 m.
  • Passagers. 3.
  • Equipage. 1.
  • Exemplaires produits : une centaine de Simoun civils et entre 500 et 630 militaires (les sources sont peu cohérentes).

 

 

Cessna Skycatcher

 

 

  • Aile haute haubanée.
  • Monomoteur. Continental O – 200D. 100ch.
  • Vitesse 200 km/h.
  • Biplaces.
  • Train tricycle.
  • 1er LSA ou Light Sport Aircraft du constructeur américain  de Wichita.
  • Produits en Chine près de Pékin à la Shenyang Aircraft Corporation.

 

 

Cessna 172 Skyhawk

 

 

  • 1955. Débuts de la production par la société Cessna.
  • L’un des avions de sport et de tourisme les plus populaires dans le Monde.
    1. Le plus construit des quadriplaces. Plus de 40.000 ex.
  • Aile haute.
  • Monomoteur. Lycoming IO – 360 de 160 ch.
  • Vitesse 210 km/h.
  • Quatre places.
  • Le Cessna Skyhawk est employé par l’Armée de l’air américaine pour la formation de ses pilotes sous l’appellation T-41.
  • La fabrication sous licence se fait en France avec Reims Aviation (2.144 appareils).
  • Le Cessna Skyhawk est destiné au voyage et il satisfait très vite un large public avec sa très bonne visibilité vers le bas et sa très grande robustesse.

 

Histoire du Cessna 172 Skyhawk

 

  • 1955. 1er vol.
  • 1983. Fin de la production.
  • 1987. L’Allemand Mathias Rust se pose sur la Place Rouge de Moscou.
    1. Cet évènement qui fait la une des médias mondiaux a une portée symbolique considérable. Il précède les grands bouleversements de l’Est communiste.
  • 1997. Relance de la production avec une avionique moderne à bord.

 

Caractéristiques du Cessna 172 Skyhawk

 

  • Longueur. 8,28 m.
  • Envergure. 10,92 m.
  • Moteur. 1 Continental O 300 C de 145 CV – Lycoming IO-360 160 CV.
  • Autonomie. 960-1100 km.
  • Vitesse. 210 km/h.
  • Plafond. 4.000 m.
  • Passagers. 3
  • Equipage. 1.
  • Exemplaires produits. Plus de 40.000 toutes versions et licences confondues.
  • Un Cessna 172 détient le record de vol continu pendant 64 jours et 22 heures, le ravitaillement se faisant à basse hauteur à partir d’une voiture.

 

 

Cessna 182 Skylane

 

 

  • Aile haute.
  • Monomoteur à piston.
  • 4 places.
  • 1956. Débuts de la construction.

 

 

Cessna 310

 

  • Cessna 310
  • Bi-Moteur.
  • USA.
  • 1953. 3 janvier. 1er vol.
  • 1980. Arrêt de la production.
  • 1er bimoteur d’après-guerre de Cessna.
  • Appareil très élégant qui profite d’un aérodynamisme travaillé.
  • Le modèle de 1973 est capable de décoller sur des pistes courtes à pleine charge.
  • Moteur. 2 6 cylindres à plat Continental O-470-B. Refroidissement par air. 240 ch.
  • 6 places.
  • Vitesse maximale. 354 km/h.
  • Exemplaires produits. 6.321 ex.

 

 

Daher – Socata TBM – 850

 

 

  • Un avion qui approche les performances d’un jet d’affaires sur des distances plus courtes avec des coûts d’exploitation moindres.
  • 2008. Socata, filiale d’EADS, est vendue et devient la Daher-Socata.
  • Le TBM- 850, évolution du TBM 750, est le produit de la nouvelle société.
  • Monomoteur à turbine. Turbine Pratt & Whitney PT6A de 850 cv.
  • 6 ou 7 personnes.
  • Vitesse 460 km/h.
  • L’appareil est en concurrence directe avec le Pilatus PC-12.
  • Plus de 500 appareils vendus.

 

 

Dyn’Aéro MCR-4S

 

 

  • La gamme MCR désigne les avions  créés par Michel Colomban et Christophe Robin.
  • Cellules en fibres de carbone.
  • Train tricycle fixe.
  • Moteur Rotax 912S de 100ch.
  • Quadriplace.
  • Vitesse. 250 km/h.
  • Diffusé d’abord en kit.
  • 2000. Sortie de l’appareil qui est très innovant :
    1. Cellule légère de 350 kg à vide.
    2. Aérodynamique sophistiquée.
    3. Bord de fuite équipé de volets à fente et à recul permettant de faibles vitesses en approche sur des pistes courtes.
    4. Winglets importants aux extrémités de la voilure afin de diminuer la traînée due aux tourbillons marginaux.

 

 

Issoire APM-20. Lionceau

 

 

  • 1er appareil produit par Issoire Aviation conçu par Philippe Moniot.
  • Appareil en fibres de carbone.
  • Monomoteur. Rotax 912 de 80 ch.
  • Près de 200 km/h.
  • Biplace.
  • Fin des années 1990. La gamme visait le remplacement des appareils vieillissants des quelque 650 aéro-clubs de France.

 

 

Issoire APM-30. Lion

 

 

  • Appareil en fibres de carbone.
  • Monomoteur. Rotax 912S de 100ch.
  • Vitesse de 200 km/h.
  • Triplace sous la verrière bulle.
  • 1er VLA Triplace autorisé à voler de nuit.
  • Un quadriplace APM-40 Simba a été produit à partir de 2011.

 

 

Jodel Ambassadeur

 

 

  • Jodel Ambassadeur.
  • Jodel DR-1050. Jodel 1051 Sicile.
  • France.
  • Monomoteur de tourisme et d’affaires 3 places à ailes basses et à train fixe.
  • Construction bois et toile
  • Histoire du Jodel Ambassadeur
    1. 19591965. Construction.
  • Caractéristiques et performances du Jodel Ambassadeur DR-1050.
    1. Longueur. 6,35 m.
    2. Envergure. 8,72 m.
    3. Moteur. Continental Motors 0200-A de 100 CV.
    4. Autonomie. 4h 30.
    5. Vitesse. 190 km/h. Max. 259 km/h.
    6. Passagers. 2.
    7. Equipage. 1.

 

 

Jodel D112

 

 

  • Jodel D-112 « Bébé ».
  • Variantes. D11.D11 Spécial. D111. D112. D112A. D112D. D112V. D113. D114. D115. D116. D117. D117A. D118. D119. D119D et DA. D119V. D120. D121. D122. D123. D124. D125. D126. D127. D128.
  • France.
  • Avec le D-9 Bébé Jodel (1948), le D-112 est le plus réputé de la société française Jodel.
  • La société Jodel doit son nom à Edouard Joly et Jean Delemontez.
  • Monomoteur. Le plus utilisé est le 4 cylindres Continental de 65 puis de 90 ch.
  • Vitesse. 150 km/h.
  • 4 places.

 

Avion monomoteur de tourisme et d’affaires.

 

  • Les avions Jodel doivent leur nom à Edouad Joly, agriculteur, pilote, constructeur (avant la guerre, il contruit le Pou-du-Ciel d’Henri Mignet) et à son gendre Jean Delemontez, mécanicien avion et ingénieur autodidacte.
    1. Ce dernier travaille à Blagnac à l’AIA (Atelier Industriel de l’Aéronautique) en 1941.
    2. Officiellement, il s’installe chez Edouard Joly pour entretenir les engins agricoles.
  • La société Jodel naît en 1946.
    1. Les deux créateurs conçoivent le D9, 1ère version du « Bébé Jodel ».
      1. C’est un monomoteur monoplace en bois et toile à cockpit ouvert avec les fameuses ailes Jodel (bout des ailes trapézoïdal remontant avec un dièdre fort).
      2. Le moteur de 25 CV est récupéré sur le Pou-du-Ciel d’Edouard Joly.
      3. Conçu comme un modèle unique, il donne naissance à une lignée de plus de 7.000 appareils.
    2. Le D11 est un biplace-école, côte à côte.

 

Histoire de Jodel

 

  • 1948. 1er vol du D9.
  • 1950. Mise en service du D11 qui répond à une demande du gouvernement pour un avion d’apprentissage dans les aéro-clubs.
    1. C’est un succès. Il est décliné en D112, D 113… D 128.
  • 1957. Jean Delemontez travaille avec Pierre Robin dont la société Centre-Est Aéronautique deviendra Avions Robin.
    1. Ensemble, ils conçoivent le projet de tri-quadriplace D10 qui aboutit à la série des DR 100 et DR1000.

 

Caractéristiques et performances du Bébé Jodel D-112.

 

  • Longueur. 6,20 m.
  • Envergure. 8,20 m.
  • Moteur. Continental de 65 CV puis de 90 CV.
  •  Vitesse. 150 km/h.

 

 

Jodel D-140 Mousquetaire

 

 

  • Le plus gros de la famille Jodel.
  • « Le Mouss ». Jodel D-140 Mousquetaire.
  • Plusieurs versions selon la taille des volets, la forme des empennages et la présence ou non d’un coffre.
    1. La version Abeille est utilisée comme avion remorqueur de planeurs, notamment dans l’Armée de l’Air.
  • France.
  • Production à Bernay par la Société Aéronautique Normande (SAN).
  • 1958. Juillet. Vol du prototype.
  • Environ 250 modèles différents produits.
    1. La version Abeille est connue comme avion remorqueur de planeurs notamment au sein des sections vol à voile de l’armée de l’air.
    2. Surnommé « Le Mouss », le Mousquetaire est réputé pour le vol en montagne, sur skis l’hiver, ce qui lui permet de se poser sur les altiports, les altisurfaces et les glaciers.
    3. L’appareil peut être construit par des amateurs.

 

Caractéristiques et performances du Jodel

 

  • Bois et toile.
  • Longueur. 7,92 m.
  • Envergure. 10,27 m.
    1. Fameuse aile aux parties extérieures trapézoïdales relevées vers le haut afin d’augmenter la stabilité latérale et la partie centrale rectangulaire et plate.
  • Moteur. 1 Lycoming O-360 de 180 CV avec une hélice à pas fixe.
  • Vitesse. 250 km/h.
  • Passagers. 4 places pouvant aller jusqu’à 5 places, avec une banquette pour 3 personnes à l’arrière.
  • Le Jodel Mousquetaire peut emporter une charge utile (passagers, bagages et essence) égale à sa masse à vide, ce qui est exceptionnel pour les monomoteurs.
    1. Des aéroports tropicaux des colonies aux altitudes des stations d’hiver, le Jodel est incontournable, sur roues l’été, sur skis l’hiver.
  • Equipage. 1.

 

 

 Mooney M 20

 

 

  • USA.
  • Meilleur modèle d’Al Mooney.
  • 1ères versions avec une structure bois entoilée.
  • La plupart sont en métal.
  • Monomoteur à pistons.
  • 1955. 1er prototype.
  • 1994. L’Ovation est élu monomoteur de l’année par le magazine Flying.
  • 4 places.

 

Caractéristiques et performances de l’Ovation – 1999.

 

  • La forme de sa dérive en diagonale inversée le distingue.
  • Moteur. 6 cylindres à plat. Continental TSIO-550G Refroidissement par air. 280 ch.
  • Vitesse maximale. 440 km/h.
  • Exemplaires construits. 452.

 

 

Morane Saulnier MS 138

 

 

  • Classer en « avion de tourisme » un avion d’avant-guerre à vocation militaire peut se discuter.
  • En fait, le profil de l’appareil, ses performances et son rôle historique justifient sa présence dans ce chapitre.
  • Morane Saulnier MS 138
  • Versions Ms.137. Ms. 138. Ms. 139. Ms. 191.
  • France
  • Avion d’entraînement militaire. Monoplan. Aile haute. Cockpit ouvert en tandem.
  • Construction majoritairement en bois.
  • Son esthétique est dérivée du Morane-Saulnier MS 35, chasseur de la 1ère Guerre Mondiale.
  • L’essentiel de la production est acheté par l’Armée de l’Air et l’Aéronavale. Quelques uns sont vendus en Grèce et au Danemark. 32 sont achetés par des civils.

 

Histoire de Morane-Saulnier 

 

  • Morane-Saulnier, un esprit de gagneurs en compétition comme au combat
  • 1910. 19 juillet. Les frères Léon et Robert Morane sont les 1ers pilotes au monde à dépasser les 100 km/h avec une pointe à 106,508 km/h.
  • 1911. Les frères Morane s’associent avec Raymond Saulnier, un ancien collaborateur de Louis Blériot, pour créer la Société Anonyme des Aéroplanes Morane-Saulnier, à Puteaux.
  • 1912. Record d’altitude de Georges Legagneux sur Morane-Saulnier type H.
  • 1913. 1ère Traversée de la Méditerranée par Roland Garros sur Morane.
  • Georges Guynemer remporte sa 1ère victoire sur un Morane L

 

Histoire du  MS 138

 

  • 1927. 1er vol du Morane-Saulnier MS 138.
  • 1935. Fin du service

 

Caractéristiques du Morane Saulnier MS 138

 

  • Longueur. 6,78 m.
  • Envergure. 10,90 m.
  • Moteur. 1 Le Rhône 9Ac 80 CV.
  • Vitesse. 140 km/h.
  • Plafond. 4.000 m.
  • Equipage. 2. Pilote et instructeur.
  • Exemplaires produits. 178.

 

 

Morane Saulnier MS 315

 

 

  • Morane Saulnier MS.315
  • Versions. MS.315. MS.315/2.. Ms.316. MS.317.
  • France
  • Avion d’entraînement monomoteur, monoplan à aile parasol.
  • L’appareil est dérivé du MS.300.

 

Histoire du MS 315

 

  • Comme pour le MS 136, classer en « avion de tourisme » un avion d’avant-guerre à vocation militaire peut se discuter. Il est devenu un avion d’aéro-club plus que de « Tourisme ».
  • 1932. Octobre. 1er vol.
  • Mise en service d’une version civile MS.315/2 avec moteur plus puissant. 5 exemplaires construits.
  • Une version MS.316 est réalisée avec un moteur Regnier Vee. 1 exemplaire construit.
  • Années 1960. 40 MS.317 utilisés dans le civil comme remorqueurs de planeurs avec moteur Continental W-670K de 220 CV.

 

Caractéristiques et performances du MS 315

 

  • Longueur. 7,60 m.
  • Envergure. 12,00 m.
  • Moteur. 1 Salmson 9 cylindres en étoile de 135 CV.
  • Vitesse. 170 km/h.
  • Equipage. 1.
  • Passager. 1.
  • Exemplaires produits. 4 prototypes et 356 appareils.

 

Liens du MS 315 avec la Provence

 

 

 

Morane Saulnier Rallye

 

 

  • Morane-Saulnier MS-880 Rallye-Club.
  • Biplace puis quadriplace.
  • France.
  • Avion monomoteur léger de tourisme et d’affaires.
  • Le Morane Saulnier Rallye est conçu par l’entreprise Morane-Saulnier qui est absorbée par Sud-Aviation et devient la Socata (Société de Constructions d’Avions de Tourisme et d’Affaires) en 1966. L’entreprise est basée à Tarbes.
  • Socata est reprise par EADS, puis par Daher.

 

Des bonnes performances  dans tous les domaines

 

  • La gamme Rallye présente des appareils soignés sous tous rapports :
    1. Construction en métal.
    2. Aérodynamique sophistiquée avec des volets à fente et à recul, à l’arrière de la voilure ce qui permet d’augmenter la portance à faible vitesse.
    3. Le bord d’attaque de l’aile possède des becs automatiques qui créent une fente lorsque l’appareil est très cabré afin d’éviter le décrochement de l’écoulement au-dessus de la voilure.
    4. Des performances STOL (Short Take-Off and Landing) le rendant apte à utiliser des pistes courtes et mal préparées. Elles sont également utiles pour pratiquer l’épandage acricole.
    5. Les appareils sont multi-usages : formation dans les aéroclubs, voyage aérien, remorquage de planeurs…
  • Les résultats commerciaux sont à la hauteur avec près de 3.500 exemplaires produits.

 

Histoire du Morane Saulnier Rallye

 

  • 1959. Juin. 1er vol du prototype.
  • 1961. Novembre. Certification.

 

Caractéristiques du Morane Saulnier Rallye

 

  • Longueur. 7,24 m.
  • Envergure. 9,74 m.
  • Moteur. Le plus souvent Lycoming O-360A de 180 CV. Sinon entre 100 et 235 CV. Hélice à pas fixe ou variable.
  • Train tricycle ou classique.
  • Vitesse. 210 km/h.
  • Exemplaires produits. Env. 3.500 ex.

 

 

Pilatus PC 12

 

 

  • Monomoteur à turbine.

 

 

Piper PA-48

 

 

  • Monomoteur à turbine.

 

 

Piper Pipersport

 

 

  • Monomoteur. Rotax 812S de 100ch.
  • Vitesse. 200 km/h.
  • Biplaces.
  • 1er LSA – Light Sport Aircraft du constructeur américain de Vero Beach (Floride) pour répondre au Skycatcher de son concurrent Cessna.

 

 

Robin DR-400

 

 

  • Avion d’entraînement et de tourisme.
  • Monomoteur à piston.

 

 

Socata TB-20

 

 

  • Monomoteur à piston.
  • 4 places.
  • 2008. La Socata, filiale du groupe EADS, est revenue et devient la société Daher-Socata.

 

 

 

 

 

 

 

Mots Clés : , ,
.