Notre-Dame-de-la-Salette en ruines. © Patrick Verlinden.

 

 

Accueil Provence 7

Notre-Dame-de-la-Salette à Marseille


 

 

 

 

 

 

Notre-Dame-de-la-Salette : l’histoire d’un homme


 

 

Gaspard Nicolas (1807-1878)

 

  • 1807. Naissance dans une famille possédant quelques terrains dans le secteur des Accates.
    1. Le territoire est alors profondément rural avec des vignobles produisant un bon vin.
    2. Sa famille, chrétienne et pratiquante, n’est pas spécialement aisée.
  • 1837. A 30 ans, Gaspard Nicolas s’associe avec un ami, M. Maurin, pour créer une affaire d’importation de tissus en provenance de l’Extrême-Orient.
    1. L’entreprise est localisée au 8, rue de la Mission de France, à Marseille.
  • Homme d’affaires clairvoyant, travailleur et droit, Gaspard Nicolas ne tarde pas à prospérer.
  • Célibataire, Gaspard Nicolas voue son temps à ses affaires et à des œuvres de Charité Chrétienne.
    1. C’est ainsi qu’il devient trésorier de Notre-Dame-de-la-Garde pendant 17 ans.
    2. le travail n’est pas de tout repos au moment où s’érige la future basilique.
    3. Gaspard Nicolas devient le bienfaiteur de sa paroisse des Accates dont il contribue à aménager l’intérieur de l’église.
      1. Il crée une école de garçons qui est confiée à la direction des « Frères du Sacré-Cœur » et une école de filles confiée aux religieuses Trinitaires de Sainte Marthe ».
  • Gaspard Nicolas est à l’origine de la création de la pharmacie des Accates.
  • Gaspard Nicolas est actif au Cercle Saint Christophe et mécène de la construction de la fontaine de la place de l’église des Accates.
  • Sa fortune lui permet d’accroître la propriété ancestrale de la Denise.
    1. C’est ainsi qu’il rachète des terres environnantes : le « Bas Vallon », le  « Haut Vallon », la « Cayole », le « Mazet» , les « Longues », la « Giraude », les « Romans », le « Bois de la Vieille »…
    2. Il fait bâtir 13 fermes et engage une quinzaine d’ouvriers agricoles pour s’occuper de ces parcelles.
    3. Le travail se traduit immédiatement par des chemins d’accès, des canaux de drainages et des restanques qui ont durablement façonné le territoire local.
  • Le promeneur curieux et amateur de nature peut encore voir de nombreux ouvrages directement hérités de ses actions.

 

 

Notre-Dame-de-la-Salette : histoire d’une « église ex- voto »


 

 

  • Notre-Dame-de-la-Salette est un sanctuaire ex-voto.
  • L’église en ruine sur la colline des Treize Vents doit son existence au miracle reçu par Gaspard Nicolas de la Vierge Marie, à sa foi et à sa détermination de bâtisseur.
  • v. 1858. Tout commence  lorsque Gaspard Nicolas est atteint d’un cancer de la peau au niveau du menton.
    1. Aucun traitement n’a d’effet sur ce cancer réputé si dangereux…
    2. Gaspard Nicolas est souvent contraint  de ne plus sortir de chez lui…
    3. La tumeur prend de l’ampleur et la douleur devient insupportable…
  • Son ami et associé, M. Saurin, lui suggère alors de se rendre à Notre-Dame-de-la-Salette : Sanctuaire de Notre-Dame de La Salette 38970 La Salette.
    1. 1846. 19 septembre. Une apparition de la Vierge Marie est à l’origine de la construction d’une basilique (1852) destinée aux pèlerins nombreux.
    2. Gaspard hésite, il attend l’avis du Pape sur l’apparition.
    3. L’intervention de son neveu Marius Lanteaume est décisive et les deux hommes se rendent à la Salette, à proximité du village de Corps en Isère.
    4. Agé de 53 ans, Gaspard Nicolas, accompagné de son neveu, gagne la source jaillie après l’apparition à proximité du sanctuaire il se lave les plaies…
    5. Les signes de guérison se manifestent très vite avant une totale guérison.
    6. Gaspard Nicolas décide alors de refaire un pèlerinage de remerciements et d’élever une chapelle sur la colline des Treize Vents au-dessus des Accates, à un endroit qui l’expose à la lumière du soleil du matin et du soir.
    7. 1865. La chapelle est achevée.
      1. Elle utilise les pierres abondantes sur le site même.
      2. Devant l’affluence des pèlerins, la chapelle se révèle vite trop petite.
    8. 1872. Gaspard Nicolas fait alors ériger l’église Ex-Voto.
      1. Monseigneur Place bénit le sanctuaire.
      2. La façade de style Roman est à l’image de celle du sanctuaire de la Salette-Fallavaux, on parle de sanctuaire-réplique.
      3. Le style général est néo-byzantin.
      4. YTrois nefs, trois autels, une tribune et deux sacristies.
      5. Il crée un dôme et fait placer sur ce dôme une statue en métal doré de Notre-Dame-de-la-Salette qui inspirera directement celle de Notre-Dame-de-la-Garde.
      6. Gaspard Nicolas est aidé par l’abbé Poupet, architecte de l’église Saint-Vincent-de-Paul (Les Réformés) et Saint Truphème à la Cabucelle.
    9. D’autres travaux encore aboutissent à la construction du bâtiment d’accueil, en arrière de l’église.
      1. Gaspard Nicolas le veut grand afin de recevoir les pères de la Salette qui ne viendront finalement pas suite à une opposition de Mgr. Place, l’évêque de Marseille…
    10. Dès lors, les deux premiers étages sont destinés aux prêtres et aux pèlerins de passage tandis que le 3ème étage est réservé au curé des Accates, M. Faure, pour ses activités paroissiales et pour lui-même.
  • 1878. 26 avril. Au décès de Gaspard Nicolas, le testament désigne l’évêché comme héritier des lieux…
  • Après avoir servi aux pèlerins et aux jeunes en préparation de Communion ou de Confirmation, l’ensemble a reçu un coup fatal lorsque dans les années 70, l’évêché a prêté le lieu à des ouvriers agricoles, pour l’essentiel saisonniers, qui ont amorcé la dégradation des lieux.

 

 

Notre-Dame-de-La-Salette saccagée…


 

 

 

Reconstitution du sanctuaire à partir d’une carte postale ancienne © 412.

 

 

ND-La-Salette-4-Verlinden ND-La-Salette-5 ND-La-Salette-2-Verlinden

Notre-Dame-de-la-Salette en ruines© Patrick Verlinden.

 

 

  • L’ampleur des saccages imposés à Notre-Dame est infinie : vitraux et cloche volés, murs et plafonds défoncés, tags et immondices…

 

 

Quel sens donner à tout cela ?

 

  • Chacun aura son opinion.
  • Laissons donc la parole à La Vierge Marie qui nous a laissé à Notre-Dame-de-la-Salette (1846) des messages très lourds de sens:
    1. « Les mauvais livres abonderont sur Terre et les esprits de ténèbres répandront partout un relâchement universel pour tout ce qui regarde le service de Dieu… Chaque individu voudra se guider par lui-même et être supérieur à ses semblables ». « La foi seule vivra ».

 

 

 

Mots Clés : ,
.