Façade de l’Espace Trouin – Le Corbusier, à Plan-d’Aups. © Verlinden

 

 

Provence 7

Le Corbusier en Provence


 

 

 

 

 

 

 

 

  • 1887. 6 octobre à Chaux De Fonds (Suisse)  – Roquebrune – Cap-Martin 27 août 1965.
    1. De son vrai patronyme Charles-Édouard Jeanneret.
    2. Architecte. Urbaniste. Peintre. Sculpteur. Ecrivain.
    3. Suisse naturalisé français en 1930.
  • Le Corbusier est l’un des premiers architectes à construire dans le monde entier.
  • Le Corbusier est l’un des principaux représentants du mouvement moderne.
    1. Sont notamment associés à ce mouvement : Alvar Aalto, Walter Gropius, Ludwig Mies van der Rohe, Theo van Doesburg
  • Parlant de l’homme et de son œuvre, il est d’usage de dire « de Le Corbusier » lorsque l’on se réfère à l’architecte, et « du Corbusier » lorsque l’on se réfère à ses réalisations.

 

 

 

Vie de Le Corbusier

 

 

  • Son père appartient à une lignée d’artisans protestants émigrés du sud-ouest de la France.
  • Sa mère fait partie d’une famille d’industriels essentiellement horlogers de Suisse, de Belgique et du nord de la France.
    1. La branche maternelle comprend les Perret.
    2. Le nom de sa mère « Corbésier« , probablement transformé par référence au totem indien du corbeau ou corbu est à l’origine de son surnom de Corbusier.
  • 1887. 6 octobre. Naissance à Chaux De Fonds (Suisse).
  • 1900.  Formation de graveur-ciseleur à l’école d’art de La Chaux-de-Fonds dans le canton de Neuchâtel.
  • 1902. 1ère récompense à l’exposition des arts décoratifs de Turin (Italie).
  • Charles-Edouard Jeanneret ne peut pas poursuivre sa formation car il ne voit que d’un œil.
    1. Il s’oriente alors vers la carrière d’artiste peintre en suivant les cours de Charles L’Eplattenier, tenant de l’Art Nouveau.
    2. 1904. Son professeur n’est pas persuadé de son talent de peintre et l’oriente vers l’architecture et la décoration.
    3. A 17 ans, sous la supervision de l’architecte Chapallaz, il est associé à deux autres élèves pour réaliser la décoration d’une villa.
  •  1909. A la rentrée d’un voyage d’études en Italie, en Autriche, en Allemagne du sud et dans l’est de la France, Le Corbusier se rend à Paris.
    1. A Paris, Le Corbusier rencontre Eugène Grasset, architecte spécialiste de la décoration.
    2. Charles-Edouard travaille quelques mois chez les frères Perret où il apprend les bases du dessin technique appliqué  à l’architecture en béton armé.
    3. La famille Perret est réputée pour ses constructions techniques.
    4. Charles-Edouard se lie particulièrement avec Auguste Perret, le plus jeune des frères qui est aussi l’architecte de la maison.
  • 1910.  Devenu jeune professeur de son école d’art, Charles-Edouard, est chargé d’une mission d’étude sur l’évolution des rapports entre industrie et arts du bâtiments en Allemagne.
    1. A Berlin, il est engagé quelques mois comme dessinateur dans la grande agence dirigée par Peter Behrens.
    2. Il a pour collègues de travail, de jeunes dessinateurs et architectes novices embauchés  Ludwig Mies Van Der Rohe et Walter Gropius.
    3. Il se lie d’amitié avec Klipstein qu’il accompagne en Roumanie et en Grèce alors qu’il prépare une thèse sur le peintre Le Gréco.
  • 1917. Le Corbusier habite rue Jacob à Paris.
    1. Il y fonde  un premier atelier d’architecture, sous le nom de société d’entreprise industrielle et d’étude.
    2. Auguste Perret le fait rencontrer Amédée Ozenfant, qui l’initie à la peinture à l’huile.
  • 1918. Le Corbusier et Amédée Ozenafant posent les bases du Purisme.
    1. Le Purisme est un courant artistique  qui s’oppose aux dérives de l’art.
    2. le Purisme stigmatisme fortement le cubisme.
  • 1920. Première utilisation du pseudonyme « Le Corbusier », adapté du nom Lecorbésier d’origine albigeoise du côté maternel.
  • 19211922. L’entreprise d’architecture de la rue d’Astorg fait faillite. L’année suivante, Le Corbusier s’associe à son cousin, jeune architecte et futur designer, Pierre Jeanneret qui lui apporte de la solidité.
    1. Ensemble, les deux architectes s’installent au 35  rue de Sèvres qui sera l’unique atelier architectural de Le Corbusier durant toute sa vie professionnelle.
  • 1929.Avec la crise économique et le crash, Le Corbusier oriente sa réflexion sur l’urbanisme. Ses travaux concernent des villes internationales majeures.
    1. 1929. Rio de Janeiro.
    2. 1930. Moscou.
    3. 19301933. Alger, alors française.
    4. 1932. Barcelone.
    5. 1933. Anvers, Genève, Stockholm.
  • 1930. Devenu français, Charles-Édouard Jeanneret  épouse Yvonne Gallis, ancien mannequin monégasque née le 1er janvier 1892.
  • 19411942. Le Corbusier est proche du Régime de Vichy.
  • 1947Le Corbusier siège au conseil économique. Il préside plusieurs coopérations  françaises d’affaires culturelles avec des pays francophiles, dans lesquels  il est particulièrement apprécié.
  • Le Corbusier est un architecte ascétique, rigoureux et sans concession.
    1. Son atelier et sa vie privée tranchent avec le train de vie luxueux de ses confrères enrichis par la reconstruction.
  • 1965. 27 août. Sportif, Le Corbusier est amaigri et affaibli.
    1. Le Corbusier meurt à 77 ans au cours de sa séance quotidienne de natation dans la mer Méditerranée, plage de Buse, à proximité de son cabanon de Roquebrune-Cap-Martin (06).
    2. L’architecte serait mort d’une crise cardiaque.
  •  1965. Grandioses obsèques nationales dans la cour du Louvre présidées par André Malraux.
  • Le Corbusier est enterré avec sa femme sur un promontoire de Roquebrune – Cap-Martin.
    1. Le Corbusier conçoit le sobre monument funéraire en béton à double forme dans le cimetière Saint-Pancrace de Roquebrune – Cap-Martin.
    2. Une plate-forme horizontale de gravier est couverte de dalles de béton.
    3. La dalle de droite est ornée de l’empreinte d’un coquillage et scellée de la croix que sa femme ne quittait jamais. Un cylindre blanc complète la composition.
    4. La dalle de gauche est ornée d’une épitaphe émaillée aux couleurs vives figurant un coucher de soleil à l’horizon sur la mer.

 

 

Œuvres de Le Corbusier

 

 

  • 1905. Villas Fallet, Stotzer et Jacquemet. Chemin de Pouillerel à La Chaux-de-Fonds, Suisse.
  • 1912. Villa Favre-Jacot. 6 côte de Billodes, Le Locle, Suisse.
  • 1912. Villa Jeanneret-Perret (dite aussi Maison Blanche). La Chaux-de-Fonds, Suisse.
  • 1916. Villa Schwob (aussi appelée Villa Turque). La Chaux-de-Fonds, Suisse.
  • 1916. Cinéma Scala. 52 rue de la Serre à La Chaux-de-Fonds, Suisse.
  • 1917. Château d’eau à Podensac (Gironde).
  • 1917. Prototype de maison pour une cité ouvrière. Rue Raphaël-Hennion, Saint-Nicolas-d’Aliermont (Seine-Maritime).
  • 1921. Aménagement de la villa Berque, villa de Montmorency. Paris 16ème. 
  • 1922. Villa Besnus. 85 boulevard de la République à Vaucresson (Hauts-de-Seine, 92).  Transformée.
  • 1922. Maison-atelier du peintre Amédée Ozenfant. 53 avenue Reille, à Paris 14ème.
  • 1923. Villas La Roche-Jeanneret. 8-10 square du Docteur-Blanche, Paris 16ème.
  • 1923. Villa Le Lac. 21 route de Lavaux, Corseaux, Suisse.
  • 1923. Maisons-ateliers Lipchitz et Miestchaninoff. 9 allée des Pins et 7 rue des Arts à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine, 92).
  • 1923. Cité Frugès. Pessac, Gironde.
  • 1923. Villa Ternisien. 5 allée des Pins, à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine, 92). Presque entièrement détruite en 1936.
  • 1924. Lotissement de Lège. Route de Porge, Lège-Cap-Ferret (Gironde).
  • 1924. Maison du Tonkin. Rue Jean-Descas, Bordeaux (Gironde). Détruite.
  • 1925. Les habitations de la Cité Frugès. Pessac (Gironde).
  • 1925. Pavillon de l’Esprit Nouveau à l’Exposition Internationale des Arts Décoratifs et IndustrielsModernes. A Paris (75).
  • 1926. Maison Cook. 6 rue Denfert-Rochereau à Boulogne-Billancourt (92).
  • 1926. Maison Guiette. Populierenlaan 32, à Anvers (Belgique).
  • 1926. Armée du Salut, Palais du Peuple. 29, rue des Cordelières Paris 13ème (75).
  • 1926. Villa Stein connue comme « Les Terrasses« . 15, rue du Professeur Pauchet à Vaucresson (Hauts-de-Seine, 92).
  • 1927. Villa Church. A Ville-d’Avray. Détruite.
  • 1927. Maison Planeix. 26 boulevard Masséna,Paris 13ème (75).
  • 1927. Pavillon Nestlé d’exposition démontable pour la Foire de Paris de 1928.
  • 19281931. Villa Savoye. Poissy (Yvelines, 78).
  • 1930. Pavillon Suisse de la Cité Internationale Universitaire de Paris. Paris 14ème (75).
  • 1930. Villa l’Artaude. Chemin de l’Artaude, Le Pradet (Var, 83). Plan de 1929. Finition en 1931.
  • 19311932. Immeuble Clarté. Genève (Suisse).
  • 1931. Début de construction de l’immeuble d’habitation24 rue Nungesser et Coli à la limite entre Boulogne-Billancourt (92) et Paris 16ème.
    1. 1933. Charles-Edoaurd et Yvonne habitent l’appartement et l’atelier privé qui jouxtent  la terrasse.
  • 1934. Armée du Salut. Rue du Chevaleret, Paris 13ème (75).
  • 1934. Maison de week-end Henfel, 49 avenue du Chesnay à La Celle-Saint-Cloud (Yvelines, 78).
  • 1935. Villa Le Sextant17, avenue de l’océan à La Palmyre – Mathes (Charente-Maritime).
  • 19461952. Cité radieuse de Marseille (Unité d’habitation) surnommée par les Marseillais « La Maison du Fada ». Marseille (13).
  • 19471952. Siège des Nations Unies. New York (Etats-Unis).
  • 19481951. Usine textile Claude et Duval à Saint-Dié (Vosges). Unique création à vocation industrielle de Le Corbusier.
  • 19501955. Chapelle Notre-Dame-du-Haut, Ronchamp (Haute-Saône).
  • 1951. Le Palais des Filateurs, Villa Sarabhai et Villa Shodan. Ahmedabad, Inde.
  • 19531955. Cité radieuse de Rezé (apparentée à celle de Marseille). Près de Nantes (Loire-Atlantique).
  • 1952. Les maisons Jaoul (A et B)Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine, 92).
  • 19521959. Bâtiments à Chandigarh. Inde.
    1. 1952. Haute Cour.
    2. 1952. Musée et Galerie d’Art.
    3. 1953. Secrétariat.
    4. 1953 : Club Nautique.
    5. 1955. Assemblée.
    6. 1959. École d’Art.
  • 1954. Pavillon du Brésil à la Cité Internationale Universitaire de Paris. Paris 14ème.
  • 1956. Sanskar Kendra. Musée municipal d’Ahmedabad.
  • 1957. Unité d’habitation de Berlin. Berlin, Charlottenburg (Allemagne).
  • 1958. Pavillon du groupe électroménager Philips.  Exposition universelle de Bruxelles.
  • 1959. Couvent de La Tourette. Éveux (Rhône).
  • 1959. Musée National d’Art Occidental de Tokyo. Tokyo (Japon).
  • 1960. Cité radieuse de Briey (apparentée à celle de Marseille).  Briey (Meurthe-et-Moselle).
  • 1960. Atelier-garage d’Edouard Trouin. Dessiné par Le Corbusier. Plan-d’Aups, dans le Var (83).
    1. Le bâtiment est ouvert pour des expositions ou manifestations sportives et culturelles.
  • 1961. Écluse de Kembs-Niffer (Haut-Rhin).
  • 19611963Carpenter Center for the Visual Arts. Harvard, Cambridge.
  • 19641969 Firminy-Vert (Loire).
    1. 1965. Maison de la Culture -Espace Le Corbusier.
    2. 1967. Unité d’habitation de Firminy-Vert (apparentée à celle de Marseille).
    3. 1968. Stade.
    4. 19702006. Eglise Saint-Pierre de Firminy. Œuvre posthume, réalisée par José Oubrerie.

 

 

 

 

 

 

 

Mots Clés : , , , , ,
.