Médecine Antique Grecque


Peintre de la Clinique (vase éponyme)

Plus ancienne représentation connue d’une consultation médicale : médecin pratiquant une saignée sur un patient v. 480-470 av. J.-C. © Musée du Louvre.

 

Accueil Provence 7

Médecine Antique Grecque


 

  • La Médecine grecque est fondatrice de la Médecine en Occident.

 

Dieux de la Médecine et Médecine des Dieux


 

  • Péan.
    1. Dieu, médecin des dieux.
  • Asclépios.
    1. Dieu de la Médecine.
    2. Médecin des hommes.
    3. Asclépios est associé aux lieux de culte à Epidaure et à Athènes.
    4. Machaon et Podalire, 2 guerriers achéens dans l’Iliade sont des fils d’Asclépios.
  • Amphiaraos.
    1. Héros et devin argien.
    2. Amphiaraos  est l’un des meneurs de la Guerre des 7 chefs contre Thèbes, à laquelle il prend part contre son gré à la suite de la trahison de sa femme Ériphyle.
    3. Amphiaraos est associé à Thèbes et à Oropos.
  • Avant la naissance de la Médecine Scientifique, les Grecs s’appuient sur la religion et les pratiques magiques pour atteindre la guérison.

 

La Médecine dans l’Iliade et l’Odyssée


 

  • Iliade.
    1. Machaon et Podalire, les médecins des guerriers achéens, son les fils d’Asclépios, dieu de la Médecine.
    2. Machaon doit soigner le roi Ménélas atteint d’une flèche et il procède avec méthode.
      1. Machaon est un chirurgien. Son nom viendrait de μάχαιρα / mákhaira, « couteau ».
      2. Machaon examine attentivement le malade et la blessure ( (ἰδεῖν / ideĩn, littéralement « voir »). Il « se fait une idée du problème« .
      3. Machaon retire la flèche, déshabille le blessé, suce le sang de la plaie et il applique des médicaments
        1. Ces médicaments ont été offerts par le Centaure Chiron à Asclépios qui les a transmis à son frère Machaon.
      4. Podalire est un médecin, certains en font un pharmacien.
    3. Cette séquence de l’Illiade s’éclaire dans d’autres passages :
      1. Péan, le médecin des Dieux, avait soigné Hadès, qui avait été blessé d’une flèche d’Hercule, en appliquant sur la plaie des médicaments (φάρμακα / phármaka) qualifiés analgésiques.
      2.  « Un médecin, à lui tout seul, vaut beaucoup d’hommes », avait déclaré Idoménée (chef des troupes crétoises au siège de Troie) à propos de Machaon. La formule est restée dans les mémoires. A noter qu’Idoménée est le nom d’un opéra de Mozart et d’une tragédie en 5 actes de Crébillon père.
  • Odyssée.
    1. Le texte d’Homère fait été de médecins de profession:
      1. Le porcher Eumée cite le médecin (ἰατήρ / iatếr, littéralement « celui qui soigne ») comme faisant partie des « artisans qui rendent service à tous ».
        1. Le médecin est un artisan comme le couvreur, l’aède ou le devin.
    2. Homère fait l’éloge de la science médicinale des Égyptiens, qu’il qualifie de Fils de Péan.

 

Médecine Primitive des Grecs


 

  • Les Grecs anciens font reposer la guérison des humains sur des pratiques magiques ou religieuses.
  • Les Cultes guérisseurs et les soignants se situent à la marge, hors des villes.
    1. Le culte d’Asclépios se développe à Trikka, en Thessalie.
    2. Ce culte gagne ensuite Epidaure.
    3. Dans les grandes villes d’Athènes ou de Corinthe, le dieu s’établit hors des agglomérations.
      1. Venir au sanctuaire implique une excursion.
  • Les sanctuaires sont généralement associés à une source ou à une rivière.
    1. Les eaux bienfaisantes font partie du traitement curatif.
    2. Le dieu guérisseur (Asclépios ou Amphiaraos) commence son action par un bain de purification.
    3. Le bain est suivi d’une sacrifice peu coûteux, accessible à tous.
    4. Certains sanctuaires ont des taxes de consultation plus coûteuses et un sacristain veille à ce qu’il n’y ait pas de resquille.
  • A Epidaure, le patient doit entonner un péan (chant d’actions de grâces) en l’honneur d’Apollon et d’Asclépios.
  • Le pèlerin s’endort sous un portique sacré : à  Epidaure, Oropos et Pergame, chaque sexe possède son propre portique.
  • Le dieu peut alors apparaître ou pas pendant le sommeil.
    1. Le dieu touche alors la partie malade du corps et il la guérit.
    2. Le dieu peut aussi dicter au patient une liste de médicaments à utiliser dès le réveil.
      1. Certaines de ces ordonnances dictées par le dieu ont été mises à jour et conservées. On y trouve des prescriptions assez simples :
        1. Cataplasmes, tisanes…
        2. Conseils d’hygiène de vie : promenade, sport, régime alimentaire
        3. Cure thermale avec bains et frictions.
      2. Oropos n’a pas laissé de vestiges d’ordonnace mais des instruments médicaux ce qui laisse penser que de la chirurgie devait y être pratiquée.
    3. Des ex-voto attestent du traitement de nombreux malades.

 

Naissance de la Médecine Scientifique


 

Grand médecin grec connu pour le serment qui lui est porté © Gordon Johnson – Pixabay.com

 

Les Grecs précurseurs de la médecine moderne 
  • 6e s. – 5e s. av. J.-C. Les Philosophes présocratiques posent les bases de science.
    1. Alcméon de Crotone.
      1. Né à Crotone (Grande-Grèce). Probablement un pythagoricien ou, au moins, un auditeur de Pythagore, v.  500 av. J.-C., à Crotone.
      2. Il serait le premier à avoir écrit un ouvrage sur la nature. Le Timée de Platon reprend plusieurs de ses idées.
      3. Son traité d’anatomie pose les bases de la pratique de l’observation des patients.
    2. Démocrite.  v. 460 –  370 av. J.-C. Considéré comme matérialiste en raison de sa conception d’un Univers constitué d’atomes et de vide.
      1. Sont considérés comme influencés par sa pensée : Épicure, Pyrrhon, Lucrèce, Aristote, Montaigne, Santayana, Nietzsche, Onfray…
    3. Empédocle. 5e s. av. J.-C.  Philosophe, poète, ingénieur et médecin grec de Sicile.
      1.  L’originalité de sa pensée est de poser deux principes qui règnent cycliquement sur l’univers, l’Amour et la Haine.
      2. L’Amour est la force d’unification et de cohésion qui fait tendre les choses vers l’unité,  l’Un quand il s’agit du Cosmos.
      3. La Haine est une force de division et de destruction qui fait tendre les choses vers le multiple.
      4. Ces principes engendrent les quatre éléments dont sont composées toutes les choses matérielles : l’eau, la terre, le feu et l’éther (ou l’air).
  • 460 av. J.-C.  Naissance présumée d’Hippocrate de Cos. – 375 ou 351 av. J.-C. Mort. Hippocrate de Cos.
    1. Les principes scientifiques  d’Hippocrate sont à l’origine du développement de la médecine grecque.
  • 420–370 av. J.-C. Rédaction des principaux traités du Corpus hippocratique.
  • 384-322 av. J.-C. . Aristote, professeur d’Alexandre le Grand, écrit des traités de biologie : Histoire des animaux, Parties des animauxGénération des animaux qui exercent une forte influence sur la recherche médicale.
    1. A noter que le père d’Aristote, Nicomaque, appartient à la corporation des Asclépiades. Il est le médecin et l’ami du roi Amyntas III de Macédoine.
      1. Asclépiades est le nom donné à plusieurs familles vouées à l’exercice de la médecine.
      2. La famille d’Aristote se dit descendre de Machaon et, par conséquent, d’Asclépios.
    2. Aristote formule un très grand nombre d’observations sur la nature, en particulier les habitudes et les caractéristiques des plantes et des animaux vivant autour de lui.
    3. Aristote consacre une attention considérable à la notion de classement. Au total, Aristote classe 540 espèces animales et en il en dissèque au moins 50.
    4. Théophraste, le successeur d’Aristote au Lycée a écrit une série de livres sur la botanique la – Historia plantarum – qui font référence jusqu’au Moyen Âge.
  • 330–260 av. J.-C. Hérophile, médecin et anatomiste grec de l’Ecole d’Alexandrie publie des études sur le cerveau, le système nerveux, le pouls, les organes de la reproduction.
  • 330–255 av J.-C. Erasistrate. Médecin et anatomiste grec de l‘Ecole d’Alexandrie publie des études sur le rôle central du cœur et des nerfs.

 

Principes et Organisation de la Médecine Grecque Antique


 

Le Corpus hippocratique
  • Recueil des principaux textes médicaux de l’école.
  • Rédaction sur plusieurs décennies par plusieurs auteurs, probablement sous l’autorité ou au moins dans le prolongement des idées d’Hippocrate.

 

Le Segment d’Hippocrate
  • Strict code éthique pratiqué par un groupe de médecins professionnels.
  • Résultat de cours payants.
  • Le principe de la relation de l’étudiant avec les patients est posé.
  • Des limites sont posées à ce que le médecin peut ou ne peut pas faire : même si on me le demande, je ne prescrirai pas un médicament mortel.
  • Fait le lien avec une autre catégorie de professionnels, probablement les chirurgiens Je laisserai effectuer cette opération par des praticiens, spécialistes de cet art.

 

3 grandes innovations du Corpus Hippocratique marquent durablement la médecine occidentale
  • Observation et raisonnement.
  • Cadre théorique.
  • Déontologie.

 

Diffusion de la Médecine Grecque


 

Médecine Grecque dans l’Egypte Ptoléméenne
  • L’Egypte a une très longue tradition de savoirs et de techniques.
    1. Hygiène et diététique.
    2. Substances à actions thérapeutiques supposées.
    3. Chirurgie.
    4. Soins dentaires.
    5. Contraception….
  • Depuis la conquête d’Alexandre Le Grand, la dynastie des Ptolémées règne sur l’Egypte.
    1. La dynastie lagide ou ptolémaïque est une dynastie hellénistique issue du général macédonien Ptolémée, fils de Lagos.
      1. Cette dynastie règne sur l’Égypte de 323 à 30 av. J.-C. 
    2. L‘Ecole d’Alexandrie est à la pointe, au cœur et au carrefour des activités médicales en Méditerranée.
  • Le passage de l’Egypte sous l’autorité de Rome n’altère pas immédiatement la puissance de l’Ecole d’Alexandrie.

 

Médecine Grecque dans l’Orient Grec
  • Parallèlement à ce qui se passe en Egypte, les dynasties Séleucides s’imposent dans la mouvance hellénistique.
    1. Les Séleucides sont une dynastie de l’époque hellénistique issue de Séleucos Iᵉʳ, l’un des Diadoques d’Alexandre le Grand, qui constitue un empire formé de la majeure partie des territoires orientaux conquis par Alexandre entre l’Anatolie à l’Indus. Les Séleucides règnent de la fin du 4e s. au 1er s av. J.-C.
  • Les échanges de ces territoires avec la civilisation grecque restent donc significatifs.

 

Médecine Grecque à Rome
  • L’arrivée des médecins grecs à Rome
    1. Les progrès consécutifs à l’arrivée des médecins grecs sont rapides et s’enchaînent.
      1. Développement des régimes curatifs à base de plantes.
      2. Mise en place d’une chirurgie rudimentaire.
    2. 219. Premier médecin grec connu à Rome Archagathos, selon Pline l’AncienHistoire Naturelle 29,12.
    3. 120 av. J.-C40 av. J.-C. Asclépiade de Pruse ou de Bithynie. Médecin grec. Pose les fondements du méthodisme.
    4. 2e s. av. J.-C. Le médecin grec Asclépiade de Bithynie s’installe à Rome.
      1. Asclépiade fonde la première école privée afin d’enseigner son art à Rome.
      2. En préconisant une médecine fondée sur l’exercice physique et sur la diète, le médecin grec inscrit la médecine romaine dans le prolongement et non dans la rupture de la médecine grecque.
    5. 1er s. av. J.-C. Antonius Musa. Frère d’Euphorbe. Médecin du roi Juba II. Elève d’Asclépiade et médecin d’Auguste.

 

 

Médecine Grecque chez les Celtes
  • Marseille occupe une place privilégiée à l’interface des Grecs, des Romains et des Celtes.
    1. Très vite Marseille adopte la Médecine scientifique des Grecs.
    2. Les médecins de Marseille  se distinguent en Méditerranée.
    3. Lorsque Rome s’empare de Marseille; les médecins marseillais continuent d’être appréciés à Rome.
  • L’Ecole de Marseille, dans la lignée de l’apport hippocratique est au contact des druides celtes.

 

Héritages de la Médecine Grecque  dans la Médecine contemporaine
  • De Montpellier à Marseille et Nice, l’héritage grec et romain a été puissant et durable.
    1. L’Empire romain prolonge et enrichit la médecine grecque.
    2. Galien joue un rôle majeur jusqu’à la Renaissance.
    3. La monumentale synthèse des grands médecins grecs par Oribase médecin grec du 4e s. conserve et porte tous les savoirs.
    4. Le corpus Summaria Alexandrinorum du 6e s. transmet les enseignements d’Hippocrate et de Galien au Moyen-Age Occidental et Arabe.

 

Articles liés à Médecine Antique Grecque


 

  • Cliquer sur une image-lien pour afficher l’article correspondant.

 

Translate »