Provence 7

Maria Perez

 

Salamanque (Espagne)

 

Danseuse de Flamenco. Chorégraphe. Directrice du Centre Solea à Marseille qu’elle crée sur le Vieux-Port de Marseille avec Marc, son mari.

 

Créatrice, elle ne se contente pas d’assimiler et de transmettre le Flamenco et ses traditions, elle les fait vivre. Ses créations avec sa fille Ana et ses réflexions sur le geste et contact sont des avancées en la matière. Ainsi, elle fait rayonner le Flamenco en Provence mais également depuis la Provence.

 

Parcours de Maria Perez

 

Fille d’émigrés espagnols originaires de Salamanque.

Sa fille Ana Perez est également une danseuse réputée de Flamenco.

  •  1986. A l’âge de 22 ans, elle étudie les textes des chants du Flamenco aux côtés de Benito Pelegrin à la Faculté d’Aix en Provence.
  • Maria Perez fait ses premiers pas de sévillanes et de danse « classique-espagnole » avec Carmen Doniz, au Centre Espagnol de Marseille.
  • Sur les conseils de Carmen Doniz, elle part à Madrid pour y travailler avec les grands maîtres de l’époque. Et c’est dans les vieilles salles de l’école mythique « d’Amor de Dios » qu’elle découvre vraiment la danse flamenca avec La Tati, Maria Magdalena, Paco Romero
  • De retour à Marseille, elle donne des cours dans les salles de Titus et Helena Pomsar.
  • 1991-1996. Tout en continuant d’aller en Espagne pourse perfectionner, elle crée une compagnie et une première pièce : Flamenco Fragua y Caballos, à la Campagne Pastré.
  1. Après « le Centre Artistique Duende » et « les Studios du Cours », elle crée avec Marco, son mari, Le Centre Solea, près du Vieux Port.
  2. Le succès est immédiat. L’ambiance, l’accueil et la décoration soignée  donnent au lieu un air de taverne andalouse, une « peña  flamenca ».
  3. Le couple Perez organise des stages, des master-class, des conférences, des voyages, des ferrades, des cours de danse, des spectacles…
  4. La Compagnie Solea est présente pour des spectacles et des animations, à la Vieille Charité pour l’INA, dans le cadre du Festival du Documentaire, pour Canal +…
  • Françoise Chatot fait appel Maria Perez pour chorégraphier la pièce Le Baiseur de Séville, qui est en fait la traduction de Benito Pelegrin, du célèbre Don Juan de Tirso de Molina.
  • Après un passage télévisé avec Michel Cardoz, dans son émission Suds, la compagnie part en tournée aux côtés de Bernardo Sandoval, dans les cafés concert de la Région et participe au Festival Ouverture Danse au théâtre de la Minoterie.
  • 1998. Apolline Quintrand, directrice du Festival de Marseille, fait appel au Centre Solea pour animer les cafés du Vieux Port, pendant le Mondial de football. A l’issue de ce Mondial, Maria Perez danse en première partie de la Macanita, sur le grand podium du Vieux-Port.
  • 1998. L’Opéra de Marseille fait également appel à Maria Perez pour danser et chorégraphier La Vie Brève de Manuel de Falla.
  • 1999-2003. La Compagnie Solea se produit sur plusieurs villes de la Région : Aix en Provence, Allauch, Belcodène, Bouc Bel Air, Cassis, Château de la Tour d’Aigues, Saint Paul lez Durance… et à Marseille : Théâtre Toursky, l’Astronef, Théâtre de Grasse, Les Docs des Suds, Théâtre du Gymnase
  • Parallèlement à ce travail de diffusion, le Centre Solea fait venir des artistes espagnols : Adrian Sanchez, Pilar Ortega, Adela Campallo.
  • Maria Perez se tourne vers Séville pour y puiser son inspiration. Pilar Ortega, et Adela Campallo, en particulier, lui ouvrent les portes d’un flamenco moderne et très féminin.
  • 2004. 10 ans du Centre Solea célébrés en collaboration avec le Théâtre Gyptis, le Gymnase, et le Conseil Régional. Création de la pièce La Monja Gitana, d’après le poème de F. G. Lorca. Le spectacle, programmé au Théâtre Gyptis est un succès inoubliable.
  • 2011. Nouveaux succès pour le duo « Madre e Hija » à Châteauneuf-Grasse, Mont-de-Marsan, Aiguèzes, Six-Fours
  • 2012. Festival Flamenco au Théâtre Toursky et à l’Astronef.

 

Œuvres de Maria Perez

 

  • 1997. Création de Sonidos del Cuerpo, d’après le poème de Manuel Altolaguirre. Le spectacle se joue  dans un contexte exceptionnel : les Carrières de Taillades.
  • 2004. Création de la pièce La Monja Gitana.
  • 2005. Théâtre du Gymnase de Marseille. Création, avec les élèves du Centre de la pièce Grito sur le thème du cri.
  • 2006. Nouvelle approche de la gestuelle flamenca et du contact d’un corps avec un autre dans le spectacle Con Tacto, au théâtre Gyptis.
  • 2007. Avec sa fille Ana, Maria Perez travaille sur le changement du Tablao traditionnel, avec le spectacle Energias.
  • 2010. Le Spectacle « Madre e Hija » est produit pour la « bodega » du Festival Mont-de-Marsan. Maria et sa fille Ana donnent encore un nouveau visage au Flamenco. Ce sera ensuite Aigues Mortes avec la création « El Tiempo« , au côté de Pilar Ortega.
Mots Clés : , ,
.