Ceinture noire et kimono blanc. © hanzi. Fotolia.com

 

 

Provence 7

Histoire du Judo en Provence


 

 

 

 

 

Le Judo en Provence dans le contexte mondial de la discipline

 

 

  • 14e s. Le Katori shintô-ryu est l’ancêtre du Jû-Jutsu.
    1. Ecole de sabre qui vise à donner des moyens de se défendre au samouraï désarmé.
  • 17e s. Le Jû-jitsu (ou Jiu-Jitsu) se développe sous son aspect sportif.
    1. La pratique de ce sport a cependant la mauvaise réputation de pratiques violentes dans des conflits qui opposent les différentes écoles.
  • 18e s. Terada Kanaemon développe et enseigne le « Jûdo » qu’il a mis au point à partir du Kitö-Ryu, école de Jiu Jitsu.
  • 1882. le grand maître Kanö Jigorô (1860-1938) crée le Kôdôkan Jûdô, école pour l’enseignement de la Voie, qui se différencie assez nettement du Jiu-Jitsu.
    1. L’introduction du randori ou combat libre d’entraînement est à cet égard déterminante.
  • 1889. Le maître Kanö Jigorô fait un bref séjour en France.
    1. Sa première étape est à Marseille où il effectue la première démonstration de Judo donnée en Europe.
    2. Maître Kano séjournera de nouveau en France en 1912, 1920, 1928, 1933, 1934 et 1936.
  • 1895. En septembre paraît le premier article traitant du Jiu-Jitsu « Le Japon Inconnu » de Lafacadio Hearn, traduit par C. de Varigny dans la Revue des deux Mondes.
  • 1904 / 1905. Guy de Montgrihard, surnommé Ré-Nié, crée à Paris le premier dojo français.
  • 1908. De retour du Japon, l’enseigne de vaisseau Yves le Prieur (1885-1963) publie le premier ouvrage en langue française sur le Judo.
  • 1909. Le Judo est accepté par le Comité Olympique International.
  • 1925. Ishiguro Keischichi est le premier Japonais à enseigner en France (Paris).
  • 1926. Une section féminine est créée au Kodokan.
    1. Seuls les randori et les katas sont pratiqués.
  • 1929. Sous la direction de Moshe Feldenkrais s’ouvre, à l’Ecole Spéciale des Travaux Publics de Paris, une salle de Jiu Jitsu.
  • 1933. Premières démonstrations de Kano à Paris et au Bataillon de Joinville.
  • 1935. 1er octobre. L’arrivée de Maître Kawaishi Mikinosuke (1869-1969) marque le début de l’essor du Judo en France.
    1. Le Maître crée un dojo à Paris.
    2. On lui doit notamment d’avoir compris que les Européens n’étaient pas aussi patients que les Japonais et qu’ils ne pouvaient pas attendre des années pour changer de grade.
      1. Avec l’assentiment de ses pairs, Maître Kawaishi crée les ceintures des grades intermédiaires (jaune, orange, verte, bleu et marron).
      2. Maître Kawaichi établit également une nomenclature très précise des mouvements
  • 1939. Le 20 avril. Maurice Cottereau est le premier Français à recevoir sa ceinture noire qui lui est décernée par Maître Kawaichi.
  • 1943. Le premier Championnat de France est organisé Salle Wagram, à Paris.
    1. La Police de Marseille remporte le titre par équipes. Jean de Herdt est vainqueur en individuel.
  • 1944. Le Judo est enseigné à Marseille par le canal de la Police avec une section de l’A.S.P. animée par Jean Zin, première ceinture noire à enseigner dans le Sud-Est de la France.
  • 1946. Le 5 décembre. Création de la Fédération Française de Judo et de Jiu-Jitsu (FFJJJ).
  • 1946. Des clubs de Judo s’affilient à la FSGT.
  • 1947. Création du Collège National des Ceintures Noires (CNCN).
  • 1947. Le 2 décembre. Au Seymour Hall de Londres, a lieu la première compétition internationale à laquelle participe une école française.
  • 1948. Le 5 décembre. Jean Zin organise à Marseille un grand gale de Judo et de Jiu-Jitsu pour fêter le retour au Japon de Maître Kawaishi, le créateur du Judo français. Ce dernier décide de changer les noms de « Clubs de Jiu-Jitsu » en « Clubs de Judo« .
  • 1949. 9 avril. Le 1er Championnat de France de Judo FSGT est organisé à Marseille.
  • 1950. 7 juin. Arrivée à Marseille de Awazu Shozo, un jeune 6ème dan spécialiste du combat au sol qui doit enseigner en France comme assistant de Maître Kawaishi.
    1. Sa première démonstration se fait alors face à 14 ceintures noires.
    2. Le Maître bat les 11 premiers en 5 minutes 30 avant de s’incliner face au 12ème – Oudart – sur Hizaguruma.
  • 1950. Lors du Championnat de France par équipes, Maître Kawaichi organise un tournoi féminin autorisé aux dames titulaires de la ceinture orange ceci contre l’avis de nombreux professeurs.
    1. La manifestation est un succès  même si l’opération n’a pas été renouvelée les années suivantes.
    2. La même année, Jeannine Levannier est la première française à obtenir sa ceinture noire.
  • 1951. Arrivée en France d’Abe Ichiro « envoyé officiel du Kodokan« .
  • 1951. Premiers Championnats d’Europe de l’après-guerre disputés à Paris.
  • 1952. Création de la Fédération Internationale de Judo.
  • 1953. Arrivée en France de Maître Michigami Haku.
  • 1954. Création de l’Union Fédérale Française Amateur de Judo Kodokan (UFFAJK) qui fusionne avec la FFJJJ en 1956 pour former la Fédération Française de Judo, Jiu-Jitsu et Disciplines Assimilées (FFJDA) synthèse des tendances « Kawaishi » et « Kodokan« .
  • 1956. 1er Championnat du Monde de Judo, le Français Henri Courtine se classe 4ème.
  • 1958. Troisième Championnat du Monde à Tokyo. Le Français Bernard Pariset se classe 4ème.
  • 1959. L’accord signé par la FFJDA et la Fédération du Scoutisme Français est un événement majeur pour l’avenir du Judo.
  • 1960. Création de la Fédération Nationale de Judo Sportif (FNJS).
  • 1961. Troisièmes  Championnats du Monde organisés à Paris.
    1. Le reportage est diffusé en Eurovision sur des commentaires de Léon Zitrone.
    2. Le Hollandais Anton Geesink s’impose par Ippon aux dépens du Japonais Sone Koji.
  • 1964. Le Judo fait, comme il se devait, son entrée officielle aux J.O. de Tokyo.
    1. 3 catégories de poids sont alors reconnues : 71 kg (légers), 86 kg (moyens) et + 95 kgs (lourds).
    2. Cette dernière catégorie ne sera pas disputée aux J.O. de Mexico.
    3. La victoire en Lourds du Hollandais Geesink sur les japonais fait l’effet d’une douche froide.
  • 1966. Premier stage d’une équipe de France au Japon.
  • 1967. Les judokas marseillais organisent des rencontres le 1er Mai en plein milieu de la Canebière.
  • 1971. Pour la première fois, un Français (Guy Auffray) obtient une troisième place dans un Championnat du Monde.
  • Début des années 70′. A l’initiative de Vincent Guida et de Guy Magnana, Maître RyosakuIrano vient régulièrement de Japon entraîner des Marseillais.
  • 1972. Les catégories 78 kgs (mi-moyens) et 95 kgs (Mi-Lourds) sont inscrites aux J.O. de Munich.
    1. Le Marseillais Jean-Paul Coche est le premier français à monter sur le podium olympique avec une Médaille de Bronze en Moyens.
    2. Jean-Jacques Mounier (Léger, 3ème) et Jean-Claude Brondani (toutes catégories, 3ème) complètent le trio des « bronzés ».
  • 1973. Le règlement est modifié pour introduire de nouveaux avantages et des nouvelles pénalités (koka, yuko, shido, chui…).
  • 1975. Jean-Luc Rougé est le premier Français Champion du Monde (Mi-Lourds).

 

 

Quelques grands champions provençaux  historiques

 

 

  • Alfonsi Brigitte.
  • Antonini Jean.
  • Aubert Kevin.
  • Bœuf Elie.
  • Bouchet Gilles.
  • Carles Robert.
  • Carrega Roméo.
  • Cerdan Jean-Luc.
  • Chaudeseigne Alain.
  • Coche  Jean-Paul.
  • Cresta Bernard.
  • Di Prato Bernard.
  • Douma Yacine.
  • Garibaldi Roger.
  • Gontard Claude.
  • Guida Vincent.
  • Laï Raoul.
  • Liberman Hervé.
  • Magnana Guy.
  • Mastran Francis.
  • Mazzi Louis.
  • Melillo Richard.
  • Monducci Henri.
  • Rosso Patrick.
  • Rouffia Roger.
  • Rougé Jean-Luc.
  • Tchoullouyan Bernard.
  • Vacquier Alain.
  • Zin Jean.

 

 

Couleurs des Ceintures de Judo

 

 

 

© marijaobradovic – Fotolia.com

 

 

  • Les couleurs des ceintures ont été inventées pour les Européens qui voulaient se voir évoluer vite.
    1. Les Japonais n’avaient que 3 couleurs de ceintures.
  • Des grades intermédiaires ont ensuite accentué cette tendance.
  • Couleurs de bases :
    1. Ceinture Blanche.
      1. Ceinture blanche. 4 ans minimum.
      2. Ceinture blanche avec une bande jaune horizontale. 5 ans minimum.
      3. Ceinture blanche avec deux bandes jaunes horizontales. 6 ans minimum.
    2. Ceinture Jaune.
      1. Ceinture blanche/jaune. 7 ans minimum.
      2. Ceinture Jaune. 8 ans minimum.
    3. Ceinture Orange.
      1. Ceinture jaune/orange. 9 ans minimum.
      2. Ceinture orange. 10 ans minimum.
    4. Ceinture Verte.
      1. Ceinture orange/verte. 11 ans minimum.
      2. Ceinture verte. 12 ans minimum.
    5. Ceinture Bleue. 13 ans minimum.
    6. Ceinture Marron. 14 ans minimum.
    7. Ceinture Noire.
      1. 1er dan. 15 ans minimum.
      2. 2ème dan. 17 ans minimum.
      3. 3ème dan. 20 ans minimum.
      4. 4ème dan. 24 ans minimum.
      5. 5ème dan. 29 ans minimum.
    8. Ceinture Rouge.
      1. Ceinture rouge et blanche. 6ème, 7ème et 8ème dan.
      2. Ceinture rouge. 9ème et 10ème dan.
  • A partir de la Ceinture noire ou 1er dan, les grades ne sont plus délivrés au sein du club par les professeurs mais par la Commission Spécialisée des Dan et Grades Equivalents (CSDGE) de la FFJDA.

 

 

 

Mots Clés : , ,
.